[179] Le repas des fauves – Nadia (3)

L’épisode précédent est ici, l’ouverture était . Pour rappel, nous sommes au mois d’août. Les décors sont de Roger Harth.

۞

medium_Sara_002_7.jpg

Tu lisses ta robe, tu l’époussettes comme si tu allais ressortir. Pendant que je fais le petit nœud à la capote, le petit nœud qui me sert à ne pas oublier que j’ai joui, tu me proposes quelque chose à boire. J’opte pour un jus de fruit. J’ai chaud, j’ai soif, j’ai juste besoin d’énergie et non d’ivresse — elle est déjà au rendez-vous. Tu me tends mon verre. Je me suis assis sur un tabouret de ton bar américain. Tu vas chercher au fond de la pièce son frangin pour t’asseoir face à moi. Je suis nu, tu es encore habillée. Je te dis mon plaisir de t’avoir rencontrée, et la discussion glisse sur Internet, la faune qui y grouille, les rencontres ratées, les rencontres réussies. Et ça dérape sur tout ce qu’Internet a changé à nos vies. Vraiment n’importe quoi. Comment en est-on arrivé à parler de trucs du genre « et toi, ton matelas, tu l’as aussi acheté par Internet ? ». Nous parlons e-commerce en sirotant nos verres et ta main caresse mon sexe. « Le matelas non, mais mon lave-linge oui ». Mon sexe est mou dans ta main mais ta caresse est agréable, tendre. « — Et pour les courses, Internet aussi ? — Non, non, j’ai tout ce qu’il faut en bas de chez moi » (et c’est vrai, tu habites dans un quartier commerçant). Et d’un coup comme si l’on venait de siffler fin de la pause, alors que tu n’as rien changé à la façon dont tu branlais ma queue, elle se met à réagir, à gonfler entre tes doigts. La conversation continue mais tu t’es interrompue une seconde pour sourire. J’en étais à te raconter que je faisais mes courses en supermarché mais que, quand même, pour les primeurs et la boucherie, je préférais les petits commerces de quartier qui servaient tout de même autre chose comme qualité, quand tu as repris mon sexe dans ta bouche. Ah oui, ça t’avait un peu frustrée que je t’interrompe tout à l’heure dans ton exercice de baiseuse décomplexée, qui suce son amant comme on embrasse. Alors je me dis que je vais m’offrir ce petit plaisir sadique de me laisser faire, de voir si tu auras la patience de me sucer jusqu’à ce que je jouisse, ou si tu t’arrêteras avant. Je ne dis rien de ce défi qui restera silencieux, mais tu le relèves en t’appliquant. Tu alternes les baisers autour de mon gland, les jeux de langue et les moments où tu me pompes avec énergie, en me prenant profondément dans ta bouche. Tu me branles aussi de la main droite, tu prends mes couilles dans la main gauche et tu les remues comme ces boules chinoises à grelot. Un chouïa plus délicatement, tout de même. Pendant ce temps, j’essaye de poursuivre la conversation. Je monologue, en réalité, je te donne quelques conseils sur la façon dont j’aime qu’on me suce, je te parle des différents quartiers de Paris que j’ai habités, je détaille quelques endroits de ton corps qui me plaisent (tes seins magnifiquement dessinés, par exemple, le velours de ta peau, l’onde de tes hanches…) et de temps à autre ta bouche laisse un instant ma queue pour commenter ou relancer la conversation mais repart rapidement à l’ouvrage. De temps à autre moi même je fais silence, je lâche un râle quand ta caresse est particulièrement efficace et fait grimper mon plaisir.

