[551] Des lunes (et quelques étoiles)

On m’enjoint, avec insistance, de rapporter ici ma (récente) découverte du Moon City. Voyez comme je suis faible et suivez-moi…

La réalité ne dépasse pas toujours la fiction. Parce que je raconte ici quelques unes de mes aventures, on imagine que c’est l’arbre qui cache la forêt, qu’une femme m’attend dans chaque port (ce qui pour un parisien comme moi n’est guère pratique surtout depuis que je n’habite plus du côté de l’Arsenal, NDLA), que je suis un habitué des clubs libertins et que dans chacun d’entre eux trône, en bonne place, la bouteille de rhum qui porte mon nom (recouvert par de nombreuses traces de rouge à lèvres).

Or, si je ne saurais me faire passer pour un perdreau de l’année, le nombre de fois où je suis allé dans un club échangiste se comptait, jusqu’au 17 août dernier, sur les doigts d’une seule main. Parce qu’aucune de ces fois ne fut un grand moment, je ne cherche pas à tout prix à passer une soirée dans ces endroits étranges où l’on se trouve plongés vivants dans un film porno. C’est excitant, mais la sensualité des moments vécus n’arrivait pas à la cheville de ce que je pouvais vivre dans une plus grande intimité. Malgré mon voyeurisme et mon exhibitionnisme, je n’ai pour les clubs qu’une curiosité distante.

Depuis ce 17 août, donc, il faut ajouter le pouce de la seconde main, que je lève vers le haut, avec désormais l’intention d’accélérer un peu le décompte de mes plongées (le mot s’impose) dans ces endroits de peu de vertu, car enfin… Mais ne précipitons rien et reprenons le récit par son commencement.

Ce dimanche 17 août, donc, j’ai rendez-vous avec P***. Je rentre de vacances et elle va bientôt prendre les siennes ; nous profitons de ces quelques jours de chassé-croisé pour nous revoir plus longuement et profiter un peu plus l’un de l’autre que lors de notre précédente entrevue. C’est elle qui a choisi le programme de la soirée. Plutôt, je lui avais fait plusieurs suggestions et elle en a choisi une : ce sera le Moon City. Elle comptait justement me le proposer. Cela faisait en effet un moment que l’envie me démangeait de découvrir cet endroit vanté par quelques proches connaissances. J’avais, préalablement, un a priori négatif sur les « hammams échangistes », puisque c’est de ça qu’il s’agit, a priori négatif basé sur plusieurs récits concordants d’autres proches qui n’avaient pas trouvé les ambiances de ces endroits agréables. Pas mal d’hommes seuls, les femmes regardées comme des proies par des hyènes, attendant le signal du lion pour se précipiter dessus. Je force un peu le trait. N’empêche que cet a priori négatif, doublé par ce que je viens d’appeler ma « curiosité distante » (cf. mon introduction) finit par basculer en envie suite à quelques confidences doublées du fait que j’adore le hammam.

P*** et moi passons un agréable moment dans un restaurant proche puis vient le moment de découvrir le lieu. Un grand sourire d’enthousiasme doit pouvoir se lire sur mon visage. Nous sonnons ; on nous fait entrer et une fois réglée le tarif de l’entrée, on nous pose la question sans doute rituelle « vous connaissez les lieux ? », tout en nous remettant clé de la consigne et bon pour une boisson, serviette et paréo. Puisque P*** connaît déjà l’endroit et moi non, elle sera mon guide. Nous commençons tout simplement par le vestiaire où nous croisons d’autres couples. Curieusement, une certaine pudeur règne dans ce lieu où il faut simplement … se mettre à poil ! Sentant une légère gêne dans mon entourage, je ne me laisse pas contaminer mais prends malgré tout le soin de mettre mes parties génitales à l’abri des regards lorsque j’ôte mon jean (ah oui ! oups, rien mis sous mon jean !) pour pudiquement la dissimuler sous la serviette que je me noue autour de la taille. P*** me rejoint qui s’était mise à l’écart, paréo noué avec une habilité toute féminine autour de ses formes généreuses (en fait, c’est très simple à nouer, un paréo, mais pour moi qui ne l’avais jamais fait, c’était comme si j’étais un moussaillon à qui l’on demandait de faire son premier nœud de chaise).

