[1333] Rock-en-Seine 2016, jour 2 (Raie)

Après une nuit médiocre, j’entame mon samedi avec l’accomplissement de tâches domestiques, à commencer par la corvée hebdomadaire des courses, corsée par le combo “courses scolaires” pour la cadette. Je vous livre un scoop : on n’a toujours pas trouvé un moyen simple et rationnel de classer les cahiers en fonction de la taille des carreaux, de leur dimension et du nombre de pages.

Avant de rejoindre le site de Rock-en-Seine, je passe à la pharmacie m’acheter une ceinture lombaire (j’ai entre-temps trouvé des cachetons pour soulager et détendre mon dos). J’ai l’impression de me sentir diminué, entre mon dos douloureux et ma fatigue. Mais cette journée allait m’insuffler une belle énergie et j’allais finalement en profiter bien plus que la journée précédente.
Cette fois-ci, je ne m’embrouille pas et me gare directement là où il faut, marche directement dans la bonne direction et arrive rapidement à l’entrée. Je préviens le vigile chargé de la palpation à l’entrée que je porte une ceinture lombaire, afin de ne pas me faire plaquer au sol comme un dangereux terroriste. Le gars me souhaite une bonne journée et je sens dans sa voix une pointe de compassion. La fouille n’est pas plus minutieuse que les années précédentes. Aujourd’hui comme hier, on me laisse entrer avec ma bouteille d’eau sans en enlever le bouchon (je pense que des consignes de tolérance ont été données en raison de la canicule) ni même renifler son contenu.

Comme la veille, je débute ma journée du côté des food trucks de la scène de l’industrie. Cette fois-ci, je tente le hamburger de l’amour (12 €, quand même) et – erreur fatale – j’oublie de préciser la cuisson. Ça sera donc un peu trop cuit pour l’amateur de viande bleue que je suis, mais ça restera bon. En accompagnement musical, le son énergique des Rennais de Kaviar Special (si vous voulez goûter à leur garage rock, vous avez une vidéo sur le site de culturebox – et plein d’autres…). Je me laisse ensuite tenter par l’électro de Joycut mais sans y trouver beaucoup de plaisir. Après quoi, je vais faire la connaissance vite fait de @gastonkilo (un twittos wesh influent) devant Wolfmother qui est, musicalement parlant, plus sa tasse de thé que la mienne. Ma forme commence à revenir. Après avoir laissé une micro-chance à Casseurs Flowters (le groupe où sévit Orelsan) de me séduire, je vais rejoindre ma bande devant les New Yorkaises de Beau qui ne m’inspire que ce mot : bof (ah ah).

On approche les 19 heures quand démarre le concert de Grand Blanc qui paraît intéressant. C’est effectivement pas mal, mais cela ressemble étrangement au style de La Femme qui va jouer juste après. Du coup, la programmation fait inhabituellement ton sur ton. Oublions donc les premiers pour passer aux seconds. J’avais un excellent souvenir de la façon dont ils avaient enflammé la foule (et moi dans le lot) lors de leur première apparition en 2013 (édition que je n’avais pas relaté sur ces pages, feignasse que je suis). Que dire de l’édition 2016 ? Un équilibre entre les titres de leur nouvel album (sorti quelques jours après ce concert) et les tubes de l’album précédent. Un chanteur (de plus) qui se prend pour l’Iguane en tombant le haut, une chanteuse qui oublie de sourire (la grosse tête ou bien ?) mais dont les jolis seins pointent sous son sobre – mais près du corps – t-shirt blanc porté à même la peau (ce qui m’a fait regretter de ne pas avoir ceux de Camille à portée de main). J’ai bien aimé, mais je n’ai pas vibré autant que je l’avais anticipé.

En revanche, j’allais voir L7 (nan, ça n’a rien à voir avec L5, bande de tarés !) en me demandant quel goût aurait cette petite pastille de nostalgie du grunge de ma jeunesse (ce groupe de 4 nanas s’est formé en 1985) trente ans plus tard. Eh bien ma foi, ce fut un concert particulièrement pêchu et c’était amusant de les voir débordant d’énergie pour enflammer la foule.
La chanteuse lance au public : « Les jeunes, combien d’entre vous sont ici parce que leurs parents vous ont dit de venir ? »  puis, face aux nombreuses réponses : « J’espère que vous êtes venus sans eux ! » (ce n’est pas une transcription littérale mais c’est l’idée). Bref, comme le dit un petit jeune croisé à l’issue du concert : « je ne connaissais pas, mais ça bouge bien ! ».

