[579] Hey hey Vicky, hey Vicky hey !

C’est très confiant que je me suis rendu hier voir en salle le dernier Woody Allen, précédé par une critique plutôt favorable et le compte rendu enthousiaste de mes voisins burposphériques Fiso, Violaine et SecondFlore. Je m’attendais à un Woody Allen drôle, solaire, sensuel ; dont je sortirai (ainsi que ma compagne) tout émoustillé (et avec envie de boire du vin ?). J’étais impatient aussi de voir comment Allen l’américain allait filmer Barcelone, une ville que j’aime et que j’ai maintes fois traversée, et je vous livre mon verdict sans fioriture : comme un Américain. Entendre : Hélas.

Pour commencer, je résumerai la mise en place des personnages de cette manière : pauvres petites filles riches. On peut souhaiter que le cinéma ne soit pas à l’image de nos petites vies de merde (comme dirait Next), mais dans le registre de la comédie de mœurs, un minimum d’identification ne fait pas de mal et là, ça commence mal. Après l’aéroport, les premiers pas de nos deux héroïnes, Vicky (Rebecca Hall) et Cristina (Scarlett Johansson) débarque dans une splendide villa où le repas sera servi par une domestique. Après quoi un artiste, Juan Antonio (Javier Bardem), pas vraiment du genre maudit, les baladera à Oviedo dans son avion privé, assistera avec Vicky a un concert privé d’un guitariste devant une poignée de privilégiés buvant sans doute quelque grand cru, roulera dans sa belle voiture rouge décapotable, etc. Est-il besoin de préciser qu’on ne voit pas le métro barcelonais ? (Pourtant, il est climatisé, ç’aurait plu à Édouard Balladur). Autant dans le dernier film de Woody Allen que j’avais vu et apprécié, Match Point, l’incursion dans la haute bourgeoisie (anglaise) ne m’avait nullement fait tiquer (la différence de classe entre les deux principaux protagonistes étant d’ailleurs un des ressorts du film), autant dans ce film-ci, ça m’a fait tiquer. J’aurais préféré un point de vue plus sobre. Rohmerien.

Woody Allen nous montrera quelques points touristiques barcelonais d’intérêt majeur : les Ramblas, bien sûr, le Park Güell (une merveille : d’ailleurs, une des scènes du film est tournée devant le célèbre dragon en mosaïque, lequel, pour ceux qui l’ont vu, est en permanence assailli par les touristes qui débarquent par cars entiers pour se faire immortaliser devant le bestiau – le film se déroule en été et pas le moindre japonais avec son appareil ne vient perturber les retrouvailles « par hasard » de Vicky et Juan Antonio), l’immeuble de La Pedrera de Gaudí, la Sagrada Familia… Pour finir la carte postale, même les putes sont jeunes, jolies et souriantes quand on les photographie. Pour ne pas appesantir mon propos sur le manque de réalisme de ce film, je conclurai sur le catalan, cruel absent de la recherche universitaire de Vicky sur « l’identité catalane » (elle prend des cours de castillan), et, cerise sur le gâteau, le fait qu’on nous vende un artiste né à Oviedo (dans les Asturies, donc) comme « peintre catalan ». Peu importe après tout, je ne comptais pas sur Woody Allen pour me faire découvrir l’Espagne, parlons maintenant un peu du fond.

Penelope Cruz et Scarlett Johansson dans Vicky Cristina BarcelonaZ’êtes belles toutes les deux, quand même !

Eh bien là aussi, le plaisir n’était pas vraiment au rendez-vous. En tout cas, pas autant que je ne l’espérais. Certes, les actrices sont jeunes et belles (vous ne serez pas surpris d’apprendre que ma préférence va à la splendide Penelope Cruz) et Bardem d’une sensualité animale (personnellement, je ne le trouve pas beau) mais en ce qui concerne les passions qui les animent, le petit Woody ne s’est pas trop cassé le ciboulot pour creuser un peu son scénario. Je relève une petite pointe almodovarienne dans le trio de branques formé par Cristina, María Elena et Juan Antonio, les moments où les deux Espagnols mixent joyeusement l’anglais et le catalan donnent lieu à des scènes disjonctées et cocasses (j’ai lu que Woody Allen ne maîtrisait pas sa mise en scène à ces moments-là et que les deux acteurs étaient en roue libre, mais ce n’est pas du tout le ressenti que j’en ai eu). Tout ça permet de passer, tout de même, un bon moment, mais ce film est un peu comme un bonbon dont il ne reste pas grand-chose une fois qu’il a fondu dans la bouche.