Je demande à P*** de me faire visiter les lieux. Nous quittons le vestiaire, traversons assez rapidement le bar (non sans que j’ai maté systématiquement toutes les personnes croisées), longeons plus lentement la première attraction aquatique (non, je ne parle pas du pédiluve mais de l’immense jacuzzi enchâssé dans une sorte de grotte et décoré (comme le reste du lieu) de statues en stuc d’inspiration indienne et gentiment érotiquesUne gravure érotique du temple de Khajuraho (des femmes aux seins nus, tout simplement, pas la débauche sexuelle des maithunas du temple Khajuraho – dommage !). Nous grimpons quelques marches, pour apercevoir le hammam (joie ! il est vraiment envahi de vapeur), puis le sauna (je jette un œil, encore, mais ne vois rien d’excitant), enfin l’étroit couloir où s’enchaînent les « coins calins », comprendre les endroits où l’on s’enferme (ou non) pour s’envoyer en l’air. Tout au bout du périple, le préféré de P*** dont les murs sont tapissés de miroir (pas le plafond, dommage là encore !). Tout est très calme à l’heure (21 heures ? 22 heures ?) où nous démarrons la visite. Peu de couples et aucunes des alcôves n’est occupée. Qu’à cela ne tienne, j’emmène P*** jusqu’au hammam où je veux commencer à suer. Passage préalable par la douche, je me suis débarrassé de ma serviette, il était temps. (Je ne vous ai pas dit ? J’adore me promener à poil !)

Le hammam est assez grand. Carrelage blanc sans fioriture, pas de style bains arabes, donc, un bouddha trône dans un coin sous un éclairage bleuâtre. La vapeur est dense, on ne voit pas les couples qui sont à l’autre bout de la pièce. J’ai localisé un recoin qui, semble-t-il, est dédié aux ébats que l’on souhaite démonstratifs. P*** et moi nous mettons un peu plus loin, dans un coin d’où l’on peut vaguement apercevoir ce qui se passe (on entend, surtout !) et je commence par lentement la masser. Le dos, longuement, puis mes mains se feront un peu moins sages et courront un peu partout tout en gardant une attitude presque professionnelle !

Quand, plus tard, P*** a un peu chaud, nous prenons une douche puis enchaînons avec le jacuzzi.

Comme je vous le racontais dans l’épisode déjà fléché plus haut, si j’adore le hammam, le jacuzzi m’enthousiasme moins. Pour autant, celui-là était vraiment vraiment agréable. Par sa taille, déjà, qui fait que compte tenu du petit nombre que nous étions (le maximum, ça a dû être 7 ou 8 personnes à la fois), on ne se marche pas dessus. Ça pourrait être un obstacle, me direz-vous, à la « mise en relation » souvent promue dans les clubs échangistes. Certes ! Mais pour papoter tranquillement tout en tripotant ma voisine, c’était parfait.

Dans cette atmosphère calme et détendue, où nous n’étions pas nombreux, je me suis senti à mille lieux des précédents clubs visités.

Par la suite, nous sommes allés (seuls) dans une des alcôves pour y faire tranquillement l’amour, sans ouvrir la porte ni nous offrir aux regards (ainsi le souhaitait P***), puis nous nous sommes allés au bar, puis au hammam à nouveau, puis au jacuzzi encore, puis puis puis… Bref. Nous avons profité de l’endroit.

Au chapitre des regrets, celui que nous n’ayons fait connaissance avec d’autres. Il y avait pourtant quelques mecs seuls pas vilains, et des couples même très mignons, mais le contact ne s’est pas fait. Une fois, il aurait pu avoir lieu si ce charmant couple qui venait de nous rejoindre dans le jacuzzi n’était reparti si vite. Étaient-ils si pressés de s’envoyer en l’air ? Toujours est-il que notre rythme indolent et hédoniste n’était pas accordé au leur.

Nous avons quitté, moi en renâclant, elle fatiguée, l’endroit vers deux heures du matin et je n’avais qu’une envie : y retourner rapidement !

* * *

Je viens de relire le compte-rendu détaillé (en cinq épisodes) que fit Georges de sa visite « privée » au Moon City (il y partage mon enthousiasme et mes quelques réserves sur l’endroit) puis de sa virée avec Madeleine, qui fut pour eux un fiasco. Je sais combien le plaisir que l’on trouve dans ces lieux dépend ô combien des rencontres que l’on y fait. Pourtant, il y a un point majeur sur lequel je suis en désaccord avec eux, et quelques raisons pour lesquels cet endroit m’a plus séduit que les précédents.

