[959] C’est quoi, une petite salope ? (2)

Poursuivons nos gammes.

Une petite salope n’est-elle pas la femme qui, feignant (ou non) de mettre son propre plaisir de côté, se présente à l’homme comme objet de désir, objet de plaisir ?1

* * *

ACTE I – SCÈNE II

Théâtre classique (unité de lieu, de personnage et d’action)

Tu mets de côté le fait que tu es une « clitoridienne » pure et dure — pas de clito, pas de bingo! – et tu me tends ton cul pour une bonne vieille levrette des familles. Enfin, plutôt que le modèle familial, tu vas choisir plutôt le modèle sport, et ce que tu veux, c’est ma queue qui te pilonne à bon rythme. Tu ne me vois pas, mais il ne te faut pas de grand effort d’imagination pour me deviner l’écume aux lèvres, accentuant à chaque coup de reins l’enfoncée de mon estoc dans ton fourreau. Ma poupée à baiser, quand tu es à quatre pattes (souvent deux, d’ailleurs, car tu aimes bien enfoncer ton visage dans la couche et me tendre plus indécemment encore tes fesses – cf. notre illustration), que je canonne ta croupe dans une sorte de transe que tu amplifies de tes cris, je suis aux anges et au moment où je dois faire une pause, cesser de te besogner pour reprendre mon souffle et ralentir mon cœur qui a de quoi s’emballer, ma seule préoccupation est de savoir si je vais vite pouvoir continuer à enfiler ma petite salope. Et peut-être faire gicler mon foutre au fond de ta chatte2.

Faudrait que je vois un jour si j’ose le terrible – T’aimes ça, hein, salope !?


Illustrations : diptyque de Jan SaudekJan’s Heaven, 1988, déjà utilisé pour illustrer une ancienne note. Je suis désolé, j’ai pas fait exprès.


  1. En fait, je pose des questions dans cette série de note, mais pas uniquement de manière rhétorique, j’aimerais bien, chers lecteurs, que vous partagiez ici votre conception de la petite salope – ce qui ne m’empêchera pas de poursuivre ma petite promenade. []
  2. Sur les précautions prophylactiques à ce sujet, je me suis déjà exprimé. []

16 gazouillis sur “C’est quoi, une petite salope ? (2)”  

  1. #1
     
    gravatar
    Samantha a gazouillé  :
    Petite feignasse (j’ai pas déjà vu ces images sur votre burp?).

    Sinon petite suggestion de rythme qui m’a manqué à l’oreille…j’aurais fini par “Et peut-être faire gicler mon foutre au fond de ta chatte..DE SALOPE”.

    Mais ça reste très personnel bien sûr!

  2. #2
     
    gravatar
    dita a gazouillé  :
    vous êtes un romantique en fait ou un timide?
    c’est vrai que c’est parfois le genre de phrase où on s’entend le dire et on se dit “oh oh oh , je l’ai fait moi de dire ça!!!!”
  3. #3
     
    gravatar
    Titia a gazouillé  :
    Et on enfonce bien sa tête dans le coussin …
    Et surtout … on ne dit rien !

    Vos mots sont crus, Très Cher, mais si vrais …

  4. #4
     
    gravatar
    Goormand a gazouillé  :
    La petite salope ne devrait-elle pas lancer, le regard fiévreux, et avant qu’il ne soit trop tard, un grandiose “encule moi, s’il te plaît, encule moi !” ?
  5. #5
     
    gravatar
    P.Minette a gazouillé  :
    troisième tentative de comment’…..

    pour moi une salope c’est une fille dont l’avidité est non seulement assumée mais assouvie. (ça s’assouvit une avidité…? admettons.), finalement être l’objet de désir et de plaisir de l’homme est une façon de l’assouvir.
    comme il y a le possessif, le désir avide comme le plaisir (à plein?) n’est associé qu’à un homme en particulier et pas à d’autres partenaires.

    La petite salope, ça me fait penser à la Mécanique des femmes dans lequel je ne me suis que très modérément retrouvée.

    mais ça m’intéresse de voir les lumières de ceux qui semblent y voir une autre définition que celle que j’ai en tête.

    En particulier, je serai très curieuse d’avoir le point de vue de O***, c’est quoi être sa petite salope? :)

    en tout cas, et pour la troisième fois…(même si ça ne se voit pas) c’est bien agréable à lire tout cela. Me faire oublier que je suis dans les transports en commun le matin, avec tous les désagréments que comporte ce véhicule, ne peut qu’être salué.

  6. #6
     
    gravatar
    A. a gazouillé  :
    Pourquoi “petite” ? Est-ce pour relativiser une relation pas encore assumée totalement ? (Samantha l’a zappé d’office)
    Dans notre cas ma partenaire revendique volontiers ce statut en l’affirmant au moment opportun “je suis votre salope !” (oui nous nous voussoyons encore et pas avec l’objectif d’un rapport D/S mais très fréquemment dans la vie courante et presque toujours dans l’intimité), aussi je la verrais mal utiliser le terme de “petite salope”. Il ne s’agit pas non plus d’age je suppose.
    Sur le reste je suis, comme souvent, en accord avec toi (tant sur les définitions que sur les illustrations). Mais la question n’est elle pas plutôt : c’est quoi être “la petite salope de quelqu’un” ? tu n’as pas mis le “ma” en italique dans le postulat de départ, il me semble que c’est pourtant primordial.
  7. #7
     
    gravatar
    Samantha a gazouillé  :
    . : un jour il dira même MA-GROSSE-SALOPE! Et là alors ce sera totalement assumé!
    On est effectivement toujours la Salope de quelqu’un, c’est primordial de le rappeler mais pas forcément de le dire. D’ailleurs le propriétaire d’une salope aime généralement bien rendre le terme commun : “Tu es vraiment UNE salope” alors qu’il sait très bien que ladite salope n’est que SA salope. C’est ça l’excitation intellectuelle, elle peut etre juste dans ce UNE et non dans ce MA, dans un sous entendu, dans une complicité…ahlala je suis trop romantique!
  8. #8
     
    gravatar
    Vintage a gazouillé  :
    J’aurais cru plutôt :

