[1027] Ethnologie

Il m’a fallu des années pour réussir à les approcher, gagner leur confiance, être accepté comme un des leurs. Le témoignage que je vous rapporte aujourd’hui est le fruit de ce patient travail d’infiltration.

J’étais donc à une soirée avec des libertins. Il s’agissait, dans le vocabulaire de cette ethnie, d’une soirée dite « verticale », par opposition aux soirées dites « horizontales », c’est-à-dire que les gens sont supposés être debout, éventuellement assis, en train de danser, discuter plaisamment un verre à la main, s’enfiler des mojitos fraise mais pas s’empiler les uns sur les autres en introduisant des membres saillants dans des orifices. Il n’est pas aisé, au premier regard, de faire la différence entre une soirée verticale avec des libertins et une soirée normale de gens normaux. Dans les deux cas, pour peu que la compagnie soit plaisante et que l’alcool coule à flot, on s’amuse bien. C’était le cas. Ça tombait bien, parce que ce soir-là, j’espérais bien m’amuser. J’avais la vague intention de draguer la gueuse si l’occasion m’en était donnée (elle me le fut, mais je ne sus la saisir), mais cela ne m’empêcha pas de passer des heures agréables. Pour ma part, j’avais ingéré une quantité non négligeable de rhum sous différentes formes (toutes liquides, cependant), et afin de rentrer chez moi en scooter en une seule pièce, je baissais le coude et profitais de l’ambiance (vous excuserez mon immodestie légendaire, mais c’était quand même nettement plus cool de danser sur ma musique que sur le hit parade d’Europe 1, millésime 1982). Les heures s’écoulaient, légères, et progressivement, les gens normaux, n’ayant pas la même horloge biologique que les libertins (cf. les travaux publiés par MM. Klitberg et Reddick in Nature n°2836, février 2007) rentraient se coucher paisiblement tandis que les libertins, l’air de rien, attendaient que le dernier indigène s’éclipsât afin de faire basculer subrepticement la soirée en mode horizontal.

Cela se produisit vers 3 h 10 du matin. J’étais paisiblement assis, ou plutôt mollement allongé, sur un canapé entre l’adorable S*** et la non-moins adorable A*** à qui, plus tôt dans la soirée, j’aurais bien fourré la langue dans la bouche pour voir si elle tournait aussi bien que celle de M***, son amoureux ; ç’aurait été l’occasion de montrer que je pouvais parfaitement prendre le rôle de doublure de ma doublure (et là, ami lecteur, je dois avouer que je te confronte à une private joke, t’avais qu’à être à la soirée pour la comprendre). Nonchalamment agenouillé aux pieds de la sémillante A***, G*** entreprit de lui masser les mollets. Ça n’a l’air de rien, un massage de mollet, au début, mais après quelques minutes, l’observateur aguerri que je suis s’est dit que G*** n’avait pas l’intention de s’arrêter à cette caresse amicale. De fait, les caresses de G*** se firent de plus en plus pressantes. Les élégants souliers de A*** (qui ne dissimulaient pas le vernis à ongle de ses orteils – je dirais vert sombre, une couleur sur laquelle je n’aurais pas misé un kopeck mais qui s’avérait des plus seyantes sur l’animale) furent ôtés, et tandis que M*** embrassait fougueusement son aimé, G*** lui retirait son pantalon, jugeant que ce serait plus pratique pour la suite – lui masser les cuisses – comme on en conviendra tantôt.

Je contemplais cette scène avec une fascination certaine, mais très étrangement sans en ressentir la moindre excitation et ni l’envie de participer. Quand mes yeux n’étaient pas braqués sur la scène dont je suivais la progression (la bouche de G*** dévorant le sexe d’A***, la bouche d’A*** engloutissant sans sourciller le sexe de M*** – sans vouloir me vanter il valait mieux que ce soit celui de ma doublure sans quoi le visage d’A*** aurait pu prendre une couleur cramoisie assortie sans doute à son vernis à ongle), je continuais de deviser avec S*** tout en échangeant des regards complices avec les autres observateurs de la scène.

