[29] Connaissance du monde

Prologue

La première fois que je suis allé en Bretagne, c’était avec mes grands-parents. Ils m’emmenèrent, ma sœur et moi, dans leur Peugeot©, au Village Vacances Famille de Beg Meil.
Vous imaginez un Paris-Beg Meil en Peugeot ©1974, avec des gamins, un pur bonheur que mes grands-parents devaient savourer, pas mécontents d’enfin être à la retraite pour bien profiter de leur petits-enfants.

— C’est bientôt qu’on arrive en Bretagne ?
— Pas encore les enfants, un peu de patience…
— Ça y est, on est en Bretagne ?
— On est encore sur le périphérique, les enfants…
(Quelques heures plus tard…)
— Quand est-ce qu’on arrive en Bretagne ?
— Ben on est en Bretagne déjà !
— Ah bon ? Et pourtant, les publicités sont toujours en français !

Voilà, j’avais 7 ans, et allant à Beg Meil, je pensais que les Bretons parlaient breton.

Propos

Ceci n’est qu’un préambule au sujet que je voulais vraiment évoquer. J’aurais pu titrer cette note « Les voyages forment la jeunesse » ou encore « qu’est-ce qu’on peut croire comme conneries sur l’Étranger » – et je mets une majuscule sur Étranger pas seulement pour souligner mon penchant maniaque pour les majuscules accentuées mais aussi pour signifier que mon Étranger recouvre tant les personnes que les lieux, de manière générale : ce qu’on ne connaît pas, qui est étrange(r).

Toilettes à la TurqueAinsi, lorsqu’à 20 ans, j’allais avec ma chérie d’alors en voyage en Turquie, j’avais un peu mûri, et je devais en principe être mieux armé pour appréhender l’étranger, sans trop d’idées préconçues idiotes. Pour autant, si je n’harcelais pas le conducteur de notre charter en faisant régulièrement demander à l’hôtesse si c’était bientôt qu’on décollait (question pourtant fort à propos vu qu’on est arrivés avec 5 heures de retard, et qu’on s’est retrouvés dans la merde pour trouver un hôtel – mais n’anticipons pas trop !), pour autant, j’étais persuadé que pendant ces trois semaines en Turquie, j’allais devoir me résoudre à déféquer systématiquement sur des toilettes à la turque.

Et bien figurez-vous que je fus doublement surpris. Même doublement agréablement surpris.

D’abord, parce que la plupart des WC sont à l’européenne, voilà, avec lunette et tout le tralala. On peut s’asseoir tranquillement et lire Le Guide du Routard – Turquie pépère, pour apprendre à compter en turc (fastoche), comme en France.
Je ne dis pas qu’on ne tombe pas parfois dans certains lieux sur les fameux WC à la turque, mais ma foi, cela arrive aussi en France et on s’en accommode.

Ma deuxième surprise fut de constater que ces WC différaient toutefois légèrement de ceux que j’avais la coutume d’utiliser dans mon pays natal, en cela qu’ils étaient munis d’un petit tuyau en plastique relié au réservoir et dotés d’un petit robinet. Je me suis d’abord interrogé sur l’usage de ce bitoniau : machin pour la vidange ? système anti-débordement ? avant de comprendre (ou d’apprendre) que les musulmans utilisaient de l’eau pour se laver le cul après avoir déféqué, plutôt que du papier, et que le bitoniau bricolé était donc une petite douchette de fortune prévue à cet effet.
(Pour info, un bon musulman se torche avec la main gauche et n’utilise donc la droite pour manger ou serrer la main. Je n’ai pas d’info sur les tolérances accordées aux manchots. Je recommande également de malgré tout se laver la main gauche après l’opération, ne serait-ce que pour manger des kebabs de la main droite et des frites simultanément de la main gauche. Burp.)

Il y eut donc la phase de découverte.
La phase de compréhension.
Puis vint donc la phase d’expérimentation : voyons donc voir ce que ça donne.

On prend le tuyau, on ouvre son robinet (faut se tortiller un peu pour ne pas foutre de l’eau partout) et puis on vise (à l’aveugle, précisé-je à l’attention des personnes ayant une mauvaise perception tridimensionnelle et des contorsionnistes) le trou du cul. Ouhhh c’est froid !
Bon… comme le jet n’a rien d’un Kärcher©, on est obligé d’y mettre du sien. En clair : se mettre le doigt dans le cul pour nettoyer. La toute première sensation du doigt rencontrant un peu de caca mou n’est pas forcément ragoutante, mais après tout, tant qu’à essayer, autant faire les choses jusqu’au bout, et ne pas tergiverser. Figurez-vous qu’une fois le gros de la merde enlevé (NB : les choses se passent probablement différemment selon qu’on fait plutôt caca mou – vous mangez trop gras – ou caca dur – vous ne mangez pas assez de fibre), l’anus étant une zone érogène, la pratique n’est pas désagréable – au contraire. Et puis reconnaissons également que quand on se lave sérieusement, le cul est bien propre, et le risque de marques jaunâtres au fond du slip est réduit à quasi nul, sauf si la nourriture turque vous file la tourista, mais c’est une autre histoire.

