[39] Film X (soyons racoleur)

X-men 3, l’ultime affrontement est le troisième volet d’une série qui, so far, m’avait plutôt séduite dans le genre risqué de la transposition cinématographique d’un comic.
Pas la peine d’énumérer ici tous les précédents, les réussis, les inégaux, les foireux, “il y a des maisons pour ça” (de Première aux Cahiers du Cinéma, en passant par Positif, Studio et UGC-Magazine) et toi, ami lecteur, tu n’es pas là pour ça, tu es là pour lire ce que moi j’en pense (si un burp ne peut pas être égocentré, alors à quoi bon ?).

medium_JeanX3.jpgLa série des X-men vaut surtout pour le sex appeal redoutable de deux de ses principaux protagonistes : Wolverine (toi et moi c’est quand tu veux mon loup) et Jean Grey (pas besoin d’être grand clerc pour lire mes pensées). Pour ça et également pour quelques scènes d’une beauté graphique époustouflante (la scène d’ouverture de l’épisode 2, avec Diablo s’introduisant à la Maison Blanche, ou encore la séquence d’évasion de Magneto dans ce même épisode 2, pour ne citer que ces deux exemples parmi les plus éloquents).

Je me rends donc pour visionner ce troisième épisode, ayant entendu quelques bonnes critiques, plusieurs moins enthousiastes (ce qui m’inquiétait d’autant plus qu’elles venaient de personnes prétendant avoir aimé les deux premiers), mais l’envie de me faire ma propre opinion n’allait pas s’évanouir pour si peu.

medium_WolverinePose.jpgAlors bon, j’en pense quoi de ce numéro 3 ?
Humm… D’abord que le scénario est un peu moins bien branlé que les précédents.
Que la réapparition de Jean Grey, censée être morte à la fin de l’épisode 2, est un peu tirée par les cheveux rouges. Je n’allais pas particulièrement m’en plaindre, vu ce que je viens d’écrire plus haut. Même si la Famke Janssen a pris un léger coup de vieux, elle reste quand même délicieusement bandante (bien plus que Hal Berry mais ça n’engage que moi). Que Wolverine est lui aussi toujours aussi … roaaaarrrr

Que le manichéisme forces du bien/force du mal est décrit avec la lourdeur pataude des films américains s’adressant à un public abruti (toi bon : blancheur angélique [le petit garçon enfermé, Angel…], toi méchant : tatoué tribal, dans une église mal éclairée, regard torve).

Que la prétendue schizophrénie de Jean soigneusement dissimulée dans les deux premiers épisodes (même pas une allusion, ou j’ai rêvé ?) surgit comme un deus ex machina et que, comme c’est bizarre, quand elle devient méchante, elle devient vilaine, avec ces vilaines veines qui la défigurent. Quand télépathe en colère, télépathe toujours faire ça.

Sinon, le final avec ce je t’aime, je te tue, que voulez-vous, ça m’a tiré quelques larmes, évidemment.

 

En conclusion : à voir si vous avez vraiment aimé les deux premiers épisodes et que votre niveau d’exigence n’est pas au plus haut. Ou éventuellement si vous n’avez pas vus les deux premiers, ça pourrait vous donner envie de les voir. 

 

En exclusivité mondiale pour vous, le logo du prochain
X-Men 4, le définitif dernier extrême final

medium_Fourchette.jpg

… parce que si, comme moi, vous n’êtes pas du genre à vous lever avant la toute dernière note de musique et le tout dernier mot du générique de fin, vous verrez qu’une petite surprise vous attend.

Tu parles, Charles. 

