Articles étiquetés : Lobel-Riche

[1181] Le dernier tango des bouchers de la Villette

Arabesques Intimes par Lobel-Riche (1936)

Je viens de terminer Le Boucher d’Alina Reyes, un bref roman érotique qui avait fait un certain bruit (j’entends par là un bouche à oreille favorable !) à l’époque de sa sortie en 1988. Il s’agissait de son tout premier roman qui remporta le prix du roman érotique Pierre Louÿs. L’occasion de le lire se présenta… Vite ! la suite »

[1106] Le climax bien tempéré

Arabesques Intimes by Lobel-Riche (1936)

Ce texte a été originalement publié le 04/12/2007 sur le burp d’Ysé, aujourd’hui mis sous clé. J’ai réussi à remettre la main dessus, et comme je n’ai guère le temps d’écrire en ce moment (j’en suis désolé autant que vous, amis lecteurs), je vous propose de voir si ce texte a supporté sans encombre ces… Vite ! la suite »

[921] Défense et illustration du soixante neuf

Défense et illustration du soixante neuf

La puissance évocatrice de ce nombre majestueux à deux chiffres renversés, 69, évoquant à lui seul toute la chose érotique, à peine affaiblie en région Rhodanienne, n’est plus à démontrer. Du clin d’œil oulipien de Queneau (« Luxure : 1 + 1 = 69 ») à la mélodie de Gainsbourg célébrant « l’année érotique », sans compter les innombrables ouvrages… Vite ! la suite »

[711] Two sides of every story (A reminiscent drive)

Two sides of every story (A reminiscent drive)

La lecture de mon récit des événements a donné à Alice l’envie de coucher par écrit sa version des faits. To blow, blew, blown au féminin, donc ! * * * Je lui avais dis « je vais te sucer pendant une demi-heure ». Un peu pour crâner, un peu pour l’exciter, beaucoup parce que j’en avais… Vite ! la suite »

[701] to blow, blew, blown

to blow, blew, blown

Elle m’avait dit « je vais te sucer pendant une demi heure ». Je m’étais dit que c’était une belle perspective. Je m’étais interrogé sur notre capacité à tenir cette « distance », tant pour elle (crampe de mâchoire ?) que pour moi (si c’était trop bon, je risquais de jouir trop vite, et si ce n’était pas bon, je… Vite ! la suite »