[619] À votre synthé !

[Le titre est ma seule concession à cette période de fin d’année, d’autant que j’ai foiré le Global Orgasm Day du 23/12. Fuck !]

Music components Je suis drôlement alternatif comme garçon. On n’imagine pas le rebelle underground qui se cache sous mon costume-cravate. Pas de piercing à l’arcade, pas de tatouage apparaissant furtivement à la naissance du cou, pas de cheveux longs (oh ! à peine des favoris légèrement plus longs que chez l’honnête homme). Pourtant, l’autre jour, en me rendant au kiosque à journaux, au lieu d’acheter Macho Mag’ ou Consumer Electronics Sur Papier Glacé, j’ai fait l’acquisition de D-Side, « L’actualité musicale et culturelle underground). En vérité, c’est le deuxième exemplaire que j’avais acheté (c’est dire si je suis underground). Je songe même à m’abonner (c’est dire si le côté confort popotte ne met pas longtemps à réapparaître dès qu’on gratte un peu).

Dans ce magazine qui parle aussi de film de vampires, on trouve un CD démo avec une douzaine de morceaux extraits des différents albums dont on trouve la critique en pages intérieures. Les films de vampire me font chier mais je trouve souvent mon bonheur dans la musique alternative (dont je n’arriverai pourtant pas à vous faire croire que je suis un spécialiste). N’empêche que j’ai vu The Cranes à l’Arapaho et peu nombreux sont ceux qui me lisent qui peuvent en dire autant. C’était rigolo, je sortais du boulot, j’avais mon costard, j’avais viré la cravate quand même, et j’étais entouré par des meutes de djeunz (j’étais encore jeune à l’époque, mais je n’étais déjà plus djeunz depuis des années) au look « corbeau ».

C’était un drôlement chouette concert. The Cranes continue de chanter mais l’Arapaho a fermé depuis belle lurette.

Revenons-en à nos moutons.

Dans ce dernier numéro de D-Side, j’ai le coup de cœur pour l’un des morceaux de la compilation. Il s’agit de The Swamp Waltz d’Arnaud Rebotini (vous connaissiez ? moi pas, évidemment), extrait de son dernier album Music Components. Ni une ni deux, je m’achète (ouais, même pas j’pirate) cet opus de musique électronique fait rien qu’avec du bon vieux synthétiseur analogique d’avant (genre, une époque où Jean-Michel Jarre remplissait 3646 Arapaho d’un coup). The Swamp Waltz me donnait trop envie de danser (on y croit quand je parle le djeunz ?). J’espérais bien que le reste de l’album me mette autant en transe.

Revue en détail

  1. The Spirit of Boogie : l’album démarre avec un premier titre un peu rugueux porté par un synthé au son très grave. Ça manque un peu de mélodie pour vraiment me convaincre StarStarBlank starBlank starBlank star
  2. Un cheval d’orgueil : le deuxième morceau est dans la continuité du premier. Le son est différent mais la trame répétitive ne me transporte pas non plus. Ah si ! Ça se réveille un peu pour le dernier tiers de la plage. Ouf !StarStarHalfstarBlank starBlank star
  3. 1314 : premier morceau que je trouve vraiment entraînant sur l’album. Montée progressive avec des montées à la 11e puis la 45e puis la 75e seconde (petite touche JMJ indéniable sur ce morceau). Premier orgasme vers la 2e minute et à 2’15” impossible de retenir plus longtemps ses jambes de danser jusqu’au bout des 6’42” que dure cette plageStarStarStarStarBlank star
  4. Cm: j’accroche un peu moins sur ce morceauStarStarHalfstarBlank starBlank star
  5. The Swamp Waltz : dès les premières secondes, le ton est donné avec un rythme cadencé à 120 BPM qui vous entraîne. Giclée orgasmique à la troisième minute. Je veux un DJ qui me flingue les oreilles avec ce morceau sur un dancefloor hystérique !StarStarStarStarHalfstar
  6. Horns of Innocence : plus calme, ce morceau nous transporte avec ses longues lignes de basse (je ne sais pas si on dit «  longues lignes de basse » et encore moins si ça désigne ce dont je parle, mais je m’en fous). Après la danse, on respire un peu avec ce morceau relaxantStarStarStarHalfstarBlank star
  7. Conakry Filter Sweep : preque le plus long titre de l’album (il dure 10 minutes) et commence par une partie de ping-pong électronique qui « monte » progressivement. Non, ça n’est pas une réinterprétation de Pop-Corn (encore que j’aime bien Pop-Corn !). Un titre hypnotique StarStarHalfstarBlank starBlank star
  8. 777 : un morceau polyphorme m’évoquant, allez savoir pourquoi, une musique de film de science-fiction… StarStarHalfstarBlank starBlank star
  9. Decade of agression : un morceau austère, un peu trop poum-tchac poum-tchac pour mes oreilles. Pour amateur de techno minimalisteStarStarBlank starBlank starBlank star
  10. Mnll : on finit presque en douceur et en longueur avec ce morceau de 11’36” assez planant et pas désagréable du toutStarStarStarStarBlank star

