[362] Les chansons d’amour

Vu tout récemment ce film pourtant sorti depuis quelques semaines. Il faut dire que les programmes ne sont pas extrèmement enthousiasmant. J’ai très envie de voir Persepolis dont j’ai entendu grand bien, mais ma compagne l’a déjà vu. D’autres films qui nous auraient tentés ne passaient que dans une salle, le mardi à 15h30, ce genre. Bref, notre choix se porte sur le film de Christophe Honoré qui a plutôt bonne presse. Ça commence par un générique qui, tout en plantant le décor dans un Paris réduit (tout se passe dans le quart Nord-Est parisien, Bastille, rue des Petites Ecuries, boulevard de Strasbourg, Château d’eau… d’autres rues que je n’ai pas identifiée, plus quelques incursions à Montparnasse mais pas au générique) fait l’original en n’affichant en énorme le nom des intervenants du film. Oui, juste le nom, dans une police du genre Arial Black, 2930 pt, sans le prénom ni la fonction. Ça fait un peu pose, je trouve, mais c’est original. Ça a même un petit côté rigolo quand on arrive à la liste des fonds d’investissement qui ont financé le film.
Découpé en trois parties (le départ, l’absence, le retour), le film est centré sur le personnage d’Ismaël (Louis Garrel, qui provoque sur moi un léger effet répulsif mais qui n’atteind pas l’intensité de celui déclenché par Romain Duris, qui a aussi joué dans Dix-sept fois Cécile Cassard du même Honoré, faut croire que c’est un effet qui plaît à d’autres) autour duquel gravitent des filles et des garçons. Au début, deux filles. À la fin, un garçon. Ma chère mère, que j’ai eu au téléphone juste après la séance, m’a dit qu’elle trouvait qu’on voyait que c’était un film d’homosexuel, les femmes étant, selon elle, peu mises en valeurs. Je reconnais que sur deux points, elle n’a pas tort : d’abord, effectivement, l’Ismaël finit par échanger (légèrement contraint, certes) deux barils de filles par un baril de garçon et le vit très bien. Ensuite, parce que la scène d’amour entre les deux garçons est filmée plus sensuellement que les scènes hétéros. Mais le réalisateur reste très très chaste dans tout le film et vous n’apercevrez guère plus qu’un bout de sein ou un torse (si on peut y voir une unité de mesure : je n’ai pas bandé une seconde). Les chansons d'amourMa mère disait aussi qu’il avait réussi à rendre Chiara Mastroianni vilaine, ce à quoi j’ai rétorqué qu’elle n’était pas si jolie que ça (enfin, en tout cas c’est mon avis). En revanche, la petite Clothilde Hesme est vraiment… whaouuu… craquante. C’est drôle parce que M*** m’a dit à son sujet qu’elle lui avait fait penser à Laurence Cote, autre actrice qui me fait de l’effet pour conclure que décidément j’étais toujours sensible aux mêmes physiques.
Ceci est une réponse à un commentaire que j’ai eu à propos de mon attirance pour Juliette Binoche. Qu’est-ce que je lui trouve ? Juste le fait qu’elle réponde à mon canon de beauté au féminin. Alors amie lectrice (oui, sur ce coup là, ami lecteur, tu ne peux rien pour moi), si tu ressembles à Juliette Binoche ou Laurence Cote ou Clothilde Hesme ou Kristin Scott Thomas ou Demi Moore dans Ghost ou Louise Brooks, sache que tu n’as même pas besoin d’être drôle ou intelligente pour me rendre fou de toi (c’est drôlement flatteur non ?).
Revenons-en au film.
Donc, dans les chansons d’amour, il y a de l’amour (maladroit, hésitant, fragile, inégal) et il y a des chansons. Tout plein de chanson signées Alex Beaupin et je dois dire qu’elles sont, pour la grande majorité d’entre elles, vraiment chouettes et bien écrites. Touchantes, malines, affutées, elles font fredonner aux personnages la difficulté de trouver l’équilibre amoureux (pour moi c’est définitivement le sujet du film, cette impuissance généralisée à trouver entre deux [ou trois] amants un équilibre des sentiments et des attentes, quand l’un veut plus que ce que l’autre veut ou arrive à donner).
J’ai eu du plaisir dans cette balade parisienne, le plaisir de ces décors familiers, celui de l’émotion portée par le film et peu importe si Christophe Honoré le conclut par un plaidoyer pro d’homo.
Recommandé.

13 gazouillis sur “Les chansons d’amour”  

  1. #1
     
    gravatar
    alexa rieuse a gazouillé  :
    bon et bien j’ai plus qu’à essayer d’être drole et intelligente..;-)))
  2. #2
     
    gravatar
    Andy Verol a gazouillé  :
    En cherchant chercher elle a cherché elle est déçue elle a cherché le mec et elle est déçue elle a cherché un autre mec et elle re-déçue, elle a cherché à jouir avec le mec aimé, elle s’est faite lourder…

    On va explorer tout ça, tu vas voir…

    Andy Verol

    http://andy-verol.blogg.org/

  3. #3
     
    gravatar
    Philobus a gazouillé  :
    Salut,
    J’ai bien aimé ce film également mais je trouve que tu décris extrêmement bien le film en tout cas, on sens aisément ta sensibilité et ta finesse de plume.
    Par contre si tu manques d’idées je te recommande The Bubble, j’en parle un peu sur mon blog de manière assez succinte je le reconnais.
    Bonne journée à toi
  4. #4
     
    gravatar
    Comme une image a gazouillé  :
    alexa > Ouais, essaye et bonne chance ;-)

    Andy Verol > Ben voyons. La prochaine fois que tu prends mon burp pour un affichage publicitaire je sors la pénicilline.