Il grimpe, effectivement, mon plaisir, mais avec lui, plus forte encore, l’envie de ne plus rester passif. Je t’écarte pour descendre du tabouret, tu grognes en te précipitant sur ma queue pour essayer de la ravaler mais c’est trop tard. Je te ceinture dans mes bras et je te plaque au sol (c’est du parquet), précautionneusement (je ne veux pas casser mon beau jouet tout neuf). Je remonte ta robe. Oh… ta culotte est dans un sale état, trempée par ta mouille ; le tissu humide, plissé, se perd dans ta vulve. Salaud ! cries-tu quand je la déchire d’un coup sec (j’y pense tardivement, ce n’était pas un cadeau d’un ex auquel tu tenais, j’espère ? Si c’est le cas, c’était une bien mauvaise idée que de la porter un soir où tu me rencontrais moi). Suce-moi plutôt ! sera ma réponse et mon dernier mot car ma bouche plonge sur ta chatte et commence une apnée. Je me tortille pour approcher mon bassin de ton visage, tu te tortilles de même pour ce 69 improvisé et latéral. Je commence par laper ta cyprine. Ta chatte en déborde. J’y sens un arrière goût de latex, mais surtout une texture assez sirupeuse et curieusement à la fois sucrée et salée. Non, je crois que le goût est légèrement salé et que c’est le côté sirupeux qui me donne l’impression d’une sucrerie. Je regrette de ne pas être un tamanoir (œil bleu, œil gris, œil blanc, œil noir), que ma langue ne puisse pas aller jusqu’aux tréfonds de toi pour boire à la source cette invitation à te prendre.
Mouiller, c’est le corps de la femme qui crie qu’il veut être pénétré. Bander c’est le sexe qui se met en position pour pénétrer. La nature nous appelle au coït. Tu mouilles comme une folle, ma queue en toi glisserait comme du papier à musique.
Pourtant nous résistons à l’appel de nos instincts ; ma bouche prend tes lèvres et les aspire, ma langue glisse le long du relief qu’elles dessinent. Il y a une sacrée crevasse sur le mont de Vénus mais je suis équipé. Mon piolet s’est accroché en profondeur dans une gorge, je n’ai pas peur de la chute. C’est que tu me suces bien loin, Nadia, est-ce parce que mes petits détours sur ton clito te font onduler et gémir que tu as soudain invité mon gland à dire de plus près bonsoir à tes amygdales ? J’apprécie en tout cas la courtoisie. À gémissante, gémissant et demi. Mes deux mains étaient chacunes agrippées à une fesse. Une lâche prise pour aller se balader sur le sillon qui les partage, une pause à la case anus pour tâter le terrain. Ça manque un peu de lubrifiant, j’y reviendrai. Mes doigts continuent leur parcours. Majeur et index s’approchent du gouffre. Index encorde Majeur. Hardi ! mousqueton ! Majeur plonge, et tu te cabres. Majeur explore, et tu vibres. Majeur fouille, et stalagmite gicle, par surprise. Je convulse des cuisses au thorax pendant ma jouissance et tu as gardé mon sexe dans ta bouche. Tu peux être contente de toi, Nadia, tu as lâchement profité d’un moment d’inattention de ma part pour me faire éjaculer. Ça se paiera.
Maintenant tu peux profiter de mes caresses sans avoir à te concentrer sur les tiennes. Plus concentré sur ton plaisir, j’essaye de sentir tes réactions pour saisir ce que tu préfères : sollicitation franche du clitoris ou petits détours ? Mon majeur entre et sort, il dessine des petits cercles à l’entrée de ton vagin, il apporte à annulaire (annulaire, annulaire… le seigneur des anaux ?) un peu d’huile pour l’exploration de ton cul. Annulaire reste en surface. Pas plus d’une phalange. Tu me dis encore et je ne sais pas ce que tu veux. Encore quoi ? Encore ma langue sur ton bouton ? Encore mes doigts dans ta chatte ? Encore une autre phalange ? Dans le doute, je ne suis pas du genre à m’abstenir, alors j’y vais franco sur les trois et j’appelle pouce à la rescousse qui vient seconder ma langue. Enc… me dis-tu. La suite est un gémissement. Encore ? enconne-moi ? encule-moi ? Je me pose de fausses questions, je sais bien ce que tu veux et ça se termine par “ore”. Alors je continue. Or. Or, tu gémis de plus en plus fort. Or, tu te cabres et jouis à ton tour. De la main tu me fais signe d’arrêter. Je retire ma bouche. Je garde ma main plaquée à l’entrée de ton sexe, elle s’est presque immobilisée, ne serait-ce que quelques ondulations qu’elle continue d’avoir pour t’accompagner.