En conclusion : probablement pas un album destiné à entrer dans ma collection des indispensables mais globalement un chouette CD avec deux pépites qui me font frétiller d’allégresse.

Pour écouter par vous même quelques extraits, c’est par là que ça se passe.

Illustration chopée sur le Myspace de l’auteur.

11 gazouillis sur “À votre synthé !”  

  1. #1
     
    gravatar
    Lsingulière a gazouillé  :
    ah ! l’attrait du favori à peine plus long que chez l’honnête homme … j’en suis toute émoustillée !
  2. #2
     
    gravatar
    sand a gazouillé  :
    j’ai un tattoo sur la nuque… quoi, je serais underground et on me l’a jamais dit ? mais c’est la folie! je vais fêter ça de ce pas, … ou pas!
    en tous cas, je vais écouter ça, je suis curieuse

    [EDIT] 11 000ème commentaire ![/EDIT]

  3. #3
     
    gravatar
    Netzah a gazouillé  :
    Ouéch, c’est un peu trop djeunz underground pour moi justement. Et puis je trouve qu’il a un peu oublié de mettre des notes dans ses chansons !
    @sand: t’es trop méga underground bichette. (déjà quand on est belge hein :p)
  4. #4
     
    gravatar
    L a gazouillé  :
    “ce magazine qui parle aussi de film de vampires” –> ils parlaient de Otto or up with dead people là-dedans ?
  5. #5
     
    gravatar
    Storia Giovanna-Tiny a gazouillé  :
    Quand j’aurais le temps, je passerai….
  6. #6
     
    gravatar
    Succuba a gazouillé  :
    Au risque de te décevoir… si, on imagine très bien ton côté bad boy, rebel et tout et tout…
  7. #7
     
    gravatar
    Agatha a gazouillé  :
    Moi j’suis une vraie rebelle derrière mon visage tout lisse de petit ange… ;). Et en plus, j’adore les films de vampires ! J’ai aussi failli avoir un piercing au nombril mais ça n’a pas “percé”.
  8. #8
     
    gravatar
    Miss S a gazouillé  :
    Moi j’aime bien 1314.
    :)
  9. #9
     
    gravatar
    Comme une image a gazouillé  :
    Lsingulière » Je vois que mes propos musicaux vous auront passionné au plus haut degré ;-)

    sand » Sur la nuque ? Super underground à mort ! C’est quoi comme tattoo ? Une tête de mort avec des petits vers de terre ? (tu as écouté au fait ?)

    Netzou » C’est sûr que ça change de Mozart, hein ! Pas assez de notes, pffff !

    L » Euh, je ne sais pas (faudrait que je le lise :-p) !

    Storia G-T » Maintenant que les fêtes sont passées, tu dois en avoir, non ?

    Succuba » Bienvenue ici ! (oui, je suis drôlement déçu, eh eh !)

    Agatha » Je te passerai les pages ciné de mon canard et je me garderai les pages musiques !

    Miss S » Voui, elle est bien celle-là !

  10. #10
     
    gravatar
    Sofy a gazouillé  :
    Merci pour toutes ces découvertes musicales au fil de ton burp … (surtout celle de ce billet, Arnaud Rebotini, j’aime beaucoup).

    Bisous

  11. #11
     
    gravatar
    Comme une image a gazouillé  :
    Sofy » Content de faire faire des découvertes. Rebotini, j’avais l’impression de ne pas avoir tellement convaincu mon public !

Laisser un gazouillis

  • (ne sera pas publié)

Balises XHTML autorisées : Vous pouvez utiliser ces balises : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>