[910] En rut (3)

Parmi les trois choix que tu m’offres, me présentant ta jupe relevée, il y a celui de “t’enculer en t’embrassant”.

Ah… T’enculer…

Maintenant que l’on sait, grâce au savant calcul d’Usclade, que je n’ai plus que 0,1% de mon cerveau disponible pour penser à autre chose que me faire sucer, je suis conduit à avouer que dans la mince part restante, la sodomie prend une place de choix. J’ai beau prétendre – je maintiens ! – qu’une fellation procure des sensations plus subtiles qu’une enculade, dire que prendre les fesses d’une demoiselle ne m’intéresse pas si elle n’y prend pas plaisir, je ne peux pas nier le fait que mon esprit lubrique a un certain tropisme vers cette pratique.

Quoi de plus normal, donc, pour ce troisième épisode enragé, que je m’occupe sérieusement de ton cul.

†‡†

†‡†

J’aborde toujours le sujet avec des pincettes. Avant que je ne te baise la première fois, tu m’avais parlé de ton envie de fessée, mais pour le reste, ton attention semblait plutôt tournée vers ton clitoris. Je marchais donc sur des œufs, cette première fois. Je tournais autour du pot. Puis j’en approchais une phalange prudente. L’accueil fut cordial. Elle s’enfonça un peu plus loin mais je m’en tenais là.

†‡†

Les choses sont devenues un peu plus claires quand, sur un billet que tu m’as remis dans l’alcôve – conservé depuis précieusement dans ma boîte à trésors – j’ai pu lire la phrase tracée de ta main fiévreuse : “j’ai envie que tu m’encules”. La messe était dite.
Plus précisément, l’évangile était écrit, la messe restait, elle, à réciter et, en pratique, tu avais eu les yeux plus gros que le ventre, ou plutôt l’œil moins ouvert que l’esprit ! Ça ne passait pas et j’ai battu piteusement en retraite. La prochaine fois ! nous sommes nous dit mutuellement pour nous consoler.

†‡†

Ce ne fut pas tout à fait la fois d’après ni la suivante, mais tout vient à point à qui sait attendre. Ton cul s’est gentiment ouvert pour accueillir une queue après une longue abstinence, la mienne en l’occurrence, et nous en fûmes tous deux bien aise.
Je m’arrêtai après quelques minutes, à ta demande. Pas d’excès pour la reprise. Et n’étant moi-même pas très endurant sur la face B, je serais mal placé pour t’en blâmer.

†‡†

Il y eut ensuite cette soirée où j’ai été plus téméraire. J’ai pris ton cul une première fois dans la soirée. Ça s’est bien passé.
Et puis plus tard, bien plus tard, dans la fatigue de la nuit, j’ai été pris de rage en te baisant. Ta tête dans les draps, ton cul dressé, tu faisais vibrer sur ton clito ton vibro pendant que je te prenais fort. J’ai été tenté d’enfoncer mon pouce dans ton cul, j’ai constaté qu’il était souple et s’ouvrait facilement, probablement se souvenait-il du chibre avalé quelques heures plus tôt. Sans guère de ménagement, j’échangeais ton con avec ton cul pour y faire coulisser mon sexe avec l’énergie que j’y mets parfois avec d’autres amantes gourmandes de pénétration anale. Tu avais l’air partie sur le même trip que moi, sauvage. Tu te faisais baiser comme une salope, pensais-tu, et c’est ce que tu m’avais demandé en somme. Mais ton corps a eu le dessus sur ta volonté, et tu as pété les plombs faute d’avoir détecté la surtension à temps.
Ça t’a refroidi un peu et on a attendu.

On a attendu et on a réessayé longtemps après, dans un moment plus calme et détendu. Je l’attendais avec une tension toute particulière, tu le sais, cette sodomie-là et je voulais qu’elle soit un moment de plaisir pour nous deux. Mais elle n’en prenait pas le chemin alors à nouveau j’ai battu en retraite comme à notre toute première tentative.