PS : Un petit jeu pour qui voudra : d’où sort le titre idiot de cette note ?

29 gazouillis sur “Hey hey Vicky, hey Vicky hey !”  

  1. #1
     
    gravatar
    C***ilie a gazouillé  :
    On gagne quelque chose au petit jeu ;-) ?

    Comme Google est mon ami, j’ai trouvé que c’était le refrain du générique d’un dessin animé “Vic le vicking”…totalement inconnu au bataillon pour moi…
    S’il n’y a rien à gagner, ce n’est pas grave, Coubertin est aussi mon ami (oui, j’ai beaucoup d’ami(e)s).

  2. #2
     
    gravatar
    Violaine a gazouillé  :
    C’est Vic le Vicking ;)
  3. #3
     
    gravatar
    Violaine a gazouillé  :
    mince je me suis fait grillé pour le petit jeu…

    Bon sinon, c’est tout ce que ça te fait ?…

    C’est vrai que y’a pas beaucoup de scènes de (biiiiip) (moi non plus je le trouve pas beau ce don Juan!..) mais c’est léger, les deux copines ont l’air de passer des vacances sympa (j’aimerais bien en passer des comme ça une fois dans “ma petite vie de merde” même si la maison parait TROP belle, l’approche du mec dans le resto TROP attendue, et encore quelques scènes que je tairai pour ne pas gâcher le plaisir de ceux qui ont encore envie d’y aller après ton démontage du film ;)
    Bref… je m’identifiais avec bonheur dans le personnage de Vicky et j’ai passé un agréable moment même si c’est pas du Grand Woody Allen !

    Au fait, t’es allé voir Cliente ??? (moi pas encore)

  4. #4
     
    gravatar
    columbine a gazouillé  :
    j’étais une fan inconditionnelle de Woody mais son incursion en Europe m’avait très déçue. Les nombreux défauts que tu dénotes sur sa façon de filmer Barcelone et ses autochtones étaient déjà présents dans Match Point (Londres et les Anglais je connais très bien). les critiques anglais ne s’étaient d’ailleurs pas privés de railler le côté carte postale/Berlitz (pour les cliché soi-disant idiomatiques) du film. sa vision de l’Europe est celle d’un touriste superficiel et j’ai lu au détour d’un entretien que s’il fait des films en Europe c’est parce qu’aux US on ne lui donne plus de fric. Dommage parce que c’est là-bas qu’il fait de bons films et pas à Londres ou à Barcelone, hélas. ça fait mal parce que depuis Zelig j’adorais vraiment son cinéma.
    et cerise aigre sur le gâteau indigeste pour mon goût personnel, j’aime vraiment pas la tronche de veau-aux-grands-yeux-inexpressifs-et-aux-lèvres-humides-et-entrouvertes de Miss Johansson et c’est devenu hélàs son actrice fétiche, grrrr. dans les blondes fatales j’aurais choisi Natalie Portman dont la une personnalité crève l’écran.
  5. #5
     
    gravatar
    Storia Giovanna-Tiny a gazouillé  :
    Rhôôôô… Tu viens de me gâcher mon plaisir. J’attendais le retour de Tiny de Thaïlande pour voir le nouveau Allen qui aurait pu lui augmenter sa libido de manière vertigineuse… Et ben je crois qu’il va encore devoir compter sur sa femme légitime pour profiter de la vigueur de sa trentaine. Nous devions aller le voir ensemble… J’aurais espérer qu’il fantasme comme un dingue… Oups.
  6. #6
     