J’avais l’impression que le ballet qui avait lieu à quelques centimètres sur ma droite suivait au cordeau un protocole millénaire : [1] Les deux mâles entourent la femelle de toute leur attention  [2] Les deux mâles introduisent successivement leur sexe dans la bouche de la femelle pour le faire gonfler [3] La femelle se prend vite fait bien fait une queue dans la chatte et une bite dans le cul.

Nous en étions là quand je me suis rendu compte qu’il était bien tard, que j’étais fatigué et que les vapeurs d’alcool s’étaient suffisamment dissipées pour que je puisse rentrer chez moi prudemment. En allant chercher mon blouson, à l’étage en dessous, j’ai croisé deux couples nus qui commençaient à s’ébattre. Hélas, ma fatigue aura eu raison de ma rigueur scientifique, je reposais mon crayon d’observateur pour rentrer chez moi retrouver la chaleur de la couette conjugale.

∆▼∆

Je me suis demandé pourquoi, malgré tout l’intérêt que je portais à la scène pornographique que j’avais sous les yeux, malgré le fait que, quand je l’ai vu arriver à cette soirée, j’ai trouvé A*** plus qu’appétissante, je n’éprouvais aucun désir de me mêler à ces corps. Je me sentais seul. Je n’avais personne pour m’accompagner. Ma femme, malgré son récent éveil à la vie érotique, est encore à mille lieues de ce genre de pratiques, O*** n’est plus à mes côtés et je n’ai pas encore d’amante pour prendre le relais. J’ai réalisé que, hormis mes désormais lointaines expériences avec des couples, je suis toujours allé dans les soirées libertines avec une galante compagnie à mes bras. J’en conclus que ce qui me motive avant tout, c’est le plaisir du partage de ces moments-là avec celle qui m’accompagne.
Ou bien que j’étais crevé.

32 gazouillis sur “Ethnologie”  

  1. #1
     
    gravatar
    plikplok a gazouillé  :
    Crevé?
    Vous avez pensé à contacter Clitberg et Rougevit (de Nature 2836)?
    Un cas atypique et bien documenté de libertinage limerent devrait les intéresser…

    Autre question: qu’est devenue S*** après que vous vous soyez “rendu compte qu’il était bien tard, que vous étiez fatigué et que les vapeurs d’alcool s’étaient suffisamment dissipées pour que vous puissiez rentrer chez vous prudemment”?

  2. #2
     
    gravatar
    klaas a gazouillé  :
    Mon cher Cui,
    c’est vrai qu’elle était particulièrement charmante la petite A*** et je pensais que tu te joindrais à la partie, mais je suis tout à fait d’accord avec toi sur le partage de ces moments libertins avec une compagne (ou un compagnon pour ces dames).
    Pour ma part j’ai adoré jouer la sérénade à deux mètres de ces corps emmêlés.
    Quelle bonne soirée!!! Vivement la prochaine
  3. #3
     
    gravatar
    R. a gazouillé  :
    Je comprends mieux ton avant-dernier commentaire… ;o)
    Chouette photo, ça donne envie. Je me suis cependant toujours demandé s’il était aisé d’accorder les rythmes de chacun dans ce type de configuration. Et comme je suis inculte en la matière… So ?
  4. #4
     
    gravatar
    Cristophe a gazouillé  :
    Je ne le découvre pas mais comme je ne l’ai jamais dit :
    dans le fond, tu es un romantique.
  5. #5
     
    gravatar
    Comme une image a gazouillé  :
    plikplok » J’ai pris une petite vitamine C et ça va mieux.
    Quant à S***, il semble, selon mes informations, qu’elle se préparait à participer à l’atelier DP de l’étage inférieur.

    klaas » Jouer la sérénade, c’est bien, mais le plus important, c’est de bien ventiler :)

