[16] Méfions-nous de Word©

medium_fellisorthographe.jpgAmi lecteur,

Ton orthographe est déplorable.

Ton orthographe est déplorable, mais tu es conscient qu’un texte truffé de fautes, ça la fout mal, que ce soit pour séduire ta belle (tout le monde n’est pas comme Christian avec un Cyrano sous la main), ou faire un rapport important à ton patron (lecteur ami & néanmoins fonctionnaire, je te prie de m’excuser pour mes clichés, et tu peux remplacer le mot “patron” par “président” ou “ministre”).

Donc, tu te dis – et je ne te donne pas tout à fait tort – que tu vas utiliser le vérificateur d’orthographe intégré de Word pour éviter les coquilles.

Et là, je dis “méfiance” et t’offre quelques suggestions pour éviter d’affreuses chausse-trapes, qui pourrait t’apporter le mépris de tes pairs (et le mien en particulier).

Les problèmes viennent généralement d’homonymes ayant une orthographe proche, mais des sens voire des fonctions grammaticales totalement différentes (NB : c’est le cas de la plupart des homonymes d’ailleurs). Word étant très basique ni verrat queue du feux.

À tout saigneur toute horreur

Commençons par le pire de tous, commençons par çà.

Je pourrais dire pour simplifier que çà n’existe pas. Quitte à ne mémoriser qu’une orthographe, ami lecteur paresseux, ne retient que ça, sans accent, et on n’en parle plus.

Si tu souhaites aller un peu plus loin, tu ouvres un dictionnaire, et tu trouves que ça est l’abrév. fam. du pronom démonstratif neutre cela dont la définition est « La chose, l’idée, les paroles que voilà ».

Et voilà, en effet, l’explication de cette faute provient probablement de sa définition : on pense à voilà et on y met le même accent grave.

Quant à çà, le dictionnaire nous apprend qu’il s’agit d’un adverbe de lieu (forcément, on a un peu honte de confondre un adv. de lieu avec un pron. dem. neutre. Non ? Ah ben ben merde alors. L’orthographe française, aime-là ou quitte-là : retourne au Bled), synonyme d’ici.

Un exemple dans cette fameuse charade à tiroirs :

Mon premier va çà et là
Mon second est employé de La Poste
Mon troisième ne rit pas jaune
Mon quatrième n’est pas rapide
Mon tout est l’auteur de
La Légende des Siècles

(Soluce : Errant-Besancenot-Boucher de la Villette-Projet socialiste)

Mon conseil ci-dessus doit déjà avoir été donné parce que ça fait plusieurs fois que je vois écrit dans le journal « ça et là ».

Çà a un petit frère moins profus (car Word© lui fait la peau), c’est celà, oui. Empathie patente avec voilà.

Cyprès de toi, mon dieu

Même genre de faute, avec son accent malheureux, faîtes. Souvent, pensant bien faire, on ajoute des accents circonflexes à profusion. Ça s’appelle de l’hypercorrection. Donc, ne faites pas cette faute-là, faîte désigne le sommet d’un édifice, d’un arbre, d’une montagne, blablabla.

French connexion

Je l’aime bien, celui-là, parce que je me suis un moment demandé pourquoi Word© laissait passer « connections ». Une faute classique en informatique, où ça connecte de partout. D’abord parce qu’en anglais, connexion s’écrit connection.

Alors, ami lecteur, as-tu deviné toi aussi pourquoi ce gros lourdaud de Word© acceptait connections mais refuse connection ? Eh bien tout simplement parce que connections est une forme conjuguée existante du verbe connecter.

ex : Longtemps, nous nous connections de bonne heure (Marcel Proust in Minitel mon Amour – 1985).

 

Élisions douteuses

Pour finir cette note qui malgré mes efforts va finir par devenir indigeste, j’aborderai le délicat cas de l’élision souvent confondue avec le « t » euphonique.

Il ne faut donc pas confondre « t’ » où l’apostrophe signifie l’élision de la voyelle finale (je te aime => je t’aime) et « -t- » où le t n’a aucune valeur sémantique, ce n’est pas le pronom « tu » abrégé, ni quoi que ce soit d’autre d’abrégé, c’est juste pour faire joli à prononcer (eu-phonique : qui sonne bien à l’oreille) entre deux voyelles : « Écoute-t-il ce que je dis ? ».

En s’amusant avec Google, on est ravi par les nombreuses variantes imaginées pour écrire « Y a-t-il … ».
Y’a t’il ? Y-a-t-il ? Y a t-il ? Y-a-t’il ? Mathématiquement, en combinant espace, trait d’union et apostrophe, on peut arriver à 27 graphies différentes. Malheureusement, une seule est correcte, et si tu y vas au pif, ça ne laisse que 3,7% de chance de tomber sur la bonne.

 

PS : ami lecteur, lisant mon burp plein d’arrogance, tu n’hésiteras sûrement pas à m’allumer pour les fautes que j’aurais laissées çà ou là (car je suis faillible, hélas), et ça sera bien fait pour ma gueule.