  • Georges et Madeleine fustigent la nudité, imposée dès l’entrée, qui ne les met pas à l’aise « parce qu’ils n’auraient pas un corps parfait » et parce qu’ils ne pourraient pas jouer des atours d’une tenue élégante (le dos nu va effectivement délicieusement bien à Madeleine). Pour moi (parce qu’il s’agit bien d’une question de sensibilité) qui suis très à l’aise nu (et ne suis pourtant pas bâti comme un Phidias), c’était au contraire un moyen d’échapper au conventionnel des clubs libertins. Car ces lieux qui se disent « anti-conformistes » sont, au contraire, très codifiés et normateurs. Les femmes doivent être en robe ou jupe (et tant pis si elles auraient été très excitantes en pantalon), talons de rigueur, sexytude stéréotypée (entendons-nous bien : je n’ai rien contre le tryptique jupe-bas-talons, au contraire ; je souhaite juste qu’il ne soit pas imposé) tandis que les hommes devront être élégants, en costume et pas de jeans ni de baskets – ouh ! quelle horreur ! J’ose à peine évoquer la bisexualité : féminine ? de rigueur ! masculine ? à proscrire !
  • Le hammam est, pour moi, déjà une fin en soi. C’est-à-dire que passer des heures dans un hammam même non échangiste est déjà un plaisir. Même si, très clairement, nous avons eu plaisir P*** et moi à baiser ensemble, à nous caresser aussi, à mater également, le premier plaisir que nous avons eu, le plus immédiat, était celui du bain de vapeur et du bain bouillonnant. J’ai ressenti que cette occupation voluptueuse faisait, en quelque sorte, tampon avec la brutalité de la relation échangiste (brutalité au sens : nous ne nous connaissions pas il y a 10 minutes et maintenant j’enfourne ma queue dans ta chatte – au fait c’est quoi ton prénom ?). D’une certaine manière, le lieu m’a dégagé de cette « obligation de résultat » qui pèse sur moi en club (là encore, je sais combien c’est une perception personnelle du lieu ; cette obligation n’existe pas).
  • Les clubs que je connais (on m’a assuré que ce n’était pas le cas du No Comment, mais je n’y ai pas encore mis les pieds bien que ce soit, du coup, dans ma wish list) sont souvent dotés d’une décoration convenue et kitsch. Draps de velours rouge, représentations érotiques disparates, faux marbres… On se croirait invité à une partouze chez Roméo. Sans échapper totalement au kitsch, la décoration homogène du Moon City permet au moins d’éviter l’outrance rococo habituelle. J’appelle ça le kitsch sobre !

Pour conclure, vous l’aurez compris, l’endroit m’a plu et de même Le Point d’Orgue incarne pour moi une sorte d’idéal en matière de roman érotique, de même le Moon City représente à mes yeux ce que j’ai vu de mieux en matière de club échangiste.

Je t’y accompagne quand tu veux !

41 gazouillis sur “Des lunes (et quelques étoiles)”  

  1. #1
     
    gravatar
    Agatha a gazouillé  :
    C’est original ! Ça donne envie d’y aller ;). Détente et excitation mêlées (j’ai eu beaucoup de mal à me détendre lors de ma première et dernière fois dans un club libertin, peut-être que l’ambiance hammam-jacuzzi m’y aideraient ?). Merci d’avoir partagé ton expérience Cui ;)
  2. #2
     
    gravatar
    Emeline a gazouillé  :
    Il me semble que ça cafouille à la fin du 5è paragraphe (où il est question de paréo et de noeuds).

    Tout à fait d’accord avec toi : c’est sympa d’y aller pour barboter, profiter du hammam, et tant mieux si en plus, on fait d’agréables rencontres et galipettes.

    Pour le No Comment, en effet, rien à redire à la déco, c’est assez sobre et (relativement) de bon goût. Mais comme toi, bof bof les clubs.

  3. #3
     
    gravatar
    Comme une image a gazouillé  :
    Agatha » Pas forcément facile de se détendre dans ces endroits, en effet, on peut y avoir beaucoup d’appréhensions ; disons que, pour celui-ci, en première approche, c’est un peu comme une plage naturiste. Tu te sentirais à l’aise, sur une plage naturiste ?

