[388] Rock en Seine déménage (1/3)

Nous sommes lundi. Le festival Rock-en-Seine, édition 2007, vient de se terminer. Mes oreilles bruissent encore du plaisir de la journée d’hier, j’ai la voix un peu rauque ‘n roll. Envie de prolonger, d’écouter encore, de danser aussi. Impossible d’aller au boulot ce matin, RTT improvisée et compte rendu. Are you ready? Rewind!

NB : Une fois n’est pas coutume, la plupart des photos qui illustrent cette note sont cliquables pour être agrandies. Autre chose : les photos du vendredi ont été prises avec mon téléphone. Qualité minable au rendez-vous, comme d’hab. Samedi et dimanche, j’avais embarqué mon tout nouveau Canon Ixus 750, alors c’est nettement mieux. Bon, sauf que les photos de scène de concert, de nuit, prises de loin, faut pas non plus s’attendre à des miracles.

0d790bf5e41774c40e3797284617621c.jpg
Ci-dessus, le programme du festival, avant.
b8b7e57752885664b491f5c045f66435.jpg

Ci-dessus, le programme du festival, après 3 jours passés dans la poche de mon jean et moult compulsations.

VENDREDI 24 AOÛT

sac-à-dosJ’ai pris une RTT pour pouvoir profiter pleinement de cette journée. En vérité, la matinée a été passée à faire quelques courses en compagnie de ma conjointe. J’en parlerai à l’occasion. Je termine ma matinée shopping par l’achat d’un petit sac à dos (notre illustration) qui m’accompagnera pendant le festival. Il contiendra mon pull, pour la fraîcheur du soir (jamais servi), une cape et un k-way pour la pluie (ce dernier, jamais servi, la première ayant en revanche été utilisée pour m’asseoir ou m’allonger sur l’herbe), une bouteille d’eau pour la soif (heureuse initiative cette année : les bouchons de bouteille n’étaient pas retirés au contrôle à l’entrée), le programme détaillé, les prospectus distribués, un peu de lecture au cas où, quelques trucs à grignoter, et mon petit carnet de notes afin de burper offline. Une grande première. Louons ce carnet pour la richesse de détails que contiendra donc ce compte rendu. Après mes courses, donc, je prends ma voiture (ma très chère 106, rappelons-le) et direction le Parc de Saint-Cloud. Comme je suis un peu en avance, je musarde et je me dis que je vais traverser le bois de Boulogne. À peine quitté la porte Dauphine, je reçois un SMS. Je me gare (en général, je suis moins prudent en voiture mais là, il n’y avait qu’à serrer à droite pour stationner et puis j’avais tout le temps) et je consulte le message reçu. Et là, sacrée surprise (oh, il y avait eu des signes annonciateurs mais tout de même…), c’est J***, que je n’avais pas vue depuis septembre dernier, qui me demande si je vais au festival et qui se propose de m’y accompagner. Je l’appelle illico, lui confirme que ce serait avec grand plaisir. Elle prend donc le métro et me rejoint trois quarts d’heure plus tard métro Porte Dauphine. Je profite de l’attente pour méditer sur le sens de la vie, j’essaye d’imaginer si J*** sera changée (elle n’a pas changé). Étranges retrouvailles. Elle m’annonce son nouveau boulot qui va démarrer, ses quelques histoires d’amour foirées depuis notre séparation. Je lui fais un résumé de l’année écoulée sans elle, É***, M***, la thérapie… Elle semble sereine, malgré sa disette sentimentale. De mon côté, me voici aux côtés de celle que j’aurais tant désirée, mais dont j’ai pu me défaire à coup de Lexomil puis d’aventures. Le temps efface tout, pas vrai ? Alors je discute avec elle comme avec une amie. Et pourtant pendant le festival, mon corps se prend à s’approcher du sien – réminiscence magnétique. Je résiste.

