[680] Rock-en-Seine égal (samedi 29 août 2009)

(Promis, l’année prochaine, je change de filon pour mes titres de billet, parce que là, ça devient poussif – d’autant que Baaba Maal a fait sa prestation le dimanche, mais j’ai déjà mon titre pour le troisième volet.)

Pour ce deuxième jour, j’arrive les pieds à peu près alertes un peu avant le premier concert, histoire de pouvoir m’installer tranquillement. J’ai petit-déjeuné tard et prévu de prendre mon déjeuner quelque part, quand la faim se présenterait1.

Je m’allonge peinard sur la pelouse de la scène de la Cascade en attendant le premier concert de la journée. Kitty, Daisy and Lewis nous propose un petit voyage dans le temps avec un rock figé dans les années 60. C’est sympathique, mais vraiment pas sexy contrairement à ce que promet le programme.

Noisettes

On enclenche une vitesse nettement supérieure à 15 h 30 sur la grande scène avec la prestation des Noisettes (prononcer « noï-zets »), qui nous délivre un pop-rock pêchu ne lésinant pas sur les basses, with a voice s’il vous plaît, menée tambour battant par sa chanteuse black débordant d’énergie, portant une improbable tenue à franges rouge vif , et s’agitant pieds nus sur la scène ou suspendue aux échafaudages (et ce, sans s’époumoner dans le micro – faut que je me remettre au sport, moi) !

The Asteroids Galaxy TourSur requête spéciale de , il n’était pas question que je rate une miette de The Asteroids Galaxy Tour. J’ai lu quelque part qu’ils étaient surtout connu en France grâce à une pub pour Levi’s ou un truc du genre. Moi, j’allais découvrir une blonde chantant une pop acidulée (comme elle) enrobée de cuivres, entraînante et plutôt dansante. Les musiciens qui l’accompagnait (à une exception près) étaient blonds et m’évoquaient des navets asthéniques ayant manqué de soleil. That was fun et la chanteuse avait l’air plutôt contente d’être là.

% % %

Ebony BonesCe spectacle terminé, je retraverse le parc pour aller et écouter ce « “nu clash”, une musique où se percutent afro-beat, post-punk et ska […] [à laquelle on] ajoute les sonorités de la new-wave mid-eighties », selon le programme. Ben ça avait l’air vachement bon sur le menu et malgré une assiette joliment décorée (la chanteuse porte un accoutrement invraisemblable les bras enfoncés dans des cubes de mousse bariolés), mes oreilles ne sont pas du tout convaincues par Ebony Bones !

Je fais l’impasse sur Jil is lucky (ça ne me disait rien, et c’était en même temps qu’Ebony Bones, j’ai peut-être fait le mauvais choix) pour aller me promener un peu sur le site du festival et notamment visiter l’exposition « Rock’Art » (je me demande s’il ne faut pas y voir un clin d’œil facétieux de Jean-Paul Huchon) constituée par 47 affiches dédiées à chacun des 47 groupes au programme de l’édition RES 2009, réalisées par la bouillonnante illustration française. Beaucoup de belles affiches, et parmi elles, une qui n’est pas celle que je préfère esthétiquement, mais d’où surgit un érotisme trouble qui m’a « interpelé au niveau du vécu » : celle d’Amandine Urruty. Son affiche est . Qu’en pensez-vous ?

Je passe très rapidement sur Dananananaykroyd qui ne m’a laissé aucune impression (mon carnet de note indique : rock à guitares stridentes – bof) et pour en savoir plus sur leur prestation, il va falloir chercher un peu sur le net (ce ne sont pas les comptes rendus qui manquent, sur le net, j’ai trouvé ceux de Sound of Violence pas mal). Je les écoute d’une oreille distraite en rêvassant sur la pelouse et en remerciant les dieux pour ce festival ensoleillé qui se sera déroulé sans une goutte de pluie.

