[197] Plein le l-u-c

Il y a un événement qui est presque passé inaperçu.

Pourtant, ç’aurait dû être comme un tremblement de terre dans la communauté cinématographique, et plus largement la communauté cinéphile, et plus largement l’immense masse de glandus qui va au moins une fois par an au cinéma. Ou qui loue un DVD. Ou qui télécharge un DivX sur eMule… Enfin, qui consomme des films d’une manière ou d’une autre. Moi, toi ami lecteur, nous tous.

Lorsqu’elle a été annoncée, cette nouvelle aurait dû déclencher des scènes de liesse populaire, faire la une des journaux, être l’occasion d’une émission exceptionnelle du Droit de Savoir sur TF1. Nous devrions tous trembler encore d’émotion en évoquant, entre nous, pour la quinzième fois ce mois-ci, entre collègues à la cantine, ce fait, comme lorsque l’on repense à chaque 11 septembre anniversaire au spectacle hallucinant du World Trade Center s’écroulant.

Luc de bonne humeur
Luc « c'est gentil un film » Besson, de bonne humeur

Or donc, le 11 septembre 2006, justement (date qui a peut être fait que l’événement ait moins retenu l’attention qu’il n’aurait dû), Luc Besson (notre illustration) annonçait qu’il arrêtait le cinéma.

Même si la sortie programmée en décembre de son dernier navet testamentaire (même en me payant, je n’emmènerai pas mes gosses voir ça) obscurcit discrètement le tableau, nous ne devons toutefois pas retenir notre joie.

Plus jamais de Grand Bleu (encore que ce n’est pas ce qu’il ait fait de pire), de Nikita. Adieu Le Cinquième Élément, un film qui pompait éhontément différentes merveilles cinématographiques (comme Blade Runner) et réussissait à en faire une bouillie indigeste.

Finis, les rôles féminins plus pitoyables les uns que les autres. Besson est en effet un des rares réalisateurs à réussir le tour de force de faire de ses personnages féminins à la fois des personnages centraux et des personnages d’un vide abyssal (la Leeloo du Cinquième Élément en est la plus flagrante illustration).

Je ne sais pas s’il va également arrêter ses opérations de production, parce que c’est tout de même à lui qu’on doit Taxi. Quand j’ai vu Taxi en salle, à sa sortie (si, si !), et que j’entendais le public se bidonner quand le film, de mon côté, me consternait, je me suis senti un peu en décalage avec mes concitoyens…

ם ם ם

Quant à ses futurs collègues de l’action citoyenne à laquelle il a désormais annoncé se consacrer, je leur présente mes condoléances sincères.

19 gazouillis sur “Plein le l-u-c”  

  1. #1
     
    gravatar
    Cie a gazouillé  :
    Non, je m’insurge ! Non, tu n’as pas le droit… et tant pis pour ta déception et tant pis pour la mauvaise humeur que nous promet ce dîner (ou quoique ce soit d’autres…)… Non, à l’époque, j’ai aimé Le grand Bleu, j’ai aimé Nikita, j’ai aimé Léon, j’ai adoré le Cinquième élément et le personnage de Leeloo. La scène de bagarre parallèle au chant de la cantatrice bleue est pour moi l’une des scènes qui m’a le plus marquée au cinéma et me donne encore des frissons partout (et je pèse mes mots)

    Non, non, tu n’as pas le droit.

    D’autant plus avec les exemples que tu cites (passe encore pour Taxi, mais qui a sa cible, on ne peut pas lui reprocher)…

    Non, Monsieur Comme une Image que je respecte et pour qui en bien des égards, j’ai une certaine admiration, de l’estime et souvent de la sympathie…. avec une pointe de désir quand tes textes me font frémir….. tu n’as pas le droit (même sur ton propre burp) d’être aussi catégorique !!!