    Emeline » Merci pour ta vigilance ! Le copier-coller depuis Word m’a fait un drôle de petit bug…
    Je trouve un peu facile le discours du gérant (cf. le récit qu’en fait Georges) prétendant que son endroit n’a rien à voir avec un club échangiste. Les gens y vont quand même pour baiser (que ça soit à deux ou plus si affinités) et le plaisir de mater, d’entendre les râles qui s’échappent des alcôves, de se montrer, etc., ce plaisir-là est bien celui d’un club échangiste.

  4. #4
     
    gravatar
    Storia Giovanna-Tiny a gazouillé  :
    J’aurais peut-être dû accepter la proposition de mon initiateur (de 15 ans mon aîné, comme toi…^^) de m’emmener dans un hamman échangiste… Mais bon.
  5. #5
     
    gravatar
    f. a gazouillé  :
    Le plus beau “claque” échangiste de Bxl a, à l’étage, un petit jacuzzi. Je dois dire que ma version des choses est un peu plus Q. Sans échanger pour autant des fluides (beurk), j’ai déjà vu faire et fait pas mal de choses…

    Ceci étant dit, on peut entrer dans une autre dimension en pervertissant un hammam “moldus”. Un petit jeu qu’on s’est amusé à faire dans les thermes les plus “sages” de notre belle ville.

    contre- “racontez-moi un peu votre vécu échangiste” transfert

  6. #6
     
    gravatar
    eldiablo a gazouillé  :
    J’aime ton introduction qui révèle un joli lapsus “Parce que je raconte ici quelques unes de mes aventures, on imagine que c’est l’arbre qui cache la forêt, qu’une femme m’attend dans chaque port ”
    Le Quelques une suggère le nombre important réel et donc bien la forêt !! ;-)

    Merci en tous cas pour cette visite instructive.
    Eldiablo débutant sur ce coup la

  7. #7
     
    gravatar
    Comme une image a gazouillé  :
    Storia GT » Essayer pour essayer, à quoi bon ? À partir du moment où tu n’en avais pas l’envie, tu n’avais aucune raison de te forcer. Et puis ton avenir est devant toi ! Je suis contre l’idée que les expériences sexuelles doivent être faites avant de se caser, comme s’il ne restait ensuite plus que le « droit chemin ».

    f. » J’ai un peu passé sous silence les moments les plus Q de cette soirée mais c’est interdit dans le jacuzzi ;-) Par contre, dans le hammam, y’avait de l’ambiance, et dans certaines petites pièces aussi, mais je n’ai fait qu’apercevoir.

    eldiablo » Faut bien entretenir la légende, tu comprends ;-))

  8. #8
     
    gravatar
    Storia Giovanna-Tiny a gazouillé  :
    Oui, mais avec mon mari, ce sera un chemin droit… Il est très très câlin, mais pas super folichon niveau sexe, mais il me semble que je m’en sois déjà plainte sur cette plate-forme…
  9. #9
     
    gravatar
    Comme une image a gazouillé  :
    Storia GT » Hum… Ce burp est hanté par les hommes et les femmes qui crèvent du manque de sexe dans leur couple, méfie-toi ! (Moi aussi à 26 ans, je pensais que ça n’était pas si indispensable… Que l’amour suffisait…)
  10. #10
     
    gravatar
    Agatha a gazouillé  :
    À l’aise sur une plage naturiste ? Peut-être, oui je dirais si on ne me détaille pas (trop). En fait, ce qui m’a vraiment gênée, ce n’était pas d’être à moitié nue, mais le manque de discrétion (on te mate comme si tu n’étais qu’un morceau de viande et ça j’aime pas du tout), même si c’est un endroit où tu sens qu’il y a du respect et que personne n’oserait te mettre la main aux fesses (il faut dire que je n’étais que sangsue ;) : je n’avais pas quitté mon homme d’un millimètre !).
  11. #11
     
    gravatar
    Camille a gazouillé  :
    Quel dommage de vous avoir ainsi délié… Article très intéressant au demeurant!
  12. #12
     
    gravatar
    Charl' a gazouillé  :
    super pour l’info.
    j’ai un copain que ça va intéresser… On s’y croisera peut être (qui sait)
  13. #13
     
    gravatar
    Comme une image a gazouillé  :
    Agatha » Moui, ça, on pourra dire ce qu’on voudra sur l’appétit sexuel des femmes qui n’a(urait ?) rien à envier sur celui des hommes, il n’empêche que ces endroits restent des endroits où l’on est loin de l’égalité des sexes. Du coup, cela biaise le rapport, évidemment. Le jour où l’on verra un mec entouré de femmes en voulant à son corps, et tenant, avec un mélange d’inquiétude et d’excitation, la main de sa compagne, laquelle autorisera (ou non) les femelles à s’approcher, bon ben ce jour là, tu pourras aller sereine dans un club :-D

