Horizons

Préambule

Bon, avant, j’avais une grosse burperolle tellement grosse que je ne la mettais pas très souvent à jour. Du coup, plein de liens à la noix accessibles en permanence. Je vais simplifier le truc, que je me suis dit.

Dans ma colonne permanente, je me limite désormais à une sélection très réduite de lien, que j’actualiserai assez un peu plus régulièrement.

Ici, une page encore plus énorme que j’actualiserai – ahum – de temps à autre, c’est promis ! (En tout cas pas aujourd’hui, pas le temps !)

Post préambule

Comme cette page est toujours moribonde, je décide de commencer à la mettre à jour en transférant, au moins, les liens que je mets dans la colonne de droite ici, pour mémoire (et un peu plus que ça d’ailleurs puisque ces sites méritent toujours d’être lus même quand ils n’y figure plus).

Dans la burposphère

Quatre cent six abonnements RSS au compteur (fin 2012) dont plus de cinquante sur le carreau. Sélection partielle, partiale, forcément injuste et revendiquée comme telle.

Du cul (à lire)

Commençons par mes camarades de l’éroburposphère. Ceux qui se tordent la plume pour nous faire rêver et/ou nous raconter leurs turpitudes. Mes tout préférés :

    • Ce n’est déjà pas facile d’écrire un texte érotique digne d’un peu de considération littéraire, quant à la poésie, c’est un terrain plus dangereux encore pour une plume. Nora Gaspard réussit l’exploit d’écrire (avec une régularité qui force l’admiration) des textes à la fois sensibles et excitants sans la moindre pesanteur. Un hapax dans la burposphère.
    • Remercions Victoria W avec qui je joue à des jeux auxquels vous ne comprenez rien.
    • le libertin alambiqué Vagant

C’est de la bombe, baby

Des textes incisifs, une plume sûre et acérée, Lilas Goldo pisse peut-être dans un violon, mais elle le fait avec un talent qu’il ne faut pas louper. Société, sexualité… passés au crible de son regard violent (peace, sista !)

Génuflexion

On sait combien l’écriture érotique est un exercice délicat. Je vous ai mentionné Nora Gaspard qui cisèle de ses mots un érotisme poétique. Les récits de Frenchsweet sont bien plus directs, mais comme ses textes ont empreints de douceur, de délicatesse, sans pour autant s’affadir ! Je la décrète nouvelle prêtresse et me dévoue à son culte !

L’arrache-cervelle

À vous, je ne peux pas raconter de cracs. Le tout premier organe érogène, c’est le cerveau. Je crois que je suis un garçon un peu pervers : quand je croise une fille intelligente, je bande. Je ne sais pas comment elle s’y prend, elle donne l’impression qu’elle ne fait même pas exprès mais chacun de ses billets est ciselé à la perfection. Elle alterne malice et fausse candeur, philosophie et grosses blagues à deux balles, sensibilité, sans oublier quelques touches d’érotisme solaire déguisé en perversion (mais ça ne trompe personne), le tout élégamment mis en page et illustré musicalement avec goût, vous avez tous reconnu Rose (c’est la vie) !

Le plus beau come-back de l’éroburposphère

Je vous parle d’un temps que les moins de 18 ans ne doivent pas connaître. Volubilis a bercé de sa fraîcheur juvénile mes premiers émois de burpeur. Après une trop longue absence, la revoilà ! Un ton unique. Moi, je n’y résiste pas. Et vous ?

Du cul (à mater)

Parfois, on a juste envie de se rincer l’œil. Tumblr a pas mal revampé la toile en proposant un modèle particulièrement favorables aux fainéants, qui ne créent pas de contenu mais vont le glaner sur le net pour proposer leur propre sélection. Quelques uns s’en tirent mieux que les autres.  Je ne prétends pas les avoir tous trouvés dans cet immense océan, mais en voici quelques uns que je suis :

  • Les tumblr de cul ne manquent pas, qui vous débitent au kilomètres des images choisies avec plus ou moins de goût, parfois autour d’une thématique. Dans cet océan, trouver un tumblr qui sélectionne avec soin et vise juste presque à chaque coup tient de la gageure. Qrieuse a relevé ce défi imprononcé.

 

Des tripes

Ils ont le goût du gouffre, les Adultes Terribles.

Ma Sorcière bien aimée ne devrait pas trop rester dans l’ombre.

Continuez la visite chez Second flore, Agatha

ou American Rhapsody.

Des zygomatiques

Dusk vous fait découvrir le CAC 40 sous un autre œil. L’Amazone est drôle même déprimée, c’est dire. Passez aussi à l’occasion sur ce site amusant.

Du cortex

La vie de la cité sous l’œil acéré de Jules. La curiosité pourrait aussi vous amener sur le BBB. puis sur le site (payant mais salutaire) d’Arrêt Sur Image.

De l’œil

Des photos érotiques choisies avec soin : ce sont les indispensables Fluffy Lychees (existe aussi en fétichiste et vintage). Camille nous plonge dans son univers érotique, ligne claire, désirs obscurs. En vrac, faites également un tour ici ou . Et chez Maury Perseval ! C’est déjà une star mais je ne me lasse pas pour autant des dessins quotidiens de Pénélope Jolicœur.

Ailleurs

Pour jouer avec les mots

Un érudit dico (et un autre lexico). Pour chercher le juste mot, un dico spécial syno. Pour les latinos : Ab nihilo et locutio. Et pour s’amuser avec l’oulipo.

Pour s’en mettre plein les yeux

Jetez un œil aux dessins d’Arthur de Pins sans oublier ses animations, visitez l’univers photographique de Jan Saudek (et de sa femme) ou celui de Dekan.

Pour s’en mettre plein les oreilles

Bidonnez-vous sur la webradio Bide & Musique, programmation adaptée à vos goûts sur Pandora, et  électro et trip-hop sur Monkey Radio.

Pour s’amuser lors des longues soirées d’hiver

Il y avait d’excellentissimes résumés (pour briller sans peine) sur Contes d’auteurs mais le site est mort. Snifff. À quelle star ressemblez-vous ? Une sorte de pictionnary en ligne. Tentez de mettre en défaut l’intelligence artificielle de 20Q.net (qui est balaise).

Pour changer des surgelés

Slurp ! Des glaces maison et les belles recettes en image de Meilleur du Chef ou de Chef Simon.