[122] Ça fout les jetons (le retour)

À la suite de cette note

medium_JDL-D820-0043.jpgmedium_JDL-D820-0045.jpg Trouvé ce soir dans un sombre parking Leroy-Merlin ces deux chariots abandonnés, loin de leurs frères, en liberté, certes, mais errant l’âme en peine.
Je m’approche d’un peu plus près et je constate que c’est bien un de ces jetons gratuits qui a été sacrifié, qui fera peut-être le bonheur prochain d’un clécaddomane (bricoleur de surcroît).
Ah ah ah ah ! Je me sens comme une sorte de  Nostradamus des temps modernes, prédisant le proche passé. Chuis trop fort.
Non, non, n’applaudissez pas, c’est truqué.

8 gazouillis sur “Ça fout les jetons (le retour)”  

  1. #1
     
    gravatar
    Roumi a gazouillé  :
    Aaaaaaaaahhhhhhhhh !!!!!!!!!!!!!!
    Le plaisir de glisser son jeton dans la fente…
    Aaaaaaaaahhhhhhhhh !!!!!!!!!!!!!!
    :-)
  2. #2
     
    gravatar
    Lapetitebrune a gazouillé  :
    dis t’avais pas dit que t’arretais les drogues? nan?!
  3. #3
     
    gravatar
    Comme en terre a gazouillé  :
    tout le monde >
    Quelqu’un a un extincteur pour Roumi ? Il craque…

    (Ouhhhhhhh c’est terrible aussi quand le jeton reste coincé… Ouhhhhhh)

  4. #4
     
    gravatar
    Roumi a gazouillé  :
    : pour arrêter les drogues, faudrait que j’ai commencé. J’ai jamais fumé de ma vie. Je bois quasiment jamais et pas plus d’un verre (en général c’est du champagne et ça m’arrive trois fois par an) ; le reste du temps je bois pas, j’aime pas le goût de l’alcool ni la sensation qu’il procure. Quant aux autres drogues, j’en parle même pas ; je sais pas ce que c’est. :-)
    Ah j’oubliais aussi ; je ne bois jamais de café (sauf ssi on m’oblige ou que c’est le truc le moins cher dans un troquet hors de prix).

    en terre : ça va mieux t’inquiète… mais qu’est-ce que tu crois ? Je me rappelais juste de mon enfance où ma mère me donnait le jeton et moi je courrais pour aller chercher le chariot.
    Tu pensais à autre chose, gros dégoûtant ?! :-)

    Quand le jeton reste coincé dans la fente, ça s’appelle du vaginisme. :-)

  5. #5
     
    gravatar
    Comme en terre a gazouillé  :
    Roumi >
    Je crains que la remarque de la petite brune sur l’usage des stupéfiants ne me soit destinée.
    Inutile de faire plus avant l’étalage de ta probité morale, un peu de retenue que diable, tu veux choquer mes visiteurs ?

    J’imagine que dans notre société guidée par le vice, Roumi, où le sexe s’étale partout entre télévision, internet et kiosques à journaux, tu dois avec tes camarades vertueux, te réunir avec une certaine discrétion pour ne pas t’exposer aux quolibets.
    Je t’imagine entrer discrètement au lieu de rendez-vous convenu. On appelle ça les “cinq ascètes”.

    Le vaginisme, c’est quand le jeton ne peut pas rentrer dans la fente.
    Le roumisme, c’est quand le jeton ne veut pas rentrer dans la fente.

