[103] La trouille

Lu dans Libération un article racontant un épisode de guerre. Il se trouve qu’il est vu du côté israélien, mais ce pourrait être l’autre bord, ça ne changerait pas grand chose. On dirait un film… Les soldats le disent eux-mêmes :

« C’était comme dans les films, on tirait de partout, les hommes tombaient en tournoyant. » (…) Le commandant K. se jette sur une grenade pour sauver la vie de ses hommes derrière lui (…) Ils abattent les combattants du Hezbollah qui les encerclent, immédiatement remplacés par d’autres qui reviennent les attaquer (…) Quatre soldats sont blessés, agonisent plusieurs heures dehors sans pouvoir être secourus. Ils vont mourir. (…) La brigade est encerclée pendant deux nuits et deux jours. Elle communique avec les forces aériennes pour diriger le pilonnage aux alentours…

Etc.

 

 

J’ai fait l’essentiel de mon service militaire dans un bureau. J’étais scientifique du contingent, et pendant onze mois, je faisais joujou avec un logiciel de cartographie pour un programme de simulation dédié à des missiles filoguidés.

Pendant le mois qui précédait, j’ai fait mes classes. J’avais mon uniforme, mon Fusil d’Assaut de la Manufacture d’Armes de Saint-Étienne, mon connard de sous-lieutenant et mes compagnons de chambrée, quelques uns sympas, quelques uns cinglés (ça pourrait faire l’objet d’une autre note). Mais ce n’est pas de ça dont je veux te parler, ami lecteur, ceci n’est là que pour poser le décor.

Pendant ce court mois d’août 199*, nous avons fait quelques exercices de manœuvres, l’un en forêt, l’autre dans un fort abandonné. Pour ce deuxième exercice, nous avions des balles à blanc, des grenades à plâtre, … Les amateurs de GN (jeu de rôles Grandeur Nature, ndlr) devaient s’en donner à cœur joie.

Moi, j’avais la trouille. Dans la forêt, marchant en quinconce avec mon unité, en tenue de camouflage, guettant dans les feuillages les silhouettes d’autres conscrits jouant “l’ennemi”, je ne voyais que dalle.  Je me projetais dans une vraie guerre et je me disais que je ne serais que chair à canon, en de telles circonstances. Que tuer ou être tué devait surtout être une question de chance. En tout cas, je ne me sentais d’aucune habileté à m’en sortir mieux que les autres.

Nous sommes au XXIe siècle, nous vivons dans un pays (en France) qui n’a plus connu la guerre depuis plus de 40 ans et nous avons de la chance de ne pas vivre avec cette trouille au ventre. 

 

Mots-clés :

3 gazouillis sur “La trouille”  

  1. #1
     
    gravatar
    les marques du plaisir a gazouillé  :
    me reviennent a l’esprit ces mots d’un vieil adjudant chef corse, lors de mon passage sous l’uniforme, … nous faisions jouer a la guerre des officiers de réserve , nous jouions les ennemis …. et le vieux corse qui avait un passé militaire agité de me dire ” tu vois petit , si un jour fallait y aller avec ces clowns, les premières balles c’est pour eux, et aprés, on a des chances d’être efficaces et de survivre” …. et c’est vrai qu’ils me foutaient la trouille ces officiers de réserve, avec leur morgue et leurs certitudes qui n’avait d’égale que leur profonde incompétence et le pli de leur treillis … et cette nuit là, on les a “tué” plusieurs fois avec une intense jubilation ….. peut être parceque nous savions contre quoi nous nous battions ? ou pasqu’on avait pas peur de se salir … :-))
  2. #2
     
    gravatar
    Frenchsweet a gazouillé  :
    Oui, on a cette chance et on ne la mesure même pas !
  3. #3
     
    gravatar
    Comme une image a gazouillé  :
    Les marques du plaisir » Le plus rigolo dans votre anecdote, c’est qu’elle me conduit à préciser que mon statut de scientifique du contingent fait de moi, d’office, un officier de réserve ! Carnage assuré.

    Frenchsweet » En fait, si, assez régulièrement, cette pensée me traverse et me rassérène.

Laisser un gazouillis

  • (ne sera pas publié)

Balises XHTML autorisées : Vous pouvez utiliser ces balises : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>