[1414] Rap-tout #RES19 J2

J’attaque la deuxième journée du festival avec un enthousiasme très mesuré, n’ayant pas grand chose qui m’attire à l’affiche. Festival (!) de groupes de rap aujourd’hui, qui donne l’impression d’une programmation déséquilibrée entre ces trois jours, comme je m’en plaignais déjà dans ma chronique du Jour 1.
Fort heureusement, beaucoup ne veut pas dire uniquement et mes oreilles trouvent tout de même quelques idées pour aller traîner.

(suite…)

[1413] Tu tires ou tu pointes ?

Je souhaitais partager avec vous ma récente découverte d’un podcast tout neuf, « La pointe du cul » (qui ne sera pas sans rappeler à mes lecteurs fidèles le slogan du burp qu’ils consultent à l’instant même !) et qui en est à son deuxième épisode publié.

L’objectif est de présenter, à des fins de vulgarisation, des pratiques sexuelles « pointues » (pour simplifier : « non vanille ») dans l’idée de montrer que ceux qui les pratiquent ne sont pas nécessairement des dangereux déviants asociaux. Pour vous citer un extrait de la déclaration d’intention de son auteur, Raphaël Guillemot :

C’est un podcast qui essaie de montrer à quel point ces pratiques « différentes » ne sont ni plus ni moins valables que les autres, que les gens qui les pratiquent ne sont ni plus ni moins “normaux” que les autres. C’est un podcast à visée pédagogique et désacralisante, son but est d’explorer la sexualité, d’aller dans les recoins, de montrer son incroyable diversité.

Extrait de https://lapointeducul.fr/a-propos
(suite…)

[1411] Grand corps malade – #RES19 J1

Je commence à m’interroger sur l’avenir de ma belle histoire d’amour avec le festival Rock-en-Seine. L’an dernier, déjà, un premier doute m’avait traversé : l’affiche ne m’avait pas fait palpiter. Pour autant, j’avais passé un bon moment et j’avais écouté pas mal de concertsLui avaient su me séduire.

Cette année, ma première déception surgit très tôt, à l’époque où j’achète habituellement, fidèlement, mon forfait à prix réduit (« early bird » pour le dire à l’anglaise, ou « forfait de Noël » comme on l’appelait) les yeux fermés, c’est à dire sans avoir aucune idée des groupes qui seront programmés. Cette année, donc, changement de cap puisque l’organisation du festival :

  • annonçait d’emblée la présence exceptionnelle de The Cure
  • ouvrait la vente du forfait à prix « réduit » annoncé à 149 € au lieu de 159 € soit une augmentation de plus d’un tiers du prix…

Quelque peu courroucé par ces méthodes marketing que je jugeais bourrines, je ne prenais pas de place en me disant que je verrai plus tard ce qu’il en serait.
Quelques mois plus tard, je finissais par craquer, me disant que je n’avais pas encore vu The Cure sur scène et que ce serait l’occasion, et n’ayant pas trouvé d’autre festival adapté à mes envies et mes contraintes pour assouvir mes envies de son.

(suite…)

[1409] Si jeunesse pouvait

Sur cette photo, elle est entièrement nue, les pieds sur les rochers, à la limite de l’eau. Elle fait face à la mer, ses cheveux laissent deviner un vent léger qui les gonfle, vent tiède qui caresse son corps libre.
Elle fait face à la mer et tourne donc le dos à l’objectif ; on voit donc ses omoplates et ses creux poplités, et entre les deux évidemment sa paire de fesses, dans une posture qui pourrait évoquer une Myriam qui a enlevé le bas.

Betty P(l)age – Photo bien évidemment non contractuelle
(suite…)