†‡†

Alors quoi, maintenant, tu me proposes de t’enculer en t’embrassant ? Ma bite est prête à te foutre quand bon te semble et dans le trou qu’il te plaira, il répond au doigt et à l’œil ! Mes lèvres ne se lassent pas de prendre ta bouche et de mélanger nos souffles.

Je t’enculerai donc à nouveau un soir où nous aurons du temps devant nous. Tu auras porté ton rosebud avant notre rendez-vous et tu porteras un joli porte-jarretelles et des bas (je suis assez old-fashioned comme gars, je trouve que c’est meilleur de prendre un cul avec du nylon pas loin). Je ne sais pas trop ce que nous ferons avant, mais à un moment je m’enfoncerai dans ta chatte aussi facilement que si nous nagions dans un jacuzzi de gel siliconé, je sentirai le renflement métallique du rosebud appuyer sur ma queue de l’autre côté de la paroi, tu mettras ta main entre nos pubis pour te branler toi-même – parce que, moi,  je n’ai pas encore percé tous les secrets de ton plaisir, mais je compte mettre le temps qu’il faudra pour y arriver et j’espère qu’on se l’accordera – et l’on soufflera ensemble, et tu miauleras, et je te dirai que j’ai envie de ton cul maintenant. J’enlèverai doucement le rubis coincé entre tes fesses, je prendrai une bonne dose de gel et je te doigterai pour bien t’ouvrir. Je prendrai le temps, un doigt, puis deux, sans doute un troisième… Ma queue viendra encore baigner dans le jus de ton con, j’irai lentement pour la sentir gonfler un peu plus et quand elle sera bien raide, je soulèverai tes fesses et je m’enfoncerai à pas de velours dans ton cul, toujours face à toi, en t’embrassant. Tu me diras d’aller plus vite et je m’exécuterai. Tu piloteras. Tu sentiras les pulsations de mon sexe serré au fond de tes entrailles, tu verras à mon front fleurir les perles de sueur, mélange d’effort et d’émotion (je transpire beaucoup plus quand je t’encule, tu as remarqué ?). Et si nous nous sommes bien débrouillés, si la pilote a bien surveillé la montée en régime de sa mécanique, si le copilote a correctement gérés les retours au stand et les changements de pneus, alors nous passerons le drapeau à damier victorieux et mon foutre sera le champagne qui éclaboussera ton cul rayonnant.

†‡†

Non, sinon sans blague, je te jure que je ne m’intéresse pas du tout  à la Formule 1.

32 gazouillis sur “En rut (3)”  

  1. #1
     
    gravatar
    Mementom a gazouillé  :
    Je n’avais pas réagi sur les deux épisodes de “en Rut” mode d’emploi mais j’avoue que c’est en passe de devenir mon feuilleton préféré, même si je pense que pour le prochain, je vais prévoir un défibrillateur au cas où.

    Jolie manière de raconter la bacch-anale.
    En tout cas, c’est O*** qui doit être aux anges d’un tel programme des réjouissances.

    Détrompez-moi si je dis une bêtise mais je sens poindre ça et là l’influence d’un certaine mécanique des femmes :)

  2. #2
     
    gravatar
    VoliCapyllubgilee a gazouillé  :
    pfouuu… comme elle est longue cette semaine … :)
    et la canicule est précoce cette année…
  3. #3
     
    gravatar
    O*** a gazouillé  :
    Moi, tu sais, les métaphores automobiles… Enfin, continue comme ça et mon “cul rayonnant” va tourner en surrégime !
  4. #4
     
    gravatar
    Fifi-bulle a gazouillé  :
    Boooon… bah ça va être facile de se mettre au travail après cette lecture… ok… je commence par quel dossier, moi? mdr
  5. #5
     
    gravatar
    Libert-ine a gazouillé  :
    que calor !! heureusement que je ne travaille pas moi :)
  6. #6
     
    gravatar
    dita a gazouillé  :
    pffffff

    c’est pas bientôt fini!!! :)

    je sens que cette randonnée, je vais la survoler aujourd’hui avec l’énergie que ton texte dégage.
    le problème CUI, c’est que tu vas devoir continuer. on est accro maintenant…

  7. #7
     
    gravatar
    Florence a gazouillé  :
    Waouuuuuh !!! je me consume. Et voilà, je suis accro….
  8. #8
     
    gravatar
    ZORG a gazouillé  :
    “nous passerons le drapeau à damier victorieux et mon foutre sera le champagne qui éclaboussera ton cul rayonnant.”

