[849] Minuit au fond de ta gorge

Va savoir comment nous nous sommes retrouvés dans cette tenue. Je suis debout et ne porte plus que mon boxer noir, celui au coton épais et doux, avec deux boutons qui permettent au sexe de s’échapper de sa cage pour… toutes sortes d’occupations. Toi, tu es à genoux devant moi, tu portes un chemisier blanc déboutonné où ma main peut à loisir cueillir tes seins nus. Tes cheveux sont attachés en queue de cheval et tu déboutonnes donc ce boxer tandis que tu me glisses un regard malicieux et tes doigts dans la brèche à la recherche de mon sexe. Il est déjà gonflé et dense quand tu l’extraies avec prestesse et que, délicatement, tu vas chercher à sa base les deux noix fragiles qui ont envie elles aussi de prendre l’air et de participer à la fête.

Tes doigts se posent et s’enroulent autour de ma hampe, la lumière tamisée me permet quand même de voir le contraste entre le rouge profond de tes ongles fraîchement vernis et ma peau mate, tu me branles lentement, trois aller-retour, avant d’avaler  mon sexe jusqu’à ce que tes lèvres fassent disparaître la totalité de mon gland. Tu t’immobilises, lèves les yeux pour croiser mon regard. Tes lèvres aussi portent un rouge queue-de-renard qui me donnerait envie de photographier la scène si je ne voulais pas rester tout entier concentré sur ta caresse.

Je retire mon sexe de ta bouche et le recalotte minutieusement.

— Avale-moi doucement, sans me décalotter !

Tu reprends alors mon sexe en ouvrant grand la bouche, puis tes lèvres se resserrent sur ma peau et lentement glissent sur toute la longueur de mon sexe jusqu’à ce qu’il ressorte entièrement. Mon sexe se gonfle un peu plus et tu refais le même geste. Mon prépuce tendu semble prêt à se déchirer et la pointe de mon gland cramoisi apparaît un peu plus. Il suffirait d’un souffle, d’un effleurement de langue pour que mon gland impérieux surgisse hors de sa gangue. Ta main se saisit de mes couilles, tes lèvres se posent sur le bout de mon sexe et mes sensations explosent tandis que ta langue accueille mon gland soudainement nu et que ta paume presse doucement mes deux testicules.
Encore ! Je me recalotte et de la même manière tu me décalottes entre tes lèvres douces. Je ferme les yeux de plaisir et me laisse porter par le plaisir du dialogue entre ta bouche gourmande et la marionnette de chair avec laquelle elle joue. Ta main s’aventure plus loin entre mes jambes, caresse mon périnée et la pulpe de ton majeur vient taquiner mon anus qui convulse à ton approche.

Mes mains se posent sur ta tête, fouillent ta chevelure et accompagnent tes mouvements de va-et-vient le long de ma verge. J’empoigne ton crâne plus fermement pour imprimer moi-même le rythme et l’amplitude des manœuvres. Ta bouche est ton deuxième sexe et je vais bientôt m’y enfoncer. Je me retire pour guider tes lèvres sur mes valseuses qui réclament un baiser alors qu’au moins deux de tes phalanges sont enfoncées dans mon cul et que ton index approche à son tour mon œillet détendu. Oui ! Fais bien courir ta langue tout le long de mon sexe raide et gobe-le à nouveau ! Je grogne et cette fois je force ta gorge en pressant ta tête contre mon pubis. Tu t’es entraînée, paraît-il, à la gorge profonde. Ce soir, c’est Travaux Pratiques. Tu tiens d’ailleurs la position que je maintiens quelques secondes sans haut-le-cœur. Je te laisse respirer au premier coup de minuit qui sonne. Nous échangeons un regard, le mien est brillant de désir et dit mon envie de possession, le tien est un mélange de crainte et de satisfaction. Deuxième coup de minuit et je replonge au fond de ta gorge et ce sont mille sensations qui explosent au bout de ma queue. Suce bien mon gland quand il sort de ta bouche et surtout quand il rentre à nouveau ! Troisième coup. Agite tes doigts et fouille-moi ! Cherche un peu ce fameux « point P », moi je ne l’ai pas encore trouvé tout seul. Quatrième coup. Caresse aussi mes couilles, don’t neglect the balls! Cinquième coup. Mon gland est comme un gros grain de raisin que tu dois avaler – sans mâcher stp – au rythme du carillon de la Puerta del Sol. Sixième coup. Je m’enfonce à nouveau et me plante jusqu’au septième coup pour souffler un instant. Je sens que mon plaisir monte, je voudrais que chaque seconde dure une minute pour en apprécier chacune des excitations sur les centaines de terminaisons nerveuses que tu m’offres. Huitième coup et j’accélère cette fois, si bien qu’avant le neuvième coup ma queue s’est déjà échappée et va replonger deux fois puis se figer quand sonnera le dixième coup. Je presse sur ta nuque et suis enfoncé comme je ne l’ai jamais été dans une gorge quand les spasmes font gicler mes larmes de plaisir derrière ta luette. Le onzième coup est effacé par cette tempête et tes doigts sodomites peuvent eux aussi compter les pulsations qui me secouent. Douzième coup où nous sommes tout deux figés dans ce baiser offrande.

une apparition miraculeuse

Je me retire et m’agenouille face à toi encore agité par quelques tremblements, je t’enlace, nos lèvres se soudent, nos langues se mêlent et je goûte en toi un peu de mon amertume.

