[59] Les paradoxes du burp anonyme, journal extime

À l’occasion d’une note ici-bas, un commentaire attentionné appréciait la pudeur dont j’avais, selon son auteur, sut faire preuve. Je lui répondais que ce n’était pas si pudique que ça d’exhiber (comme je continue de le faire par ailleurs) ses états d’âme au tout-venant. Elle me répondait que personne ne me connaît ici (de fait, en tant que journal de bord d’un homme dont un des faits d’armes est d’être marié, père de famille, et infidèle, un minimum de discrétion paraît de rigueur).

Il se trouve d’ailleurs qu’une partie des lecteurs de mon burp sont des gens que je connais en chair et en os, parfois même en muqueuse et en ongles, mais je ne voudrais pas entrer trop dans les détails (par pudeur bien entendu !). Ce sont des personnes de confiance qui sont au courant de mes agissements, y prennent (prenaient) une part active et qui, à défaut de les cautionner, les comprennent, au moins, les acceptent comme partie intégrante de mon être. 

Quelques uns tiennent eux-mêmes leur propre burp, et son dès lors confrontés à cette même problématique qui s’impose à tout burpeur faisant le choix de l’anonymat, et que je vais exposer un peu plus bas.

Au cours de ma (fraîche) exploration de la burposphère, j’ai recensé les différents types de burps suivants :

  1. Les burps communautaires, dédiés à une activité, un courant de pensée, … Ce sont ceux des associations, des partis politiques, des groupes d’amis, etc.
  2. Les burps professionnels : généralement tenus par une seule personne, de manière généralement non anonyme, et qui traite de sujets en rapport avec leur profession : untel défendra le navigateur Firefox, un autre parlera de sa vision du management, , un autre de la vie des médias, etc. Je classe dans cette catégorie les burpzines des dessinateurs, ou encore ceux de musiciens dédiés à leur création musical, et plus largement tous ceux consacrés à la création artistique.
  3. Les burps individuels nominatifs : l’auteur sera la plupart du temps bridé dans le degré de franchise dont il fera part dans ses notes. Ca pourra être du genre “j’ai mangé au resto Le petit chat coquin et c’était vraiment dégueulasse”, mais plus rarement “ma sœur n’est qu’une grosse truie”
  4. Les burps individuels anonymes : relativement proches des précédents, mais où l’auteur s’expose davantage, notamment sur des sujets réservés généralement à la sphère très privée, en premier plan la sexualité.

Dès lors se pose la question délicate du degré d’ouverture de déballage de son âme (tout de suite les grands mots) que l’on va oser sur son burp ; certes, couvert par un anonymat, mais un anonymat relatif. Que ce soit en matière de sexualité, d’orientation politique, d’exposition crue de mes peines de cœur, je me suis plutôt lâché jusqu’à présent mais c’est à chaque fois en hésitant. 

La question n’est pas tellement de vous donner à connaître sans préparatif ni précautions particulières des éléments de grande intimité que je ne livre généralement pas au premier venu (encore que, sur internet, que ce soit par chat ou par messages, sur les sites de rencontres, par exemple, on peut assez rapidement y aller assez franco), mais plutôt de savoir jusqu’où aller :

  • d’une part, pour que ceux qui ne me connaissent pas ne m’identifient pas (il y a hélas quelques malades sur le net qui pourraient y trouver l’occasion de nuire)
  • d’autre part, pour que ceux qui me connaissent mais ne connaissent pas l’existence de ce burp ne m’identifient pas non plus (et là, c’est nettement plus délicat parce que je suppose que chaque note contribue à nouer un faisceau de présomption) ; si je ne leur ai pas parlé de cet endroit, c’est probablement à dessein
  • enfin, pour que ceux qui me connaissent et à qui j’ai parlé de ce burp ne se disent pas en poussant des grands cris : Mon dieu, mais c’est le J*** que je croyais connaître ?!?

J’ai démarré cette réflexion il y a déjà un moment quand au moment cette note, je me suis en même temps baladé sur le burp de Frantico.

