[1229] Un portrait

C’est une photo d’elle dont on sent qu’elle est fière et elle aurait tort de ne pas l’être. C’est une photo en noir et blanc, joliment composée avec des jeux de lignes qui lui donnent une allure graphique (les deux gris du mur, et sa veste noire) et puis il y a elle, son visage de face et son buste en oblique. Au premier regard qui balaye l’ensemble de l’image, on peut croire qu’elle a les yeux fermés mais quand une observation plus attentive permet de voir qu’elle a juste les yeux baissés et cela contribue à l’atmosphère paisible qui nimbe toute l’image où seul son visage doux peut arrêter l’œil. Ses lèvres sont closes. Elle porte des boucles créoles, suffisamment grandes pour ne pas passer inaperçues autour de son visage délicat, contrairement à son collier, une fine chaîne qui se fond avec le teint de sa peau et la courbe sage du décolleté du vêtement porté sous la veste, mussant une paire de seins que je devine modestes.

Je reviens à son visage qui me fascine et je le scrute pour tenter de comprendre d’où vient mon envoûtement. Lignes carrées, très légère pointe pour le menton, lèvres fines, sourcils un rien hirsutes, yeux sombres (mais le noir & blanc ne permet pas d’en deviner la couleur exacte). Quelques mèches de sa frange balayent son front et atteignent les paupières. Je suppose que ses cheveux, coupés en un carré court déstructuré1, sont châtain foncé. Comme son nez est très exactement face à nous, on ne peut être sûr de la ligne de son arête. Après examen minutieux, je fais l’hypothèse qu’il est droit mais je n’aurais pas désavoué le caractère d’un nez aquilin. Il ne porte pas la marque de l’usage régulier de lunettes, je lui imagine donc une vue parfaite.
Quelques marques discrètes n’apparaissant pas au premier examen laissent percevoir le travail du temps : une esquisse de pattes d’oie aux coins des yeux, aux joues, au cou, la chair n’a plus la fermeté d’une peau de jeune fille, je la suppose franchissant les dernières années de la trentaine.

Ce qui fait qu’immédiatement, elle m’est apparue si belle, c’est son incarnation d’un idéal féminin qui m’est propre, de ces physiques qui ne me laissent jamais indifférent et qui finissent par s’inscrire dans mon histoire amoureuse. Son visage m’évoque à la fois M***-C***  avec laquelle j’ai vécu ma première « relation » vers 19 ans et aussi ma compagne M***, en particulier M*** sur un portrait d’elle que j’avais fait à Séville dans les tous premiers mois de notre amour où elle a quasiment la même pose, même si les couleurs des azulejos andalous donnent à l’image d’ensemble une allure différente de ce portrait N&B dépouillé.

C’est une photo d’elle qui me rend instantanément émerveillé et craintif, désireux et complexé, concupiscent et faible.


  1. Mes excuses aux coiffeurs si ça ne s’appelle pas du tout comme ça.. []

21 gazouillis sur “Un portrait”  

  1. #1
     
    gravatar
    justeLilou a gazouillé  :
    Jolis mots pour un certainement joli portrait! On aimerait être regardée ainsi….vraiment! Et aussi portraitisée par un oeil aguerri! Bravo
  2. #2
     
    gravatar
    Comme une image a gazouillé  :
    justeLilou » Merci ! C’est un texte particulier pour moi, je ne suis pas trop habitué à ce genre de descriptions. Mettons : un exercice de style !
  3. #3
     
    gravatar
    Barbara a gazouillé  :
    Bonjour,
    je suis toujours étonnée par l’attirance vers un certain type de femmes ou d’hommes, de manière presque automatique. Cette attirance me fascinerait presque.
    Jolie description où à la fin est apparuE une chanson dans ma tête, un vieux truc presque immonde de Richard Anthony “mais qu’est-ce qu’il m’arrive aujourd’hui, je suis amoureux de ma femme”.
    Je ne connaissais pas “mussant”, merci pour ce partage.
  4. #4
     