Je sacrifie le concert de Sigur Rós sur l’autel de mon dîner, choisissant d’aller dîner du côté de la scène pression live où joue The Temper Trap. Sigur Rós ne m’avait pas laissé un grand souvenir de leur précédent passage à R-E-S en 2012 (je les aime bien, pourtant)1 et il semblerait que j’aie raté une belle prestation cette année… C’est la vie ! The Temper Trap, pendant ce temps, ne me fait dresser qu’une oreille distraite tandis que je me restaure d’un onglet de bœuf sauce Satay avec des frites bien grasses made in La Fabrique. J’ai le temps de rejoindre sans courir mes potes du côté de la grande scène pour le concert de clôture de cette deuxième journée réjouissante : Massive Attack ! Que dire ? Que c’était un plaisir que de les voir sur scène égrener hit après hit (faut dire qu’il n’y a pas grand chose à jeter dans leur discographie) ! Que c’était une joie que de les entendre amorcer Eurochild que j’avais appelé de mes vœux quelques minutes avant (c’est un de mes morceaux préférés) ! Que c’était presque loufoque de revoir Tricky, défoncé comme à son habitude, et de l’entendre par intermittence, lorsque le micro se trouvait, par hasard, en face de ses lèvres ! Que le dispositif scénique était assez chouette mais que le message politique “alter” sous-jacent était un peu fadasse ! Que je n’avais pas envie, après leur rappel, d’essayer de grappiller ailleurs quelques notes d’un autre concert et que j’étais heureux de finir cette deuxième journée sans trop souffrir du dos ni être abattu de fatigue, bref, heureux d’avoir bien profité de cette deuxième journée.

L7 - Mowno - Florian Denis (RES 2016)
Cheveux au vent (très rock, ce ventilo anti-canicule), la guitariste de L7 s’éclate sur scène (photo ©Florian Denis)

Mon top 3 du jour :

  1. Je ne connaissais pas mais je suis content de les avoir entendus : Kaviar Special
  2. Je connaissais mais ça faisait tellement longtemps que presque je ne les connaissais plus et c’était bon de les entendre : L7
  3. Je connaissais tellement qu’on pourrait penser que je n’avais pas besoin de les entendre mais quand même c’était bon de les entendre : Massive Attack

 


Illustration : photo de Florian Denis chipée sur Mowno

Ça manque de raie, me direz-vous… Je suis bien d’accord avec vous.


  1. À relire ce que j’avais écrit à l’époque, il faut croire que la bonne impression finale a été effacé par la mauvaise première impression… []

5 gazouillis sur “Rock-en-Seine 2016, jour 2 (Raie)”  

  1. #1
     
    gravatar
    Khalya a gazouillé  :
    Jour 3 (Mie) ?
  2. #2
     
    gravatar
    khalya a gazouillé  :
    Grand sourire (je fais un effort pour ne pas écrire mdr) !!
    J’avais tout bon
  3. #3
     
    gravatar
    Comme une image a gazouillé  :
    (impatiente) Oui ! Ça vient ! (et puis ça n’était pas très difficile de deviner !) J’ai eu quelques journées chargées depuis…
  4. #4
     
    gravatar
    Khalya a gazouillé  :
    Pas si facile, plusieurs orthographes étaient possibles (nan mais tu ne vas pas me gâcher ma petite joie !!)
    Aucune impatience de mon côté, tu te mets la pression tout seul :-)
  5. #5
     
    gravatar
    Comme une image a gazouillé  :
    Disons que j’éprouve une (vague) culpabilité à laisser mon lectorat avide privé de lecture… Mais la règle ici a toujours été : aucune obligation, rien que le plaisir !
    Dont acte.
    (Voilà, je vous ai apporté un peu de lecture !)

Laisser un gazouillis

  • (ne sera pas publié)

Balises XHTML autorisées : Vous pouvez utiliser ces balises : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>