  6. #6
     
    gravatar
    Roumi a gazouillé  :
    en terre : j’avais raté ton commentaire… hi hi hi… très bien le cinq ascètes… malheureusement tu ne trouveras pas grand monde d’aussi sage que moi… et les gens autour de moi ne le sont pas… d’ailleurs ils viennent régulièrement pleurnicher sur mon épaule lorsqu’ils ont une peine de coeur, lorsque madame se refuse à eux pour cause de grossesse ou tout autre sujet… y’en a même un qui est bien marié, deux enfants charmants et qui n’a jamais entendu parlé du Kama Sutra… et moi l’ange innocent je lui explique que la position du missionnaire et le fait de considérer l’amour comme un simple devoir conjugal doit expliquer le fait qu’il ressente une certaine frustration sexuelle… et voilà que je lui suggère de réclamer une fellation à sa femme… oh ben écoute, Roumi est vraiment adorable… l’ange puceau et sexologue… tout le monde lui raconte ses histoires de fesse et lui il écoute… il essaie d’aider… vas donc trouver plus gentil que moi, hein ?!

    Pour la société guidée par le vice, je confirme que c’est pas forcément fameux dans ce domaine… disons que je trouve notamment assez vulgaire d’étaler des corps nus en permanence partout au regard de tous… la semaine dernière j’étais à une station de métro et il y avait au moins trois femmes à poil pour trois publicités différentes sur un même quai de station… le corps est devenu un objet (et pas seulement celui de la femme d’ailleurs). Et puis surtout je trouve que le fait d’étaler ces corps en permanence leur fait perdre une part de mystère, fait sombrer leur vision dans une sorte de banalité qui explique peut être au passage le manque d’ardeur de certains ou certaines ; après une journée de branlette mentale devant toutes ces images et devant même certaines personnes qu’on peut croiser dans la rue à moitié déshabillées, ben y’en a peu être qui sont fatigués ! :-)

    Le roumisme c’est quand le jeton ne veut pas rentrer dans la fente ?! Mais non mon grand, moi je veux bien rentrer mon jeton dans la fente… simplement pas avec n’importe qui et sûrement pas en me disant que le lendemain ce sera définitivement terminé. Roumi veut assurer le service après-vente.

  7. #7
     
    gravatar
    Comme une image a gazouillé  :
    Roumi l’ascète solitaire >

    Je comprends ta perception du monde et par certains aspects, je la partage.
    Concernant l’étalage de corps nus dans le métro, ce n’est pas tant cette banalisation du corps nu (et de l’érotisme), cette désacralisation, que je déplore, que la projection de la “perfection” de ces corps qui peut facilement nous mener à la frustration, de ne pas avoir à la maison une femme nue aussi belle, un homme nu aussi musclé.

    Il faut toutefois que tu prennes en considération le fait que toute relation n’est pas forcément jetable ; et quoi que tu en dises, le fait de repousser sans cesse l’échéance te la rendra de plus en plus difficile à atteindre. Puisque tu joues les sexologues de service avec tes copains, moi je serai celui de ton coach sexuel : MAIS LANCE TOI BORDEL !!!!

  8. #8
     
    gravatar
    Roumi a gazouillé  :
    une image : oui tu as raison pour cette projection de l’image parfaite à travers la publicité et autres choses… ça s’ajoute à ce que je disais je pense. Personnellement vu mon “état”, je ne suis pas très sensible à cette dimension de perfection… j’ai pas de modèle de référence, d’éléments de comparaison, … donc cette aspect de la question m’avait échappé.
    Tu sais, je ne joue pas les sexologues de service avec mes amis… je ne pose pas de question moi… ce sont eux qui se confient spontanément à moi, justement parce que je pose pas de questions indiscrètes et donc que je cherche pas à savoir les choses pour le simple plaisir de les savoir et de les répéter. Ce sont donc mes amis qui me donnent ce rôle et j’essaie de les aider avec dévouement bien que j’y connaisse pas grand chose et bien que je préférerais au fond ne pas avoir à entendre des choses dont je ne profite pas moi même.
    Tu veux être mon coach sexuel : ben mon pauv’gars t’as pas fini… :-)
    Allez, bon courage.

Laisser un gazouillis

  • (ne sera pas publié)

Balises XHTML autorisées : Vous pouvez utiliser ces balises : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>