    gravatar
    secondflore a gazouillé  :
    C’est dangereux d’aller voir les films en en attendant quelque chose, CUI ;-)
    Et pour les bonbons… faut pas les croquer si on veut garder le goût longtemps!
  7. #7
     
    gravatar
    Fiso a gazouillé  :
    Ne connaissant ni la filmographie de Woody ni Barcelone, forcément, je n’ai pas eu de points de comparaison.
    J’y allais avec un à priori négatif (et une légère frustration d’ordre sexuel, mais bon, passons…), la légèreté et la sensualité du film m’ont donc agréablement surprise (ahum ! comme dirait CUI). Je rejoins Columbine cependant sur la petite exaspération face aux excessifs auto-mordillements labiaux de Scarlett …
  8. #8
     
    gravatar
    Comme une image a gazouillé  :
    C***ilie » Euh c’est une bonne réponse mais il n’y avait rien à gagner et si en plus tu as trouvé en googlant, ça n’a carrément aucun intérêt ;-)))

    Violaine » C’est sans doute une invitation au rêve, mais peut-être attends-je du cinéma de W.Allen plutôt une invitation ludique à la réflexion, quelque chose de plus philosophique en somme. (Et c’est clair que ce n’est pas non plus pour voir du cul que je suis allé voir ce film !!!)
    Toujours pas vu Cliente et je ne pense pas aller le voir d’ailleurs.

    columbine » J’ai toujours été un fan conditionnel de Woody Allen ; je n’ai pas vu tous ces films en particulier pas tous les derniers. Je crois que le dernier qui m’ait vraiment ravi était Maudite Aphrodite et j’ai constaté avec stupeur qu’il avait déjà plus de 10 ans !!!
    Je préfère comme toi 100 fois Portman à Johansson, mais elle est brune, la Portman, non ?! (ceci expliquant cela.)

    Storia G-T » Comme tu vois, mon avis n’engage que moi et il n’est pas toujours partagé. Vaut mieux aller voir un film sans en attendre trop, comme dit secondflore.

    secondflore » Oui, oui, on est souvent déçu par des films dont on attend trop, et inversement. Mais je ne vais pas non plus sélectionner uniquement des films aux allures daubesques à la recherche d’une bonne surprise ;-) J’aurais aimé m’enthousiasmer avec les autres !

    Fiso » Comme je le disais en réponse aux derniers commentaires, l’attente qu’on a vis à vis d’un film influe fortement sur notre sentiment à la sortie de la salle. (Par contre, pas forcement sur ce qu’on en garde quelques mois, années plus tard).
    J’avais envie d’un film moins badin et plus filosofe ;-)

    »

  9. #9
     
    gravatar
    columbine a gazouillé  :
    dans “my blueberry nights” elle était blonde
  10. #10
     
    gravatar
    Comme une image a gazouillé  :
    columbine » Certes, Juliette Binoche aussi a eu une brève période blonde (erk) mais la Portman est nettement mieux en brune.
    Tiens, une photo avec la brune et la blonde. Ben y a pas photo !

    Bon, même blonde, que bella !

  11. #11
     
    gravatar
    columbine a gazouillé  :
    ouais mais surtout c’est une excellente actrice. Scarlett, quel que soit le film elle a toujours la même tête, la même expression alors que Natalie, elle est vraiment changeante, ce qui est très bien illustré par ton choix de photos. mais le sujet c’était le sex-appeal et je veux qu’un mec m’explique pourquoi Scarlett les fait bander.