Le papier toilettes, fourni, ne sert plus qu’à se sécher les fesses, plus la peine d’en utiliser des tonnes, c’est écologique.

L’essayer, c’était donc l’adopter, et jusqu’à la fin de mon voyage en Turquie, je profitais donc pleinement des toilettes turques (les vraies), avec la satisfaction très bobo d’avoir, en touriste évolué, su adopter une coutume locale.

De retour en France, il m’arrive fréquemment de ne pas avoir à ma disposition cette petite douchette. Ayant eu l’occasion d’acheter pour mon chez-moi un nouveau chiotte, j’ai cherché à trouver un modèle similaire. Et bien si on recherche via Google des WC avec douchette, on ne tombe que sur des bolides japonais truffés de technologies qui soufflent de l’air frais, diffusent un programme radio, et calculent votre espérance de vie par IRM de votre étron.

Vous comprendrez dans ces conditions que je sois un farouche partisan de l’entrée de la Turquie dans la Communauté Européenne.

Épilogue – I

rouleau de papier toilettesMa connaissance sur l’art subtil de l’after-défécation a fait un progrès inattendu en lisant le résultat d’un étrange sondage dans un magazine, concernant la façon dont chacun avait l’usage de se torcher le cul. Une large majorité des sondés procèdent en allant de bas en haut (c’est d’ailleurs la méthode fortement recommandée pour toutes les femmes, afin d’éviter d’approcher de vilains germes de leur proche muqueuse vaginale, NDLR), puis se répartissaient – je n’ai plus les chiffres en tête – ceux qui procédaient dans les deux sens et ceux qui allaient de haut en bas.
Moi, à cet époque, je faisais justement partie de cette dernière catégorie, et un océan de possibilités s’est ouvert devant moi en un instant. Depuis, j’appartiens à la deuxième catégorie. Je me torche bi(-directionnel).

Épilogue – II

Sur mon lieu de travail, il y a quelques mois, se sont mises à apparaître dans les toilettes collectives de l’étage des bouteilles d’eau vides. Enfin, une bouteille d’eau vide. Je me suis d’abord dit « Tiens, la femme de ménage a laissé par inadvertance une bouteille de produit d’entretien » (mais c’était j’en conviens une hypothèse absurde) puis « Ça doit être quelqu’un qui était venu remplir sa bouteille au robinet qui l’aura oubliée » et puis un jour, la bouteille ne fut plus vide et ce n’est qu’alors que j’ai compris (je suis un peu dur de la comprenette, ami lecteur, toi tu auras sûrement déjà deviné de quoi il était question vu que mon billet ne parle que de ça) qu’il devait y avoir parmi nous un bon musulman qui tenait à se laver les fesses comme il est de coutume, et que faute de bitoniau, une bouteille faisait l’affaire.

Décidément, moi habituellement si imaginatif, il fallait vraiment qu’on me mette le nez dedans pour que je progresse dans ce domaine. J’ai donc à nouveau adopté l’usage de la bouteille d’eau, même si ce n’est qu’occasionnellement. Parce que je n’y pense souvent que trop tard. Si la bouteille est moins pratique que le petit tuyau, elle a l’avantage de pouvoir être préalablement remplie d’eau tiède, ce qui rend le contact sur les fesses assez plaisant.

J’ai notamment pris l’habitude de procéder ainsi tous les jours où je vais rejoindre mon amante, afin que mon cul soit propre si l’envie lui vient de vouloir l’embrasser. Et l’envie lui prend plutôt souvent. Et je m’en réjouis à chaque fois ostensiblement.

9 gazouillis sur “Connaissance du monde”  

  1. #1
     
    gravatar
    wondercinamona a gazouillé  :
    je suis venue ici par l’intermédiaire de sinziana et d’un de tes commentaires…
    je suis ravie.
    je reviendrai..
  2. #2
     
    gravatar
    Athena a gazouillé  :
    Ah ah ah…je suis morte de rire…vous avez fait une note sur “l’art de bien déféquer!”