    R. » (Je ne sais plus trop quel était l’objet de mon pénultième commentaire.)
    Je ne sais pas si la photo est chouette (elle semble pas mal trafiquée en tout cas), mais je dois dire que le mâle de dos a un cul splendide. Quant au rythme à adopter, de ma maigre expérience, je dirais ceci : celui qui se retrouve en bas ne doit presque pas bouger, celle au milieu peut bouger un peu plus, et c’est celui en haut qui à la plus grande liberté de mouvement et qui peut cadencer le rythme. Déconnages et décullages fréquents ! (oui, c’est très délicat, je sais). Sinon, Vagant semblait vouloir organiser des TP, renseigne-toi :-)

    Cristophe » Je me retrouvais pas mal dans la définition du « romantique de la bite » dont parlait GMZ.

  6. #6
     
    gravatar
    Vagant a gazouillé  :
    : Serait-ce au contraire mon commentaire qui t’aurait poussé à la limite du TP en DP ? Je suis plutôt d’accord avec ton commentaire technique, du haut de ma toute aussi maigre expérience. La scène s’est-elle déroulée en soirée privé ou dans un club parisien ?
  7. #7
     
    gravatar
    Comme une image a gazouillé  :
    Vagant » Non, non, ton commentaire ne m’a poussé à rien du tout. Quant à la soirée, je pensais que mon introduction (sic) était claire : c’était une soirée chez des amis, tout simplement.
  8. #8
     
    gravatar
    RdT a gazouillé  :
    Et peut-on gazouiller, ici, à propos de la note suivante ? Ben oui, quoi… J’voulais juste dire deux/trois trucs et v’la qu’on me ferme la porte sur le commentaire, en m’appelant Monsieur, noméhooo !!!! Je suis une NA-NA, une vraie ! Une attachiante ! :)
    Belle interrogation, en tous cas (oui je commente quand même si j’ai envie -mais tu as le droit de fiche ce commentaire à la trappe-) et tellement dans la droite ligne de tous ces échanges épistolaires liés aux rencontres virtuelles, qu’elles soient amicales, amoureuses ou sexouelles… Clémenceau disait que le meilleur moment de l’amour, c’est quand on monte l’escalier (oui, je sais, elle est éculée cette citation), mais je la trouve fort à propos, quelle que soit la situation, et pas forcément liée à un amour naissant.
    Sinon, je ne te remercie pas ; j’ai lu la présente note (oui, là, celle sur lequel s’inscrit le commentaire) hier soir juste avant de m’endormir, et voilà que des rêves doublement pénétrants m’ont sortie du sommeil à quelques 3H50… m’empêchant de me rendormir, malgré quelques soupirs au terme de douceurs… C’est mââââlin !!! Cui, vous êtes le mal fait homme :)
  9. #9
     
    gravatar
    marieh2o a gazouillé  :
    Merci Cui pour l’article “le romantique de la bite”. J’ai adoré!
    Bon, sinon : sur cet article, un seul commentaire : on vit une époque formidable!
    Sur l’article récent interdit de commentaire… Bon. Ben pas de com, mais c’est très joliment écrit (comme d’hab’ très cher…).
  10. #10
     
    gravatar
    Comme une image a gazouillé  :
    RdT » C’est bien la peine de fermer les coms si tout le monde contourne la règles, ô public indiscipliné et frondeur !
    Je ne suis pas trop adepte de la fameuse phrase de Clémenceau, moi je trouve ça quand même bien plus intéressant quand on a fini de monter l’escalier, même si je ne néglige pas le plaisir « préliminaire ». Fut un temps (il me contredira peut-être) où Monsieur Vagant était un grand spécialiste de la construction d’escaliers baroques, et j’ai longtemps pensé que ça nous distinguait lui et moi. Aujourd’hui, je crois qu’il a rejoint mon point de vue.
    Sinon, j’ai eu beaucoup de mal à m’endormir hier soir, moi aussi, je crois que j’aurais bien eu besoin d’une présence douce et soupirante à mes côtés. Vous venez ?

