[149] Puits à souhaits (septembre 2006)

Ce mois-ci, autant te le dire, ami lecteur, j’ai perdu un peu de l’enthousiasme qui m’animait lorsque j’ai lancé cette rubrique espérant que, chaque mois, elle me permettrait à peu de frais de produire une note amusante et pittoresque.

Que constaté-je ? Que les mots-clés qui apparaissent sont un peu toujours les mêmes, que leur variété tend à s’amenuiser, tournant désespérément autour du même sujet (qui, certes, nous préoccupe tous) : le sexe.
Où sont les recherches improbables qui semblent illuminer d’autres burps. Certes, j’ai bien eu cette affaire de nœud à fond de fouille qui reste non élucidée (j’ai pas tellement bossé la question je dois dire). Mais ce mois-ci, l’anecdotique s’est fait la malle. Le rigolo a passé son chemin. Le bizarre qui demeure s’était déjà pointé le mois dernier.

Dans les bonnes nouvelles, toutefois, je tiens à préciser qu’hexaspray continue de tenir la corde, faisant ainsi de mon burp la référence sur le sujet. Amis lecteurs ayant mal à la gorge, je tiens à vous remercier de votre fidélité (1,34%).

Danino fait aussi une entrée remarquée (par moi en tout cas) et qui me touche. Amis lecteurs nostalgiques, j’aimerais que l’un d’entre vous crée enfin le site de lobbying qui nous manque : http://www.exigeons-le-retour-de-danino.org (0,62%).

Homard (0,52%) fait un passage furtif,  bon (0,79%) fait à peine mieux (ah ! j’en profite pour dire que malgré tous ces défauts, jamon ! jamon ! est un film espagnol assez délicieux. Enfin, pas de difficulté à comprendre pourquoi le héros du film s’intéresse de près à Penelope Cruz).

Au rayon cul, on trouve les désormais habituels histoire d’o (0,98%), histoires érotiques (au pluriel, 1,77%, j’ose espérer que j’aurais au moins j’aurais quelques googleurs satisfaits), touche pipi qui se maintient bien (1,15%). Je reste surpris que des mots-clés aussi standards finissent par guider vers mon burp. Je n’ose pas imaginer à quelle position j’apparais dans les résultats de recherche ni l’état de manque (et de saturation ?) de ceux qui finissent par débouler sur ce site après leur 7823 précédentes lectures : sexe (1,93%) et film x (1,96%) en témoignent, ainsi que gang bang (0,97% – désolé les gars, moi c’est pas trop mon truc) et un éphémère kamasoutra (0,54%). Le touchant cyprine (O,79%) est toujours là, triolisme (0,77%) fait son apparition. Puis-je parler de requêtes plus élaborées avec entre cuisse (1,45%), fait voir ta chatte (sic, 1,10%), leve ta jupe(0,55%), grosses fesses (0,55%). Au rayon fétichiste, dim-up (0,59%), bas nylon (0,41%) et enfin bottes (0,59%).

Pour finir, househusband (0,82%) et desperate househusband (1,79%) ne débande pas : dites donc, les garçons, vous êtes si désespérés que ça ? Ou alors sont-ce ces mesdemoiselles qui cherchent ainsi âme à secourir ? attrape couillon score à 0,79% tandis que Nadia qui clôt cette liste atteint 0,62%.

Pas d’heureux gagnant ce mois-ci.

Je vous aurais bien raconté ma séance orgiaque avec Nadia quand je l’ai recouverte de Danino, mais impossible de trouver une illustration. 

7 gazouillis sur “Puits à souhaits (septembre 2006)”  

  1. #1
     
    gravatar
    Roumi a gazouillé  :
    intéressant… encore que je te trouve très légèrement faux derche quand tu fais semblant de regretter tous ces mots “tournant désespérément autour du même sujet”…
    Ma question ? est-ce que “faux derche” sera dans ton prochain rapport mensuel ???!!!
    En fait je viens de réaliser un truc et il faut bien le souligner pour tout le monde ; chaque commentateur mal intentionné de ce burp peut introduire sur ledit burp des mots grossiers, vulgaires et autres afin de faire sombrer un peu plus la réputation de l’auteur qui prétendait encore ici il y a peu être quelqu’un de tout à fait respectable…

    au fait, dis-moi, c’est quoi un gang bang ?

  2. #2
     
    gravatar
    Comme en terre a gazouillé  :
    Roumi >
    Faux derche probablement quoi que je n’ai pas vraiment besoin du prétexte des mots-clés pour parler de cul, comme tu le sais. D’ailleurs, je ne pense pas pondre de puits à souhait en octobre, sauf si mes requéquêteurs font preuve d’un peu plus d’imagination ce mois-ci.