La main toujours sur toi, je me retourne pour venir t’embrasser. Tu prends mon visage entre tes mains et ton sourire, tes yeux brillants me font participer à ton bonheur. Je t’embrasse, donc, et je recommence à agiter ma main. Je me sens artisan, ce soir ; tu es belle et détendue mais du bout des doigts je veux façonner à nouveau sur ton visage la crispation de l’orgasme. Tu serres les jambes et enferme ma main en croisant ta jambe gauche sur la droit. C’est mon majeur, de toute sa longueur, qui fait son office. Première phalange à l’entrée de ton con, timides incursions, et le bout de la troisième phalange, là où on sent un relief, lui doit être pas bien loin de ton clitoris. J’accélère le mouvement. Je détache ma bouche de la tienne pour m’accroupir. Je te caresse de la main gauche les seins, les épaules, et de mes deux mains je te plaque au sol, des fois que tu veuilles m’échapper, des fois que ton deuxième orgasme qui je sens approcher te fasse décoller et que tu m’échappes, que tu t’envoles.

C’est que j’ai encore faim, moi.

Épilogue de la série Nadia


Illustration de Sara Saudková (la femme de Jan Saudek)

17 gazouillis sur “Le repas des fauves – Nadia (3)”  

  1. #1
     
    gravatar
    presque a gazouillé  :
    Et moi je me demande si je vais baiser bientôt…
  2. #2
     
    gravatar
    Comme une image a gazouillé  :
    presque >
    Toi non plus, rien à te mettre sous la dent depuis le mois d’août ?!
    :-p
  3. #3
     
    gravatar
    sam a gazouillé  :
    deux jours à tenir…
    Sur la forme et le fond, du travail d’orfèvre…
  4. #4
     
    gravatar
    t. a gazouillé  :
    L’homme affamé devient vite un homme enragé !
    Tu as quelque chose à te mettre sur la langue j’espère… Je rigole.

    les codes maintenant ! Ils sont capricieux.

  5. #5
     
    gravatar
    Comme une image a gazouillé  :
    t. >
    Quelque chose à mettre sous la langue ? Je ne sais pas encore… Quelque chose à vous mettre sous la dent ? Un peu de patience… Il y aura un 4ème épisode, c’est promis.

    (Mais c’est quoi cette histoire de code dont tu me parles ???)

  6. #6
     
    gravatar
    t. a gazouillé  :
    Chaque fois que je fais un comm’ je dois passer par la validation et taper dans une fenêtre : chiffre, lettre majuscule ou minuscule. Le comm’ ne passe pas pour autant, il est souvent annoncé érroné.
    Pas amusant et là je vais m’y mettre ! Ah oui, chez tous ceux que je visite de hautetfort. Merci hautetfort qui gentillement demande : Veuillez recopier le code qui s’affiche dans l’image !
  7. #7
     
    gravatar
    Roumi a gazouillé  :
    lu et approuvé… sauf pour la petite culotte arrachée… faut pas exagérer quand même !
  8. #8
     
    gravatar
    t. a gazouillé  :
    Ah oui aussi avant les prochains codes dans l’image, le comm’ n’apparaît que quelques heures plus tard si je n’éteins pas mon gadget. Compris ?
    Allez hop au code !
  9. #9
     
    gravatar
    lapetitebrune a gazouillé  :
    soupiiiiiiiiirs

    j’ai un peu chaud je crois…

    *déglutition

    c’est quand le prochain episode?