Parlons un peu musique. Quand nous débarquons sur site, Rock’n Roll a déjà démarré son concert sur la scène de la Cascade. Le résultat est à la hauteur du nom du groupe : banal. J’en profite pour faire visiter à J*** le site du festival (c’est ma troisième participation, elle découvre). On entend de loin Dizzee Rascal sans y prêter non plus beaucoup d’attention. Nous glissons vers la scène de l’Industrie pour écouter Rodeo Massacre. Une jolie (fausse, selon J***) blonde s’agite sur scène avec trois acolytes. Tous portent la même tenue (pantalon cuir, marinière). Cela ne suffit pas à envoûter nos oreilles, on poursuit la balade. J*** qui n’a pas déjeuné s’offre quelques acras qu’on accompagne d’une bière. Heineken tient toujours la place mais son monopole vacille : la bière Cruzcampo fait son entrée dans le festival. Ce n’est pas ce que j’appelle de la bonne bière mais je trouve ça tout de même moins beurk que la Heineken. Une brève recherche web me confirme ce que je supposais : Cruzcampo est une marque de Heineken España. Mon seul espoir pour l’édition 2008 : qu’Heinekein rachète Grimbergen, Leffe ou quelque autre bonne bière d’abbaye. Restons un instant dans l’univers du marketing : nous faisons un tour sur le stand Levi’s, lequel a une jolie devanture. On nous sert l’argument commercial devant la nouvelle ligne de fringues « écolo-développement-durable-décroissance ». Jeans délavés à la pomme de terre, boutons en noix de coco, adieu les rivets pour une utilisation minimal du métal. À la limite, pourquoi pas, mais pourquoi se limiter à une série de fringues ? S’il faut être écolo, pourquoi Levi’s n’adapte-t-il pas toute sa collection ? Juste après, on nous présente les nouveaux téléphones portables siglés Levi’s. « Tout métal ! » annonce fièrement la Levi’s girl sans comprendre notre sourire narquois. Alors que bon, c’est déjà un téléphone à la noix.
Oh, mais c’est que notre escale nous ferait presque rater Dinosaur Jr. On se rapproche donc de la scène de la cascade pour observer Dinosaur Senior qui ne nous convainc pas. Il y a des groupes dont je connais le nom depuis des années mais pas vraiment l’œuvre. Celui-ci devra attendre quelques années de plus. On repart donc vers la grande scène pour s’installer confortablement sur les gradins de terre que forme la petite colline du parc, pour écouter Mogwai. C’est vrai que la présence de J*** m’incite plus à discuter avec elle qu’à me scotcher devant chaque concert dont je n’apprécie que modérément le style. Mogwai, donc, sera le premier concert écouté de bout en bout. C’était bien, mais je serai incapable d’en dire plus, je ne me souviens plus des détails. Horaires incompatibles obligent, Hey hey my my sera sacrifié sur l’autel mogwaïen. Après quoi on file en direction de M.I.A., que je découvre. J’écoute avec plaisir un moment sa musique pêchue avant de reprendre avec J*** le chemin pour la grande scène ; déjà presque un rituel, on reprend sensiblement la même place en attendant le début du concert de The Shins. 64d400bd4b46c3ad50714bb9db60905b.jpgJe découvre, là aussi (de même pour une grosse partie de l’affiche du festival, d’ailleurs, comme chaque année). Comme je ne suis pas un auditeur très fidèle des radios de djeunz, que je n’ai pas de copain(copine) pour me faire découvrir les nouveaux talents, je suis à la traîne, donc. The Shins (illustration de droite, sous réserve) nous offre donc une pop aux accents discrets de folk. J’accroche bien, notamment sur un morceau dont J*** et moi nous accordons pour penser qu’il est « formaté » tube. Ça marche.
