[291] « Au revoir »

[Pas de panique, je ne ferme pas mon burp !]

J’ai péché, ami lecteur.
Hier soir, j’ai rallumé ma télévision. Bon, ça n’a duré qu’une dizaine de minutes, mais cela suffit à déclencher mon humeur burpeuse.

Nous étions attablés tous les quatre, en famille. en train de manger les pâtes du dimanche soir en écoutant France Inter (un rituel). Maman les p’tits bateaux s’achevait, les filles étaient dans les starting blocks pour scander Le masque et la plume au plus synchrone avec Jérôme Garcin. Sauf que Jacques Chirac avait décidé de perturber notre cérémonial. Quitte à écouter son intervention historique (faut l’dire vite), autant le voir, me dis-je, allumant alors la télévision. C’est ce qu’on appelle joindre l’image à la parole.

medium_mai81.jpgC’était évidemment sans intérêt. Chirac a fait son petit blabla qui se voulait émouvant (à coup de je vous aime même pas avec des trémolos dans la voix, c’était plutôt très molasson, comme Chirac l’est depuis qu’il est Président de la République, comme si le costume continuait, après 12 ans, à le démanger) et évidemment donneur de leçon. Le brave homme, sans rigoler, nous informe qu’après 12 ans de sa présidence qui restera dans les mémoires probablement comme la plus médiocre de l’histoire de la cinquième république, le chemin est tracé. Comment se porte la fracture social, mon gars ? Et merci à TF1 d’avoir fait reculer le sentiment d’insécurité. Chirac m’a surpris, l’espace d’une phrase, quand il a annoncé qu’il aimait la France autant qu’il nous (= les Français) aimait. Je pensais qu’il l’aimait plus que ça.

Après ce discours fade (que les journalistes avaient désamorcé en disant qu’évidemment il allait annoncer qu’il ne se représenterait pas : s’il n’y avait aucun suspens, pourquoi donner de l’importance à ce qui n’en avait de toute évidence pas ? Chirac a tellement déprécié la parole présidentielle qu’il faudrait vraiment qu’il sorte des sentiers battus – ce qu’il ne fait bien sûr pas – pour capter un peu mon attention), les journalistes (pardon, les analystes politiques) meublèrent le vide par 20 minutes de paraphrase molle (pléonasme ?) à grand coup de minutage (« c’est au bout de 3 minutes, il était exactement 20h02, que le Président nous annonça qu’il ne solliciterait pas à nouveau nos suffrages » j’en passe et des pires) et d’intervention téléphonique de Monsieur BVA.

Dans la revue de presse, le lendemain, j’apprenais qu’un corniaud de je-ne-sais-plus-quel journal trouva le moyen d’écrire que Chirac avait prononcé là son plus beau discours. Je suis – hélas – obligé de reconnaître que j’étais d’accord avec Sarkozy (qui se trouvait être l’invité de F.I.) qui annonça que c’était « un peu facile » et que Chirac avait fait deux discours plus grandioses : celui pour la mort de Mitterrand et celui à propos de la rafle du Vél’ d’Hiv’.

Et je suis – hélas – désolé de rappeler à Arnaud Montebourg, qui croyait lire dans les propos de Chirac une idée justifiant l’opposition à Nicolas Sarkozy, que ce n’était pas après avoir pourfendu sans relâche pendant des années les propos chiraquiens qu’il fallait opportunément y trouver aujourd’hui une idée de valeur. Mon cul.

Chirac soutiendra mollement Sarkozy comme Jospin soutient mollement Royal, par sens du devoir politique, et il n’y aura pas lieu de s’en émouvoir.

Comme il n’y a pas lieu de s’émouvoir de la prose engoncée de Mister President hier soir. 

Rideau.


 

P.S. : Ce matin sur France Inter, Caroline Cartier nous a gratifié d’un excellent cru de son Cartier Libre consacré à Jacques Chirac, accolant, notamment,  judicieusement son « refus de tous les extrémismes, racisme(s), antisémitisme(s) » d’hier soir à son « le bruit et l’odeur » de triste mémoire. Hélas, pas de podcast disponible pour ce petit bijou que j’aurais aimé vous faire écouter.

