[25] Monomaniaque

Razzye Hammadi, président du Mouvement des Jeunes Socialistes (MJS), était ce matin l’invité de Questions directes sur la tranche 8-9 sur France Inter. Le Parti Socialiste ayant tenu la veille son Bureau National, devait accoucher du fameux projet. Les journalistes étaient évidemment avide de savoir si Fabius avait tapé sur Royal qui avait tapé sur Lang qui avait tapé sur Strauss-Kahn qui avait tapé sur Montebourg qui avait tapé sur Emmanuelli qui… Des questions de fond importantes, quoi. Le quoi on s’en fout, ce qui compte c’est le qui.

Hammadi avait donc été choisi par France Inter pour commenter cette actualité toute chaude (attendu que les discussions s’étaient prolongées la nuit pendant plus de 8 heures, je suppose qu’ils n’avaient aucun « éléphant » à se mettre sous la dent, vu qu’ils étaient probablement en train de piquer un roupillon). Verbatim : « (…) les querelles de présidentiables, les mesures préconisées par le projet, qu’en pense la jeune génération (…) ? »

Vous pouvez, si vous avez raté ce beau moment de radio, aller le consulter sur le podcast de France-Inter, mais en voici un résumé :

– Le journaliste (Pierre Weil) : Vous avez lu le projet (…) ?
– L’interviewé (Razzye Hammadi) : Oui (…)
– Le journaliste (Pierre Weil) : Vous allez le voter (…) ?
– L’interviewé (Razzye Hammadi) : Nous répondons (et ça fait rire) “notre candidat, c’est le projet”

Voilà ce qui sera la ligne de conduite d’Hammadi, annoncée dès le début de l’interview. Suivent quelques questions sur le fond du projet, puis, après tout ce temps perdu à – essayer de – parler de question de fond, ça démarre :

– Le journaliste (Pierre Weil) : Justement, quand on parle de Ségolène Royal en ce moment, on dit qu’elle a vraiment compris … [à noter que le justement ne fait pas référence à Ségolène Royal dont il n’avait pas été question pendant ces quatre premières minutes ]
– L’interviewé (Razzye Hammadi) : Écoutez … l’ensemble des présidentiables … le projet … refondation de la République … [ belle tentative de revenir sur le fond, qui va vite déplaire à Pierre Weil ]

– Le journaliste (Pierre Weil) : mais restons en 2006…Est-ce que Ségolène Royal ne dit pas tout haut ce que tout le monde au PS pense tout bas ?
– L’interviewé (Razzye Hammadi) : Je pense que Ségolène Royal constitue un espoir pour la gauche [Ah ! il prononce le nom, il n’évite pas le sujet… On espère que ça va rassasier le journaliste. On est trop optimiste], ne serait-ce que … victoire de la gauche … sondage … Les sondages ne font pas une élection… projet … débat … chaque candidat…

– Le journaliste (Pierre Weil) : Vous n’êtes pas naïf …
– L’interviewé (Razzye Hammadi) : … vision de la démocratie … Président monarque …

– Le journaliste (Pierre Weil) : Mais est-ce que vous estimez que Ségolène Royal… ?
– L’interviewé (Razzye Hammadi) : … droit d’inventaire … famille socialiste … congrès … vous me disiez “elle” … ils font tous ….

– Le journaliste (Pierre Weil) : Mais personne n’en parle [la bonne phrase était « Mais les médias ne reprennent pas les déclarations des autres présidentiables du PS », les auditeurs auront rectifié d’eux même] ! Ségolène elle …
– L’interviewé (Razzye Hammadi) : oui … on parle … bureau national …

– Le journaliste (Pierre Weil) : Et maintenant, vous allez soutenir quel candidat ?
– L’interviewé (Razzye Hammadi) : Je vous le redis [en effet, cf. ci-dessus] notre candidat est redoutable (…) c’est le projet … blablabla

Ici le journaliste se plaint de la langue de bois. Bizarre, non ?

Bon. C’est pas demain la veille que le projet sera aussi bandant que Ségolène. 

Laisser un gazouillis

  • (ne sera pas publié)

Balises XHTML autorisées : Vous pouvez utiliser ces balises : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>