    Je vois que pendant que j’écrivais mon commentaire tu as changé la photo. Tu aurais pu laisser les deux en fait, ça illustrait encore mieux mon propos

  12. #12
     
    gravatar
    Comme une image a gazouillé  :
    columbine » J’avais aussi une photo avec une perruque fluo, c’était charmant. On peut consulter la galerie tranquillement sur Allociné.
    Sinon, Scarlett a un côté petite fille qui doit être touchant. Mais dans le genre blonde, je préfère Kirsten Dunst
  13. #13
     
    gravatar
    Cassie a gazouillé  :
    They look so stupid. Is that a Care Bears tatto on her arm ?
  14. #14
     
    gravatar
    Storia Giovanna-Tiny a gazouillé  :
    Je retrouve mon mari furtivement demain matin à son retour de Thaïlande… Je me fais belle pour lui, je fais du sport, je m’épile… Et tu me mets une photo de Nathalie Portman, celle qui balance qu’elle a des envies lesbiennes et que j’irais bien vérifier ce qu’il en est… Tu veux ma perte?
  15. #15
     
    gravatar
    Comme une image a gazouillé  :
    Cassie » Pfff il était foireux ton lien, j’ai dû bosser pour retrouver le bon. Et ma productivité au bureau ?!

    Storia G-T » Oui !

  16. #16
     
    gravatar
    Kinky a gazouillé  :
    Je suis enfin allé voir le film et pour ma part je l’ai trouvé assez savoureux. Pas le meilleur film de l’année, pas le meilleur Woody Allen mais tout de même un agréable mélange de légèreté et de réflexion sur les rapports amoureux servi par d’excellents acteurs.

    Je ne suis d’accord avec toi sur certains points. Ni avec certains commentaires. Qu’il filme à New York, Londres ou maintenant Barcelone, Woody Allen a presque toujours situé l’action de ses films dans des milieux bourgeois, avec lesquels il n’est pas toujours tendre même si la critique est souvent sous-jacente plutôt qu’acerbe. D’ailleurs dans le film les deux jeunes filles riches sont pathétiques à plus d’une occasion, le personnage de Scarlett Johansson en particulier.

    Comme toi j’adore Barcelone que je commence à bien connaître. Je trouve qu’il a plutôt bien filmé la ville, en ne la filmant pas trop, en évitant justement de tomber dans le catalogue touristique. Bon ok, il y a le guitariste flamenco, les ramblas… mais à aucun moment je n’ai ressenti cet embarras que je ressens systématiquement quand les américains filment Paris.

    Je suis d’accord pour la petite pointe almodovarienne. Je crois qu’il s’est bien plus imprégné du cinéma espagnol (que l’on ne peut réduire à Almodovar) qu’il ne veut bien le dire. Et à bien des égards il prouve qu’il n’est pas si américain que cela. On a longtemps cru que Woody Allen n’arriverait pas à se renouveler, à se sortir de ses comédies new-yorkaises plus ou moins réussies. Et à 70 ans, contre toute attente, il a le courage de s’exiler pour redonner un second souffle à son cinéma. Je trouve cela plutôt courageux.

    Pour moi il est évident que Woody Allen est venu tourner ce film en Europe non pas pour des raisons financières (David Lynch par exemple se fait financer chez nous depuis des années tout en continuant de tourner aux Etats-Unis) mais parce que le sujet du film s’y prêtait. J’ai un peu de mal à l’imaginer raconter une histoire similaire se situant aux Etats-Unis, un pays totalement hermétique au mode de pensée défendu dans le film, tout en restant crédible et sans s’attirer les foudres des médias locaux. En tournant en Europe latine, il sait qu’au pire son film sera perçu chez lui comme un hommage à cette excentricité du vieux continent que les américains regardent avec amusement.

    J’ai aimé le film parce qu’après une flopée de comédies ratées Woody revient de loin. Parce que j’ai aimé le propos et le ton adopté, loin de tomber dans le gratuit et le sulfureux. Parce que c’est extrêmement bien écrit. Parce que Javier Bardem a un charisme incroyable. Parce que la scène où il aborde les deux filles dans le resto est superbe. Parce que ce n’est pas si souvent que Pénélope Cruz a l’occasion d’étaler son immense talent. Parce que c’est un beau portrait de femme(s).

  17. #17
     
    gravatar
    columbine a gazouillé  :
    en d’autres temps j’ai défendu bec et ongles des films de Woody Allen alors je comprend très bien le comm’ de kinky et je comprend très bien que l’on puisse aimer ses films européens (ce sont souvent ceux qui n’ont pas aimé ses films américains des 20 dernières années).