  10. #10
     
    gravatar
    Cie a gazouillé  :
    t., c’est justement à cause de ces codes et du fait que les com’ mettent des heures à s’afficher, voire ne s’affichent pas, que j’ai enlevé le mot “sex” de mon pseudo. Une seule lettre (t.), ça doit paraître suspect pour hautetfort…. essaye “tpoint” ;)

    Comme une Image érotique
    érotique, non, je me trompe, là, c’est largement sexuel…. je me sens toute … comment dire ??? Disons, que je ferai bien l’amour, moi, là, maintenant, tout de suite !!!

  11. #11
     
    gravatar
    t poin. a gazouillé  :
    Merci Cie, je tente mais saute le t final et remets le point final !
  12. #12
     
    gravatar
    "t poin" a gazouillé  :
    Ca n’a pas marché, brave et emmerdeuse je recommence…
    C’est pareil ! je peux refaire mon : t. la prochaine fois !
  13. #13
     
    gravatar
    Comme une image a gazouillé  :
    roumi >
    Oh, je t’assure que le coup de la culotte, non seulement ça permet d’insuffler un peu de croissance dans l’industrie textile, mais ça insuffle aussi un bon petit coup d’adrénaline aux deux êtres voraces qui bataillent.
    Ne pas abuser de la pratique toutefois.

    t.point >
    Eh bien, je ne sais pas quoi te dire ; moi je dois de temps en temps saisir ce fameux code et c’est vrai qu’entre minuscules et majuscules c’est rare que ça passe à la première tentative. Mais ça n’est qu’occasionnel, heureusement. Je ne sais pas comment H&F fait ce qu’on appelle ses “calculs heuristiques” qui permettent de jauger la probabilité qu’un commentaire soit ou non du spam.
    D’ailleurs, hormis quelques trackback il y a quelques mois et mon TOUT PREMIER commentaire qui fut du spam (que j’ai effacé), je ne subis pas trop ce fléau. Tant mieux tant mieux.

    la petite brune >
    C’est normal qu’il fasse chaud, l’esprit du mois d’août souffle encore sur cette note.
    Prochain épisode ? Si l’on mesure l’espacement entre chacun des 3 épisodes, il faudrait tenir le coup jusqu’à début décembre ! (On verra si ma muse m’inspire avant)

    Cie >
    Bah c’est quand que tu as ton sex@domicile corvéable à merci et à temps plein ?
    Sinon, c’est pas les intérimaires qui manquent, en ce bas monde :-p

  14. #14
     
    gravatar
    D.e.S. a gazouillé  :
    pfff! heureusement que tu l’as faite en milieu de semaine, cette note! j’ai le temps de me calmer avant mon week end SANS mon mari! … en même temps, maintenant, il va morfler…
  15. #15
     
    gravatar
    Comme une image a gazouillé  :
    t. >
    Essaye de ne plus mettre ton “y a pas” dans la case “URL”.
    Ça doit lui donner des boutons.

    D.e.S. >
    Je devrais réclamer ma com’ sur tout ce bonheur conjugal que je génère !

  16. #16
     
    gravatar
    petite française a gazouillé  :
    Génial cette machine à remonter le temps… Cela m’a donné l’opportunité de lire cette belle histoire, qui démarre doucement, accélère sauvagement, continue allégrement… (je n’ai pas le temps de rechercher l’épisode 4)
    Lecture savoureuse. J’en ai des fourmis au bout des doigts. Beau texte érotique.

    B

  17. #17
     
    gravatar
    Comme une image a gazouillé  :
    petite française » Oui, j’aime bien aussi cette occasion de remuer un peu le passé si facilement enseveli par l’abondance webienne.
    Pas d’épisode IV pour cette aventure avec Nadia, restée en l’état (de fiction, hélas ;-).
    Pour info, sur la page « archive », j’ai tenté de de regrouper différentes histoires à épisode (et je pense à l’instant que j’ai oublié d’y mettre Cécile de Volanges).

Laisser un gazouillis

  • (ne sera pas publié)

Balises XHTML autorisées : Vous pouvez utiliser ces balises : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>