    gravatar
    Froggy a gazouillé  :
    Très beau texte, un exercice de style parfaitement réussi. Je découvre, comme Barbara, le verbe musser, c’est joli…
  5. #5
     
    gravatar
    ivv a gazouillé  :
    Jolie description…
    Concupiscent peut être mais j’y note la tendresse toute légère qui s’y engouffre…
  6. #6
     
    gravatar
    Zoumpapa a gazouillé  :
    En dehors de cette très belle description, c’est aussi un superbe hommage à ta compagne.
  7. #7
     
    gravatar
    Barbara a gazouillé  :
    Froggy… dans la nuit je me suis rappelée du verbe “mucher” fréquemment utilisé en chti, et je me suis dit “mais c’est bien sûr !” :-) Voilà qu’au petit matin, je me suis penchée sur le verbe et il apparaît que c’est un dérivé du verbe musser (et vice versa).
    Comment d’un portrait, on découvre une langue et d’autres formes de langage.
  8. #8
     
    gravatar
    Vagant a gazouillé  :
    Celle qui va se reconnaitre devrait être contente d’inspirer des lignes aussi… féériques.
  9. #9
     
    gravatar
    Avalina a gazouillé  :
    C’est très bien écrit évidemment, comme l’ont justement indiqué les commentaires précédents.

    A part ça, se voir comparée à la photo, apparemment très ancienne, de la compagne, elle-même mise en perspective avec cette photo dont on suppose qu’elle est récente… Ce n’est à mon sens pas aussi réussi que ce brillant exercice de style.

  10. #10
     
    gravatar
    Vagant a gazouillé  :
    et consorts : Mais quel est donc ce désir des femmes d’apparaître unique aux yeux de celui qui les désire, au point de jalouser la genèse du désir dont elles sont l’objet ? Pourquoi ne comprennent-elles donc pas que si elles ont un passé, et un passif, à l’aulne duquel elles accueillent ou repoussent leur soupirant, ces soupirants eux-mêmes retrouvent auprès d’elle le parfum d’une Madeleine ou d’une Odette perdue ? Faut-il donc qu’elles soient si peu conscientes de leur propre charme, bien évidemment unique, pour craindre que tel aspect de leur physionomie ou tel trait de leur caractère évoque un amour passé ? Comment peut-on à la fois vouloir bénéficier de l’expérience d’un amant et vouloir être la première page d’un moleskine vierge ? Pourquoi ne voulez-vous donc pas comprendre pas qu’un homme puisse être en quête d’un inaccessible idéal féminin forgé au gré de ses rencontres, et qu’il croit reconnaitre sous vos traits, sans pour autant vous comparer, vous noter, vous classer parmi d’autres ?
  11. #11
     
    gravatar
    Avalina a gazouillé  :
    Point de désir d’apparaître unique, point de jalousie, je sais très bien que l’on peut rappeler à quelqu’un une autre personne, c’est une évidence. Je n’ai simplement pas trouvé cela pertinent, d’ailleurs j’aimerais bien savoir ce que la personne sur la photo et la compagne en pensent ! Je dois dire que la référence à Proust dans votre commentaire m’a fait rire (un exercice de style, aussi ?). Quant à la “quête d’un inaccessible idéal féminin forgé au gré (des) rencontres…” c’est bien un libertin qui écrit ? Toujours chercher, jamais trouver parce que l’idéal n’existe pas bien entendu…
  12. #12
     
    gravatar
    Vagant a gazouillé  :
    : J’aimerais moi aussi savoir ce qu’en pense la principale intéressée sur la photo en question, puisque nous ne saurons probablement jamais ce qu’aurait pu en penser la compagne. Ce que j’aime chez notre ami, c’est justement sa sincérité qui touche parfois à l’impertinence. Etre libertin n’empêche pas de s’attacher à celle qui s’approche de l’idéal en question, au point de laisser d’impérissables souvenirs quand l’idéal s’envole vers d’autres cieux. Quant à la référence à Proust, cela m’amuse autant que vous.
  13. #13
     
    gravatar
    Comme une image a gazouillé  :
    justeLilou » J’en rajoute une couche. Même si c’est (à dessein), le grand absent de ce billet, louons aussi le travail du photographe qui m’aura inspiré ce billet !