Biffy Clyro passera à la trappe sur la scène de l’Industrie pour les mêmes raisons que Hey hey my my. En revanche, pas question de rater Émilie Simon f3428a456b4628b936e7a66e00db99e9.jpgscène de la cascade. C’est une de mes envies fortes de cette première journée. Je ne sais pas ce que ça va donner, mais j’espère beaucoup de ce concert. Eh bien, c’était plutôt chouette, en effet. Déjà, faut reconnaître qu’Émilie est un plaisir des yeux (même si je ne l’ai pas vue de très très près – cf. illustration de gauche). Elle porte une très charmante robe blanche, assez courte et recouverte d’étoiles noires (j’ai lu quelque part qu’elle dessinait désormais ses costumes de scène). Avec elle sur scène, trois ou quatre comparses aux instruments classiques ou moins conventionnels (un bocal d’eau, une sorte d’orgue-cadre…). Elle a une belle présence sur scène, mais… comment dire ? Je sens en elle une charmante perversité (notamment quand elle entame sa reprise d’I wanna be your dog des Stooges – je vous laisse découvrir les paroles) mais pas une vraie présence érotique. Va comprendre… Le public néanmoins apprécie à sa juste valeur ce beau concert (et je m’inclus dans le public).
Nous sacrifions ensuite Noisettes pour aller écouter The Hives précédés d’une bonne rumeur. Bof bof bof ! J’ai l’impression de déjà entendu et le petit jeu mégalo du chanteur qui se la joue rock star me gonfle rapidement. Tu pourras te le permettre quand tu nous pondras des trucs plus intéressants. Mon verdict : pénible (toutefois, j’ai croisé sur le festival des personnes qui ont trouvé que c’était un des meilleurs concerts du vendredi, l’occasion de rappeler ici que mes jugements n’ont aucune prétention d’universalité). J*** et moi en profitons pour faire une pause dîner avant d’aller écouter le prochain concert. Spécialité corse pour moi (figatellu pas bonne, une déception), galette et crêpe bretonne pour elle. Nous discutons longuement mais le beat hypnotique des 2 many dj’s se fait entendre et l’envie de danser me prend. Grand bonheur pour ma part de voir ces deux gars s’activer grandement devant leurs platines (on se demande ce qu’ils fichent à courir dans tous les sens) mais le résultat est probant. La foule est en délire, je pense à mon ami Jissé qui s’en donnerait probablement à cœur joie. Un des grands moments de cette journée. Après quoi viendra le tour des très fameux Arcade fire8297d0978fa53e9c3bee936431392758.jpg, tête d’affiche de cette journée. Un cas de conscience, pour moi. Je les avais déjà vu à peine deux ans plus tôt au même festival (à l’époque, ils commençaient à peine à percer) et ça me faisait râler de les retrouver parce que j’avais moyennement accroché. Par contre, J***, elle, a très envie de les écouter. On commence donc à les écouter ensemble. Et je me dis que si ça ne me plaît pas, eh bien j’irai voir l’alternative qui démarre trois-quart d’heure plus tard. Nous convenons d’un point de rendez-vous post-concert au cas où nous ferions scission. Ils sont dix sur scène avec toutes sortes d’instruments (des habituels, mais aussi une viole, un accordéon, un orgue à tuyaux, des mégaphones, un casque de moto…). Tout ça fait effectivement de la musique mais mon oreille n’a pas la finesse musicale pour en percevoir toutes les subtilités. Je n’accroche toujours pas, je constate bien une énergie qui se dégage de cette bande de joyeux énergumènes mais je n’en goûte que modérément le sens. Allez, n’exagérons pas : je les écoute tout de même sans trop de déplaisir, mais je file tout de même voir ce que donne Unkle sur la scène de l’Industrie. Unkle nous offre un électro-rock plutôt entraînant, prestation scénique un peu en retrait. Mention spéciale au jeune guitariste, complètement défoncé, regard probablement halluciné mais masqué par une épaisse tignasse, qui s’acharne sur sa guitare – entre deux séquences d’aphasie – que ses petits copains ont habilement débranchée. C’est probablement un enregistrement qu’on entendra à la place. Des limites du live.

