[126] Toutes les races ne sont pas égales, arrêtez vos conneries !

Ce matin, tandis que je conduisais aussi paisiblement que possible mon véhicule dans une artère de banlieue bouchée pour cause probable de rentrée scolaire, j’ai aperçu dans la rue un noir atteint d’une maladie de peau qui faisait apparaître sur son visage de vilaines larges tâches de peau dépigmentée, rosâtres en somme, ce qui évidemment se voyait plus encore que le nez au milieu de la figure compte tenu de son teint sombre.

Immédiatement, mon esprit sur cette remarque que je me fais depuis un moment selon laquelle la race noire (bon, je sais, chacun des trois mots de ce syntagme est sujet à interminables polémiques, mais si je ne peux pas faire un peu de provoc’ dans mon burp’, autant aller élever des chèvres dans le Larzac, et je dis ça en prenant le risque de provoquer une polémique au sujet de José Bové, ce dont je me garderais bien, de risque de glisser sur le terrain savonné de la gauche noniste, qui m’entraînerait immanquablement à batailler sur les querelles internes du PS, le rôle des médias, la coupure de publicité dans les films de TF1, la suprématie de Google sur Yahoo, on ne s’en sortira pas) est supérieure à toute autre race, particulièrement chez les hommes (j’entends les mâles : qu’on ne me reproche pas de sous-entendre que les noirs ne seraient pas des Hommes, hein, pas de polémique j’ai dit).

Non pas parce que les hommes noirs en ont une plus grosse, ou qu’ils ont le sens du rythme, ou qu’ils sont meilleurs pour courir le 100 mètres ou être vigile dans les supermarchés. Non, aucune de ces fadaises.

Tout simplement parce que lorsque l’heure vient où point chez le mâle l’alopécie, ces enfoirés de noirs restent beaux, ou aussi moches qu’avant (y’a une justice), car leur crâne est quasiment raccord avec leurs cheveux, quoi que légèrement plus luisant (cf. illustration ci-dessous).
Et l’alopécie est salement plus répandue que les dermatoses.

medium_tonsure.png

 

4 gazouillis sur “Toutes les races ne sont pas égales, arrêtez vos conneries !”  

  1. #1
     
    gravatar
    Roumi a gazouillé  :
    Cher monsieur, je me permettrai de vous signaler que l’alopécie est une chute temporaire des cheveux… malheureusement tu parles d’une chute définitive liée à l’âge ce qui n’a rien à voir mon vieux… relis ton dictionnaire, s’il te plaît… mais j’y pense, il doit être bien enfoui dans un carton de déménagement ; je t’accorde donc quelques circonstances atténuantes.
    La messe est dite… tu feras pénitence pendant cinq jours…
  2. #2
     
    gravatar
    Comme un cheveu sur la soupe a gazouillé  :
    Roumi >

    Mon dictionnaire est plus clément que le tien (il est en ligne, mon Robert est effectivement dans un carton, mais lequel ?) :

    ALOPÉCIE, subst. fém.
    A. MÉD. Absence congénitale ou temporaire, chute totale ou partielle, de cheveux ou de poils. Synon. pelade :

    1. … atteint d’une alopécie précoce, il avait la figure complètement glabre. Pas un cil aux paupières, pas un vestige de sourcils, pas un poil de barbe.
    A. THEURIET, La Maison des deux barbeaux, 1879, p. 30.

    2. Quant à l’alopécie : chute des cheveux, de la barbe, des cils et sourcils, des poils du corps, elle est fréquente.
    SOUQUES ds (F. Widal, P.-J. Teissier, G.-H. Roger, Nouveau traité de médecine, fasc. 8, 1920-1924, p. 205).
    DÉR. Alopécique. 1. Adj. Qui a rapport à l’alopécie; affection alopécique (Lar. 19e, Nouv. Lar. ill.); (cf. aussi NICOLAS ds F. Widal, P.-J. Teissier, G.-H. Roger, Nouveau traité de médecine, fasc. 4, 1920-1924, p. 672); 2. Subst. Individu atteint d’alopécie (attesté ds Lar. 19e et Nouv. Lar. ill.).
    Prononc. : [].
    Étymol. ET HIST. 1377 méd. alopicie « chute partielle ou totale des cheveux, des poils » (ALANFRANC, Encyrurgie, 3, 2 ds QUEM. t. 1 1959 : Alopicies qui sont causées par ulceres et pour tigne); 1505 allopecie (Platine de honneste volupté, fo 26 vo ibid. : Ceulx qui ont une maladie appellee allopecie, qui fait cheoir les cheveux).
    Empr. au gr. (de -, – « renard ») « maladie qui fait tomber les cheveux, comparée à la chute des poils de renard » (SOPHOCLE, fr., 369 ds BAILLY).
    Alopécique, 1866 (Lar. 19e).
    STAT. Fréq. abs. litt. : 1.
    BBG. BÉL. 1957. BOISS.8. BOUILLET 1859. FEUGÈRE (F.). En marge de l’exposition Charles V. Dans le vocabulaire de Duguesclin. Déf. Lang. fr. 1968, no 45, p. 26. GARNIER-DEL. 1961 [1958]. Lar. méd. 1970. LITTRÉ-ROBIN 1865. NYSTEN 1814-20. PRÉV. 1755.

    Alopécie ? Pauv’ Juliette.

  3. #3
     
    gravatar
    Ophélie a gazouillé  :
    Oh, hé, arrête tes connerieS !
  4. #4
     
    gravatar
    Comme une image a gazouillé  :
    Ophélie Summer > Ordonne, j’obéis !

Laisser un gazouillis

  • (ne sera pas publié)

Balises XHTML autorisées : Vous pouvez utiliser ces balises : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>