[68] Ça n’est pas de ta faute

Ça n’est pas de ta faute.

Sûrement pas non plus celle de ta chatte si avide de ma queue.
Pas non plus celle de ta bouche qui réclamait la mienne.
Pas non plus celle de ton cul que tu m’as offert avec le reste — si, si, Monsieur, vous pouvez aussi visiter cette pièce.

Ça n’est pas de ta faute.

Sûrement pas celle de nos rendez-vous du dimanche quand nous allions au cinéma (c’était autre chose que Le film du dimanche soir à la télé), nous tripotant comme des adolescents (ou plus précisément, rattrapant enfin le temps perdu de nos adolescences solitaires, il n’est jamais trop tard) lorsque le film ne nous captivait pas assez.
Pas non plus celle de nos déjeuners du mardi, très sages, où l’on discutait boulot, politique, cul et sens de la vie ; des morceaux de temps qui faisaient presque de nous un couple ordinaire.
Pas non plus celle de nos rendez-vous improvisés, qui me donnaient l’impression d’être un gamin qui file en cuisine voler du rab’ de dessert.

Ça n’est pas de ta faute.

Non, sûrement pas celle de ton corset que j’aurais voulu t’offrir, mais que tu as tenu à payer de tes deniers ; j’aimais son rouge sombre ; j’aimais tirer sur les lacets jusqu’à ce que tu me dises c’est assez (c’est drôle, non ? corset, baleines, cétacé. C’est pour détendre l’atmosphère).
Pas non plus la faute de ce vibromasseur avec lequel je t’ai fait jouir plusieurs fois. J’aimais être la main de ce plaisir qui aurait pu être solitaire.
Pas nous plus celle de ce gode violet que je t’avais demandé d’enfoncer vivement dans mon cul, impatient que j’étais que tu me violentes, impatience que je vais encore devoir ravaler … jusqu’à quand ?

Ça n’est pas de ta faute.

Vraiment pas non plus la faute de ces messages qu’on échangeait sans arrêt. Des SMS qui me démangeaient les pouces dès que j’avais un instant à voler et que mon cerveau pensait à toi — c’est à dire souvent.
Pas la faute de ces photos et ces petites vidéos indécentes que nous avons pris ensemble.
Pas la faute de ces deux soirées que nous avons passées à trois, ni tous ces autres fantasmes que nous aurons eut le temps de mettre en scène, avec gourmandise et joie lubrique.

medium_j_and_j.jpg

 

Non, c’est ma grande faute à moi, ma maxima culpa.

Ma faute d’avoir creusé à coup de bite depuis 6 ans la tombe de mon couple — et aujourd’hui encore je ne sais pas si je veux rester vivant ou m’enterrer avec.
Ma faute d’avoir pensé qu’on pouvait jouer impunément avec ses amantes, juste pour combler ce manque d’érotisme dont je pâtissais depuis 7 ans, que ça ne ferait que rééquilibrer ma vie, et rien d’autre. Ma faute de ne pas m’être rendu compte qu’avec toi, ce n’était pas seulement différent des autres en intensité, mais qu’intrinsèquement, c’était différent ; contrairement aux autres, tu n’étais pas une femme en couple à la recherche, comme moi, de frisson, mais une célibataire qui attendait l’amour — et je t’en ai donné. Ma faute d’avoir pensé que vouloir que ce soit possible suffise pour que ça le soit.

Ma faute si maintenant je me retrouve face à ce grand vide, à la croisée des chemins.
Mais quel chemin emprunter quand on est persuadé que celui du bonheur est désormais derrière soi ?

16 gazouillis sur “Ça n’est pas de ta faute”  

  1. #1
     
    gravatar
    wondercinamona a gazouillé  :
    inspiré de la réalité? comme tout le reste ici…??
  2. #2
     
    gravatar
    Comme en terre a gazouillé  :
    wondercinamona > Absolument tout est inspiré de la réalité, ici. Après, je laisse aux lecteurs le soin de faire la part des choses entre ce qui tient du récit, du reportage, de l’imaginaire.
    Pour te répondre sur cette note en particulier, hormis quelques effets de style destinés à renforcer l’impact émotionnel du récit, c’est très très largement fidèle à ma récente actualité.
    Vois comme tristesse & cynisme ne s’excluent pas nécessairement.
  3. #3
     
