[953] Rock-en-Seine 2011 : dibidibidibidimanche

Un festivalier buvant une pinte de bière en marinière (le festivalier, pas la bière)Le ciel est toujours plombé mais la météo promet l’absence de pluie aujourd’hui. J’arrive sur le site juste à l’heure pour le concert de Frànçois and the Atlas Mountains. Une pop douce, agréable à écouter. Malgré mes bonnes résolutions, j’ai une soif que l’eau ne peut étancher, je file me prendre une pinte de Grimbergen (pour une fois qu’on sert de la bière potable à Rock en Seine) et je rejoins la bien à propos nommée scène Pression Live pour écouter le rock « gothique » de Cat’s Eyes qui semble, sur le papier, calibré pour me plaire. Ses accents coldwave trouvent effectivement grâce à mes oreilles. Je sors les lunettes de soleil pour siroter ma pression sous le ciel gris mais lumineux de Saint-Cloud. C’est bon d’être festivalier !

J’enchaîne avec Concrete Knives sur la scène de l’Industrie, d’abord à distance, allongé sur la pelouse tout en devisant avec O*** au téléphone, puis de plus près. Ils dégagent sur scène une belle énergie, et c’est une seconde belle découverte de la journée. Vient le tour, sur la scène de la Cascade, des LA’s, annoncés comme un des moments du festival. Hélas, je ne leur trouve même pas le goût acidulé des bonbons de ma jeunesse. C’est sec comme un coup de trique, et même Here she goes me laisse de marbre. (Chanteur oubliant le micro, batteur absent, vous trouverez abondamment sur le Net le récit détaillé de ce fiasco.) Je vais voir ailleurs si l’herbe est plus verte. J’ai la femme d’aller voir les « minettes électriques » de Cherri Bomb à l’opposé de la Grande Scène où je compte jeter une oreille à My Chemical Romance. C’est péchu, ça se laisse agréablement écouter, sans beaucoup d’originalité. Juste avant, je me suis arrêté à la « bibliothèque Rock » installée par la ville de Saint-Cloud, qui propose à lire différents ouvrages, bédés, romans, biographies plus ou moins en rapport avec le Rock. J’en profite, moi, pour lire les premiers chapitres de La première gorgée de bière et autres plaisirs minuscules, qui n’est pas bien rock mais qu’on m’avait conseillé et que j’avais envie de lire depuis longtemps. Ils glissent agréablement dans mon gosier, tandis que vautré sur mon pouf j’écoute la romance chimique balancer ses décibels.

Ensuite, un moment de la journée que j’attendais avec impatience, le concert d’Anna Calvi. Tenue très sobre (à part des talons de 10 cm ?), la jeune créature, propulsée un peu vite par une presse toujours avide de comparaisons sensationnelles dans la roue de ma P.J. Harvey préférée, démarre un peu raide mais se détend au fur et à mesure que son concert avance devant un public sympathique. La grâce viendra à l’avant dernier morceau, puis au Jezabel de clôture qui mouillera mes yeux d’émotion.

Il est temps d’aller voir du côté des Deftones. Sur le chemin, je repasse par la bibliothèque pour finir mon Delerm. Le concert a démarré, l’air s’est rafraîchi, je médite sur le temps somme toute paisible (oui, malgré les gros riffs de guitare) qui s’écoule ici, malléable. La journée ne se déroule jamais comme prévu, et cette semi-improvisation permanente rend le moment délicieusement surprenant.

Une petite cochonnerie glanée dans la galerie des affiches de concert – celle-ci pour Sexy Sushi

Je dîne du traditionnel pad thaï sans lequel un festival n’est pas pour moi un vrai festival, en sirotant le rhum arrangé que j’ai clandestinement glissé dans ma poche (faudrait pas non plus compter que sur la bière pour prendre du plaisir à boire) tandis que Deftones déroule son show sans vraiment me remuer (bouchons à oreilles indispensables). Je vais ensuite à la découverte de Trentemoller à l’autre bout du parc (ce sera ma promenade digestive).

Vu que mes notes sur mon calepin se terminent là et que je reprends le récit de la journée après deux semaines, je ne me souviens plus précisément de la teneur de ce concert, mais ça devait être pas mal.

En revanche, pour la clôture, Archive… aïe aïe aïe ! Les Anglais avaient réuni pour l’occasion un orchestre philharmonique, et je me disais que ça méritait de voir ce que ça donnait. C’est la troisième fois que je vois Archive sur scène. La première fois, j’étais allé les voir, rien qu’eux, à l’Élysée Montmartre, et j’étais resté un peu sur ma faim, je les avais trouvés froids. La seconde fois, c’était à Solidays et bof. Cette troisième fois ne fera hélas que me conforter dans le désamour de ce groupe qui a pourtant donné naissance à cette pépite qu’est Londinium. Je brûle ce que j’ai encensé. L’orchestre philharmonique, c’était de la confiture au cochon. Le résultat est à la fois creux et indigeste. Aux deux tiers du concert, je me fais une raison et me dit que même s’ils jouaient un de mes morceaux fétiches que sont Old artist ou Man made, il n’y a pas de raison que ce soit moins massacré que le reste. Je fais donc demi-tour et marche lentement vers la sortie. Il n’est pas si tard, je ne vais pas tenter de récidiver mon exploit de 2007 en m’incrustant dans le camping pour danser jusqu’à quatre heures du mat’. J’observe autour de moi les autres festivaliers éparpillés qui font aussi l’impasse sur Archive. Il y a ceux qui boivent comme des trous et chantent comme des casseroles, d’autres qui marchent comme moi vers la sortie, ceux qui font un somme contre un arbre ou sous la pelouse… Rock-en-Seine se termine… À l’année prochaine !

Mon top 5 de la journée :

  1. Anna Calvi
  2. Concrete Knives
  3. Cat’s eyes
  4. Trentemoller
  5. Frànçois and the Atlas Mountains

9 gazouillis sur “Rock-en-Seine 2011 : dibidibidibidimanche”  

  1. #1
     
    gravatar
    matou a gazouillé  :
    « J’ai la femme d’aller voir les « minettes électriques »  »
    Joli lapsus…
  2. #2
     
    gravatar
    Comme une image a gazouillé  :
    matou » Warf ! Je vais le laisser, tiens, tellement il est beau çui-là !
  3. #3
     
    gravatar
    Samantha a gazouillé  :
    ah on m’enlève le laspus de la bouche….
    sinon photo contractuelle n’est ce pas?
  4. #5
     
    gravatar
    dita a gazouillé  :
    on la porte bleu la marinière hein!!
    mon mari adorerait avoir tes pattes mais ça pousse pas chez lui ! :)
  5. #6
     
    gravatar
    Comme une image a gazouillé  :
    Samantha » On va dire « suggestion de présentation » ;-)

    Storia X » C’est que tu devais être occupée à autre chose (l’université d’été du PS ???).

    dita » Elle est bleue, mais c’est à cause de l’alcool, elle change de couleur.

  6. #7
     
    gravatar
    Sofy a gazouillé  :
    Très drôle ta réponse à Dita !
  7. #9
     
    gravatar
    Comme une image a gazouillé  :
    Sofy » Je vois que tu es sensible à mon humour d’ivrogne… Vous en êtes une autres ;-)

    Storia X » Ah ! Manger des pommes ! C’est l’université d’été de la Chiraquie, alors.

Laisser un gazouillis

  • (ne sera pas publié)

Balises XHTML autorisées : Vous pouvez utiliser ces balises : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>