[1194] Où il ne sera pas question de chaussures

Proposer la botte
(éphéméride du 24 avril 2014)
« Il s’agit d’une manière de proposer sans détours à une femme d’avoir des relations sexuelles avec elle. »

Bien que le verbe « proposer » semble empreint de civilité, la chose suggérée par cette tournure ne l’est en réalité aucunement ! En effet, il s’agit tout simplement de proposer un acte sexuel. Nous ne disons pas « faire l’amour », car il est ici question d’une action beaucoup plus rapide et directe, sans détours du côté des sentiments.
Le terme de « botte », emprunté au vocabulaire des épéistes et des escrimeurs, décrit à l’origine une passe d’arme qui permet de toucher – ou d’« embrocher » — son adversaire de façon soudaine et imparable. On parle d’ailleurs souvent de « botte secrète » pour désigner un mouvement technique qui serait connu de son seul inventeur et lui donnerait l’avantage dans le combat. Mais en réalité, il s’agit avant tout d’un coup, dont la manière imprévue de le réaliser surprend l’adversaire. (…)
C’est bien à cette botte que fait référence notre expression. Or, le domaine du langage étant fertile pour comparer le sexe de l’homme à toutes sortes d’objets allongés, donc phalliques, on comprend mieux le rapprochement qui est fait dans notre formule : le duel d’escrime devient une métaphore de l’acte sexuel.
C’est ainsi que depuis le XVIIIe siècle, notre expression dit ce qu’elle veut encore dire aujourd’hui !
On peut enfin noter que la botte évoquée peut parfois être qualifiée de « florentine », une allusion aux pratiques de sodomie que l’on prêtait autrefois aux habitants de Florence !

Source : les Almaniaks 2014

Des bottes florentines qui gagnent à être connues
Des bottes florentines qui gagnent à être connues

Eh bien voilà qui me donne des envies de voyager…

PS : j’ai recherché dans mes archives si j’avais déjà utilisé cette expression que j’aime bien (mais dont je ne connaissais pas la variante) et je ne l’ai trouvé qu’une fois dans un de mes commentaires. C’était sur le dernier épisode de ma jolie série « Nadia ». On la trouve aussi dans un plus ancien commentaire d’un certain Roumi, dans une citation de Pierre Desproges. Ce qui me donne l’occasion de dire qu’on peut très bien utiliser cette expression dans un cadre non hétérosexuel comme le fait justement ce P.D. (Pierre Desproges, hein). Mes nombreuses lectrices féministes seront bien aimables de me dire si, à leur sens, on pourrait l’utiliser dans un contexte lesbien où encore d’une proposition faite à un homme par une femme (ce qui me fait aussi penser que j’ai un correspondant sur Twitter qui recherche désespérément une amatrice de strap-on. Écrire au journal qui transmettra).

8 gazouillis sur “Où il ne sera pas question de chaussures”  

  1. #1
     
    gravatar
    Brigit a gazouillé  :
    Pourquoi les lectrices féministes auraient-elles des infos particulières sur le jargon lesbien ? hum… pris en flagrant délit de cliché !

    il me semble que “proposer la botte” était utilisé par les prostituées de façon assez courante mais pas en mode racolage “je vous propose la botte” plutot en mode descriptif. cela correspond bien au tempo de l’activité.

    j’aime assez l’idée d’un acte bref et intense. l’expression “quickie” a été à la mode quelques temps avant de tomber dans l’oubli. botte florentine est assurément bien plus intéressante

    désespérément ? le pauvre… (mais franchement, vos lectrices seront-elles intéressées par un simple “correspondant”. j’en doute)

  2. #3
     
    gravatar
    Comme une image a gazouillé  :
    Brigit » Vous savez bien que les clichés se basent toujours sur une part de réalité. Il se trouve que, très récemment, j’ai été assommé (en particulier via Twitter) par pléthore de propos féministes. J’en fais miens une grande partie, mais je pense à l’occasion que regarder toute la réalité au travers de ce prisme finit par être réducteur et, de fait, caricatural. Je pense par exemple à cette micro-polémique sur la dernière pub Schweppes qui présenterait supposément de la « lesbienne pour homme » (je n’ai pas trop vu en quoi voir deux belles femmes en pseudo-phase de séduction s’adresserait spécifiquement aux hommes à moins, justement, d’avoir une vision très hétéro-centrée du monde). Alors que la pub précédente (avec Uma Thurman et un journaliste) montrait un homme assez con qui ne pensait (prétendument) qu’avec sa bite, et je n’ai entendu personne dénoncer quoi que ce soit. La bêtise de cette précédente pub me mettait franchement mal à l’aise. La nouvelle est juste un peu plus regardable (notamment parce que je trouve Penelope Cruz bien plus jolie qu’Uma Thurman – mais aussi parce que le scénario est un peu moins indigent) mais elle reste médiocre.