    Pour savoir ce qu’est un gang-bang, je t’invite à chercher dans Google ce qu’on en dit.
    J’ai ouï dire qu’on en parlait sur un burp assez fantastique qui s’appelle “Comme une image” chez Haut & Fort. Probablement y trouveras-tu des explications limpides (mais à mon avis, ça doit être un nom d’une bande de mafieux du genre “gang des artificiers”).

  3. #3
     
    gravatar
    Roumi a gazouillé  :
    en terre : tu ferais bien de m’expliquer ce qu’est un gang bang… au moins ce burp quelconque aurait une vague vocation pédagogique ! :-) Quant au burp fantastique dont tu parles, je pense n’y avoir jamais mis les pieds… ah si maintenant que tu le dis, peut être bien que j’ai marché dedans il y a peu… oh, désolé… j’aime trop l’impertinence. :-)
    Bon allez, mon p’tit J “trois étoiles”, sans rancune… et à la revoyure ! :-)
  4. #4
     
    gravatar
    Miel a gazouillé  :
    Pour votre information et l’attrait ce blog voici une petite définition :
    Le gang bang (dérivé de l’anglais gangbang) est une pratique sexuelle où un sujet passif a une relation sexuelle avec plusieurs partenaires, simultanément ou à la suite. Il s’agit donc d’une forme particulière de sexualité de groupe.
    Une tournante désigne un gang bang hétérosexuel, c’est-à-dire lorsque le partenaire passif est une femme. Le terme est également utilisé comme euphémisme pour décrire un viol en réunion.
    Plus intéressant encore voici les records :
    Messaline, femme de l’empereur romain Claude est restée célèbre dans l’histoire pour ses frasques qui lui ont, du reste, valu d’être exécutée sur ordre de son mari en 48 après J.-C. On cite à son sujet une suite de 20 partenaires, mais ce record de l’époque n’a pas été homologué comme ceux d’aujourd’hui.

    Les plus gros gang bangs hétérosexuels des temps modernes sont réalisés par des actrices de films X. En voici une liste non exhaustive :
    1995 : Annabel Chong, américaine, 251 partenaires en 10 heures
    1996 : Jasmin St. Claire, américaine, 300 partenaires
    1999 : Houston, américaine, 622 partenaires en 7 heures
    2002 : Klaudia Figura, polonaise, 646 partenaires
    2003 : Marianna Rokita, polonaise, 759 partenaires
    2004 : Lisa Sparxxx, américaine, 919 partenaires
    2005 : Alicia dite « You’re so good », française, 987 partenaires

    pfffff … ça me fatigue rien que d’y penser !

  5. #5
     
    gravatar
    Comme un partenaire allégé à 0,103% a gazouillé  :
    Miel >
    Merci de contribuer à l’édification des masses.
    Elle devait sentir le méchoui rôti au pneu, la foufoune d’Alicia, après le passage de 987 bites latexées.

    (Au passage : formidable, la France, CHAMPIONNE DU MONDE !)

    Roumi >
    Alors, heureux ?

  6. #6
     
    gravatar
    Roumi a gazouillé  :
    : merci. En fait, le gang bang c’est une partouze ! Je suppose qu’en donnant à cette pratique un nom anglais on en fait une chose plus branchouille… c’est vrai que partouze, ça commence à faire un peu ringard peut-être comme terme… :-)
    Je suis sidéré par ces histoires de record de femmes qui organisent les 24 heures du gland sur le circuit de la Minoudière. C’est vraiment effrayant et en plus quand on fait la division entre le temps et le nombre de partenaires, on se demande quel est l’intérêt.

    Annabel Chong : un partenaire toutes les 2 minutes et 23 secondes.
    Houston : un partenaire toutes les 40 secondes.
    Apparemment le but c’est simplement de tremper son biscuit, éventuellement faire quelques déplacements et hop, terminé, on remballe… Je me demande quel intérêt chacun y a trouvé à part celui de rentrer dans les annales bien entendu. :-)))

    une image : oui heureux… mais dis donc, j’espère que tu dis pas cette formule à tes partenaires de culbute ; il paraît qu’elles détestent entendre cela.

  7. #7
     
    gravatar
    Comme un professeur a gazouillé  :
    Roumi >
    Pffff… mais non, pas grand chose à voir avec la partouze, le gang-bang.
    Dans une partouze, en principe, il y a à peu près autant d’hommes que de femmes, et tout le monde baise avec tout le monde. Dans un gang-bang (hétéro) il n’y a qu’une seule femme et disons, au moins trois hommes.
    Les records de gang-bang n’ont pas d’autre intérêt que celui d’essayer de faire un peu de business X, alors qu’une partouze, ça peut être plein d’amour et de tendresse.
    J’en vois qui ricanent en coin, ils ont tort.

Laisser un gazouillis

  • (ne sera pas publié)

Balises XHTML autorisées : Vous pouvez utiliser ces balises : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>