    Cher CUI, cette formule est toute à fait géniale !!!

  9. #9
     
    gravatar
    vintage a gazouillé  :
    (et CUI) entre éclabousser, à l’extérieur, j’ose comprendre, ou ne pas éclabousser (à l’intérieur) bien couvert, il faut choisir sous peine de carton rouge.

    Comment ça je mélange les sports ? Et alors…

    V., la puissance de l’écrit sur la réalité des faits, autorise parfois une version romancée bien sûr, je n’en disconviens pas pour autant.

    (à moins qu’un certain test récent, quoique tardif, n’ait eu sa raison d’être ? Mais tou t de même, pensons à nos jeunes lectrices influencables et donnons le bon exemple, n’est ce pas ?)

  10. #10
     
    gravatar
    Comme une image a gazouillé  :
    Mementom » En vérité, je ne pensais pas être dans la lignée de La mécanique des femmes mais plutôt d’une certaine veine de notes que l’on trouve parfois ici, au hasard de l’inspiration, mais j’ai peut-être été inconsciemment inspiré !

    Voli » Ah, pourtant dans mon jardin, le muguet a cramé avant l’arrivée du joli mois de Mai (et oui, la semaine est longue !).

    O*** » Ah je comprends à retard le jeu de mot de Mementom. Penche-toi un peu que je vérifie ton joint de cul-ass.

    Fifi-bulle » Le dossier de ta chaise, ptête ? ;-)

    Libert-ine » Du coup, pas de clim’ ! Ouvre la fenêtre !

    Dita » J’hésite encore entre un dernier ou deux épisodes. Ça tiendra le coup jusque là ? Bonne randonnée !

    Florence » Tu es accro et moi je suis à cran !

    Zorg » Je l’avais prévue pour Vintage en fait, mais je suis ravi qu’elle te comble aussi ;-)

    Vintage » Comme je le disais à ton voisin, j’ai pensé à toi en écrivant ma phrase finale, pour changer des abricots.
    Merci pour ce rappel au règlement.
    (Pour les jeunes lecteurs qui nous lisent, la pénétration anale augmente le risque de transmission HIV.)
    (Sinon, on peut très bien éclabousser le réservoir du préservatif, mais c’est un petit peu moins spectaculaire, on dira que c’est une licence de l’auteur !)

  11. #11
     
    gravatar
    femme en chair et en papier a gazouillé  :
    Se faire enculer et embrasser… mmmmm
    Et la photo me rappelle la position dans laquelle j’étais la dernière fois qu’il m’a enculé et embrassé… A une nuance près, je portais des talons aiguilles, une guêpière et des bas (moi aussi, j’ai des goûts vestimentaires assez classiques pour me faire enculer)
  12. #12
     
    gravatar
    Vintage a gazouillé  :
    Je n’ai jamais douté que l’auteur soit résolument licencieux.

    V., qui a eu été licencié aussi, entres autres.

    (@zorg, pas de souci, je suis plutôt de nature partageuse, même pour les phrases bien léchées. Notamment ;-) ).

    de papier : ée et ée ?

  13. #13
     
    gravatar
    dita a gazouillé  :
    je vais essayer de tenir…
    c’est en fait marrant car ce texte m’a fait me souvenir de mon dépucelage qui s’est passé en plusieurs fois, tout doucement.Rien à voir, je sais, mais ça m’a fait me souvenir de ce premier amant.
    comme quoi on écrit sans se douter de ce que cela peut déclencher!