À ceux qui ont déclaré le mini-short has-been, Rock-en-Seine adresse un opportun démenti formel
À ceux qui ont déclaré le mini-short has-been, Rock-en-Seine adresse un opportun démenti formel

Je vais écouter ensuite les Canadiens de Billy Talent. C’est du gros rock qui tache (« punk-rock » stipule le programme). Il m’a semblé que la voix du chanteur, quand elle se faisait stridente, avait les mêmes accents que le chanteur d’AC/DC hurlant Hells Bells ! Je retrouve à ce moment-là Bertrand Morane (qui ne doit pas être inconnu à certaines de mes commentatrices ici) venu avec quelques amis. Je l’entraîne écouter The Horrors dont j’avais entendu du bien et, effectivement, c’était une belle prestation, dont je n’aurais pas pleinement profité, mais entre parler cul et écouter du garage rock, faut gérer les priorités. Un groupe que je vais suivre de plus près, en tout cas.

On enchaîne avec The Offspring dont le son est reconnaissable entre mille, entre accents de guitares et tonalité du chanteur. Les écouter, pour moi, c’est du pur « rock nostalgique ». Les voir sur scène, c’est un peu comme voir (en plus frais, tout de même) Madness. Je ne sais pas ce que produit Offspring aujourd’hui et tous mes souvenirs d’eux remontent près de 15 ans en arrière à l’époque de leurs premiers hits. Ne me viendrait pas l’idée d’acheter leur(s) dernier(s) album(s). (Y en a-t-il seulement ?2) En tout cas, récent ou pas, le chanteur s’est lancé dans un solo au piano (vi, vi, il jouait avec plein de doigts) et s’est pris à l’occasion quelques sifflets (mérités, imho).

Je pensais que j’allais faire du coup l’impasse sur Yann Tiersen, mais finalement, j’ai délaissé Offspring au goût de madeleine pas assez puissant pour aller rejoindre près de la scène de l’industrie un autre groupe d’amis. Tiersen avec sa guitare, ou en transe avec son violon, n’était toutefois pas très convaincant.

En revanche, le poulet au curry thaï chopé au stand thaï, lui, l’était nettement plus. Et globalement, j’ai trouvé le choix de nourriture plus intéressant que les années précédentes. Pour ce qui est de la boisson, je vous ai déjà dit mon opinion dans le billet d’hier. D’ailleurs, samedi matin, j’ai fait une petite recherche internet pour trouver où acheter une flasque à Paris et j’ai trouvé mon bonheur. Entre deux bières, donc, j’ai pu siroter et partager mon excellent vieux rhum, 23 ans d’âge, que j’avais donc réussi à introduire clandestinement (qu’est-ce que je suis rock’n roll, hein ?).

Il paraît que la musique de Calvin Harris est dansante, mais je n’ai pas eu une seconde envie de me déhancher sur ce que j’ai entendu, globalement sans intérêt (pour moi, hein ! s’il y a des fans, qu’ils m’excusent pour mes goûts peu fiables).

Faith No MoreVenons-en à la grosse tête d’affiche de cette journée (et, pour tout dire, un des groupes qui me titillait le plus sur l’ensemble du programme de Rock-en-Seine) : FAITH NO MORE remontant sur scène après 11 ans de séparation ! Mazette ! Faith No More appartient pour moi à ces rares groupes de Métal /Industriel qui produisent une musique suffisamment mélodique pour enchanter mes oreilles (dans cette famille étroite, je mets Rammstein, Sugar ou encore Nine Inch Nails – qu’il faudrait que je vois sur scène un jour, holy shit). Même si je n’ai d’eux qu’un seul album, le splendide Angel Dust (normal puisque je suis en pleine midlife crisis), j’étais très impatient d’entendre leur prestation, d’autant que le groupe est connu pour ses parfois surprenantes reprises musicales.