Le Frantico en question, qui racontait en bédé sa vie et notamment ses déboires et frustrations en matière sexuelle, se voyait confronté à cette même question. Ça donnait en gros : puis-je continuer à vous (lecteurs) raconter aussi franchement ma vie et notamment mes fantasmes sur ma voisine du dessous, ou mes énervements avec la boulangère, alors qu’en même temps la notoriété de mon site grandit (le burpzineux se retrouvait même invité à un salon international) ?

Avec le temps qui passait, le fait même de tenir un burp (et que celui-ci ait atteint une certaine notoriété) finissait par agir sur le comportement de Frantico ; comme en mécanique quantique, l’observation modifie ce qu’on observe !

Il s’est avéré que le burp n’était qu’un vaste et audacieux canular ! Mais pour autant, ce qui n’avait été que le fruit de l’imagination dans ce cas précis peut tout à fait se décliner dans la vraie réalité réelle.

Ça m’a toujours fait rigoler, ceux qui qualifient les rencontres (au sens large) sur internet de virtuelles. Je suis tout aussi réel, derrière mon clavier, en train de tapoter cette note, que vous, derrière votre écran, en train de la lire (non, je ne te parle pas à toi, robot d’indexation), ou que la boulangère quand elle vous tend sa baguette ou ses chaussons au pomme.

20 gazouillis sur “Les paradoxes du burp anonyme, journal extime”  

  1. #1
     
    gravatar
    sélène a gazouillé  :
    Géniale cette note et ses liens!… je me suis vraiment régalée et … instruite! j’ai découvert Frantico et les vertus de la toilette intime Etrangère(jolie et délicate obsession que la tienne CU…I ! ;-))
    (désolée, je n’ai pas trouvé la majuscule accentuée :-(, non, pas le fouet!….)
    Cela paraîtra certainement égoïste mais, tant que tu y prendras du plaisir, continue à nous en procurer avec ton burp, contenu réel ou virtuel, certainement un mélange des deux, peu importe, il est ton reflet et on l’aime!
  2. #2
     
    gravatar
    MarieM a gazouillé  :
    En allant de notes en notes, arrivant sur l’article “connaissance du monde, un rebond” je me suis souvenue que J’avais découvert avec curiosité et surprise la toilette intime à l’orientale , une nuit , dans un port de plaisance , à côté d’Antibes :
    Un ami m’avait accueilli sur le yacht d’un émir arabe qu’il devait convoyer le lendemain. Quel rêve ! Cabines en bois précieux, chambres avec moquette cocooning, Hifi dans toutes les pièces et summum du luxe la salle de bain de la chambre principale, où, nous nous étions installés pour la nuit, un petit bijou !
    C’est là que j’avais découvert les raffinements des toilettes avec un petit jet, bien amusant et très astucieux.
    Très originaux et amusants aussi, ta série d’articles. ;-))
    Quand au commentaire sur les vertus du café ou peut être du thé au jasmin dans un article avoisinant, étrange…lol
  3. #3
     
    gravatar
    Comme une image a gazouillé  :
    sélène > Merci de dépuceler les commentaires de cette note !
    Pour le É, si tu as un PC, il faut taper la combinaison un peu ésotérique Alt + 0201 (sur le pavé numérique), ou bien passer par la table des caractères (Démarrer / Programmes / Accessoires / Outils système / Table des caractères). Sur Mac, je ne sais pas. Sur Linux, paraît-il que c’est facile…

    MarieM > Je n’ai jamais essayé ces toilettes de luxe, les Japonais font aussi des trucs dingues pour leurs toilettes, avec jet d’eau + souffle d’air chaud pour sécher + diffusion de musique, que sais-je encore.
    Au chapitre “bibliographie”, citons aussi une scène rigolote à propos de chiottes dans le nanar avec Stallone “Démolition Man”.

    Bon, j’ai rouvert les commentaires de cette ancienne note que je vais prochainement flécher.