    Je ne vois pas la notion de brièveté dans l’expression « proposer la botte » ; plutôt l’idée d’aller « droit au but » mais ensuite, ça dure ce que ça doit durer (j’oublie toujours que la durée moyenne du coït n’est que de quelques minutes !).

    Pour finir, pour ce monsieur qui a envie de se faire enculer par une femme, qui a dit qu’on se limiterait aux écrits ? Une fois faite la mise en relation, advienne que pourra :-)

    Vagant » Ah oui ! Je me souviens de ce quizz pour l’avoir lu en son temps dans Libé. Comme quoi, j’avais déjà entendu parler de botte florentine et j’avais oublié (comme d’autres réponses du quizz, d’ailleurs).
    Je recommande à mon aimable lectorat de suivre le lien proposé par Vagant !

  3. #4
     
    gravatar
    Brigit a gazouillé  :
    vous ne m’avez pas comprise… je ne parlais pas de correspondance ou d’écrit mais d’une rencontre avec l’un de vos correspondants (parce que tant qu’à faire, autant rencontrer l’original, non ?)
    d’un autre côté, ce rôle d’entremetteur (assumé) vous va bien…

    je ne vois toujours pas en quoi une féministe serait plus à même de vous renseigner sur la drague lesbienne, sinon à tomber dans le cliché que les féministes sont par définition lesbiennes.

    d’ailleurs, n’êtes vous pas féministe ?

    en tant que femme, je peux vous confirmer qu’effectivement, les propositions galantes féminines aussi directes, faisant l’impasse sur la phase de séduction, pour proposer “un coup” qu’on n’espère pas fatal mais extatique quand même, ça existe. mais cette expression qui évoque aussi la pénétration (embrocher) ne m’est pas familière dans le contexte saphique ou bi.

    pour la pub, je vous laisse avec délectation, et un brin de perversion, aux mains de vos twitteuses féministes !

  4. #5
     
    gravatar
    Carnets d'Eros a gazouillé  :
    Une botte. De l’ancien italien bottare qui signifie frapper, secouer, battre, donner des coups. Ce qui confirme le sens de L’expression tel que CUI nous la livre.
    “Pousser la botte”, dont on tire “bottiner”, avait le sens de demander de l’argent en argot. Était-ce particulièrement utilisé par les prostituées ?
    Cette dernière expression n’est plus utilisé de nos jours.

    CdE

  5. #6
     
    gravatar
    Marietro a gazouillé  :
    «Tout cela est bien trop savant pour moi» – Marivaux

    Une traduction rapide pourrait-elle être «on baise?» ? Dans ce cas quel que soit le type de relation, de sexes, etc, l’expression conviendrait.

  6. #7
     
    gravatar
    Bello a gazouillé  :
    Cette expression était utilisée au Québec dans mon jeune temps. Je ne pourrais dire pour aujourd’hui.
  7. #8
     
    gravatar
    Comme une image a gazouillé  :
    Brigit » C’est effectivement plus clair. Disons que j’imaginais pouvoir éventuellement allumer une lueur d’intérêt chez une lectrice dont ça pourrait être le fantasme. Je ne en sais pas grand chose de ce correspondant, juste échangé quelques messages, il me dit avoir beaucoup de mal à trouver des filles « intéressées » (en fait, c’est encore un fantasme pour lui – moi, j’ai testé ;-)
    Je discutais récemment avec une amante (féministe) sur le fait que je ne me définissais pas comme “féministe” mais plutôt “égalitariste” (ou “équitabiliste” [?] pour l’équité plutôt que l’égalité). Sa conclusion fut que j’étais féministe. Hmmm….

    Carnets d’Éros » Merci pour ces érudits compléments !

    Marie Tro » Oui, oui, certes, mais le langage est une jolie chose, ce serait dommage de se limiter à un champ d’expressions trop restreint, il y en a de si fleuries !

    Bello » Probablement avec la même connotation un peu “old fashion” qu’en France !

Laisser un gazouillis

  • (ne sera pas publié)

Balises XHTML autorisées : Vous pouvez utiliser ces balises : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>