[1057] Let’s fuck !

(Pour changer un peu des J.O. ;-)

Son message était clair : « je couche facilement, mais pas avec n’importe qui ». Il convenait parfaitement à mon humeur du moment et je pouvais faire mien ce slogan. Il s’agissait donc pour moi de ne pas être n’importe qui. Par chance, je lui avais été chaudement « recommandé » par une ancienne amante généreuse et pleine de gratitude, sa porte me fut donc facilement ouverte, et par la grâce d’un trou à combler conjoint dans nos agendas respectifs, une audience d’une heure trente me fut accordée en deuxième partie de soirée.
Une heure trente, c’est déjà court pour faire l’amour, mais pour faire connaissance et faire l’amour, c’était une perspective requérant une précipitation dont je ne suis pas coutumier.

Après avoir avalé un reste de pasta tout en travaillant sur un rapport à rendre pour avant-hier, j’enfourche donc mon scooter pour regagner vers 22 heures ce dimanche soir son domicile. J’emporte sous le coude une bouteille de rhum arrangé de ma confection1, histoire de ne pas venir les mains vides et avec l’idée de pouvoir effacer à l’alcool un peu de ma timidité.
La porte est déjà ouverte quand j’arrive à l’entrée de son appartement après m’être annoncé à l’interphone. Elle m’accueille avec un sourire, visage sage et doux, lunettes sérieuses, cheveux courts, un côté garçonne qui n’est pas pour me déplaire. Dans son regard, je crois lire une certaine bienveillance qui me fait penser que le risque d’absence d’attirance physique mutuelle est un obstacle franchi.
Après un pré-test, mon rhum est officialisé accompagnateur de notre prise de connaissance au détriment d’une bière proposée en alternative. Assis sur la moquette, sans contact physique, mais peu éloignés, nous voilà partis pour dresser la carte de nos paysages sentimentaux et sexuels respectifs. De mon côté, la longue aventure de mon couple, l’adultère devenu un système, les amantes qui me font vaciller, ma liaison avec O*** qui efface toute les autres, et la « remise à zéro » qui suit la rupture. Du sien, une rupture récente qui met fin à un couple pourtant ouvert, peut-être victime des libertés trop grandes qu’ils s’accordaient mutuellement, peut-être tout simplement de la lassitude qui tue tant de couples, et un appétit féroce pour les partenaires de baise de tout sexe.

Le temps s’écoule et s’invitent quelques silences qui semblent dire « et si on baisait plutôt, maintenant » ? Je me donne un coup de cravache mental pour aller l’embrasser même si mon for intérieur s’indigne (très) légèrement de cette précipitation. Sa bouche accueille la mienne avec envie – c’est tout de même un de ces moments intenses, le premier baiser, il donne souvent le ton de la sensualité qui va suivre – et vite nos corps se frôlent, se pressent. Déjà, elle peut sentir mon sexe gonflé appuyé sur sa cuisse.

Elle n’a visiblement pas envie de s’attarder sur le niveau 1 « flirt » et propose de rejoindre sa chambre. Était-elle pressée par le temps ? Trouvait-elle superflue et conventionnelle la parade amoureuse qui précède le coït, une fois acquis le fait que les deux partenaires vont coucher ensemble ? Sans doute un peu des deux. À peine arrivée dans sa chambre, la voilà qui se déshabille en un clin d’œil et me prive du plaisir de l’effeuiller. Elle m’attend nue sur les draps blancs et frais et, mimétique, je me désape à grande vitesse pour la rejoindre. Il y aura quelques préliminaires, et pour le coup, c’est moi qui les abrège car j’ai envie d’elle, maintenant.

Le temps d’enfiler un préservatif, je vais pour m’allonger sur elle mais elle m’arrête, interloquée « Euh ! pas comme ça quand même » et elle se retourne pour que je la prenne en levrette, et non pas en missionnaire comme je m’apprêtais à le faire. J’ai pensé, à ce moment, que la pénétrer en la regardant les yeux dans les yeux, devait lui sembler incongru et réclamait une intimité plus grande que celle à laquelle nous étions arrivés à ce moment. Ou tout simplement que la levrette était sa position de prédilection.
Je ne suis toutefois pas du genre à me formaliser ni à renâcler devant une levrette, d’autant que son petit cul ferme est très appétissant – j’apprendrais plus tard que la demoiselle ne goûte pas la sodomie, dommage. Les hostilités commencent.

Une chouette posée sur la fesse d'une femme allongée nue
— Il te plaît, mon cul de petit garçon ? me glissa-t-elle au court de nos ébats.
— (oui…)

Finalement, l’heure et demie dura trois heures, ce qui s’est donc avéré suffisant pour faire connaissance et baiser et me laisser sur ma faim !

 


Illustration (non contractuelle) : OwlRyan McGinley


  1. Un peu jeune – même pas deux mois – mais prometteur : rhum, vanille, cannelle et caramel de gingembre. []

16 gazouillis sur “Let’s fuck !”  

  1. #1
     
    gravatar
    coccinelle a gazouillé  :
    Quel plaisir de vous voir reprendre de saines activités. Timide, vous ?
  2. #2
     
    gravatar
    FLORENCE a gazouillé  :
    « Me laisser sur ma faim » mais vous n’aviez pas mangé des pâtes ?
  3. #3
     
    gravatar
    judieK a gazouillé  :
    Etant donné que vous publiez peu, je me doutais que vous aviez repris une vie « normale ».
    Je vais lui emprunter, voire m’approprier le « je couche facilement, mais pas avec n’importe qui ».
  4. #4
     
    gravatar
    plikplok a gazouillé  :
    3 heures de schlika schlika sans préliminaires ?!!
    Fichtre…

    Il y avait un ravitaillement en vol?