    marieh2o » Ben de rien, et puis merci :-)

  11. #11
     
    gravatar
    Samantha a gazouillé  :
    oui vous aviez l’air crevé ;-)
  12. #12
     
    gravatar
    Comme une image a gazouillé  :
    Samantha » En même temps, à 3h40 du matin, c’est pas non plus extraordinaire !
    (C’est pire, cette semaine, je fais de l’insomnie, mais j’ai une trique d’enfer ;-)
  13. #13
     
    gravatar
    Fabien a gazouillé  :
    moi dans ce genre d’assemblage un peu acrobatique ou la concentration sur l’équilibre et la posture est en effet essentielle (voir centrale..) pour éviter les “déconnages” et “décullages” je souffre de “débandage”… :(
  14. #14
     
    gravatar
    Comme une image a gazouillé  :
    Fabien » C’est une intervention pertinente. La DP est typiquement, selon mon point de vue, une situation excitante « sur le papier » et dont la réalisation n’est pas forcément à la hauteur du fantasme investi. Je me suis interrogé (ici) sur des circonstances, pas forcément aussi acrobatiques, où je me suis retrouvé à ne pas bander entre deux femmes bandantes, et ma conclusion est que ce n’est pas tant l’acrobatie qui fait débander, mais le manque de désir profond. (Bon, j’ai quand même le souvenir d’une DP pas forcément sous-tendue par beaucoup de désir, mais très très bandante, comme quoi, on peut toujours prouver tout et son contraire.)
  15. #15
     
    gravatar
    Vagant a gazouillé  :
    : Je n’ai pas changé d’avis sur les escaliers baroques. Lorsque j’échafaudais mes scenarii délirants, je ressentais une véritable exaltation cérébrale à imaginer mes camarades de jeu au cœur des situations érotiques que je leur préparais. J’imagine que j’éprouvais alors une joie proche de celle du metteur en scène, ma machine à fantasmes tournant à plein régime, ce qui montait inévitablement mes ambitions sensuelles à un niveau tel qu’elles ne pouvaient qu’être déçues. J’ai néanmoins vécu des expériences formidables que je ne dénigrerai pas, telles que celles décrites dans mon roman avorté « Sans vain cœur ni vain cul », mais parfois au détriment d’une véritable relation humaine lorsque je cantonnais mes partenaires au rôle d’acteur de fantasmes lubriques. Je ne te rejoindrai donc pas dans l’idée que la concrétisation sexuelle vaut mieux que la séduction qui la prépare, mais je te rejoindrai peut-être dans la constatation qu’il n’y a rien de meilleur qu’une sexualité épanouie dans un amour sincère.
  16. #16
     
    gravatar
    Vagant a gazouillé  :
    Concernant le public indiscipliné et frondeur, on pourrait comparer le flot des commentaires à celui d’un fleuve. On a beau essayer de le guider pour qu’il irrigue son jardinet, comme dans « La note dont vous êtes le hérault », il ne passe jamais où on l’imaginait mais part en crue au moindre barrage.
  17. #17
     
    gravatar
    judieK a gazouillé  :
    Moi aussi je m’insurge quant à l’impossibilité de commenter la note suivante ! Du coup j’en ai perdu le fil de ce que je voulais dire ! Petit malin !