  2. #2
     
    gravatar
    Roumi a gazouillé  :
    un hydrocéphale (ne me demande pas pourquoi j’ai mis ce mot… ça m’est passé par la tête, c’est tout !) :
    je ne fais pas partie de la masse des glandus vu que je vais moins d’une fois par an au cinéma. Ouf ! De même je ne loue pas de DVD, ne télécharge rien non plus. Je me sens donc très peu concerné par ta note et c’est la raison pour laquelle je me fais un plaisir de donner mon avis ici en encombrant la mémoire de ce burp…
    De Besson je n’ai vu que Le Grand Bleu est c’est en gros le seul truc de lui qui pouvait m’intéresser, ses autres films n’étant sans doute pas vraiment fait pour un brave garçon qui a besoin de rêves terre à terre et de choses gentillettes pour satisfaire son esprit sensible.
    Je n’avais pas du tout connaissance de cette décision d’arrêt de la carrière de Besson ; remarque, il pourra toujours recommencer ultérieurement.
    Quant à Taxi, je n’ai pas vu ce film mais je trouve étrange qu’en tant que bobo tu ne suives pas l’avis “des masses bêlantes ataviquement acquises aux promiscuités transpirantes et braillardes inhérentes à la vulgarité du régime démocratique imposé chez nous depuis deux siècles par la canaille régicide”.
  3. #3
     
    gravatar
    Comme une image a gazouillé  :
    Cie >
    Allez, je vais nuancer un peu mon propos, et passer de la mauvaise foi démonstrative de mon billet à

    De Besson, je veux bien sauver le Grand Bleu, film qui a la naïveté de sa jeunesse (mais tu ne pourras pas nier que le personnage féminin est niais : vide aussi abyssal que la profondeur des océans).

    De Besson, je veux bien sauver Nikita : je me souviens avoir eu du plaisir à le voir. Je me souviens aussi en avoir tout oublié dès la sortie de la salle. Un film caramel.

    De Besson, je veux bien sauver Jeanne d’Arc parce que je ne l’ai pas vu.

    De Besson, je ne sauverai pas Subway (ça m’a plu quand je l’ai vu ado, mais devenu trentenaire, j’ai quelque peu développé mes exigences cinématographiques), ni Léon, ni Angel-A, ni les minimoys, ni surtout (et là, désolé, je maintiens notre point de désaccord : on évitera donc le sujet au dîner ;-) le Cinquième Élément, daube supersonique.

    Roumi > C’est dommage, le cinéma (de manière générale, mais pas Besson en particulier) ouvre des horizons…

  4. #4
     
    gravatar
    D.e.S. a gazouillé  :
    C’est pas sympa de tirer sur les ambulances, CUI! et, comme producteur et auteur de scénar, il est pire! (j’ai failli pleurer de désespoir en voyant ce qu’il avait fait de Jet Li, Morgan Freeman et Vincent Regan dans Danny the Dog! Et le “baiser du dragon”, c’t’horreur!). Pour Léon, t’es vache: y’a quand même Gary Oldman et Natalie Portman! (ça vaut bien 1 tout petit bon point, non????)
  5. #5
     
    gravatar
    Comme une image a gazouillé  :
    D.e.S. >
    Que Natalie Portman (15 ans dans ce film ?) soit ravissante, soit. Mais ça n’a jamais suffit à faire un bon film. Ça peut tout juste le rendre moins pénible à regarder…

    SexCie >
    Je poursuis : Besson (dans l’ambulance ?) fait partie de ces réalisateurs honnis par la critique et remportant tout de même un grand succès populaire (encore que je crois qu’Angel-A se soit tôlé). Ce qui lui permet de cracher sur les critiques (qui le lui rendent bien).
    Mais je n’ai jamais pensé que le peuple avait raison (c’est d’ailleurs une des limites de la démocratie).
    Ouais, je suis un sale élitiste ;-)

  6. #6
     
    gravatar
    Comme une image a gazouillé  :
    Rollmops >
    Ben mon garçon, tu exprimes tout à fait mon propos, en plus clair !
    Pour Shortbus, comme je le disais chez Bricabrac , moi je suis partant !
  7. #7
     
    gravatar
    Rollmops a gazouillé  :
    Je suis bien d’accord avec D.e.s.. Le problème de Besson c’est l’indigence de ses scénarios, et accessoirement sa vision du monde. A côté Bambi ressemble à un roman de Tolstoï. Ma fille de 4 ans a un regard plus subtil sur le monde que cet opérateur photo.