  5. #5
     
    gravatar
    Comme une image a gazouillé  :
    coccinelle » Vous avez bien raison, ça fait du bien !
    Sinon, oui, timide, absolument, même si après quelques années, j’ai réussi à dompter un peu ce défaut qui fait de moi, notamment, un piètre dragueur « IRL » !

    Florence » Ne soyez pas nouille !

    judieK » J’ai pensé en effet que ce slogan conviendrait à nombre d’entre nous ;-)
    Sinon, mon rythme de publication (assez bas en ce moment) n’est pas vraiment indexé à ma vie sexuelle. C’est juste que l’écriture ne vient pas… ou réussir à dégager du temps pour ça…

    pliplok » J’ai sans doute été moins clair que je ne le pensais : c’était 3 heures en tout, y compris la petite discut’ pour faire connaissance en introduction.
    Sinon, pour le ravitaillement en vol, ce qui est indispensable pour moi quand je baise : une bouteille d’eau.
    D’amour et d’eau fraîche !

  6. #6
     
    gravatar
    Samantha a gazouillé  :
    Enfin un peu de cul sur ce site, il était temps!
  7. #7
     
    gravatar
    Cristophe a gazouillé  :
    Très drôle son « Euh ! pas comme ça quand même ». Surprenant et amusant où vont parfois se nicher les principes.
  8. #8
     
    gravatar
    FLORENCE a gazouillé  :
    Suis nouille pendant que vous êtes « ravioli »…
  9. #9
     
    gravatar
    Comme une image a gazouillé  :
    Samantha » Il n’y a pas que sur ce site qu’il était temps !

    Cristophe » Je ne suis pas tout à fait sûr de son verbatim, mais j’espère avoir respecté l’idée exprimée.
    Les choses varient, dernièrement, le missionnaire m’a été exigé ! (C’est cette infinie variété qui fait le plaisir de la variation de partenaire ;-)

    Florence » L’essentiel, c’est d’être une bonne pâte.

  10. #10
     
    gravatar
    zoumpapa a gazouillé  :
    (d’abord bonjour) Mais comment fais tu pour te tirer de chez toi un dimanche soir (à 22h00!) ? Dis moi que Madame n’était point là, sinon chapeau (parce que moi je pourrais inventer ce que je veux…ça passerait pas)…Ou alors serait-ce le fruit de derniers arrangements entre vous?
  11. #11
     
    gravatar
    Cristophe a gazouillé  :
    zoumpapa : Cui est abonné à une salle de sport, genre gonflette/musculation, ouverte 24h/24…
  12. #12
     
    gravatar
    Comme une image a gazouillé  :
    zoumpapa » Bonjour et bienvenue ! (Toi, je sais d’où tu arrives ;-)
    Adultère, mode d’emploi… Tout d’abord, louons la période estivale qui m’offre chaque années quelques brèves « parenthèses enchantées » où je n’ai ni femme, ni enfants, ce qui me permet à loisir de sortir, voire de découcher. La rencontre relatée ici entre dans ce cadre. Sinon, pour le reste de l’année, j’ai le droit de sortir seul de temps à autres sans avoir à rendre de compte (mais je dois dormir à la maison !), je peux prendre une journée, ou une demi-journée de RTT, pour un rendez-vous à l’hôtel, je peux aussi avoir des déplacements professionnels, réels ou inventés (et alors couplés à une journée de congé) pour découcher.
    Voilà l’essentiel de mes stratagèmes. Le seul truc que je ne sais pas faire, c’est l’escapade du week-end !

    Cristophe » C’est vrai, et d’ailleurs, quand une amante annule un rendez-vous galant à la dernière minute, j’en profite pour aller muscler mes (splendides) pectoraux + abdo-fessiers. Ma femme ne fait aucune différence quand je rentre tout transpirant à la maison (– Chéri, c’est quoi cette longue griffure que tu as dans le dos ? — Euh ! Ben j’ai dérapé et je me suis raclé contre un appareil de cardio-training…).

  13. #13
     
    gravatar
    FLORENCE a gazouillé  :
    mais al dente, non collante et butiner comme un farfalle
  14. #14
     
    gravatar
    Comme une image a gazouillé  :
    Florence » (Perso, il m’arrive parfois de me sentir plus morfale que farfalle !)
  15. #15
     
    gravatar
    Mnemosyne a gazouillé  :
    Une audience d’une heure et demie en deuxième partie de soirée ?! Mouarf, c’est presque aussi court qu’une audience papale !

    À part ça j’aime bien l’illustration, je l’ai récupérée…

  16. #16
     
    gravatar
    Comme une image a gazouillé  :
    Effectivement, une chouette illustration ! Merci de redonner vie à ses anciens billets en les commentant. C’était, pour moi, un agréable rafraîchissement du souvenir de ma rencontre avec cette brunette (je pense à elle, encore, elle me manque à sa façon, distante).

Laisser un gazouillis

  • (ne sera pas publié)

Balises XHTML autorisées : Vous pouvez utiliser ces balises : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>