    Ok, pour le nettoyage à l’eau…mais cela n’exclut pas de se nettoyer avant avec le papier histoire d’éviter le trop plein sur les doigts (cette sensation que vous décrivez si bien, et qui semble vous ravir!! oh! Dégoutant!) puis de se laver par la suite ou d’humidifier votre papier toilette et de vous nettoyer ;-)

    Et pour votre amante, avant le rendez-vous faites donc la totale (Quoi donc?? demandez à votre amante ce qu’elle fait si elle se doute que vous allez la prendre différemment)… Ainsi elle titillera plus facilement votre prostate (il paraît que c’est agréable!)

    !

  3. #3
     
    gravatar
    Comme une image a gazouillé  :
    supercannelle > Il y avait une époque où je ne répondais pas systématiquement à tous les commentaires, même quand ils étaient rares. Bon, maintenant, je ne réponds pas à 100 % des commentaires, mais pas loin… En tout cas, tu es revenue, même si tu te fais rare…

    Athena > C’était plutôt sur l’art de se torcher (qui peut faire penser à un texte de Rabelais, dans Gargantua, mais je m’égare…). Je suis d’accord avec vous (personnellement, j’use du cycle pré-lavage, trempage, rinçage).
    Si « la totale », c’est le lavement, berk, je ne le pratique pas, ni ne le réclame. Et s’il y a un peu de merde sur la capote quand je me retire, ma foi, ça fait partie des aléas de la baise animale.
    (Et je confirme que c’est très agréable d’être titillé dans le cul.)

  4. #4
     
    gravatar
    Athena a gazouillé  :
    Comment ça “berk”?? Pour un acte qui est censé se faire en votre absence… ça vous répugne tout de même? Vous n’avez même pas à le réclamer (ça se fait pour respecter un certain mythe…sourire.)..

    En admettant votre théorie sur la baise animale (j’avoue que je manque d’arguments!), ok pour le préservatif…et l’amante comment fait-elle ? elle s’enfile des préservatifs aux doigts? (carrément impossible pour la langue!!! sourire…)

    Au fond, sous le feu (brûlant) de l’action on ne s’interroge pas, sans doute parce que l’on suppose que l’autre y prend (grand) soin…

  5. #5
     
    gravatar
    Comme une image a gazouillé  :
    Athena > Je dis « berk » parce que ça m’évoque un peu les pratiques de films X et que j’aspire à des relations plus naturelles, plus spontanées. Cela étant, comme j’aime particulièrement les anulingus, j’apprécie que ma partenaire ait songé à rendre la zone clean. Mais c’est ma langue qui est sensible. Parce que mes doigts et mon sexe sont dépourvus de goût et d’odorat (et qu’ils sont moins sensibles aux germes, surtout capuchonné(s), précisons-le).
  6. #6
     
    gravatar
    Samantha a gazouillé  :
    Oui j’ai beaucoup remarqué le système de la douchette au Moyen-Orient, un petit tuyau la plupart du temps indépendant. Au Japon, on est plus high tech avec des toilettes électroniques et différentes températures de jets….Mais je n’ai jamais osé essayer ni l’un ni l’autre….je reste accrochée à mon papier triple épaisseur qui inlassablement bouche les toilettes.
    S comme super classe!
  7. #7
     
    gravatar
    Comme une image a gazouillé  :
    Samantha » Ah, les filles qui bouchent les toilettes avec leur PQ, ça m’énervvvvve !

    Pour la petite histoire, je me suis documenté récemment sur le sujet car j’ai une salle d’eau à réaménager chez moi et je n’ai rien trouvé d’autre que les machins japonisants à un prix assez hallucinant. Je m’en fous de l’eau chaude ou de l’air pulsé, je veux juste un petit jet d’eau pour nettoyer en douceur mon petit trou du cul.
    (En Italie, j’ai utilisé les bidets. C’est pas censé être fait pour ça, mais ça fait office de.)

  8. #8
     
    gravatar
    Emeline a gazouillé  :
    Pour tes WC, pourquoi ne fais tu pas monter un simple tuyau+mini pommeau de douche sur l’arrivée d’eau ? (système en place dans la maison de mon enfance qui avait l’air de satisfaire tout le monde)
  9. #9
     
    gravatar
    Comme une image a gazouillé  :
    Émeline » Ben voilà, je crois que je vais finalement opter pour un truc simple mais faudrait trouver une douchette au format adapté et un système pour pas mettre de l’eau partout.

Laisser un gazouillis

  • (ne sera pas publié)

Balises XHTML autorisées : Vous pouvez utiliser ces balises : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>