    Allez J-1…pire qu’une randonnée des semaines comme ça ^^

  14. #14
     
    gravatar
    femme-en-chair-et-en-papier a gazouillé  :
    Vintage, mais je perds mes moyens et le [e] aussi quand je lis des trucs pareils…
  15. #15
     
    gravatar
    Mementom a gazouillé  :
    CUI : la “gradation de la salope” m’a fait penser à Calaferte, néanmoins vous êtes suffisamment licencieux et lettré en la matière sans rester dans l’aspiration du maître, indubitablement ;)

    Concernant mon jeu de mot con-pris à rebours, il est pourtant des plus é(n)culé (en son jardin…oui je suis en vieux lecteur) ;)

  16. #16
     
    gravatar
    Comme une image a gazouillé  :
    femme en chair et tout et tout » Je ne peux que louer vos goûts classiques en la matière.
    Je me permets une petite question : la sodomie vous conduit-elle à l’orgasme ?

    Vintage » Tu ne refuses jamais un bâton tendu non plus, visiblement ;-)

    dita » Effectivement, voilà une association d’idée que je n’avais pas anticipée !

    Mementom » Merci de me rafraîchir le souvenir de cette jolie note (enfin, pas aussi jolie que le moment qu’elle relate)… Humpf… souvenirs…

  17. #17
     
    gravatar
    Alice a gazouillé  :
    Arno, sors de ce corps !
  18. #18
     
    gravatar
    femme en chair et en papier a gazouillé  :
    Hélas, aucune pénétration ne me conduit à l’orgasme. Il me faut l’aide de mon clitoris. Sauf une fois, un fist, et une autre fois (j’en suis encore toute retournée) une fellation (narrée chez moi).

    Mais, l’orgasme n’est pas une obligation pour moi, elle l’est pour mon amant. Bien que son orgasme ne soit pas une obligation pour lui, elle l’est pour moi. Est-ce clair ?

  19. #19
     
    gravatar
    O*** a gazouillé  :
    femme en chair et en papier et CUI : votre commentaire (“Il me faut l’aide de mon clitoris”) me pousse à formuler une remarque qui m’est venue quand j’ai lu cette note la première fois, et dont je me suis abstenue en me disant que ce n’était pas l’endroit pour déplier mes petites banderoles. Mais après tout… ^^
    Il fait écho pour moi à cette phrase de CUI : “mais pour le reste, ton attention semblait plutôt tournée vers ton clitoris.”
    Si l’on remplaçait dans les deux phrases le mot “clitoris” par “pénis” et le contexte féminin par un contexte masculin: “[pour jouir] il me faut l’aide de mon pénis” ; “”Mais pour le reste, ton attention semblait plutôt tournée vers ton pénis [que vers ton cul]”. Ça tombe sous le sens, non ? Pourquoi pas dans le cas de la femme et de son clitoris (qui est, je le rappelle, l’équivalent chez la femme du pénis, contrairement au vagin) ?
    Je dis ça, je sais bien qu’il existe des femmes que la pénétration fait jouir sans autre stimulation (les veinardes, ça doit être bien pratique) mais elles ne sont pas majoritaires, à ma – petite – connaissance. Ce qui me chiffonne, c’est que l’orgasme obtenu par la pénétration soit pourtant considéré comme la norme. Je trouve que ça colle une sacrée pression.
    C’était le quart d’heure “militantisme clitoridien”. Mon CUI, je te sais tout dévoué à mon clitoris, et très au fait de tout ça. Je sais donc que tu ne m’en tiendras pas rigueur. (Et j’espère que ça ne te dissuadera pas des visites de groupe à mon vagin qui les attend impatiemment.)
  20. #20
     
    gravatar
    Goormand a gazouillé  :
    Je plussoies tout à fait les dires de O***

    Mais tant que les autres mecs s’évertuent à vouloir faire jouir leurs épouses / maîtresses en limant comme des sauvages… ça m’arrange !

    Allez, un peu de lecture à ce sujet, qui corrobore tout à fait les propos de O*** :
    http://www.zonezerogene.com/ma.....4/12/2010/

  21. #21
     
    gravatar
    O*** a gazouillé  :
    Goormand : Vu sous cet angle, je comprends que ça t’arrange ;-) Si j’avais pu lire l’article de zonezerogene à 15 ans, ça m’aurait fait gagner du temps !