    Barbara » Oui, je ne sais pas d’où ça vient, mais ça remonte à loin en tout cas ! Dès mon adolescence, ce genre de physique m’attirait déjà irrésistiblement. (Merci pour la référence musicale ^^)

    Froggy » Je l’ai découvert aussi au hasard de mes pérambulations (eh eh !) lors de la rédaction de cette note !

    ivv » Oui, « tendresse légère », c’est quelque chose comme ça !

    Zoumpapa » Avalina a l’air de penser le contraire. Je n’irai pas aussi loin que toi ; mais oui, c’est aussi une manière de dire que ma femme est très jolie (et que ce n’est pas que pour son joli cerveau que je suis tombé raide dingue d’elle il y a vingt ans).

    Barbara » Oui, en découvrant “musser” j’ai découvert “mucher” mais j’ai préféré la première forme…

    Vagant » Je crois que c’est le cas.

    Avalina » C’est un regard moral porté sur mon texte ; pourquoi pas. Pour moi, c’est juste un devoir d’honnêteté. J’ai découvert cette photo récente qui m’a ému, et quand j’ai cherché pourquoi, cette photo ancienne de ma femme, que j’aime beaucoup, a vite émergé de ma mémoire.

    Vagant » Eh bien, que de grands mots ! Je pense que tu prêtes à Avalina des réflexions au delà de ce qu’elle a écrit, mais tu sembles faire référence à d’autres femmes qui auraient fait, deviné-je, de semblables réflexions. Par ailleurs, il n’est pas dit que ce soit un comportement uniquement féminin, celui que tu fustiges.

    Avalina » Effectivement, je ne demanderai ni à ma femme ni à M***-C*** leur opinion sur mon texte. L’intéressée, elle, n’a pas fait de remarque sur le sujet, j’en déduis donc que c’était sans importance ou qu’elle ne voulait pas m’en parler.

  14. #14
     
    gravatar
    Avalina a gazouillé  :
    Bon je vois que CUI place mon com’ sur le plan de la morale, le “pourquoi pas” me paraît négatif. Pas envie de discuter là-dessus, ce n’est pas le lieu (!). C’est facile de parler de quelqu’un, en termes positifs et surtout négatifs, quand on sait que cette personne ne lira pas. Un (tout) petit peu de morale n’est pas nuisible.
  15. #15
     
    gravatar
    oui oui a gazouillé  :
    En tous cas, y en a des qu’ont un style ampoule!
  16. #16
     
    gravatar
    Miss Flo a gazouillé  :
    J’aime beaucoup :) tout simplement :)
  17. #17
     
    gravatar
    Brigit a gazouillé  :
    Ah voilà, notamment, ce que j’aime chez vous, cette honnêteté crue et romantique, mais honnêteté quand même.

    s’interroger sur le pourquoi ou le comment d’une attirance rémanente ?

    pour ma part, je suis depuis longtemps persuadée que l’on n’est attiré que par certains physiques (plus que par certaines personnalités, s’il faut le préciser). Après, l’alchimie fonctionne ou pas, mais l’émotion première passe par le regard. Evidemment, au temps des rencontres virtuelles, je devrais nuancer en évoquant les émotions premières à découvrir quelqu’un par l’écrit ou la voix, mais avec l’expérience, je sais que seul le regard donne cette indicible fébrilité, cette dualité répulsion/attraction.

    mais ce n’est pas très “politiquement correct”, la sélection par le physique plus que par la personnalité. so what ?

    il en va de même du libertinage et de la générosité qui lui est associée, corollaire du cynisme de certains pratiquants. Dans la liberté de moeurs et donc d’aimer, on voudrait connaître (au sens biblique) donc “aimer” tout le monde, ou à tout le moins, dépasser certains préjugés, mais finalement il faut se rendre à l’évidence, on a ses préférences.