— Bonne année, mon amour !

20 gazouillis sur “Minuit au fond de ta gorge”  

  1. #2
     
    gravatar
    Chu***lie a gazouillé  :
    Hum…j’adore ! Très bonne et heureuse année CUI, remplie d’envies…satisfaites !
  2. #3
     
    gravatar
    dita a gazouillé  :
    c’est un superbe texte, vraiment bien écrit…j’adore!
    ( euh…je ne croise que des circoncis,zut!!)
  3. #4
     
    gravatar
    Comme une image a gazouillé  :
    K-line » Bienvenue ici et merci et pour l’appréciation, et pour tes vœux ! Espérons que 2011 soit aussi pleine de plaisir que tu me le souhaites.

    Chu***lie » … et quelques frustrations tout de même, qui donnent envie d’avoir envie ! Belle année à toi aussi !

    dita » If you need me, just whistle !

  4. #5
     
    gravatar
    Aphrodite a gazouillé  :
    Un texte lubrique pour commencer l’année, c’est parfait :-)
  5. #6
     
    gravatar
    Dame a gazouillé  :
    Et bien moi… j’adore le titre du billet !

    Cher CUI, je vous en souhaite autant, toutes les nuits de cette nouvelle année. Pas la même (gorge) quand même…

    Et zouuuuuu…

  6. #7
     
    gravatar
    Gicerilla a gazouillé  :
    Un scenario à la précision suisse. Chapeau ! Vous feriez pas dans l’horlogerie vous ?
  7. #8
     
    gravatar
    Florence a gazouillé  :
    Hummm quel beau texte et quel délicieux et exquis moyen pour changer d’année

    Belle année 2011 pleine de tout ces petits plaisirs qui mis à bout à bout rendent heureux

  8. #9
     
    gravatar
    Patty a gazouillé  :
    Je m’ajoute à la liste des fans de ce billet. Très excitant!
  9. #10
     
    gravatar
    Comme une image a gazouillé  :
    Aphrodite » Mijoté avec amour quelques jours avant parution ;-)

    Dame » Vos vœux me vont droit au … euh … au cœur ! Mais je crains qu’ils ne soient un peu trop ambitieux par rapport à mes moyens.
    Sinon, moi aussi, j’aime beaucoup le titre de mon billet. Je trouvais qu’il éventait un peu la surprise du texte, mais je ne voulais pas le remplacer !

    Gicerilla » Coucou !
    Je doute de pouvoir être aussi ponctuel dans la vie, mais tout vient à point à qui sait la tendre.

    Florence » Voilà, il faut joindre les deux bouts ;-)
    Belle année itou !

    Patty » Venant de toi, je ne peux qu’être flatté !

  10. #11
     
    gravatar
    Alice a gazouillé  :
    Trés belle horloge. J’aimerais avoir la même régularité et le même talent…
  11. #12
     
    gravatar
    waid a gazouillé  :
    une tradition à lancer pour les douzes coups de minuit , plus amusante que celle auquelle je me suis adonné en espagne avaler douze grains de raisin blanc dans les douze coups.

    bonne année à toi cui

  12. #13
     
    gravatar
    Comme une image a gazouillé  :
    Alice » Elle s’appelle Jackie Quartz, mon horloge imaginée ;-)

    waid » Eh oui, au risque de décevoir mon lectorat, je dois avouer que pour mon vrai réveillon, ma queue était sagement rangée dans mon boxer et que j’avalais mes grains de raisin avec mes invités (le sourire aux lèvres tout de même). Olé !

  13. #14
     
    gravatar
    secondflore a gazouillé  :
    Calotté.

    Que l’année continue sur cette lancée, entre Midas et point P !

  14. #16
     
    gravatar
    Comme une image a gazouillé  :
    secondflore » Euh. J’ai po compris :-(

    A. » Merci pour la géoloc’ de mon plaisir 2011 mais euh… Je vais essayer de me décaler un peu, hein !

  15. #17
     
    gravatar
    Frenchsweet a gazouillé  :
    elle avait plutôt pas mal commencé cette année là ..
  16. #18
     
    gravatar
    Comme une image a gazouillé  :
    Frenchsweet » Oui, dommage que ce ne soit qu’une fiction (pas tout à fait dépassée par la réalité !)…
  17. #19
     
    gravatar
    Frenchsweet a gazouillé  :
    ah bon ???? oh bah chic alors, tous les espoirs sont encore permis !!! ;-)
  18. #20
     
    gravatar
    Comme une image a gazouillé  :
    Frenchsweet » Pour le réveillon de ce soir, je ne me berce pas d’illusions ! Au fond des gorges, ce seront des grains de raisin encore :)

Laisser un gazouillis

  • (ne sera pas publié)

Balises XHTML autorisées : Vous pouvez utiliser ces balises : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>