    À ceux qui lisent l’anglais, Anne Koedt a écrit dans les années 70 ce texte très intéressant et toujours actuel, qui résume entre autres tout le mal fait par Freud à la sexualité féminine et au clitoris. (Pour le coup, elle y minimise un peu le rôle du vagin dans le plaisir de la femme, mais ça remet quand même bien les pendules à l’heure.)
    http://www.uic.edu/orgs/cwluhe.....lmyth.html

  22. #22
     
    gravatar
    vintage a gazouillé  :
    . +1 (oui c’est parfaitement clair)

    V., solidaire.

    , ca ne te dérange pas si on discute entre nous hein ? dis ? ;-)

  23. #23
     
    gravatar
    Alice a gazouillé  :
    La remarque étant personnelle, je n’ai point osé commenter à la première lecture.
    Mlle O*** ayant réagi…
    Y voir un mouvement de soutien de liberté orgasmique !
    Je n’ai jamais joui de l’acte de sodomie, mais plutôt de l’effet explosif qu’il a sur mon esprit, et sur celui de l’Homme qui s’applique à s’occuper de cette partie de mon anatomie toute particulièrement appréciée. Cela intensifie pour moi un orgasme clitoridien ou vaginal…
  24. #24
     
    gravatar
    Comme une image a gazouillé  :
    Alice » Arno le chanteur ? J’ai po compris…

    f-c-p (quand j’abrège, j’ai l’impression que vous êtes la chaîne parlementaire de la TNT) » Votre deuxième phrase est tout à fait claire et me paraît assez juste. Néanmoins, pour être franc, il y a des moments où je fais passer mon plaisir devant celui de ma partenaire (et la réciproque est vraie aussi).

    O*** » Chère toi, je te trouve un peu réductrice avec ton équation pénis = clitoris, de facto les femmes me semblent avoir une palette de zones érogènes plus étendues que les hommes. Je connais effectivement des femmes qui peuvent jouir
    a) sur stimulation seule du clitoris (ex : cunni sans les doigts !)
    b) sur stimulation vaginale uniquement (ex : levrette sans caresse clitoridienne)
    c) sur stimulation anale uniquement

    Pour les hommes qui ont découvert l’orgasme prostatique (je n’en suis pas là, hélas), il existe deux voies d’accès au plaisir mais bien souvent ça se résume effectivement au pénis.

    F-c-p cite d’ailleurs le cas d’un orgasme purement cérébrale (déclenché en prodiguant une fellation, et je crois que la clé est là : c’est notre cerveau qui déclenche, aidé par des stimulations plus ou moins vives (le clitoris étant donc la zone érogène féminine la plus riche, et idem pour le pénis masculin).

    Goormand » Merci pour le lien (j’avais déjà lu ;-)

    O*** » Merci pour le lien (je vais aller le lire ;-)

    Vintage » J’ai l’habitude.

  25. #25
     
    gravatar
    Alice a gazouillé  :
    Alors là, vraiment tes références tu oublies…
    J’ai eu du mal à me procurer LA référence cuiesque de littérature érotique, que j’ai lue avec autant de surprise que de plaisir et tu ne fais pas le lien.
    Un mythe s’effondre…
    Autre temps, autre technologie,(tu ne caches rien dans le sable ), mais le trouble est là avec le partage de petites histoires excitantes à souhait, dont tu ne peux que présumer les effets sur ton lectorat…
    Bon, je suis quand même très déçue!
  26. #26
     
    gravatar
    O*** a gazouillé  :
    CUI : Cher toi-même, on est bien d’accord qu’au bout du compte, c’est le cerveau, la zone érogène principale. Je ne nie donc absolument pas que l’orgasme peut être déclenché de toutes les manières que tu cites, et même en rêve, pour rebondir sur l’orgasme purement cérébral. Je conteste simplement l’idée que le clitoris soit considéré comme une “préférence”, un accessoire ou un pis-aller. C’est le moyen le plus sûr pour les femmes d’obtenir un orgasme (et souvent le seul : apparemment 70% des femmes n’ont d’orgasme, le plus souvent, QUE par stimulation du clitoris, c’est le chiffre communément admis), au même titre que le pénis pour les hommes. Et ça, j’aimerais le lire plus souvent dans la presse, le voir plus souvent au cinéma (puisqu’on est dans la documentation, un article en anglais sur la représentation de la sexualité féminine au cinéma : http://www.lilithland.net/2011.....et-my.html ).