    Woody Allen avait vu Cruz dans Volver (et rien d’autres, ce qui est compréhensible car elle joue aux US dans pas mal de films sans intérêt) et avait beaucoup apprécié (c’est en effet une excellente actrice mais jouer dans des films espagnols ne lui rapporte ni gloire ni argent) et c’est elle qui l’a contacté pour jouer dans son projet.
    lequel projet a commencé ainsi, de la bouche de Allen:
    “Allen: …I had the idea about two women going away on a summer thing some place. Someone called from Barcelona and said ‘Would you like to make a picture here? We’ll finance it.’ That’s always the hardest part of making any picture, is getting the financing. Writing it, directing it, or anything else is easier than getting the financing for it, so I said sure, I would do it. ”

    Quant à son entichement pour Scarlet, on peut trouver sur Google de nombreuses interviews qui racontent comment il a commencé à filmer avec elle. je ne suis pas la seule à trouver qu’il ne l’a pas choisi avec discernement (pour ses talents d’actrice), cf. lien d’un article ci-dessous. désolée c’est en anglais. disons que le message de l’article c’est qu’il réfléchit avec sa bite et non avec son cerveau de réalisateur (je pense que sur ton blog CUI on peut s’exprimer un peu vulgairement non?). certes, certaines actrices peuvent satisfaire les deux modes de pensée mais ce n’est pas le cas de SJ.
    j’avais trouvé un article très cassant sur sa période européenne (avec une argumentation critique de la qualité de ses films, notamment Matchpoint), mais je ne l’indique pas ici car l’auteur est américain, je me suis donc dit que la démonstration perdrait de sa force même si j’adhère à ses arguments. je n’ai jamais compris pourquoi les Américains en général n’aimaient pas trop les films de Allen, alors qu’ils apprécient les films intimistes d’autres metteurs en scène…

    http://www.guardian.co.uk/film.....ditstragic

  18. #18
     
    gravatar
    Comme une image a gazouillé  :
    Kinky » Je te lis et je t’entends, mais il n’en reste pas moins que globalement, je n’arrive pas à la même conclusion que toi. J’ai écouté ce dimanche Le masque et la plume qui parlait du film mais je n’ai pas trop réussi à tirer du discours des laudateurs du film des arguments très étayés. Moi, la scène dans le resto, je l’ai trouvée lourde et totalement artificielle. Le portrait de femmes, je le trouve creux, sans nuance, y compris celui de Vicky.
    Le seul truc que je trouve vraiment bien, dans le film, c’est le jeu des acteurs et surtout la paire ibère. J’ai un peu ri mais je n’ai pas été terrassé par l’humour Allenien (Maudite Aphrodite, ça c’était vraiment drôle). Bref, plaisant mais sans épaisseur, je m’en tiens là !

    columbine » Oui on peut parler cru ici.
    Et il me paraît évident qu’un des plaisirs de Woody Allen, depuis quand même quelques années, c’est de filmer avec des jolies jeunettes. Après, il trouve pour ça des prétextes plus ou moins artistiquement élaborés, et dans le cas présent, c’est un peu mince.

  19. #19
     
    gravatar
    mimi a gazouillé  :
    Lu dans le Frères Lumière d’octobre : Woody attaquerait le tournage du remake des Jeux interdits en 2010, avec entre autres sa petite Manzie Tio dans le rôle de Paulette et la guerre d’Indochine comme contexte géopolitique…
  20. #20
     
    gravatar
    kinky a gazouillé  :
    columbine :

    Je ne suis pas un fan hardcore de Woody Allen. Comme je l’ai dit ailleurs, il est considéré en France par une frange de cinéphile comme un génie, or pour moi il n’est qu’un bon réalisateur.

    Dans sa période américaine des 20 dernières années, il y a des films que j’aime (Harry dans tous ses états, Coups de feu sur Broadway…), des films que je n’aime pas (Tout le monde dit I love you) et des films que je déteste (Celebrity). J’ai aimé Match Point, je me suis fermement ennuyé devant Scoop.

