[23] Et la tendresse, bordel ?

Découvert dans le journal du 30 mai, ce fait divers entre Bernadette, « jolie femme de 46 ans » et son jeune amant de 27 ans, Luc. Luc vit en couple, et devrait être père dans 2 mois. Dans ces circonstances, Bernadette considère qu’il serait raisonnable de mettre un terme à leur relation, qui dure pourtant depuis plusieurs années. Lui voudrait que ça continue.

« Luc m’a appelé vers 23 heures, raconte Bernadette, je suis allé le chercher à la gare RER de Neuilly-Plaisance. Nous étions contents de nous retrouver. À la maison, nous nous sommes fait des bisous, des câlins, puis nous avons bu du vin grec, et on a fait l’amour. C’était un peu violent, mais j’étais consentante. J’avais acheté des mezze chez Picard. Il est venu manger nu, sur mes genoux. Là, j’ai commencé à lui dire qu’il fallait qu’on se quitte. »

Je ne sais pas si vous connaissez le vin grec, mais le retzina c’est assez dégueu. Je ne sais pas si ça déclenche des envies sodomites ou si ça favorise « l’amour violent ». Faudrait que j’essaye. Pour du sexe courtois à la française, préférez un Saint-Amour.

Bernadette poursuit son récit : « (…) Je lui ai dit que j’avais une arme à la maison. Il a voulu la voir, il a joué avec, faisant semblant de tirer au plafond. Puis il l’a posée sur le matelas. On a recommencé à faire l’amour. À un moment, il a repris l’arme, me l’a posée sur la tempe. Là, pour moi, tout a changé. C’était comme un viol. On est là, on n’est pas là… On ne peut pas expliquer avec des mots cette sensation. J’ai attendu qu’il éjacule… »

C’est ce qu’on appelle tirer un coup ?

medium_hand-in-hand.jpg« La suite est très floue, reprend-elle. Luc est descendu boire un verre. Lorsqu’il est remonté, j’ai tiré. Il y avait beaucoup de sang. Je voyais toutes ces choses, le sang, mais je ne me rendais pas vraiment compte, c’était irréel. Je me suis retrouvée avec une hache à la main, je lui ai retiré les bras et les jambes. Un peu après, je me suis couchée, j’ai dormi deux heures. J’avais gardé une main de Luc dans la mienne…»

Vous avez bien saisi. Juste une main, séparée du bras. Ce détail me la rend extrèmement touchante, vraiment. Elle en a pris pour vingt ans, la Bernadette. Si j’avais été dans le jury, elle s’en serait mieux sortie.

Bon. Peut-être est-ce une manipulatrice.

Enfin, en tout cas, en voilà une qui sait couper court à une relation. 

6 gazouillis sur “Et la tendresse, bordel ?”  

  1. #1
     
    gravatar
    Samantha a gazouillé  :
    Je me rappelle avoir lu cette note lorsqu’au même moment mlle a m’envoyait un message me disant en substance à peu près ceci: “voilà je te laisse, je pars avec Clooney…il a une scie dans son topcase”. Il était 11h et à 16h je me suis quand même fendue d’un petit sms (après 5 heures d’attente haletante)…bon la suite vous la connaissez….mlle a est toujours vivante. Thank God!
  2. #2
     
    gravatar
    Comme une image a gazouillé  :
    Samantha » What a coincidence! Les bras m’en tombent.
    (Cela étant dit, elle est rigolote, cette note, c’est un plaisir de la relire !)
  3. #3
     
    gravatar
    Mnémosyne a gazouillé  :
    Argh je n’ai pas vu la fin venir… C’est flou effectivement : la sensation du viol, l’arme, la hache, les pièces détachées…

    Bon elle avait trop bu, c’est tout. Note pour moi-même : éviter le retzina, je ne tiens pas l’alcool.

  4. #4
     
    gravatar
    Comme une image a gazouillé  :
    Surtout que le retzina, c’est pas très bon. Quitte à boire, autant le faire avec quelque chose de gouleyant !
  5. #5
     
    gravatar
    kara a gazouillé  :
    Je ne me souviens pas de ce fait divers …. Mais beurk quoi … J’ai la nausée !
  6. #6
     
    gravatar
    Comme une image a gazouillé  :
    Hum, pas spécialement amatrice d’humour noir, kara ? ;-)

Laisser un gazouillis

  • (ne sera pas publié)

Balises XHTML autorisées : Vous pouvez utiliser ces balises : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>