  4. #4
     
    gravatar
    MarieM a gazouillé  :
    É , woaouh , ça marche, l’est calé le Cui ; dis tu donnes des cours particuliers ? lol
  5. #5
     
    gravatar
    MarieM a gazouillé  :
    ou même en grp , ce qui m’interesse c de progresser en informatique
    en ce moment je suis sur photoshop , j’ai acheté Photo S pour les nuls , mais je galère quand même car je démarre toute seule, comme une grande, du palier -10 , au moins -;)
  6. #6
     
    gravatar
    sélène a gazouillé  :
    De rien, je t’en prie, tout le plaisir était pour moi, et puis le dépucelage peut réserver d’agréables surprises!….;-)
    É oui, ça marche, merci pour l’info! oups, à utiliser avec modération… utile de connaître un expert en la matière (informatique, entre autres apparemment…;-))
  7. #7
     
    gravatar
    cassiopée a gazouillé  :
    Très intéressant article en effet. Je ne sais pas pourquoi, j’ai l’impression que depuis tu es devenu moins pudique depuis :-). Pour les majuscules accentuées, je pensais qu’on pouvait s’en passer à partir du moment où ça ne nuisait pas à la compréhension (c’est ce qu’on m’a dit à l’école qd j’étais petite et comme je suis un peu feignasse, je perpétue). Il y a aussi une autre façon d’écrire des majuscules accentuées ici : http://pagesperso-orange.fr/jm.....accent.htm. Taper CTRL ‘ puis E (ça marche sous word mais pas ici, pas top ce burp, héhé). Sinon, je n’arrive pas à accéder au burp de Frantico :-/, frustrée je suis …
  8. #8
     
    gravatar
    Çômmë ùñé ìmàgê a gazouillé  :
    MarieM > Oui, je donne des cours particuliers, à un tarif tout à fait abordable. Contacter mon secrétariat.
    Les cours en groupe sont également possible. Contacter mon secrétariat.
    Par contre, pour Photoshop, je ne suis pas du tout spécialiste (perso, j’utilise Paint Shop Pro).

    sélène > Dans le monde dans lequel nous vivons, un informaticien sous la main, ça peut effectivement s’avérer d’une grande aide (fin de la page de publicité ;-).

    cassiopée > Je suis allé hier revoir les extraits de Frantico que j’avais liés et ça marchait impeccable. Concernant les raccourcis clavier, il y en a plein qui ne fonctionnent QUE dans Word. À cet égard, Windows est assez nase.
    Mais tu peux faire un accent grave avec Ctrl+Alt+` (`= touche 7è`) puis la majuscule souhaitée : ça, ça marche partout (et donc ici, et Haut & Fort n’y est pour rien).

    Tiens, je suis allé voir ton lien et en fouillant un peu, j’ai trouvé un truc sympa ici :
    http://home.scarlet.be/~tsa02476/kbdfrac.htm
    que j’essaye dès aujourd’hui !

  9. #9
     
    gravatar
    cassiopée a gazouillé  :
    Ah j’ai fini par trouver les liens vers frantico, merci. J’étais trop pressée, j’avais voulu aller direct sur son blog. Oui ça a l’air bien ce clavier, essaye, comme ça j’essayerai aussi qd je serai sure qu’il n’y a pas de virus :-)
  10. #10
     
    gravatar
    Comme une image a gazouillé  :
    cassiopée > Pour Frantico, je te conseille une découverte chronologique, de la première à la dernière note ; ça prend du temps, mais ça vaut la peine.
    Pour le clavier, je l’ai mis en place, c’est chouette, je peux désormais faire mes « guillemets » à la vitesse de l’éclair (alors qu’avant je galérais un peu avec mes Alt 174 et 175).
    J’ai même les tirets semi-quadratins – ceux-là – dont je suis friand !
  11. #11
     
    gravatar
    sélène a gazouillé  :
    Merci à toi, j’ai joliment terminé la rédaction d’un dossier en utilisant tes majuscules accentuées!
    Des tirets semi quoi? lesquels sont-ce, les grands ou les petits?…. décidément, on n’arrête pas de se cultiver en fréquentant ton burp, épatant!
    Un informaticien sous la main, ça peut changer le quotidien oui…:-)
  12. #12
     
    gravatar
    Comme une image a gazouillé  :
    sélène > Je n’ai pas la science infuse en matière de typographie mais j’ai quelques bases, acquises notamment après avoir été rédac’ chef du canard de mon école d’ingénieur !
    Une recherche Google te donnera accès à un vaste choix.
    Les tirets semi-quadratins, je les utilise pour les incises – comme ça – alors que les quadratins, plus longs, je les utilise pour les tirades comme ça :
    — Il est indispensable d’utiliser Word™ avec l’option « Majuscules accentués », cria-t-il à la foule. J’ai d’ailleurs écrit une note sur le sujet !