Je ne fus pas déçu (et je ne vous citerai pas toutes les reprises, mais au moins celle des Bee Gees : I started a joke, qui reste pour moi la musique madeleine d’une publicité des années 70 pour Aéroports de Paris – vous la retrouverez en un clic sur YouTube), quittant même mes accompagnateurs pour plonger plus près de la fosse quand mon tube menaçait de faire sauter mes bouchons à oreille (on n’est jamais trop prudent).

Birdy Nam NamIl ne restait plus qu’à aller voir du côté de Birdy Nam Nam la façon dont aller se clôturer la journée. Quand je dis « il ne restait plus qu’à », c’est un euphémisme, car ce qui m’attendait était un morceau de bravoure. Dans une ambiance de folie furieuse, la masse des festivaliers bouillonnait sur les rythmiques redoutablement efficaces des quatre DJs français. Là où Vitalic m’avait laissé sur ma faim, les Birdy Nam Nam me rassasièrent. Bon, le fan du PSG avec son T-shirt Fly Emirates et braillant Paris ! était un peu pénible, mais ça ne suffisait pas à gâcher une ambiance survoltée. La fin du set était évidemment frustrante, mais mes pieds n’étaient pas d’accord avec mon cerveau et ceux sont eux qui ont piloté pour le retour à la maison. Il me semble que c’est en 2007 que Rock-en-Seine a commencé à panacher sa programmation rock avec des groupes plus dance, et je ne sais pas si ça en frustrent certains, mais à moi comme, me semble-t-il, au plus grand nombre, le mélange n’a rien d’hérétique et apprécier les riffs de guitare électrique n’est pas incompatible avec la passion des beats électroniques. Notons au passage que les grands shows de Vitalic et Birdy Nam Nam à une heure avancée ont été rendu possible par les nouveaux horaires prolongés de la RATP le week-end. Merci la RATP !


Toutes les photographies qui illustrent cette note copyleft CUI.

Pour rappel : récit de la journée de vendredi ici – récit de la journée de dimanche là


  1. À vrai dire, je ne retrouve pas trace dans mon journal du moment où j’ai pris ma galette éthiopienne « carnassier », plutôt bonne et en tout cas plus originale qu’un sandwich Kebab. []
  2. Notez que cette question est purement rhétorique. Wikipédia m’a tout dit. []

9 gazouillis sur “Rock-en-Seine égal (samedi 29 août 2009)”  

  1. #1
     
    gravatar
    nell a gazouillé  :
    également époustouflée (et essouflée !!) par la prestation de Birdy Nam Nam, je dis encooooOOOOre !!!
  2. #2
     
    gravatar
    Bertrand Morane a gazouillé  :
    Merci de m’avoir fait découvrir The Horrors très cher cui ! A l’écoute du dernier album, ça m’a un peu fait penser à du The Cure d’ailleurs, je sais pas si tu es d’accord.

    Et je plussoie pour ton lien entre electro et rock, ça devient difficile de départager le bon son qui pulse bien. Birdy Nam Nam était effectivement une bonne tuerie, bien que j’aurais préféré entendre (et surtout voir) plus que deux titres de leur premier album, lequel était plus artisanal (fait uniquement avec les platines). Même si techniquement leur set était extraordinaire, l’alliance des boîtes à rythme et samplers, même lancés parfaitement à la main, s’alliait certes bien avec leur travail aux platines, mais s’avère plus commun au niveau du rendu final (on sent l’influence de Yuksek, et le son qu’ils avaient inventé pour leur premier album a désormais perdu une grande part de son originalité).

  3. #3
     
    gravatar
    Aphrodite a gazouillé  :
    Au moins un set sur lequel nous sommes d’accord, Birdy Nam Nam :)
  4. #4
     
    gravatar
    Comme une image a gazouillé  :
    nell » Finalement, c’est pas du rock, qu’on veut, c’est une grande rave parisienne à ciel ouvert :-))

    Bertrand Morane » Je me sens bien peu de responsabilité dans cette découverte qui fut, finalement, simultanée ! Mais c’était un plaisir (et d’ailleurs, faut que je m’achète leur dernier disque ainsi que les YYY pour confirmer mes impressions de Rock en Seine).