 

17 gazouillis sur “« Au revoir »”  

  1. #2
     
    gravatar
    hellohlala a gazouillé  :
    Bonjour CUI. Marrant parce qu’à la même heure où tu mangeais tes pâtes (sans emmental), j’étais aux prises avec un poulet dans ma cuisine. Un poulet mort bien sûr, que je travaillais au corps suivant une recette ancienne.
    Vaguement écouté de loin, j’ai noté que Chirac laisserait essentiellement à mon souvenir cette tendance aux liaisons-z-hasardeuses et zappuyées auxquelles il nous-z-habitua en 40 ans de discours-z-et allocutions.
    Sinon, rien. Le poulet pas mal. Mais le Masque et la plume, honteusement châtré de sa moitié de temps d’antenne. Scandale.
  2. #3
     
    gravatar
    Comme une image a gazouillé  :
    kana > J’ai essayé, mais je n’y suis pas arrivé. D’une part, le podcast n’est effectivement pas proposé pour cette chronique, mais en plus le lien php bidule ne fonctionne pas. C’est p-ê dû au fait que je n’ai pas Real Player installé sur mon PC ? En tout cas, si chez toi ça marche et que tu as la possibilité de m’en faire une petite copie MP3, je me ferai un plaisir de la mettre ça en ligne.

    hellohlala > [ton commentaire a été corrigé] Il n’y a pas que Chirac qui liaisonne à mort, c’est une tendance assez généralisée et insupportable.
    Tiens, à propos de prononciation, j’ai chopé à un moment : « Lors du référendum » et j’ai entendu « l’ordure … ».

  3. #4
     
    gravatar
    cassiopée a gazouillé  :
    Mais ce n’est pas pécher que de regarder la télé mon enfant, si ce n’est que devant quelques pâtes :-). Perso, j’ai l’impression de davantage pécher en allant trop sur les b*****. A la même heure, la famille cassiopée était bien trop occupée à préparer la tambouille pour regarder quoi que ce soit. Et après, j’ai regardé ocean’s 11 (ah Brad!!) Et ce n’est que tard le soir que j’ai regardé une rétrospective chichi sur son goût du pouvoir. J’ai appris par la mm occasion qu’il ne se représenterait pas, et je me suis mm demandée s’il n’était pas malade ???
  4. #5
     
    gravatar
    strip a gazouillé  :
    oh ! zut alors ! j’ai loupé le discours du président !
    pas de pâtes, ni de poulet pour moi : je devais être plongée dans une histoire de martine (“fait du vélo” si je me souviens bien)…
    alors, je me suis donc contentée d’écouter sur F.I. ce matin (bon, j’ai zappé sarko, j’vais pas gâcher la semaine) les pleurs des uns (ceux du gouvernement) et le relativisme des autres (journalistes étrangers)…
    bref, je ne vois pas pourquoi les journalistes passent tant de temps à nous expliquer qu’il ne se représentera pas… tant de temps pour tant de vide ! ils nous ont fait déjà le coup pour le retour de polnareff !
    à croire qu’il ne se passe rien dans le monde…
  5. #6
     
    gravatar
    K'tastrof a gazouillé  :
    merci pour la précision en crochets en haut à droite, au moins j’ai su tout de suite de quoi ton billet causait. oui je sais, je suis trop forte. et trop modeste aussi… ;o)
  6. #7
     
    gravatar
    B a gazouillé  :
    Ouf ! J’ai eu peur !
  7. #8
     
    gravatar
    secondflore a gazouillé  :
    Voilà, juste d’accord.
    Y compris pour C. Cartier.
    (Et moi aussi, j’ai entendu “l’ordure et férendum” !! là ce n’est plus une liaison, c’est un lapsus ;)
  8. #9
     
    gravatar
    NLS a gazouillé  :
    Je rejoins B. dans son “Ouf!j’ai eu peur!”, j’ai cru une milliseconde que l ‘auteur de ce burp juste découvert et prometteur du meilleur renoncait…Quel intense soulagement ; ce n’était que l’au revoir de l’auteur de ces douze dernières années de…
  9. #10
     
    gravatar
    Ysé a gazouillé  :
    Sur fond musical de la chanson de Gainsbourg “Je suis venue te dire que je m’en vais”, ça aurait été bien plus sympathique… Un peu antiphrastique, mais sympa quand même.
  10. #11
     
    gravatar
    Comme une image a gazouillé  :
    Cassiopée > Oui, j’avais lu (ou entendu) je-ne-sais-plus qui qui était persuadé que Chirac allait se représenter, parce qu’il était fait comme ça. Et il ne le fait pas, la question est posée : malade ? victime d’un maître chanteur ?