    “t’aimes ça, hein, PETITE salope”.

    (ou grosse, mais là, on s’éloigne du concept).

  9. #9
     
    gravatar
    A. a gazouillé  :
    : tu as raison, je manque peut être un peu de finesse ces temps ci (toujours ?) ton inférence est très juste. Trop romantique, bien sur !
    : Si dans un élan “d’assumage” tu utilises la formule proposée par Samantha, surtout pense à garder dans la locution proposée le mot “salope” au risque de manquer carrément de classe ;)
  10. #10
     
    gravatar
    Alice in wonderland a gazouillé  :
    CUI: Hum, c’est l’été indien ici aussi.
    L’enrobage que tu t’appliques à mettre autour du terme est charmant.
    @DITA: Certains mots sont parfois surprenants à s’entendre dire, ou, à entendre en écho, c’est vrai, et assez grisant…
    Quant à Monsieur CUI je dirais, (cela n’engage que moi bien sûr) “Queutard romantico-timide” qui se soigne!!!! Mais bon, c’est théorique, il nous faudrait les avis de celles le connaissent mieux.
  11. #11
     
    gravatar
    Comme une image a gazouillé  :
    Samantha » Effectivement, j’avais oublié de ranger mes images dans le dossier « utilisé », du coup, doublon (je m’en étais rendu compte avant publication, hein). Votre suggestion est intéressante (j’ai failli modifier mon texte du coup, mais je suis effectivement un feignant.)

    dita » Je pense que la proposition d’Alice in Wonderland me correspond bien ;)

    Titia » À trop parler, effectivement, les voisins risquent de rappliquer et de tout gâcher !

    Goormand » Ah oui, y a certaines petites salopes à qui ça arrive, effectivement…

    P.Minette » Merci de ta participation à la définition de ce qui ne saurait être universel. C’est vrai que la participation de O*** au débat serait bienvenue (mais je ne peux pas la forcer ;-)

    A. » Sur la destination unique et personnelle de la salopitude, tes propos rejoignent ceux de P.Minette. Sur la dimension de la salope (petite, normale (?), grosse), ma foi, il n y a que les intéressées qui pourraient, je pense, nous dire ce qu’elles mettent derrière.

    Samantha » Nous verrons, nous verrons…

    Vintage » Dans mon cliché, la salope est nature :-p

    A. » Je ne suis pas un goujat, voyons ! (Enfin, je le dissimule bien !)

    Alice in Wonderland » Il était question quelque part de « romantique de la bite » (ou de « sentimental de la queue ») et je trouve que ça me va assez bien ;-)

  12. #12
     
    gravatar
    O*** a gazouillé  :
    .Minette : Bien tard, je réponds à ta question “c’est quoi être sa petite salope ?” en vrac.
    J’entretiens une relation contradictoire avec ma salopitude. Être une petite salope, pour moi, c’est peut-être un peu prendre à revers ma socialisation en tant que femme et mon histoire perso et familiale et en faire une force. Inverser le stigmate, être de fière de le porter sur mon front, comme un talisman.
    Après, être la petite salope d’un homme, c’est pour moi une preuve d’estime et de confiance en lui. Le droit de m’appeler sa petite salope, CUI l’a gagné.
    Et puis parfois, la panoplie de petite salope me pèse et je veux juste redevenir un être humain. D’autres fois, j’aimerais pour changer que ce soit l’autre ma salope, mon objet…

    Bref, pas facile comme question. Mais le débat était intéressant à suivre :-)

  13. #13
     
    gravatar
    Comme une image a gazouillé  :
    O*** » Bonjour toi ! Comme c’est aimable d’apporter ta contribution à ce débat. Sais-tu qu’elle était indispensable et que sans elle, ma série se sentait un peu orpheline.
    J’ai dû oublier de préciser que la base d’une petite salope, c’était un être humain. (C’est presque choquant de le formuler, mais j’ose.)
  14. #14
     
    gravatar
    P.Minette a gazouillé  :
    Merci O*** :)
  15. #15
     
    gravatar
    Frenchsweet a gazouillé  :
    Il y a une différence entre UNE petite salope et MA petite salope. Et vous n’en avez même pas parlé ..
  16. #16
     
    gravatar
    Comme une image a gazouillé  :
    Frenchsweet » Je n’en ai pas parlé, vraiment ? Il me semblait, pourtant. Ça devait être entre les lignes ou dans d’autres billets consacrés à O***. En fait, je crois que je ne parlais même que de ça.

Laisser un gazouillis

  • (ne sera pas publié)

Balises XHTML autorisées : Vous pouvez utiliser ces balises : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>