[56] Cerveaux disponibles

Ça fait un moment que j’ai envie de pondre cette note, et maintenant que le sujet est étalé dans tous les médias, j’ai un peu l’impression de hurler avec les loups, mais qu’importe.

La presse quotidienne nationale va mal !

Bon, ça vous le savez sans doute : France Soir est dans le rouge depuis plusieurs années. L’Humanité qui est dans le rouge aussi depuis sa création, mais pour des raisons éditoriales, en est à sa énième souscription pour retarder le moment où ils crèveront (de la même manière que LO et LCR finiront par faire perdre tout espace vital au PCF), Libération va mal, Le Monde va mal… 

Bon, il reste heureusement des journaux qui s’en sortent, je suppose (L’Équipe ? Le Parisien ? Le Figaro ? …) sans compter la presse régionale qui semble se tenir, malgré quelques rachats/fusion occasionnel (à vrai dire, je ne suis pas spécialiste de l’économie de la presse, je n’irai pas plus loin dans l’inventaire).

Daniel Schneidermann, sur son burp, proposait un plan de relance de Libération qui me faisait penser, d’une certaine manière, à un journal qui existe déjà, mais sous un format et un rythme de parution différent : Le Canard Enchaîné : voici un journal qui vit bien (je crois), sans pub (comme l’excellent mensuel Que Choisir, mais qui coûte cher : être un consommateur averti reste un loisir de privilégiés.

L’idée générale étant que pour se démarquer de la presse gratuite qui taille des croupières de plus en plus saignantes à la presse payante, il fallait apporter une vraie valeur ajoutée, en particulier des enquêtes…

Mais c’est justement là où je voulais en venir.

Vous, là, qui depuis qu’ils existent, lisez quotidiennement la presse gratuite diffusée dans le métro (excusez-moi pour mon parisianisme), que faisiez-vous avant ?

  1. Vous ne lisiez rien du tout ?
  2. Vous lisiez de la presse payante ?
  3. Vous lisiez des bouquins ?

Si vous trouvez intéressant de vous informer, faites donc cette expérience, juste une fois, allez, disons une semaine : dépensez 1 euro et quelque chaque jour pour acheter un canard que vous imaginez proche de vous (Libé, Le Figaro, La Croix, Le Parisien, Le Monde … y’a du choix quand même ; vous pouvez-même varier, au court de la semaine).

Et constatez la différence.

Si vous avez quelques neurones, vous ne pourrez qu’avoir le vertige face au gouffre qui sépare un torchon comme Métro (c’est vraiment vraiment vraiment un journal de merde – 20 Minutes est déjà plus lisible) et n’importe quoi d’autre.
Déjà, lire un article qui couvre une page, c’est déjà plein de raccourcis et d’approximations, alors à un truc de 8 lignes, c’est quoi ?

Bien sûr, la presse payante n’est pas exempte de défauts. Je lis Libération tous les jours et il y a plein de trucs qui m’énervent dedans. Mais il y aussi des articles de fond, qui m’enrichissent, qui m’informent, bordel !

Vous savez bien comment vit la presse gratuite : de la pub qu’elle vous fait avaler.
N’attendez pas que la presse payante ait disparu pour la regretter ! Réagissez ! Boycottez la presse gratuite. Et qu’on ne me fasse pas croire qu’avec Internet qui apporte tout gratuitement, le modèle économique de la presse payante soit obsolète ; il y a des tas de pays où la presse nationale de qualité se porte bien (en Espagne par exemple).

Et votre abonnement ADSL, il est gratuit peut-être ?
Et la redevance télé, elle est gratuite ?
Et les capotes, c’est à l’œil ?

À force de vouloir tout avoir pour moins cher, on finit par n’avoir que de la merde (poulets classe A et information Coca-Cola™). Vous ne pouvez probablement pas vous acheter tout ce que vous voudriez, mais vous pouvez choisir comment vous allez dépenser votre argent.

[Addendum du 05/07/2006 : j’inclus en illustration l’image suggerée par Voiker (cf. commentaire ci-dessous) 

 

6 gazouillis sur “Cerveaux disponibles”  

  1. #1
     
    gravatar
    Voiker a gazouillé  :
    “J’ai lu bien des explications à propos de la mort de mon mari ; selon l’une des plus bizarres et des plus embarrassantes d’entre elles, il s’était tué, lui, Jeff Archer, fils de l’évêque Timothy Archer, parce qu’il avait peur d’être homosexuel. Un certain livre écrit des années après sa mort – après leur mort à tous trois – déformait à tel point les faits qu’après avoir fini de le lire (j’ai oublié le titre aussi bien que le nom de l’auteur) on en savait moins sur Jeff, l’évêque Archer et Kirsten Lundborg qu’avant de le commencer. C’est comme la théorie de l’information ; le bruit chasse le signal. Mais comme le bruit se fait passer pour un signal, on ne l’identifie pas en tant que bruit. Les services d’espionnage appellent ça la désinformation, une technique très utilisée par le bloc soviétique. Si vous pouvez mettre en circulation une assez grande quantité de désinformation, vous abolirez entièrement le contact de tout individu – y compris vous – avec le réel.”

    [P.K. Dick] [The transmigration of Timothy Archer]

  2. #2
     
    gravatar
    ba a gazouillé  :
    pour répondre à ta question sur l’avant metro : je ne lisais rien, avant…
    et je ne lis toujours rien d’ailleurs.
    sauf mon bouquin.

    je ne parcours la presse quotidienne que quand un voyageur laisse son journal dans le métro à côté de moi.

  3. #3
     
    gravatar
    Comme en terre a gazouillé  :
    Voiker > euhhh… Ben merci… (il est fort ce K.Dick, il avait tout prévu des années à l’avance, même mon burp.

    ba > Ben il va pas être content ton bouquin si tu le traites de moins que rien (j’aime bien jeter un œil sur les bouquins que les gens lisent autour de moi – l’épidémie Da Vinci Code semble être désormais jugulée)

  4. #4
     
    gravatar
    lafouine a gazouillé  :
    j’aime beaucoup le comm de Voiker, la citation…C’est tellement vrai.
    Ca me rappelle un des documentaires de Michael Moore.En gros, mais ça marche surtout avec les journaux tv,la politique de désinformation passe par le fait de terroriser les gens.
    On les abreuve d'”infos” sur des meurtres,des viols,des pillages,des tornades etc etc et au final ils ont tellement peur qu’ils n’arrivent même plus à voir le reste (c’est à dire comment les hommes politiques gèrent leur pays,quel que soit le pays, et même si les infos sont véridiques.Bon,moi j’explique ça beaucoup moins bien mais c’est pas nouveau hein…
  5. #5
     
    gravatar
    ba a gazouillé  :
    non, bien sûr que mes livres ne pensent pas que je les prends pour des moins que rien
    ils savent très que je les aime d’amour et que je suis même fort déçue quand l’un d’entre eux me déplait.

    par rien, je ne faisais référence qu’à la presse !
    :o)

Laisser un gazouillis

  • (ne sera pas publié)

Balises XHTML autorisées : Vous pouvez utiliser ces balises : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>