5 gazouillis sur “Film X (soyons racoleur)”  

  1. #1
     
    gravatar
    Emma la Violette a gazouillé  :
    J’ai découvert les films il y a peu (enfin les X men en film hein, pas le cinéma en lui meme) et depuis je suis fan. Je n’ai pas encore vu le 3° opus mais je pense y aller sous peu.
    Par contre je pensais que le 3° serait le tout dernier … me suis plantée apparemment :)
  2. #2
     
    gravatar
    Sînziana a gazouillé  :
    Perso, le film, je m’en contrefous. Grosse merde hollywoodienne que je n’irai pas voir. Par contre, je pense qu’il y avait déjà une sacrée dimension érotique chez Serval-Volwerine, dans la bédé. Le côté grand fauve farouche et incontrôlable qui ne perd pas de temps en préliminaires. J’adorais son personnage, humain jusqu’à dans sa rage animale, qui faisait le pendant du très cérébral et froid Cyclope.

    Maintenant, sur un écran, c’est probablement rien qu’une bande de top-models déguisés annonant des conneries qui ne nous feront pas oublier Jean-Paul Sartre ou Proust.

    Bises.

  3. #3
     
    gravatar
    Comme en terre a gazouillé  :
    Pour Emma : le fait qu’un film (hollywoodien – encore qu’il existe quelques exemples français, comme par exemple le récent “Bronzés 3”) connaisse une suite dépend assez rarement de la nécessité scénaristique. S’il y a moyen de gagner du blé, ce moyen méritera d’être trouvé. Il y a bien un “Cendrillon 2” et d’autres horreurs du même tonneau. Tu verras, si tu vois le 3, que tout est fait pour appeler une suite.

    Pour Sînziana : personnellement, je ne rejette pas en bloc tous les blocbusters américains. Même si la majorité ont le goût fade du navet déguisé en danseuse de french cancan, il en reste quelques uns que j’ai un réel plaisir à voir. “Blade Runner” par exemple est pour moi un chef d’œuvre que je ne chercherais pas à départager du “Septième Sceau”, pour citer deux films “que tout oppose” mais qui m’ont l’un comme l’autre subjugué.
    Cette porosité est probablement due au fait que je n’ai jamais lu Proust, ma chère, et que je n’ai qu’un souvenir tiède de mes lectures sartriennes et scolaires.
    Tout ça pour dire que le plaisir qu’on peut avoir au cinéma n’est pas forcément lié à un triturage intense des neurones.

  4. #4
     
    gravatar
    Sînziana a gazouillé  :
    Ah oui mais tu peux pas considérer Blade Runner comme un vulgaire blockbuster. Dans Blade Runner, y a un style, une qualité d’image, un “message”, des tas de choses qui vont au-delà du simple divertissement.
  5. #5
     
    gravatar
    Comme en terre a gazouillé  :
    Pour Sîn : Ben justement, je ne considère pas B.R. comme un _vulgaire_ blockbuster ; ça n’empêche que c’est un film à grand spectacle / gros budget (je ne sais pas si ça correspond précisément à la définition de “blockbuster”). C’est justement là où je voulais en venir : dans ce que tu avais hâtivement (à mon goût) qualifié de “grosse merde américaine”, y’a à boire et à manger :

    – Des grosses merdes hollywoodiennes qu’on n’a pas du tout envie de voir (par ex. en ce qui me concerne : Da Vinci Code).
    – Des grosses merdes hollywoodiennes que je vais voir si je suis vraiment désoeuvré (je me souviens d’être allé voir “Bodyguard” un soir de désespoir quand j’étais seul, en déplacement, à Rennes. J’avais envie de voir un truc pas prise de tête et j’ai été servi au delà de mes espérances – arglllll).
    – Des grosses merdes hollywoodiennes que je vois avec un certain plaisir “instantané” dont il ne reste pas grand chose ensuite.
    – Des grosses merdes hollywoodiennes que j’adore et qui me marquent durablement, comme Blade Runner, ou dans une moindre mesure les Spiderman de Sam Raimi tout de même très réussis.

    Pour résumer : je ne sélectionne pas les films que je vais voir sur des critères de nationalité ou de budget. Je vais voir des films dont je pense qu’ils vont m’apporter quelque chose (et ce quelque chose peut n’être qu’un plaisir passsager, mais réel).

Laisser un gazouillis

  • (ne sera pas publié)

Balises XHTML autorisées : Vous pouvez utiliser ces balises : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>