    Qu’il ait pensé avec sa bite en terme de casting, ça ne me pose pas de problème. Gainsbourg choisissait ses chanteuses avec sa bite et il leur a parfois écrit de petites pépites. Et que dire d’Hitchcock dans sa façon de choisir ses actrices… Je trouve que cet argument ne tient pas la route. Et vous noterez qu’il ne s’est pas inclus dedans, comme il l’avait fait par le passé pour rouler une pelle à Julia Roberts ;-)

    CUI

    Je suis d’accord pour dire qu’on y rit moins qu’à un Allen classique. C’est globalement le cas de tous les films dans lesquels il ne fait pas l’acteur.

    C’est une question de perception. Tu as perçu comme artificiels des éléments que j’ai trouvé au contraire très justes. Je me demande si vous n’aviez pas décidé avant de voir le film ce que vous aviez envie qu’il soit.

  21. #21
     
    gravatar
    columbine a gazouillé  :
    . à moi non plus cela ne me pose pas problème du moment qu’il y a le talent pour aller avec car j’avais écrit dans la foulée “certes, certaines actrices peuvent satisfaire les deux modes de pensée mais ce n’est pas le cas de SJ”. ce n’est donc en aucun contradictoire avec ton argumentation à propos de Gainsbourg etc. ou alors je t’ai mal compris et tu estimes que les “muses” de SG n’ont pas de talent auquel cas quelles seraient les pépites avec Woody…le chef d’oeuvre cinématographique ne pouvant exister sans d’excellents interprètes dans les rôles principaux. ceci étant dit, avec ou sans bite, et pour différentes raisons, ce ne sont pas toujours les meilleurs acteurs/trices qui sont retenus. dans le cas présent, c’est à cause de la défection de Winslet qu’il a commencé à tourner avec SJ contre sa volonté au départ (il l’a trouvait trop jeune et inexpérimentée pour le rôle), puis il a été frappé, c’est le cas de le dire…

    “Je me demande si vous n’aviez pas décidé avant de voir le film ce que vous aviez envie qu’il soit.” parce que sa perception est différente de la tienne? ta conclusion est amusante, on n’a pas le droit de ne pas avoir aimé ce film?

    , ton pseudo blog étant le titre d’un film, ça te fait pas plaisir qu’on se fasse un petit Masque et la Plume, chamailleries inclues? mais non, ne me remercie pas, c’est cadeau

  22. #22
     
    gravatar
    Comme une image a gazouillé  :
    mimi » Brigitte Fossey est indépassable ! J’étais amoureux d’elle depuis La boum je crois !

    Kinky » J’en ai discuté encore ce midi avec une amie qui, elle, avait aimé. Je ne suis pas du genre buté, il m’arrive souvent de changer d’opinion à l’écoute des autres, mais là, non, rien qui ne me fasse changer d’avis.
    Quant à l’accusation (ouais, je prends ça comme une accusation ;-) qui conclue ton intervention et que Columbine relève déjà, elle est un peu pénible à entendre. Non, j’aurais bien plus aimé être transporté, allumé, étonné par le dernier Allen, et je vais si peu au cinéma (hélas) que j’y vais à chaque fois en espérant être séduit, ému, distrait, amusé… Je ne recherche pas la déception.

    columbine » J’aime beaucoup quand mon espace de commentaire est un vrai espace de dialogue, tu le sais bien !
    Je te remercie quand même pour ta réponse à Kinky qui traduit bien ma pensée à un moment où je ne réponds pas vite aux commentaires !

  23. #23
     
    gravatar
    mimi a gazouillé  :
    j’ai revu les Valseuses il y a peu, cette scène, indubitablement une des plus troublantes du cinéma français… c’est pas compliqué, j’en suis tout chose rien que d’y songer
  24. #24
     
    gravatar
    Agatha a gazouillé  :
    J’ai vu le film vendredi soir, un peu par dépit parce que c’était la dernière séance et parce que le film que je voulais voir “en premier” n’était plus à l’affiche (l’a t-il été au moins une fois ? Comme j’ai déserté pas mal les salles obscures ces derniers temps, je ne le sais même pas !) et aussi parce que j’avais envie d’aller me “taper un bon film M****” !
    Alors, un Woody Allen, pourquoi pas ? J’avais bien aimé Match Point (je précise que je ne suis pas une inconditionnelle, que je découvre à peine W. A. et que, jusqu’à présent, il ne m’inspirait rien qui vaille : un vieillot qui épouse sa fille adoptive… Brrrr/Grrr).