    Je suis la première à n’être attirée que par un type d’homme, un physique, une allure très spécifique

    à les repérer au radar dans une soirée ou une assemblée. souvent l’échange de regard est électrique, parfois amusé et complice, parfois vide… on ne gagne pas à tous les coups.

    cela dit, est pleinement assumé ; ça ne m’empêche pas de m’intéresser aux autres personnes, hommes ou femmes. l’émoi n’est simplement pas tout à fait le même.

    (des langues acérées pourraient dire que, vu la rareté du spécimen en question, mieux vaut en effet, être plus éclectique. elles n’ont pas tord)

    B

  18. #18
     
    gravatar
    Un portrait a gazouillé  :
    @Vagant

    La surprise est la première émotion que j’ai ressentie à la découverte de mon portrait. J’ai relu plusieurs fois pour être sûre que c’était bien de mon visage qu’il s’agissait.
    Je dois avouer qu’il est très flatteur que mon image ait pu inspirer un texte aussi bien écrit.
    Mon visage a été dépeint avec délicatesse et cela m’a touchée. Beaucoup.
    Quant à la référence aux compagnes de CUI, elle ne m’a aucunement gênée, car je l’ai trouvée sincère et émouvante.
    Enfin, il n’est pas déplaisant d’apprendre que l’on peut être “l’incarnation d’un idéal féminin”, alors que l’on a un physique assez éloigné des canons de beauté contemporains.
    Merci encore CUI :)

  19. #19
     
    gravatar
    Comme une image a gazouillé  :
    Avalina » J’ai parlé de « morale » mais j’aurais pu parler des « valeurs ». Si ça n’était pas comme ça que qu’il fallait lire ton commentaire, je t’invite à préciser ce que tu voulais dire.
    Je ne suis pas là pour faire un procès, je suis là pour partager avec autrui mon ressenti personnel. Quand je dis du mal de Kayzer Sözy, je n’attends pas à ce qu’il vienne se défendre. Pour ma femme, c’est pareil. J’invite le lecteur à faire preuve de recul. Il ne voit que mon côté de l’histoire, un avis partiel et partial. Ça me va aussi d’être questionné sur mes positionnements, je ne m’expose pas que pour être loué !

    oui oui » Des lumières !

    Miss Flo » Alors merci, tout simplement !

    Brigit » Merci aussi pour ce commentaire plus dissert que celui de votre voisine !
    Oui… la sélection par le physique. Je ne crois pas en revanche que ça soit aussi mono-thématique que ça. Depuis que j’ai rencontré O***, je suis beaucoup plus sensible aux femmes qui lui ressemblent, et même si ça n’est pas aux antipodes de ma brune éternelle, il y a quand même de sérieuses différences.

    Un portrait » Vous ici ?! Quelle surprise ;)
    (Pas tant que ça, à vrai dire, en tout cas je suis heureux que vous veniez apporter votre point de vue.) Donc, pour commencer : bienvenue !
    Ensuite, c’est assez chouette que vous ayez pris ce texte en recevant favorablement son intention (je ne suis pas sûr d’être très clair).
    C’est comment, les canons de beauté contemporains ?

  20. #20
     
    gravatar
    Un portrait a gazouillé  :
    Les canons de beauté contemporains sont plutôt des femmes jeunes, féminines, avec une poitrine (généreuse) et de longs cheveux…
  21. #21
     
    gravatar
    Comme une image a gazouillé  :
    Un portrait » Ce que vous appelez « féminine », c’est avec des cheveux longs, ou bien ?
    Je ne suis pas sûr que les canons soient si normatifs pour ce qui est de la taille des seins ou des cheveux. J’ai plutôt l’impression que les critères sont – effectivement – la jeunesse et surtout la ligne mince, taille marquée, longues jambes.

Laisser un gazouillis

  • (ne sera pas publié)

Balises XHTML autorisées : Vous pouvez utiliser ces balises : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>