    Pour en revenir à cette note, en tant que grande gueule et petite joueuse je n’ai connu qu’une DP. Ce fut délicieux et je me suis demandée pourquoi je n’avais pas essayé plus tôt (à l’époque où j’étais une délurée qui expérimentait). Maintenant la question serait pourquoi je ne retente pas l’expérience ? Parce que je suis devenue monoandre…

  18. #18
     
    gravatar
    Fabien a gazouillé  :
    ben j’ai l’impression que si ça devient une “opération” trop compliquée “par ailleurs” ça n’est plus vraiment considéré comme un “acte sexuel” et du coup dans ce “numéro de cirque” la bite elle dit un truc du genre :
    “- bon ben si t’as plus besoin de moi j’y vais hein, à plus ;)”
    :o la salope.. :D
  19. #19
     
    gravatar
    RdT a gazouillé  :
    Cher Cui, que ne m’avez-vous pas invitée plus tôt… Sourire, c’est malin… D’autant que les insomnies sont récurrentes actuellement et que soupirer à deux est tellement plus plaisant que de soupirer seule dans son coin…
    Quant aux barrières, Vagant, par principe, ne sont-elles pas faites pour être franchies ? (regard ingénu…)
  20. #20
     
    gravatar
    Vagant a gazouillé  :
    : Un tel principe serait un principe de perversion. Pensez-vous que notre ami CUI serait pervers au point d’empêcher les commentaires sur une de ses notes dans le seul objectif de les multiplier sur les autres ?
  21. #21
     
    gravatar
    marieh2o a gazouillé  :
    et RdT : c’est possible, c’est possible!(sourire en coin)
  22. #22
     
    gravatar
    Comme une image a gazouillé  :
    Vagant » Je te remercie pour ces précisions qui étaient nécessaires. Nous restons donc différents en ça, la phase de séduction, de préparation ne me déplaît pas, mais c’est pour moi plus un passage obligé qu’une fin en soi dont la conclusion serait fade.

    judieK » Il n’y a qu’à considérer le 2e homme comme un simple « sextoy » (ce qu’il peut être parfois d’ailleurs).

    Fabien » Oui, je comprends très bien ce que tu veux dire. Ce que je veux dire, de mon côté, c’est que dès lors que c’est la pensée « je fais un numéro de cirque » qui s’impose, c’est que la pensée « je fais l’amour » s’est trop éloignée. À toi de voir pourquoi.

    RdT » Chère RdT, tout simplement parce qu’« avant », vous n’avez rien fait qui me laisse imaginer que vous puissiez être tentée par mes invitations lubriques (frayiez-vous seulement ici, alors ?!).

    Vagant » Non, je ne suis pas pervers à ce point, mais j’adore les notes qui gazouillent un max. C’est donc un crève-cœur que de couper les commentaires (je ne le fais donc que fooooort parcimonieusement).

  23. #23
     
    gravatar
    Vagant a gazouillé  :
    A la lecture de ce genre de note, je ne peux m’empêcher d’établir un kibezki mental. Les X***, Y*** et autres Z*** me facilitant d’autant moins la tache que la fonction de recherche confond les *** avec des jokers, serait-il possible de mettre en mot clef ces « acronymes » afin de mieux suivre les personnages qui gravitent autour de ce blog ?
  24. #24
     
    gravatar
    melle a. a gazouillé  :
    c’est vrai ça, kibezki???
    parce que moi du coup j’ ai un mal fou à faire les plans de table!
  25. #25
     
    gravatar
    Vagant a gazouillé  :
    A: Lors de ma fréquentation de l’ethnie libertine, il me semble qu’on y parlait plus de plan Q que de plan de table. Ou pour le coup avec un mâle fou, un plan de lit peut-être ?
  26. #26
     
    gravatar
    Brigit a gazouillé  :
    : je me demande si Melle A ne mixe pas les deux plans, en fait. en tout cas, c’est ce que fait une bonne hotesse. (enfin, je dis ça, je ne dis plus rien)
    et vous ne devriez pas évoquer sans prévenir ce roman, ça m’émeut. par contre, me souviens plus des escaliers baroques…

    : ouh là, ethonologue ? le cru et le CUI en quelque sorte alors ?
    (oui, je sais elle vole au raz du gazon celle-là)

    je dois dire que votre première observation sur ce protocole millénaire en éco-système tropical me semble concise et documenté, même si on se perd un peu dans la structure des appairés.

    je suis curieuse d’en lire plus.