    Camille » Si vous voulez me lier, ce sera dans l’intimité. Voyez, il y a bien des moyens de jouer encore…

    Charl’ » Si nous nous y croisons, croiserons-nous le fer ? ;-)
    Vaudra mieux m’envoyer un SMS pour augmenter les probabilités déjà bien minces.
    (Moi aussi je rêve…)

  14. #14
     
    gravatar
    Justine a gazouillé  :
    Donc tu proposes d’emmener des filles qui ne connaissent pas? Je connais pas :-)
  15. #15
     
    gravatar
    Miss S a gazouillé  :
    Je vois que Justine a compris la même chose que moi :P

    (je me demandais si l’injonction de fin était destinée à Georges ou bien à ton lectorat :) …)

  16. #16
     
    gravatar
    Comme une image a gazouillé  :
    Miss S et Justine » Vous voulez que je vous y emmène ? Toutes les deux ensemble ? :-D
    Encore des paroles en l’air.
    Z’avez plus qu’à fixer la date :-p
  17. #17
     
    gravatar
    Next a gazouillé  :
    Alors là, je suis confuse. Je n’étais pas passée chez toi avant d’écrire chez moi, ni avant de répondre, ni avant de… bref, la coïncidence est marrante. Non mais je ne me fais aucun souci pour tes neurones, hein, tu n’es pas un “vrai”, pas besoin de te soigner.

    Et à part ça, l’odeur de chlore, ça t’a pas gêné? ;-)

  18. #18
     
    gravatar
    Comme une image a gazouillé  :
    Next » Pas besoin d’être confuse, je te rassure, je n’ai pas du tout pris ton texte pour moi… Je me suis juste amusé dans mon commentaire.

    Pour l’odeur de chlore, non, ça allait ! (et puis ça permet de rentrer chez soi sans porter une odeur plus louche… Non, pas une odeur de rat crevé)

  19. #19
     
    gravatar
    Dame a gazouillé  :
    Ce post est écrit tout en finesse… aucun détail sordide, ce qui laisse toute place à l’imaginaire.

    Donc… J’imagine,

    Des bains Romains, et vous CUI, sortant du jacuzzi, portant un peignoir immaculé… de nombreuses jolies filles nues (bien sur) installées autour de vous, qui vous offrant des corbeilles de fruits, d’autres des pastisseries, ou encore des boissons fraiches… Vous êtes allongé, accoudé, votre tête dans une main, dans l’autre main une grappe de raisins… Ces filles vont danser pour vous…. La nuit vous appartient…

    En somme, que des situations très sages… ;-))

  20. #20
     
    gravatar
    Barbu mais sensible a gazouillé  :
    Puisque le taulier m’y invite, je laisse donc un commentaire pour inviter l’aimable communauté des lecteurs de ce site à jeter un oeil sur le témoignage d’une autre personne qui exprime son ressenti après une soirée passée au même endroit… peut-être en même temps que l’honorable maître de céans? C’est là que ça se passe: http://www.lautresexe.com/il_e....._sauna.htm
  21. #21
     
    gravatar
    Agatha a gazouillé  :
    Il n’empêche que, pour la première fois (grâce à toi et à cette note), j’ai envie de prendre des initiatives et de faire une surprise prochaine à mon homme (il n’en serait pas à ses premiers clubs libertins mais le Moon City a le mérite de l’originalité grâce aux coins détentes. Par contre, dommage qu’il n’y ait pas plus de femmes qu’ailleurs:(. Sinon, tout à fait d’accord avec toi pour la réponse que tu as apportée à Giovanna (mais c’est vrai que d’avoir un amoureux raisonnablement obsédé, ça aide ;)).
  22. #22
     