    – : trait d’union (touche 6/-)
    – : tiret semi-quadratin (Alt + 0150)
    — : tiret quadratin (Alt + 0151)

  13. #13
     
    gravatar
    the_pote a gazouillé  :
    salut mon pote !

    je suis désolé de perturber vos considérations typographiques : je viens faire mon petit commentaire sur ta note.

    en préambule une question : quelle différence entre un burp et un blog ? pourquoi n’utilises-tu pas le mot blog ?

    je m’interroge parfois sur mes motivations à écrire dans un blog (désolé hein, mais je n’aime pas faire des rots sonores, alors à la place je blogue)… tandis que je ne fais pas de celui-ci un instrument de séduction active…

    voici quelques unes de mes réflexions :

    (1) l’écriture dans mon maigre blog est un exercice qui s’apparente à la confession, à l’écriture d’un journal intime ou à la correspondance régulière avec un(e) ami(e) intime… c’est un moment de réflexion, de mise en forme, de prise de recul qui permet de digérer certains événements, d’en prendre acte, de les mémoriser

    (2) c’est un espace de partage (partage d’émotion notamment) avec les quelques personnes qui en connaissent l’existence, un espace peut-être où il est possible de transmettre des messages à quelque lecteur ou lectrice identifié(e)

    (3) il y a une dimension narcissique : le blog me permet de m’exposer

    (4) j’aime écrire et agrémenter des textes de photos

    (5) l’écriture d’un journal que je serais seul à lire me semble vaine (en tout cas, je n’en ai aucune envie)

    Et l’anonymat est en effet essentiel :

    (1) il me permet d’aborder sans gêne tout type de sujet, la sexualité en particulier

    (2) je n’ai aucune envie d’être reconnu par un collègue de travail ou un voisin ou même un pseudo-proche (même si cela n’aurait pas une bien grande importance en ce qui me concerne)

    A ta liste j’aurais ajoutés les blogs à plusieurs mains, où un nombre réduit de personnes écrivent ensemble un blog sur des sujets d’intérêt commun (le cul en général)

    Voili, voilà

    (Je suis tout content : ce commentaire m’a fait perdre 20 minutes d’une après-midi longue comme un jour sans pain. Merci CUI !)

  14. #14
     
    gravatar
    sélène a gazouillé  :
    Quels talents tu as! moi qui mettais des traits d’union à tire larigot ….:o

    cassiopée > oui le clavier fonctionne du tonnerre, je peux désormais mettre rapidos les accents toniques quand j’écris en espagnol!

  15. #15
     
    gravatar
    Comme une image a gazouillé  :
    the_pote > Ma réponse définitive à ta question préambule se trouve dans l’interview de Cali Rise : http://www.impudique.net/spip.php?article565

    Concernant tes réflexions, elles n’appellent pas vraiment de réponse. Comme réaction, je peux t’indiquer que ma démarche est assez proche de la tienne concernant les motivations comme mon rapport au burp (je persiste) ; j’y ajoute qu’avoir des lecteurs (et si possible pas trop clairsemés, mais pas trop nombreux non plus, le niveau de « visibilité » pouvant mettre en péril l’anonymat – et également d’une certaine manière la liberté de ton – s’il s’élève trop) était important pour moi, dès le départ.

    Autre chose : à moins de le protéger par un code d’accès, cet espace reste public et donc accessible à n’importe qui, au hasard des requêtes (ou des liens fugitifs que propose H&F). On ne maîtrise donc pas trop son lectorat ; dès lors qu’il croît, cet « espace de partage » tel que tu en parles peut changer de nature.

    sélène > Je suis très content aussi de mon nouveau clavier. Je me suis imprimé le schéma qui accompagne le programme pour l’avoir sous les yeux le temps de l’apprivoiser (après, ça sera dur quand je clavioterai sur un autre PC que le mien !).