    gravatar
    Comme une image a gazouillé  :
    C’était une putain de belle note que celle là !
    Deux commentaires seulement ? Dont le mien (plus celui-ci). Tout le monde était en vacances ou quoi ???
  4. #4
     
    gravatar
    D.e.S. a gazouillé  :
    c’est pas parce-qu’on commente pas qu’on ne l’a pas lue ;-)
    il arrive (les filles, avec moi!) qu’on n’ait pas grand chose à ajouter, même quand on a du temps et une grande g****! Comme quand ça a l’air tellement définitif que les commentaires sont inutiles!
  5. #5
     
    gravatar
    Ysé a gazouillé  :
    Je ne sais pas si dans la vie, il faut croire ou non au hasard. Mais il se trouve que je me baladais sur ton blog. Je ne sais pas pourquoi j’ai regardé les archives de juillet 2006. Mais maintenant je sais. Et Pfiou, si je n’étais pas si bavarde, je resterai sans voix devant une telle note. Triste et beau, triste mais beau… ça valait vraiment la peine d’y laisser un petit com’.
  6. #6
     
    gravatar
    Comme une image a gazouillé  :
    Ysé > Euh oui, comme je le disais avec un certain orgueil, je trouve que c’est une de mes notes parmi les plus émouvantes…
  7. #7
     
    gravatar
    Ysé a gazouillé  :
    Je m’aperçois que le tutoiement m’a échappé. Ysé troublée et ce n’est pas de sa faute…
  8. #8
     
    gravatar
    Miss S a gazouillé  :
    Ça me rappelle vaguement un passage des Liaisons Dangereuses…
  9. #9
     
    gravatar
    Comme un plagiaire a gazouillé  :
    Miss S > Toute ressemblance avec etc. n’est pas forcément fortuite !
  10. #10
     
    gravatar
    six a gazouillé  :
    hé bien je n’ai pas encore versé de larmes sur mon histoire, mais sur cette note, que je découvre maintenant, oui, salopard!! merci!:-)
    (au fait, rien à voir mais j’ai été frappée ( pfff….le choix des mots) par le brio et la malice de ton “diagnostic” sur http://extravagances.blogspiri.....amour.html
  11. #11
     
    gravatar
    sélène a gazouillé  :
    Et voilà, ma curiosité me perdra…. comment peux-tu faire qu’une note soit à la fois si excitante et si émouvante? Tout ton art est là, je ne suis pas prête d’arrêter de te lire…
  12. #12
     
    gravatar
    Athena a gazouillé  :
    Très belle note [bel agrandissement également!..soyez pas susceptible je vous taquine ;-)]..le sujet de fond est excellent!
  13. #13
     
    gravatar
    Comme une image a gazouillé  :
    Six » Est-il raisonnable plus d’un an après ton commentaire d’y répondre ?
    Bon, c’est vrai que c’était une belle note. J’ai l’impression que les plus désespérées sont les notes les plus belles, comme dirait l’autre… Du coup, je suis aujourd’hui moins inspiré et plus heureux. J’ai découvert, avec le temps, que le malheur était soluble, et que, non, le meilleur n’était pas forcément derrière moi. Il pouvait être devant, mais autre, autrement.
    Je te souhaite exactement la même chose avec tendresse.

    sélène » Comment ? En étant malheureux hélas, comme je l’expliquais ci-dessus !
    En toute franchise, je préfère être moins triste et moins inspiré, dusse mon lectorat se contenter de mes archives pour soupirer :-)))

    Athena » Merci merci pour ce commentaire.
    J’en profite pour un message perso : si vous m’envoyez un message privé via contact avec une adresse courriel bidon, comment puis-je répondre ?! Humpff….

  14. #14
     
    gravatar
    Frenchsweet a gazouillé  :
    Cette note manque cruellement d’illustrations, si vous voulez mon avis !
  15. #15
     
    gravatar
    Comme une image a gazouillé  :
    Frenchsweet » Pourtant, la seule illustration de cette note est peut-être un hapax sur mon site. En mettre d’autres serait faire ombrage à sa singularité !
  16. #16
     
    gravatar
    Frenchsweet a gazouillé  :
    si vous le dites ..

Laisser un gazouillis

  • (ne sera pas publié)

Balises XHTML autorisées : Vous pouvez utiliser ces balises : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>