10 gazouillis sur “Méfions-nous de Word©”  

  1. #1
     
    gravatar
    Vagant a gazouillé  :
    Il faut donc remonter jusqu’en Juin 2006 pour trouver des notes encore vierges de commentaires. Un peu comme la neige immaculee sur laquelle je viens laisser une trace inutile: C’etait vierge; Je suis passe par la; Ca ne l’est plus. Il fallait bien ce non-commentaire la pour te dire combien cette note me fut utile, moi qui foirait toujours mes elisions !
  2. #2
     
    gravatar
    Comme une image a gazouillé  :
    Vagant > Quelques petites remarques sur ce commentaire (sans accent mais je mets ça sur le compte d’un déplacement à l’étranger) :
    1/ Pas de majuscule en français sur les noms de jour ou de mois => juin
    2/ « moi qui foiraiS » => penser à faire l’accord avec le sujet
    3/ Pas de majuscule après un point-virgule, et une espace avant et après (pareil pour les deux-points) => « (…) je viens laisser une trace inutile : c’était vierge ; je suis passé par là ; ça ne l’est plus. »

    Tu vois, un commentaire n’est que très rarement inutile.

    J’en profite pour te signaler une erreur que tu continues de faire bien que je te l’aie signalée jadis : ne mets pas de majuscule après une citation suivit de « dit-il » ou autre précision concernant le locuteur.

    « Maintenant, je me taperais bien une bonne bière ! » s’exclama-t-il, en appuyant sur la touche ENVOYER.

  3. #3
     
    gravatar
    MarieM a gazouillé  :
    Quel beau subjonctif présent dans votre pénultième paragraphe,
    et le plus que parfait du « frimatif», est-ce inné ou acquis ?

    «S’il sied au maître de ces lieux, je me délecterais volontiers d’un Gevrey-Chambertin ! » qu’elle dit , en défonçant la touche SEND

  4. #4
     
    gravatar
    Comme une touche SEND (oh oui défonce moi) a gazouillé  :
    MarieM > C’est rien que de l’acquis ! ;-)
    Il sied, il sied, mais il siérait plus encore si j’avais également droit à mon verre.
  5. #5
     
    gravatar
    Touche inSENDiaire a gazouillé  :
    Vous auriez droit à votre verre si l’on pouvait partager le flacon avec le sieur Vagant
    dans le but avoué d’atteindre une ivresse commune, en triangulisation …
  6. #6
     
    gravatar
    Athena a gazouillé  :
    Ok, d’accord..un texte truffé de fautes est disgracieux, ceci dis la séduction ne se limite non plus à un texte impécable ou l’employé modèle ne se determine pas par un rapport exempt de fautes!! c’est un atout certes, encore faut-il que le contenu soit intéressant…

    Einstein l’homme de mes plaisirs solitaires (et oui! chacun ses goûts ;-)), qui était à même de calculer le dégré de rotation de son “lui” en “moi” tout en faisant l’amour était un grand dyslexique (ma plus belle excuse ;-) )…tout comme Jules Verne, Agatha Christie et tant d’autres…

    J’admets qu’il est plus intéréssant de lire un texte bien écrit (sous toute ses formes, bien entendu) d’ailleurs j’en suis toujours charmée, mais ce n’est guère ce détail qui m’incitera à arracher un caleçon! [:-O]

    N’empêche j’adhère méfions-nous de Worl(C)!

    Ps: le plus ennuyeux pour moi c’est la présentation, je tombe quelques fois sur des notes pas suffisament aérées, trop condensées…pas simple à lire.

  7. #7
     
    gravatar
    Comme une image a gazouillé  :
    j’ai une touche avec SEND > En voilà une proposition !

    Athéna > Je suis d’accord : la forme ne doit pas l’emporter sur le fond, mais une mauvaise forme dessert un bon fond (à l’inverse une belle forme peut dissimuler un fond médiocre).

    L’idée aussi de cette note, outre de pointer un certain nombre de fautes assez classiques, était aussi d’inviter les différents rédacteurs que nous pouvons tous être de ne pas prendre pour argent comptant les “conseils” rédactionnels émis par des logiciels.

  8. #8
     
    gravatar
    ToucheinSENDiaire a gazouillé  :
    Bacci di Natale

    MM

  9. #9
     
    gravatar
    Lui de Duo D'Idées a gazouillé  :
    Merci pour ce billet agréablement écrit. La forme m’a permis de m’intéresser au fond qui porte essentiellement sur…la forme.

    Je me plais à penser que le fond prime sur la forme, mais il est un point de non retour où la forme nuit au fond et constitue un frein à la compréhension du lecteur. Je m’efforce de ne pas passer ce point.

    J’accorde beaucoup d’attention à la syntaxe et à la concordance des temps, mais je dois avouer en toute honnêteté que j’ai la fâcheuse tendance à commettre des fautes d’orthographe. Je comprends que cela puisse irriter certains, car les fautes de concordance des temps me hérissent le poil. Par respect pour le lecteur égaré sur mon blog, j’accorde donc une attention particulière à l’orthographe.

    Cependant, je ne supporte pas les gens qui ont pour fâcheuse habitude de corriger systématiquement toutes les fautes d’orthographe des blogueurs, d’en faire part dans leurs commentaires, et de s’en servir pour discréditer le fond du propos. C’est un procédé déplacé et malhonnête intellectuellement. J’aimerais tant que les internautes réagissent sur le fond des articles, me contredisent et fassent ainsi avancer le débat et ma réflexion personnelle.

    Lui de Duo D’Idées

  10. #10
     
    gravatar
    Comme une image a gazouillé  :
    Lui du duo » Merci pour votre commentaire. Il m’arrive de relever quelques fautes dans les commentaires mais seulement par obsession du beau. Maintenant, chacun est plus ou moins chatouilleux sur ce sujet. Si la remarque n’est là que pour discréditer, en effet, c’est médiocre.
    Mais n’ayez pas peur ici de me signaler mes fautes, je ne m’en offusquerai pas.

Laisser un gazouillis

  • (ne sera pas publié)

Balises XHTML autorisées : Vous pouvez utiliser ces balises : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>