    Aphrodite » La bienvenue ici, Déesse !
    Faut-il comprendre à ton commentaire :
    1/ que tu étais toi aussi quelque part dans le magma remuant amassé devant la scène de la Cascade ce soir-là ?
    2/ que tu n’es pas d’accord avec le reste ? (bon, tu écris « au moins », mais j’ai tendance à interpréter négativement ton propos !)

  5. #5
     
    gravatar
    Aphrodite a gazouillé  :
    Effectivement, j’étais bien dans le fameux magma ce soir là et la veille :)
    Après, pour être honnête j’avoue que mes impressions ne sont pas les mêmes : j’ai adoré Calvin Harris, Bloc Party, Vitalic et Vampire Weekend (alors, ça, je ne me l’explique toujours pas, j’ai réécouté l’album que je trouve toujours aussi quelconque), ai detesté YYY et suis resté impassible devant Madness (1er set) et Faith No More.
    Etrange, n’est-il pas ?
  6. #6
     
    gravatar
    Comme une image a gazouillé  :
    Aphrodite » Je t’absous pour tous tes goûts divergents, sauf pour les YYY.
    Accessoirement, comme je le racontais pour dimanche, je pense qu’une personne X avec des goûts donnés pourra réagir très différemment à une même prestation selon les circonstances dans lesquelles elle y participe. Pour les YYY, chais pas, tu devais en train de t’énerver sur ton téléphone à cause d’un SMS de ton banquier ou un truc du genre.
  7. #7
     
    gravatar
    Aphrodite a gazouillé  :
    Hmm pour Vampire Weekend, ta théorie fonctionne. Pour YYY, je suis moins sure. Pourtant j’étais avec des copines ultra fan et on n’a même pas assisté à la fin tellement on a trouvé ça naze, la qualité du son y a été aussi pour bcp…

    Sinon, rectifions, surtout en cette période où on a tendance à tout leur mettre sur le dos, le banquier n’y est pour rien ! Quant à ma faiblesse psychologique aux nouvelles techno, je vais finir par l’assumer ;)

  8. #8
     
    gravatar
    Krazy Kitty a gazouillé  :
    Je suis venue tout spécialement lire ton compte rendu de the AGT (je suis en retard de blogs…), et outre que je trouve ce nouveau design for seyant (je suis sûre qu’il a un billet qui lui est consacré mais tant pis), je me dois de préciser que les blondinets blancs comme des cachets d’aspirine ont une bonne raison de l’être : ils sont danois. Quoi ? Krazy Kitty écoutant des Danois ? Certes, cela a de quoi surprendre, mais leur avis sur leur pays rejoint assez le mien…

    Je note par ailleurs avoir découvert Calvin Harris hier et n’être pas encore totalement convaincue, quoi que fort prête à le croire plus qu’entraînant sur scène.

  9. #9
     
    gravatar
    Comme une image a gazouillé  :
    Aphrodite » Je crois que je n’ai pas l’oreille audiophile. On me parle souvent de « balance pourrie » et tant qu’on ne me le fait pas remarquer, je ne m’en aperçois pas. Bref ! Le mystère des YYY reste entier à mes yeux. (Quant aux SMS… J’avais lancé, il y a très jadis, un concours de SMS érotique à 160 caractères max — oui, c’était une époque où on ne pouvait pas encore dépasser les 160 caractères, donc pour le coup j’avais autorisé toutes les abréviations qui d’ordinaire m’arrachent les yeux – tout ça pour dire que ce concours n’avait pas été un franc succès.)

    » (Oh, tiens, j’avais pas vu ton gravatar encore, wéééééé.)
    Je sais bien qu’ils ont poussé sous le soleil anémique du Danemark, mais je tenais à confirmer que ça se voyait !

Laisser un gazouillis

  • (ne sera pas publié)

Balises XHTML autorisées : Vous pouvez utiliser ces balises : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>