    gravatar
    Emeline a gazouillé  :
    Bizarrement, je ne considère pas le Moon City comme un club échangiste. La seule fois où j’y suis allée, c’était seule (sur les conseils de P. La même ?), et je n’ai pas eu le moindre souci avec des hommes trop collants ou quoi que ce soit dans ce genre. En revanche, je ne pense pas que je serais allée dans un club échangiste seule. Au Moon, on peu barboter tranquillement, sans chercher forcément à aller plus loin.
  23. #23
     
    gravatar
    Storia Giovanna-Tiny a gazouillé  :
    Quitte à faire des choses avec mon mari (parce que sans, j’ai du mal à envisager, ou alors on se sera séparé), je préfère chez nous, avec deux trois-invité(e)s. Je viens déjà de lui avouer que j’avais des tendances bisexuelles (ce qu’il vit assez mal), alors si en plus, je lui ramène des invitées à la maison, on ne va pas être d’accord…
  24. #24
     
    gravatar
    Comme une image a gazouillé  :
    Dame » Auriez-vous vu récemment la version « non censurée » de Caligula sortie récemment en DVD ?! ;-)
    J’aimerais bien que ça se passe exactement comme vous le dites, mais la réalité était un peu plus … euh… cheap ?

    Barbu mais sensible » Tu es le bienvenu ici et je ne vois aucun inconvénient, bien au contraire, à ce que mes lecteurs profitent de lectures « cousines » !
    (Que fait le « mais » dans ton pseudo, hmm ?)

    Agatha » Il y a deux jours par semaine qui sont réservés aux couples, ce qui fait hommes et femmes à parts égales. Le jour où les femmes seront majoritaires, ce sera la fête (bon, ptête le jour où j’y vais avec Miss S et Justine à chaque bras ?!). Amuse-toi bien avec ton amoureux, ici ou ailleurs !

    Emeline » C’est un peu ce que je disais, les jeux d’eaux font un peu « tampon » vis-à-vis des jeux érotiques. N’empêche que… si j’ai bien saisi, tu t’es quand même envoyée en l’air, là bas, non ? Dans un hammam « ordinaire » tu n’aurais même pas croisé de mâle ! (Et, oui, il s’agit bien de la même P*** ;-)

    Storia GT » Fais les choses comme bon te semble avec lui ; moi je te dis juste, pour l’avoir expérimenté et n’être pas le seul, qu’il est difficile de débrider un(e) partenaire peu porté(e) sur les fantaisies sexuelles…

  25. #25
     
    gravatar
    Emeline a gazouillé  :
    Oui, oui, tu as bien saisi :)

    (un p’tit bonjour au passage à P***)

  26. #26
     
    gravatar
    Justine a gazouillé  :
    Tu peux nous emmener toutes les deux en ce qui me concerne; tu as mon téléphone je crois :-)
  27. #27
     
    gravatar
    Agatha a gazouillé  :
    Deux jours par semaine ? C’est NOTE ;) (je fais celle qui ne s’est pas jetée sur leur site ;)). Pour ce qui est de “m’amuser” avec mon homme, j’ai envie de me dire que j’ai, “enfin !”, trouvé mon double… Et non ma moitié ! ;) Je te remercie Cher Cui de m’avoir accompagnée, de près ou de loin, sur l’un des parcours les plus sinueux de ma vie… Mais aussi, l’un des plus riches et des plus excitants ;)
  28. #28
     
    gravatar
    Comme une image a gazouillé  :
    Emeline » On est donc d’accord sur ce qu’est ce lieu de perdition ;-) Je transmettrai volontiers quand l’occasion se présentera !

    Justine » Ah oui ! Dring !

    Agatha » Bien content que tu sentes désormais si bien accompagnée ! Que ta route à ses côtés soit longue (et pour l’accompagnement, tout le plaisir était pour moi, comme dit l’autre !).

  29. #29
     
    gravatar
    Violaine a gazouillé  :
    Merci pour ce délicieux récit Comme une image. Ca donne vraiment envie (de plein de choses). C’est donc au Moon City que je voudrais aller pour m’initier aux plaisirs… “publics”.
  30. #30
     
    gravatar
    Comme une image a gazouillé  :
    Violaine » Bienvenue ici, Violaine !
    Content que mon récit t’ait semblé délicieux.
    Pour autant, je pense qu’il n’y a pas de vérité, en matière de club, sur la qualité des instants qu’ils offrent. Dans un même lieu, une même personne pourra vivre un moment pitoyable ou exaltant, en fonction de tas de paramètres…
    Mais tout de même, oui, si l’on est à l’aise avec la nudité, c’est un bien bel endroit pour une première expérience !
  31. #31
     