    Parce que pour en mettre plein la vue, ça il est champion. Au passage merci Mézière et Moebius pour les décors du 5ème élément (la copie va jusqu’à la rousseur de Laureline, malheureusement ni son humour ni son inteligence ne seront adaptés dans son cinéma).

    Besson c’est Plastik, un peu le sois belle et tais toi du cinéma. D’ailleurs ses personnages principaux ne parlent pas. Ils borborygment, incapables d’aligner deux mots à la suite, tous schizos ou autistes. Au début on se laisse un peu avoir (surtout quand on a 14 ans). On se dit qu’un peu à la Rainman se [EDIT : il manque un verbe : dessine ?] un monde intérieur d’une beauté que les mots ne peuvent exprimer… Sauf que ça le fait pas, sous le rien… y a rien.

    Il devrait faire de la pub, il est doué pour le spectaculaire le petit.

    Quelqu’un partant pour Shortbus ?

  8. #8
     
    gravatar
    D.e.S. a gazouillé  :
    héhé! j’ai trouvé une nounou pour mardi, moi, je vais le voir Shortbus… et avec MR D.e.S.! yessss!
  9. #9
     
    gravatar
    L'Homme du Moment a gazouillé  :
    Ce qui est certain, c’est que ça n’est pas à cause du temps qu’il va passer à écrire le scénar de Taxi 5 qu’il va être débordé…
  10. #10
     
    gravatar
    L'Homme du Moment a gazouillé  :
    Petit commentaire amusé, quand même…

    Je fais le constat que les esprits aiguisés qui commentent le travail du sieur Besson ont pratiquement vu la totalité de ses films, même Angel-A qui a été retiré de l’affiche après 4 semaines…

    Cela montre, soit une belle volonté d’exercer son esprit critique (et rien n’est plus agaçant que ceux qui critiquent sans avoir vu ou lu – je veux donc parler de la plupart des critiques professionnels), soit une encore plus belle dose de masochisme…

  11. #11
     
    gravatar
    D.e.S. a gazouillé  :
    l’homme du moment: bon, je me classe pas encore dans les “esprits aiguisés”, mais je n’ai vu ni Subway, ni le Grand Bleu, ni Taxi(s), ni Angel-A (la bande annonce m’a suffit!), ni le Transporteur, Nikita et Léon, c’était à la télé: j’ai payé ma place de cinoche pour le 5ème élément et Danny the Dog (et j’en pleure encore!)… je cherche pas d’excuse, hein!, je précise!
  12. #12
     
    gravatar
    Comme une image a gazouillé  :
    L’homme du moment >
    Ouais, non, faut pas exagérer quand même, je n’ai pas vu Angel-A, mais faut pas le dire ! Quand on fait un billet aussi péremptoire que le mien, faut assumer un minimum de mauvaise foi (Grand Bleu, Subway, Nikita, 5e élt : vus en salle. À une époque où j’allais souvent au ciné ! Léon : vu à la télé parce qu’on m’en avait dit bcp de bien. J’y ai cru. J’ai vu. J’en ai plein l’cul).
  13. #13
     
    gravatar
    L'Homme du Moment a gazouillé  :
    Héhé… En l’occurrence, pas d’ironie dans mes commentaires précédents, juste un amusement. La mention des esprits aiguisés concernait l’ensemble des commentateurs, souvent pertinents. Mais ma remarque reste vraie, et ta réaction montre bien toute la complexité du rapport qu’on a à ce personnage : tu as presque vu tous ses films, tu peux en faire la liste, et tu te sens presque obligé de te justifier de les avoir vu ou de ne pas les avoir vu (sourire). Je me demande si un français qui va au cinéma a pu rester sans voir un moins un seul film de Besson, d’ailleurs… Pour ma part, le dernier Besson en tant que réalisateur que j’ai vu était le 5eme élément, essentiellement pour ce que je travaillais pour le couturier qui en avait fait les costumes, et pour une raison qui reste floue j’ai vu Taxi, pendant une fête du cinéma… Je m’étais dit qu’à 1 euro, même si c’était nul je n’aurais pas l’impression d’avoir payé trop cher… j’avais tort.
  14. #14
     