    strip > C’était souvent plaisant d’entendre ce qu’en disent les journalistes étrangers, comme s’il n’y avait qu’eux pour prendre suffisamment de recul et poser un point de vue raisonnable sur la situation.

    K’ta > Je n’ai que des lecteurs(-trices) trop fort(e)s, qu’est-ce que tu crois, ça sélectionne sévère à l’entrée.

    B > C’est l’hôpital qui se moque de la charité !

    secondflore > J’ai fait des efforts pathétiques, mais vains, à coup d’installations de logiciel dans tous les sens, pour réussir à fournir une version mp3 audible de la chronique de Caroline Cartier. J’ai échoué. Je vous aime.

    NLS > Oh, non, je ne renoncerai jamais ! Un jour, peut-être, la lassitude me gagnera, mes billets se feront plus espacés, je prétexterai, je ne sais pas, que la charge de présidence de la république me prend trop de temps, que mon hébergeur me demande trop d’argent en raison de ma consommation de bande passante et que je refuse de le faire financer par la pub, que sais-je… Mais vous, amis lecteurs, vous l’aurez senti venir, je ne vous prendrai pas par surprise !

    Ysé > Les choix musicaux de D.J. Chirac sont assez peu variés, une Marseillaise par ci, un Hymne à la joie par là. Et pour être un peu plus rock’n roll : un peu de Johnny à l’occasion.

  11. #12
     
    gravatar
    K'tastrof a gazouillé  :
    Arrête, tu fais du mal à mes chevilles… :op
  12. #13
     
    gravatar
    Cali Rise a gazouillé  :
    Montebourg est sorti du piquet ? sourires.

    Sinon, je veux bien voir ton cul, moi. Il passe quand à la télé ?

  13. #14
     
    gravatar
    Roumi a gazouillé  :
    .U.I. : tu es sans coeur. Chichi t’a dit qu’il t’aime et tu le repousses honteusement.
    Ah oui, je me souviens bien de cette fameuse formule sur le bruit et les odeurs mais je ne me souviens plus quand et dans quel contexte… ça fait partie des petites phrases dont on fait ses choux gras en général. :)
  14. #15
     
    gravatar
    Comme une image a gazouillé  :
    K’ta > Ouais, ben faut bien que je fasse moi aussi un peu de lèche à mon public, qu’est-ce que tu veux, les stars hautains, ça paye plus, la concurrence est trop rude.

    Cali Rise > Oui, Montebourg est sorti du piquet mais il garde encore qlq temps son bonnet d’âne. Quant à mon cul, il ne passe qu’ici (en photo). Pour le live, c’est autre chose.

    Roumi > Le contexte : c’était les immeubles où habitaient les Africains. Le bruit (du tam-tam jusqu’à pas d’heure) et l’odeur (des nourritures pas de chez nous, et puis tu sais ils ne se lavent pas souvent et ils sentent fort).
    Non, non, t’as bien raison d’avoir oublié le contexte, va ! Amnésie sélective !!!
    Moi l’amour, j’ai pas besoin qu’on me le dise, j’ai besoin qu’on me le fasse, et si Chirac a effectivement fait baisser mes impôts, et ben ça ne m’a pas du tout fait bander.

  15. #16
     
    gravatar
    Cali Rise a gazouillé  :
    Non ??? Je m’étonne du bonnet, tu penses bien. ;-)
  16. #17
     
    gravatar
    Comme une image a gazouillé  :
    Cali Rise > Tu me montreras comment c’est, quand ton bonnet s’étonne, hein ! (t’es phrygienne ?)

Laisser un gazouillis

  • (ne sera pas publié)

Balises XHTML autorisées : Vous pouvez utiliser ces balises : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>