Le concert terminé, je retrouve J*** au point de rendez-vous prévu. Elle est ravie de son concert, moi pas mécontent du mien (pas transcendé non plus). Je la ramène chez elle – chemin que je connais par cœur. On se quitte en se faisant la bise sur la promesse d’un à bientôt en s’exprimant une dernière fois le plaisir de cette reprise de contact.


PS : j’avais pensé pondre aujourd’hui le rapport complet pour les trois jours du festival. L’heure tourne et il me semble plus raisonnable de vous offrir ce premier tiers. En espérant que la suite vienne demain.


INFOS COMPLÉMENTAIRES

Vous pourrez trouver des points de vue différents (et plus détaillés) un peu partout sur le net évidemment, mais notamment sur le burp officiel du festival qui dispose notamment de sympathiques albums photo. Il y a quelques vidéos de qualité médiocre (j’en ai du même tonneau que j’ai préféré ne pas mettre en ligne) mais qui peuvent donner une idée de l’ambiance sur ce site (il y en a évidemment des tas d’autres – Google est votre ami).

24 gazouillis sur “Rock en Seine déménage (1/3)”  

  1. #1
     
    gravatar
    TocirbA a gazouillé  :
    Ça avait l’air vraiment pas mal et UNKLE fait partie de ma playlist, j’aime beaucoup. Bien mon genre ça electro-rock.
    PS : le sac à dos orange c’est pour pas le perdre ? :p
  2. #2
     
    gravatar
    Krazy Kitty a gazouillé  :
    The Shins, Mogwai, Arcade Fire et les Noisettes ?

    Je suis jaaaalouse-euh.

  3. #3
     
    gravatar
    Miss S a gazouillé  :
    Joli sac à dos effectivement…
    Moi je remarque la pauvre pelouse toute écrasée… mazette. je suis trop sensible.
    Bon.
    Exitante première journée alors…
  4. #4
     
    gravatar
    Comme une image a gazouillé  :
    TorcibA > Et encore, on n’est que vendredi. Tu vas voir ce qui va suivre. Je pense que tu aurais pris ton pied dimanche !
    Quant à mon joli sac à dos, c’était pour qu’on me reconnaisse de loin (pas un festivalier n’avait le même, c’est clair). Et je ne l’ai pas perdu. L’est beau, non ?

    K² > Tu connais the Noisettes ? Ben moi, toujours pas !
    Chuis sûr que c’est plein de chouettes festivals de musique du côté de chez toi…

    Miss S > Effectivement, la pelouse, bien arrosée les jours qui ont précédé le festival, a été ensuite joliment labourée par des milliers de godasses. Il ne doit pas en rester grand chose.
    PS : concernant les combats de boue, je n’en ai pas vu, hélas, mais en revanche j’ai vu des personnes qui semblait y avoir participé !

  5. #5
     
    gravatar
    TocirbA a gazouillé  :
    Le jour où je vois quelqu’un avec ce sac à dos, je suis obligée de lui demander s’il a un rapport avec CUI ;) car si toi tu ne l’as pas perdu, nous on ne va pas te louper :p
    Et pour le dimanche j’attends donc la suite :)
  6. #6
     
    gravatar
    Cie a gazouillé  :
    C’est tout de même idiot, nous nous étions promis de nous revoir. Cela aurait pu être l’occasion, je suis allée dimanche (totalement à l’improviste) à rock en seine. Robinson y travaillait, alors moi, je m’y suis baladée… C’est idiot. J’aurais dû appeler. Si seulement je m’étais connectée à internet avant le week-end !

    Occasion ratée.

    PS: je n’arrive pas à les cliquer, ni à les agrandir tes photos…

  7. #7
     
    gravatar
    Comme une image a gazouillé  :
    TorcibA > Si tu croises quelqu’un avec ce sac, que tu reconnais également son oeil et que ce charmant garçon (ben ouais quoi ?) est accompagné d’une belle brune, merci de rester discrète ;-)

    Cie > Ah, ben oui, c’est raté. On verra dans mon CR de dimanche si tu as apprécié les mêmes choses que moi. En revanche, ce dont je suis sûr, c’est que tu n’as pas fini Rock-en-Seine comme je l’ai fini mais je n’en dis pas plus… Suspens !

    PS : pour les vignettes, à part deux vraiment trop mauvaises, elles sont toutes cliquables. M’enfin, ne t’attend pas à pouvoir faire un poster. Essaye avec un autre navigateur ?

  8. #8
     
    gravatar
    TocirbA a gazouillé  :
    Charmant garçon… ;) c’est seulement si je te croise que je pourrai le dire !
    Et belle brune, un beau compliment que tu lui fais là
    Pour la discrétion, je respecte bien sûr et puis tu ne saurais pas me reconnaitre à moins que je me promène en sous-vêtement, ce qui n’est pas mon genre (en dehors de chez moi ou amants) ;p
  9. #9
     
    gravatar
    Comme une image a gazouillé  :
    TorcibA > La meilleure solution est donc que tu m’invites chez toi. Tu seras en sous-vêtements en cachant ta tête (pour que je te reconnaisse) et moi je porterai une cagoule laissant apparaître un oeil. Tu me reconnaîtras à mon sac à dos orange.

