Articles étiquetés : L***

[1373] Quand reverray-je, hélas, fumer la cheminée ?

Une femme élégante se fait saluer par une tête de nœud (littéralement)

Ceci est l’article n°4 sur 6 de la série « Chroniques marsiennes » Jeudi 2 mars. Ma valise bouclée, un dernier baiser à ma femme, je rejoins le parking pour m’installer dans ma Jazz (106 is dead) qui sera le fidèle destrier compagnon de mes aventures à venir. Comme je voyage seul (même si j’ai prévu de… Vite ! la suite »

[1142] Boules et bile

Une gorge profonde radiographiée aux rayons X

La première fois que Thyia a pris mon sexe dans sa bouche, je ne savais pas qui c’était. Pour être plus précis, je ne savais pas que cette heureuse initiative venait d’elle. J’étais entièrement nu, allongé, immobile, les bras le long de mon corps, le visage masqué et les yeux rivés au ciel du plafond…. Vite ! la suite »

[716] Soupir

Soupir

En 1994, une comète qui traversa le ciel pop-rock bien trop vite nous offrait, dans un album dont le titre Grace n’était pas volé, une reprise du standard de Leonard Cohen, Hallelujah, une reprise tellement puissante, vibrante, émouvante, qu’elle est devenue pour moi le standard du standard, et quand j’entends à la radio la version… Vite ! la suite »

[703] Avenir du désir

Avenir du désir

Un titre ségoléniste en diable Avant-propos : Accouchement difficile pour ce billet dont la rédaction a été entamée il y a plus d’un mois, au moment des faits, et qui s’est trouvée bloquée sur le troisième épisode. On enclenche le rembobineur et on se place en semaine 38 (ça, ça fait biznessman, de numéroter les semaines,… Vite ! la suite »

[216] Happy end

Zichy

L*** a joui tout à l’heure et cette fois elle ne s’est pas en allée trop loin. Orgasme moins fort que d’autres, probablement, mais je la clouais du regard et je ne l’ai pas laissée me quitter. Le missionnaire, ça a du bon. Mais quand ce fut mon tour d’approcher de la jouissance, nous étions… Vite ! la suite »

[212] Il reste 37

Filh, cambrée dessus

Nous voici L*** et moi à nouveau ensemble cette nuit, SDF de l’amour, sans lit pour nous accueillir. Il est assez tard, nous sommes fatigués, nous n’avons pas la motivation pour prendre une chambre d’hôtel pour un si bref moment. Ce sera donc la voiture qui accueillera nos ébats. Elle est chouette, ma 106 Kid,… Vite ! la suite »