  27. #27
     
    gravatar
    RdT a gazouillé  :
    Cher Cui, effectivement, ce n’est pas faux. Mais si vous remontez le fil de mes commentaires, peut-être en comprendrez-vous la causalité. Je vous rends visite cependant depuis fort longtemps (très longtemps car je me suis surprise à relire des articles de 1999 au hasard des clics et me souvenir de les avoir déjà lus in situ), mais silencieusement, ne me sentant pas trop autorisée à intervenir dans tel ou tel billet ; toujours la problématique de s’insérer dans une ronde d’habitués. Jusqu’au jour où une introspection sur votre couple m’a renvoyé l’image fidèle de mes interrogations… et là, je n’ai pas su résister…
    Sinon je vais et viens, en fonction des moments et de mes envies de lecture, mais je dois avouer que votre burp est particulièrement agréable à lire et à regarder (je brosse bien, hein ? sourire…) Non, j’aime votre ton et la variété de vos sujets, qu’ils soient politoc, introspectifs, romantiques-tic-tic ou sexouels… Voilà.
    Quant à Vagant, je ne parlais pas de la perversion de Cui (tout le monde la connaît, sourire) mais juste de moi (voyez comme je suis égocentrée) car s’il y a bien une chose que j’aime par dessus tout, c’est contourner les barrières imposées, par principe.
    Allez, Zouh !
  28. #28
     
    gravatar
    Comme une image a gazouillé  :
    Vagant » C’est à dessein que je n’ai pas mis en mot-clé les personnages étoilés de ce texte dans la mesure où ce ne sont pas des personnages récurrents, en tout cas pas encore. Donc l’A*** dont il est question ici n’est pas l’A*** dont il est question ailleurs, sinon je peux t’assurer que mon désir aurait été au rendez-vous !

    Mlle a. » Le plan de table, c’est simple. Un garçon, une fille, un garçon. Un garçon, une fille, un garçon. Un garçon, une fille, un garçon. Ad libitum.

    Brigit » Je ne suis pas sûr, hélas, de m’aventurer beaucoup plus loin dans ces considérations ethnologiques. Je préfère être l’objet d’étude, voyez-vous !

    RdT » C’est bien possible que j’aie raconté ici des souvenirs de 1999 mais mon burp ne date que de 2006 ! Je suis un peu marri d’apprendre que l’espace des commentaires ne soit pas aussi « ouvert » que j’aimerais qu’il le soit. En tout cas, ravi que vous soyez, vous, entrée dans la danse et j’espère que vous ne faites pas trop peur aux petits nouveaux qui sont tentés de commenter ;-)

  29. #29
     
    gravatar
    RdT a gazouillé  :
    Pardon Cui, je voulais écrire 2009 évidemment et non 1999. les nuits trop courtes font les pinceaux se mêler…
  30. #30
     
    gravatar
    Comme une image a gazouillé  :
    RdT » Vous êtes toute excusée. Faites une bonne sieste !
  31. #31
     
    gravatar
    Fatalys a gazouillé  :
    Étrange sensation en effet qui me replonge quelques années en arrière. Je ne peux que comprendre ce sentiment de “solitude”. Ou bien étiez-vous en effet vraiment fatigué (on n’a plus 20 ans après tout). Mais dans ce cas s’agissait-il d’une fatigue physique ? Ou d’une sorte de lassitude ?
  32. #32
     
    gravatar
    Comme une image a gazouillé  :
    Bienvenu ici ! Cette histoire remonte 3 ans en arrière, peu de temps après ma rupture d’avec O***. J’étais en reconstruction, disons.
    Mais j’ai noté tout de même cette constante que je me sens beaucoup plus à même de profiter d’une partouze si je suis accompagné d’une amante avec qui la partager.

Laisser un gazouillis

  • (ne sera pas publié)

Balises XHTML autorisées : Vous pouvez utiliser ces balises : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>