    Philobus > Merci pour le conseil. Je me le note (mais d’abord Persépolis).

  5. #5
     
    gravatar
    Un mot passant a gazouillé  :
    Pour voir ce film, n’ayant pas le temps il va falloir que je fasse Le patient anglais. Mais en attendant, ce n’est pas désagréable que d’avoir lu vos propos.
  6. #6
     
    gravatar
    noir intense 35 a gazouillé  :
    Eh bien moi je me suis fait ( et le terme est choisi soigneusement ) le téléfilm passé sur la cinq, “Lady Chatterley et l’homme des bois”, version que je ne connaissais pas encore et qui m’a …séduite…( eh oui n’habitant pas sur Paris et subissant le mauvais temps, les distractions restent sensiblement réduites ces derniers temps…)

    Je viens de faire une salade de fruit au sirop de lavande, ça te dit pour le dessert ?

  7. #7
     
    gravatar
    X-Addict a gazouillé  :
    toujours pareil avec les unités de mesure !
    T’es SI ?
    “(si on peut y voir une unité de mesure : je n’ai pas bandé une seconde)” lol
    Bon qd au film pas vu … mais le titre n’est des masses excitant t’avoura …
    persepolis me tenterais plus …. esperons le, pas mievre et un poil subversif … pas lu de critique mais le sujet est interressant :)
    Bon sinon t’as Die Hard XXXX j’ai entendu a la teloch qu il faisait un top ! :)
  8. #8
     
    gravatar
    pateric a gazouillé  :
    “Les chances, les chants, les chansons d’amour finissent mal, en général”
    Selon les Rita Mits sous KO en tout cas. Et en plus, ça les fait se marrer !
  9. #9
     
    gravatar
    pateric a gazouillé  :
    Euh… Pour Chiara, suis du même avis… Et même, tombé nez à nez, yeux dans les yeux, y’a, disons quoi, 10 ans, déjà ! Un dimanche au jardin du Luxembourg avec toute “sa” clique d’artistes (à 2 balles… et peut-être moins tant il y en a au moins 1 qui m’exaspère)… Et sa petite fille (alors, 18 mois ~) qui, au milieu du bac à sable, vient embrasser la bouche de mon petit garçon (même âge) ! Shocking ! Et mère et père respectifs se précipitant pour éloigner les bouches des enfants… C’est surtout parce que c’était un “baiser sablé”… Mais tout de même, la Chiara, pas terrible : si ça avait été dans l’obscurité, sûr, j’aurais eu peur
  10. #10
     
    gravatar
    Comme une image a gazouillé  :
    un mot passant > Les chansons d’amour est (malgré tout) un peu plus guilleret que le patient anglais, film terrible qui réunissait KST et JB et dont le verdict, affreux, tombait comme un couperet : j’étais désormais plus sensible aux charmes de KST…

    noir intense 35 > La version de Pascale Ferran est très réputée et d’ailleurs j’en parle dans ma toute dernière note.
    Pour le dessert, c’est parfait : léger, parfumé, idéal pour l’été.

    X-Addict > On sent le physicien qui parle ! Absolument, c’est SI, mon débit sanguin s’exprime en m³/s, par conséquent une bandaison dans la durée s’exprime en m³ et ici B = 0.

    pateric > Pas facile, pour une fille, d’avoir une mère si belle (enfin, perso, je ne suis pas de ceux que Catherine Deneuve fait triper – je l’ai croisée une fois à la sortie d’un ciné accessoirement) et de manquer de charme ; mais je sais que certains sont sensible à celui de Chiara, tout est donc une affaire de goût (tandis que dans le genre lignée cinématographique, Isabella Rosselini n’est pas moins charmante que sa splendide mère).

  11. #11
     
    gravatar
    So a gazouillé  :
    Vu la réponse :) et merci, donc.
    Et si on y ressemble mais qu’on a les cheveux longs? ;)
    Jolie recommandation en tout cas.
  12. #12
     
    gravatar
    Agatha a gazouillé  :
    Le dernier film français que j’ai vu a été “Prête moi ta main” que j’ai trouvé drôle du début à la fin. Le charme de Charlotte Ghainsbourg associé à l’hilarant Alain Chabat est un duo gagnant (enfin pour moi en tout cas).
    Sinon, je n’ai pas encore vu “Les chansons d’amour”. Je le réserve pour plus tard.
    Concernant Chiara Mastroianni, je suis du même avis que vous, je ne lui trouve aucun intérêt, elle est plutôt quelconque (elle aurait mieux fait de ressembler à sa mère, même si la blondeur de Catherine Deneuve m’a souvent laissée de glace).
  13. #13
     
    gravatar
    Comme une image a gazouillé  :
    So > J’avoue que la coupe courte “à la Louise Brooks” me fait toujours un effet garanti. Mais avec des cheveux plus longs, s’ils sont bruns voire noirs, tu as toutes tes chances. “Faut voir” (dit le garçon intéressé).

    Agatha > J’avoue que quand je choisis un film, le fait qu’il soit français ou non n’est pas ce qui conditionne mon envie ni ce qui le caractérise principalement. Quoi que certains films soient “typiquement français” (comme les films américains sont eux-mêmes typiquement américains, et les films azerbaïdjanais typiquement chiants).

Laisser un gazouillis

  • (ne sera pas publié)

Balises XHTML autorisées : Vous pouvez utiliser ces balises : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>