    gravatar
    L'Homme du Moment a gazouillé  :
    Ah, si, quand même… Je me rappelle n’avoir pas totalement perdu mon temps pendant “Taxi”. Pourtant c’est le SEUL film dont j’ai failli quitter la projection en cours de route, je me souviens de ne pas l’avoir fait uniquement parce que dehors il pleuvait comme vache qui pisse. Je me souviens de l’atmosphère dans cette salle en bas des Champs-Elysées et de tous ces gamins de banlieue qui s’éclataient et qui réagissaient en direct en lançant des vannes. Je me souviens surtout de cette jolie petite beurette qui, devant ma difficulté à trouver quelques pièces dans ma poche, avait proposé de m’offrir ma canette de Coca Light.. C’est ça, mon seul bon souvenir de Taxi…
  15. #15
     
    gravatar
    Comme une image a gazouillé  :
    L’Ho + D.e.S. >
    Taxi et Danny the Dog sont des films où Besson n’a été *que* producteur. On voit que c’est déjà trop.

    Je n’ai pas cité de Besson son premier moyen métrage qui fut pourtant encensé : Le dernier combat. Vu à la télé ; déçu.

    Pour élargir le débat, je crois qu’il y a des âges pour la cinéphilie. Quand on a 20 ans, on consomme en masse (si ç’avait existé à l’époque, nul doute que j’aurais eu une carte “illimitée”), où l’on est assez peu regardant sur ce qu’on voit : beaucoup de grosses productions américaines (ou française) et pour les plus curieux un peu d’autres choses. Et puis en vieillissant (et notamment avec l’arrivée des enfants) on sort beaucoup moins au cinéma, on devient plus exigeant sur la sélection des quelques films qu’on va aller voir, et puis nos exigences changent. Quand on ne va qu’une ou deux fois par mois au ciné, on essaye d’éviter d’être déçu.

  16. #16
     
    gravatar
    lapetitebrune a gazouillé  :
    un peu tard,pour participer mais
    “le dernier combat” est un grand film et ce fut son premier.
    j’ai aimé Nikita.
    et je me suis bidonné sur Léon tellement c’est ridicule de mise en scène parfois.

    après n’oublions pas que cet homme croit en ce qu’il fait et qu’il a encore les yeux plein d’étoiles quand il cause cinéma, ce qui est rare, qu’il fait vivre beaucoup d’intermittents avec ses films et ses productions, et que même si je n’aime pas ses “poulains” il a le mérite de faire exister un cinéma qui plait à d’autres que moi.

    bon n’oublions pas de dire que je ne verserai pas de larme à cette annonce.

  17. #17
     
    gravatar
    Comme une image a gazouillé  :
    lapetitebrune >
    Tu reviens encore d’un week-end de débauche hum ?!
    Ben non, il n’est pas trop tard…

    Je suis d’accord avec ce que tu dis : Besson fait des films qui plaisent et qui permettent également de mettre un certain beurre dans les épinards de l’économie du film français.
    Mais ça serait bien que le succès auprès du “grand public” ne se fasse pas systématiquement au détriment d’une certaine exigence de qualité intellectuelle.
    Ce n’est évidemment pas toujours le cas, il y a des films qui cartonnent et qui sont excellents (je ne trouve pas beaucoup d’exemples hélas, mais par exemple « Cyrano de Bergerac » de Rappeneau). Et avec Besson, ce ne fut jamais le cas.

    Au suivant.

  18. #18
     
    gravatar
    Samantha a gazouillé  :
    Oh mon Besson massacré ici et là! J’adore Nikita (même si en le revoyant dernièrement j’ai trouvé qu’il n’avait pas spécialement bien veilli) et j’adore en général les personnages de femmes écornées. Les femmes ne sont elles pas là pour faire joli en règle générale? C’est une de mes aspirations….Orner, ne pas penser.
  19. #19
     
    gravatar
    Comme une image a gazouillé  :
    Samantha » Si un jour, je vous emmène au cinéma, ce ne sera donc sans doute pas pour discuter cinéphilie ! Mais nous trouverons certainement un tes-reins d’entente.

Laisser un gazouillis

  • (ne sera pas publié)

Balises XHTML autorisées : Vous pouvez utiliser ces balises : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>