  16. #16
     
    gravatar
    cassiopée a gazouillé  :
    & Sélène : Ah bien je vais l’installer aussi alors :-). Je ne savais même pas que ça existait les quadratins et semiquadratins, moi je me contentais de transformer les – en fontes symbole, naïve que j’étais. Pour frantico, je regarderai, je ne connaissais que la partie sharky qui semble avoir disparu :-/
  17. #17
     
    gravatar
    Miss S à Cassiopée a gazouillé  :
    Cassio : t’inquiète, la partie Nico Shark est disponible dans toutes les bonnes librairies !
    ;)
  18. #18
     
    gravatar
    the_pote a gazouillé  :
    Tu omets de mentionner que tu as la possibilité de modifier les commentaires que tu reçois, de les supprimer ; tu peux même en créer de factices avec n’importe quelle identité puisqu’il n’y a pas de principe d’authentification des auteurs des commentaires déposés. Je pense donc à l’inverse de toi que tu peux conserver le contrôle de l’ “”espace de partage” pour ce qui est de son contenu.
  19. #19
     
    gravatar
    Dom a gazouillé  :
    Visiteuse anonyme, cachée et muette, parfois me vient l’envie de sortir un peu de l’ombre…
    Je lis ton burp quotidiennement, (le fil RSS quelle belle invention !) souvent je me demande ce qui pourrait me donner envie de dire tout haut mes réflexions à ta lecture…
    En fait, un burp, il me semble, vit en partie par ses lecteurs et –davantage encore– par ses commentateurs ! Donc honte à moi, je ne commente pas…
    Si j’avais, moi-même, un burp-blog-blop… et l’envie d’être lue, je laisserais, ici ou ailleurs, des commentaires donnant le lien… c’est facile, il suffit de cibler…
    Alors… l’anonymat, oui, oui, oui !!!!!! Je pense que c’est la raison pour laquelle je ne me suis pas encore décidée à écrire ! Finalement c’est autrement que je joue… (tiens d’ailleurs, en parlant de jouer… dans tes liens ? isketch ? tu y vas ? on s’y est peut-être croisés…)
    Bref, peut-être vais-je me décider à –au moins– commenter chez toi…
  20. #20
     
    gravatar
    Comme une image a gazouillé  :
    cassiopée > Ravi de te l’apprendre alors ; parce que la police (fonte est un anglicisme) « Symbol », je ne sais pas trop ce que ça donne pour les utilisateurs de Mac. Alors que le tiret quadratin, il fait partie du jeu de caractère UTF-8, et doit à se titre s’afficher correctement sur tout navigateur et toute plateforme (pas trop ancienne).

    Miss S & Cassiopée > Effectivement, le burp de Nico Shark n’est plus en ligne (j’en avais parlé dans je ne sais plus quelle note) ; en revanche, je ne savais pas qu’il avait été imprimé.

    the_pote > J’ai omis de le signaler parce qu’effectivement, je n’ai pas encore eu l’occasion d’avoir de problème avec ça. Au tout début (et je l’ai avoué), j’ai « salé » une note avec un commentaire pour en attirer d’autres (comme les musiciens dans le métro). Et par la suite, je n’ai jamais eu de problème d’usurpation d’identité, ni contre moi, ni contre un(e) autre, pas plus que je n’ai été victime de maniaque qui se serait mis à polluer les commentaires (je touche du bois). Bref, même si le contrôle est possible, dans la mesure où il peut être évité, je pense qu’il n’est pas souhaitable.

    Dom > Le burp vit d’abord par son auteur (en toute modestie) ; les commentaires sont un gros plus, mais pas indispensables (certains burps en sont d’ailleurs dépourvus – pour moi en revanche, j’y tiens).
    Heureusement que la majorité des lecteurs sont silencieux ; s’ils ne l’étaient pas, il y en aurait sans doute 10x plus (c’est une estimation) et je n’aurais ni le temps, ni le courage de répondre à tous, comme je tiens à le faire, pour l’instant, parce que j’apprécie cet espace de dialogue, d’échange, qui permet d’enrichir l’émotion, l’idée, etc. que j’ai voulu partager par ma note. Alors, toi, si tu veux être plus active, ne te gêne pas, participe au rythme de ton envie.

    Pour Isketch, ça fait des lustres que je n’y suis pas allé mais mon pseudo là-bas est JiP.

Laisser un gazouillis

  • (ne sera pas publié)

Balises XHTML autorisées : Vous pouvez utiliser ces balises : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>