    (Oui, ma femme est une belle brune, c’est la moindre des choses, non ? ;-)

  10. #10
     
    gravatar
    TocirbA a gazouillé  :
    Comme tu y vas ! ;) J’en rigole rien qu’à imaginer. Avec ton oeil découvert et ton sac à dos orange, je suis sûre que tu serais charmant ;)
  11. #11
     
    gravatar
    strip a gazouillé  :
     » un auditeur très fidèles « 
     » J*** qui n’a pas déjeuner « 
     » t ça « 
    … t’as l’air bien fatigué !
  12. #12
     
    gravatar
    Comme une image a gazouillé  :
    TorcibA > « Femme qui rit … »
    Absolument charmant et totalement inédit, tu verras (ou pas) !

    strip > Ouais, je me dope à la vitamine C (oui, je sais, c’est de la petite bière, mais le guronsan c’est trop fort pour moi). Et encore, t’as pas vu le texte avant les premières corrections, c’était pire (faudra que je fouette quand même ma correctrice pour ces 3 coquilles subsistantes, c’est quoi ce travail ???).

  13. #13
     
    gravatar
    ex-Mot a gazouillé  :
    Merci pour la pub 2 many dj’s et la Grimbergen et la Leffe (Heineken, c’est de l’eau colorée) et autres bières d’abbaye…

    (Pourtant je ne suis pas chauvin pour un sou).

  14. #14
     
    gravatar
    cassiopée a gazouillé  :
    C’est vrai que la heineken, d’après mon souvenir, c’est vraiment pas terrible. Sinon, c’est amusant, Dinosaur Jr, j’ai un disque du tps où ils débutaient. Du temps où je croyais les critiques des magazines. J’ai dû l’écouter 1 fois :-/. Je ne savais pas que ça existait encore :-).
  15. #15
     
    gravatar
    la correctrice a gazouillé  :
    strip : Je rends mon tablier, moi, tu veux prendre ma place ?
  16. #16
     
    gravatar
    strip a gazouillé  :
    la correctrice : mais non ! dis toi que ce n’est pas tous les week-ends « rock en seine »…
    (puis n’ayant pas grand chose à rajouter sur la musique, ça me donne l’occasion de m’exprimer…)
  17. #17
     
    gravatar
    Comme une image a gazouillé  :
    ex-Mot une fois > Ç’aurait pu être pire mais la prudence m’a fait éviter le stand moules-frites !

    cassiopée > C’est bien simple, je ne bois de l’Heineken qu’une fois par an, et toujours dans le parc de Saint-Cloud. Je précise qu’on peut aussi boire du vin, mais que c’est cher (3€ le verre, c’est à peine ce que vaut la bouteille médiocre qu’on nous sert) et qu’en plus, le stand est aussi tenu par Heineken ! Si, si ! Je n’ai pas testé le champagne à 6€ le verre.

    la correctrice > Hein, quoi ? Et le préavis de 3 mois ?!

    strip > Bon, je t’engage, si tu veux. Je suis un patron très paternaliste (et j’exerce le droit de cuissage).

  18. #18
     
    gravatar
    la correctrice a gazouillé  :
    CUI : Préavis ?! Dans la mesure où nous n’avons rien signé, je n’ai pas de contrat à respecter… ;-) Et comme tu as déjà trouvé une remplaçante…
  19. #19
     
    gravatar
    Comme une image a gazouillé  :
    la correctrice > M’enfin, tu ne sais pas qu’en droit du travail, tu as un contrat « de fait » dès lors que l’on peut prouver qu’il y a prestation ! Je mets mon avocat sur l’affaire.
  20. #20
     
    gravatar
    strip a gazouillé  :
    oulà… ça sent la promotion canapé !!!
  21. #21
     
    gravatar
    Comme une image a gazouillé  :
    strip > Le mien est un convertible. Envoie moi ton CV.
  22. #22
     
    gravatar
    strip a gazouillé  :
    ta ta ta… pas de ça entre nous ! tu le connais, non ?
  23. #23
     
    gravatar
    la correctrice a gazouillé  :
    CUI : Bof, même pas peur…
  24. #24
     
    gravatar
    Comme une image a gazouillé  :
    strip > Faudrait que je te fasse passer un deuxième entretien de débauche, pour être sûr.

    la correctrice > Chouette. Les représailles seront d’autant plus réjouissantes !

Laisser un gazouillis

  • (ne sera pas publié)

Balises XHTML autorisées : Vous pouvez utiliser ces balises : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>