    gravatar
    rey a gazouillé  :
    Qui sait ce qui est arrivé au Sorlut rue des Martyrs où je commençais à avoir mes habitiudes et qui semble aujourd’hui fermé? Merci Jean
  32. #32
     
    gravatar
    Comme une image a gazouillé  :
    rey » Bonjour Jean, et bienvenu.
    Malheureusement, je suis loin d’être une sommité en matière de clubs échangistes parisiens.
    J’ai fait une très brève recherche sur Internet et il semblerait que ce restaurant club soit désormais remplacé par « La Pierrade » où, à mon avis, seules les pierres sont chaudes !
  33. #33
     
    gravatar
    Sultan a gazouillé  :
    Pour essayer de réconcilier tout le monde, et pour être allé plusieurs fois au Moon depuis son ouverture, on dira que l’ambiance est extrêment variable selon les jours et les heures, mais toujours très courtoise et respectuseuse.

    On y trouve parfois, en particulier en début de soirée, des couples dont on pourrait presque se demander s’ils ne sont pas de simples collègues sortant du bureau, et parfois, on y croise des jeunes femmes qui viennent de toute évidence pour du Q (il n’y a pas d’autre mot), se faisant prendre par tous les mâles seuls de l’établissement !

    Il n’en demeure pas moins que ce lieu est une référence où il fait bon aller, lorsqu’on aime l’eau et la chaleur, et où l’on est jamais importuné. Pas de frôlements insistants, et lorsqu’on est “débutant”, hésitant, qu’on s’avance vers des émois multiples mais que l’on veut finalement renoncer, je n’ai jamais vu d’agressivité.

    Je confirme donc que c’est le hammam “échangiste” le moins échangiste de ceux que nous avons fréquentés à Paris, mais que tous les ingrédients sont tout de même là pour ceux qui veulent se lancer…

  34. #34
     
    gravatar
    Comme une image a gazouillé  :
    Sultan » Bienvenu ici, Sultan !
    Réconcilier tout le monde, quelle drôle d’idée ! Tout le monde ne doit pas forcément être d’accord avec tout le monde (surtout dans un domaine aussi sensible que la sexualité).
    Pour autant, je suis plutôt d’accord avec vos propos, même si je ne connais pas d’autre sauna/hammam échangiste que celui-là, mais je crois que c’est bien pour les raisons que vous évoquez que je suis accro à ce lieu.

    (Par ailleurs, pour un burp vraiment sans pub, la meilleure solution reste … de payer soi-même ! Mon hébergement ici me coûte environ 30 €/ an et je suis seul maître à bord.)

  35. #35
     
    gravatar
    Emeline a gazouillé  :
    Amusant, je viens de remarquer que ton illustration représente des sculptures des temples de Kajuraho, dans le nord de l’Inde. A ce sujet, il faudra que je te montre quelques photos… :)
  36. #36
     
    gravatar
    Comme une image a gazouillé  :
    Emeline » Voui ! Montre moi ça, ça changera des estampes japonaises ;-)
  37. #37
     
    gravatar
    Emeline a gazouillé  :
    Je t’envoie ça
  38. #38
     
    gravatar
    Storia Giovanna a gazouillé  :
    Je suis passée hier soir à Pigalle pour voir une pièce de théâtre. Et évidemment, en passant devant le Moon City, toujours cette petite pensée émue pour toi…
  39. #39
     
    gravatar
    Comme une image a gazouillé  :
    Emeline » Bien reçu. Merci !

    Storia Giovanna » Ah ! Le pouvoir de l’influence ;-)

  40. #40
     
    gravatar
    06xx20xx70 a gazouillé  :
    Bonjour, super récit!!!
    Moi aussi je suis un adepte du MOON CITY c’est un très beau lieu de détente et je ne me lasse pas d’y retourner seul et/ou accompagné….
  41. #41
     
    gravatar
    Comme une image a gazouillé  :
    06… » Merci de ton enthousiasme, et merci également de ne pas utiliser un numéro de téléphone comme identifiant, on n’est pas sur netechangisme ici ;-)

Laisser un gazouillis

  • (ne sera pas publié)

Balises XHTML autorisées : Vous pouvez utiliser ces balises : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>