    Pour moi, il faut simplement arrêter de faire de l’orgasme féminin un truc mystérieux qui vient de nulle part, c’est contre-productif (je pense à toutes les minettes qui ne comprennent pas pourquoi elles n’ont pas d’orgasme quand leur petit copain les pénètre et qui se demandent si elles ne sont pas normales).
    Quand on parle du pénis comme organe principal du plaisir chez l’homme, pourquoi ne pas faire de même avec le clitoris chez la femme ? Je ne vois pas en quoi c’est réducteur, je trouve ça pédagogique.

    Bon, je bosse un peu, moi ? Bof, non, je vais plutôt me faire belle pour toi.

  27. #27
     
    gravatar
    femme en chair et en papier a gazouillé  :
    O***, j’adhère à votre façon de voir les choses. Des amants m’ont parfois reproché ma façon d’avoir un orgasme, comme si la normalité était : le Mâle donne du plaisir avec sa bite et accessoirement, dans un élan d’immense générosité avec ses doigts ou sa langue. Je suppose qu’ils se sentaient exclus, voire dévalorisés, que ce se soit mes doigts ou des vibro qui la plupart du temps me faisaient atteindre l’extase.
  28. #28
     
    gravatar
    Comme une image a gazouillé  :
    Alice » Ah merci pour cette piqûre de rappel. Il faudrait que je relise effectivement Le point d’Orgue parce que ça fait trop longtemps maintenant que je l’ai lu pour m’en souvenir assez précisément. Juste, je suis en train de lire deux bouquins simultanément (au rythme de l’escargot) plus un troisième qui gémit à l’oubli dans mon sac à dos, ça devra encore un peu attendre.

    O*** » Je ne sais pas si ça te consolera, mais je ne me retrouve pas non plus tellement dans la représentation du sexe au cinéma !

    Femme en chair et en papier » Sans doute certains se sentent en effet « diminués ». Mais reconnaissez le plaisir que vous avez, vous, à nous faire jouir par exemple en nous suçant, et concevez qu’il puisse nous manquer.
    (Cela étant dit, j’ai déjà atteint l’orgasme avec O*** en me masturbant, moi, et je conçois très bien que les auto-caresses s’insèrent naturellement dans une sexualité à deux.)

  29. #29
     
    gravatar
    femme en chair et en papier a gazouillé  :
    Oui je le conçois, j’ai l’impression d’avoir un immmmmense pouvoir. Ce qui me plaît, c’est d’explorer les différentes façons d’atteindre l’orgasme (pour moi ou mon partenaire).

    J’ai oublié dans l’énumération de mes orgasmes non clitoridiens, un jour mon partenaire à posé son menton sur mon dos, et l’orgasme est parti de ce point…

  30. #30
     
    gravatar
    Comme une image a gazouillé  :
    f-c-p » Un orgasme dorsal ? Épatant ! (J’aurais été très fier à la place de votre partenaire dans ces circonstances. Où va se nicher l’orgueil ?! Sous une omoplate…)
  31. #31
     
    gravatar
    La cochonne masquée a gazouillé  :
    Après l’orgasme dorsal, l’orgasme mental.
    J’étais nue à 4 pattes sur mon lit, seule. Penser très fort à lui, son corps et l’imaginer derrière moi m’a fait jouir. Une expérience unique, incroyable, tout à fait extraordinaire.
  32. #32
     
    gravatar
    Comme une image a gazouillé  :
    La cochonne masquée » J’ai lu quelque part (récemment) que certains hommes arrivaient aussi à atteindre un orgasme en l’absence de toute stimulation physique. Jusqu’à présent, ces rares témoignages venaient uniquement de femmes ; je découvre avec plaisir que tu fais partie des heureuses élues, bravo ! (Et je tire aussi mon chapeau à ton amant si inspirant qu’il te fait décoller même sans être à tes côtés.)

Laisser un gazouillis

  • (ne sera pas publié)

Balises XHTML autorisées : Vous pouvez utiliser ces balises : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>