    Mais là, je me suis ennuyée pendant la première partie du film, jusqu’à ce que Penelope Cruz vienne le sauver (le film). Les sujets abordés étaient intéressants mais pas approfondi. C’est un film léger, trop léger, avec un choix des acteurs assez bancal (je ne suis pas fan de Scarlett Johansson, je la trouve fade en blonde idiote alors qu’elle pourrait faire de meilleurs choix). Javier Bardem ne m’a pas du tout séduite alors qu’il joue tout de même le rôle d’un charmeur/beau-parleur/coucheur qui s’est marié avec une artiste à la beauté sensuelle et au caractère bien trempé !

    Quant à Barcelone, c’est une ville que je ne connais pas du tout mais j’espère un jour m’y rendre. Sinon, le seul point positif de ce film, c’est qu’il m’a franchement donnée très envie de boire un bon vin !

  25. #25
     
    gravatar
    Comme une image a gazouillé  :
    mimi » Y a un rapport entre Brigitte Fossey et Miou-Miou ?

    Agatha » Je suis tout à fait d’accord avec toi quand tu dis les sujets abordés étaient intéressants mais pas approfondis.
    Et sinon, c’était quoi ton premier choix ?

  26. #26
     
    gravatar
    larry a gazouillé  :
    Distribution [modifier]

    * Gérard Depardieu : Jean-Claude
    * Miou-Miou : Marie-Ange
    * Patrick Dewaere : Pierrot
    * Jeanne Moreau : Jeanne Pirolle
    * Brigitte Fossey : La jeune mère
    * Jacques Chailleux : Jacques Pirolle
    * Michel Peyrelon : Le chirurgien
    * Eva Damien : La Femme du chirurgien
    * Gérard Jugnot : le vacancier
    * Thierry Lhermitte : le groom
    * Dominique Davray : Suzanne/Ursula
    * Christian Alers : le père de Jacqueline
    * Christiane Muller : la mère de Jacqueline
    * Sylvie Joly : la bourgeoise
    * Rita Maiden : la patronne
    * Isabelle Huppert : Jacqueline
    * Marco Perrin : le vigile
    * Jacques Rispal : le maton
    * Bruno Boëglin
    * Gérard Boucaron : Carnot
    * Marie Kérukozé
    * Michel Pilorgé : l’homme à la moto
    * Jean Sylvère
    * Claude Vergues : le coiffeur
    * Gilles Segal

    * Présence incertaine de Josiane Balasko mentionnée par plusieurs filmographies.

  27. #27
     
    gravatar
    Comme une image a gazouillé  :
    larry » Oups ! désolé ! Je l’ai vu y a trop longtemps…
  28. #28
     
    gravatar
    Samantha a gazouillé  :
    Ah encore un film que j’ai apprécié bien qu’aimant moi aussi Barcelone (ouf un point en commun). Décidément le cinéma de nous réunira pas.
    Quant à Javier je ne sais ce qui m’excite chez lui, sans doute ce pouvoir animal lié à ces deux femelles soumises.
    Scarlett est pour moi un modèle de sensualité (Pénélope n’est pas mal non plus je dois dire).
  29. #29
     
    gravatar
    Comme une image a gazouillé  :
    Samantha » Pour moi, la sensualité de Scarlett est artificielle, tandis que celle de Penelope est naturelle. Au bandomètre, y a pas photo.
    (Notez bien que je trouve l’une comme l’autre imminemment baisables, mais s’il fallait faire un choix, ça ne traînerait pas !)

Laisser un gazouillis

  • (ne sera pas publié)

Balises XHTML autorisées : Vous pouvez utiliser ces balises : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>