[1239] Je ne suis pas Charlie mais…

Entendu sur France Inter au cours de la journée Serge Moatti qui tentait de dire que les mots étaient bien insuffisants à exprimer ce qu’il ressentait. Et il avait raison.

Consternation, c’est celui qui s’est imposé à moi, toutefois.

Je ne suis pas Charlie. Je ne suivais pas Charlie. Ou si, mais de loin. J’ai acheté quelques numéros, par ci par là. Je reçois leur newsletter, parce que j’aimais l’énergie qu’ils mettaient dans la provocation dans le dessin de leur Une.

Je savais que Charlie traversait – traverse – une passe financière difficile, mais ça ne me suffisait pas à me décider de les acheter ou, mieux, de m’abonner, parce qu’au-delà des dessins et de quelques articles, ils défendent généralement une ligne politique qui n’est pas la mienne (pour rappel : je suis un social-traitre) ; pour l’info générale, je lis Libération (abonné), j’écoute France Inter (enfin, avec moins de plaisir qu’avant) et pour l’info consommateur je suis abonné à Que Choisir.

Bref ! Je ne suis pas Charlie, je ne me reconnais pas dans ce slogan un peu facile, de “catharsis” comme je l’ai justement lu sur Twitter, mais ça ne m’empêche pas d’être effondré. Car il y a au moins un combat de Charlie Hebdo auquel je m’associe totalement, c’est la lutte contre les extrémismes religieux (les extrémismes en général, d’ailleurs, mais ceux qui carburent à la foi en un possible Dieu sont particulièrement féroces).

Très juste réaction de Daniel Cohn-Bendit dans Libé dont je cite un large extrait parce que ses propos disent clairement ce que je pense tout trop bas :

C’est notre génération, c’est la génération des caricaturistes, l’une des dernières formes de l’esprit de Mai 68 qui a été assassinée.

Il y a un islamofascisme, ça existe. Ce n’est pas l’islam, ce sont des fascistes, il ne faut pas tourner autour du pot. Comme il y a eu un fascisme venu de la civilisation occidentale, il y a un fascisme venu de la civilisation de l’islam. Il faut tenir bon maintenant. On a toujours dit: «Le fascisme ne passera pas.» C’est dur mais il faut rester clair dans sa tête et ne pas tout mélanger. Ce qui est attaqué là, c’est le droit à la critique radicale de toutes les religions. Charlie Hebdo, c’est la radicalité anticléricale, c’est pour ça qu’ils ont été tués. Notre civilisation, ce qu’on veut défendre, c’est le droit à cette radicalité.

Ce qui me rend particulièrement triste, ce n’est pas le fait que ce soit l’un des attentats terroristes les plus meurtriers commis sur le territoire français depuis 40 ans. Après tout, il y en a eu – et il n’y a pas si longtemps encore – des bien plus dramatiques sur d’autres territoires. Que ce soit de la violence aveugle (« qu’importent les victimes du moment qu’elles soient nombreuses ») ou ciblée (par exemple, des jeunes filles dans une école, parce que ce sont des futures femmes que l’on éduque – et croyez-moi, ce genre d’abominations mériteraient le même genre de soulèvement que celui que l’on observe aujourd’hui pour Charlie Hebdo, et je souligne bien ma propre défaillance ici, je ne veux surtout pas jouer les donneurs de leçon), on trouve beaucoup d’horreurs à déplorer.

Mais ici, il y a quatre génies du crayon qui sont morts et que nous perdons tous. Charb’, Tignous, Wolinsky, Cabu. Putain mais quelle merde !!!

Ça n’était pas le fait du hasard, hein. C’était le jour de la conférence de rédaction. Ils ont cherché nominativement Charb’, donc ils ont atteint totalement leur objectif, ces salauds. On peut dire qu’ils ne tueront pas la liberté de la presse (et j’espère bien que ce sera le cas) mais qui prendra leur succession ? Qui osera ?

Un gars à la radio qui dit à l’instant : « une virulence (anti-cléricale, anti-politique, … l’insolence) qui disparaît … ». Alors je trouve formidable la vague de solidarité à laquelle on assiste en ce moment, je sais bien qu’on va rester debout, qu’on luttera contre l’intégrisme, le fanatisme, etc. Mais on vient de perdre une putain de bataille et c’est ce que je pleure ce soir.

Un dessin de Tignous (que j'ai découvert dans le journal de l'Apec !)
Un dessin de Tignous (un des 5 dessinateurs mort aujourd’hui, que j’ai découvert il y a 20 ans dans le journal de l’Apec !)

 

Excusez-moi de cette note foutraque tellement mal construite…

[1238] Au poil

J’aime retrouver un de ses longs cheveux blonds à des endroits où, jadis, j’aurais eu peur de laisser des traces.

Récemment, c’en était un bien en évidence sur le pull neuf que ma mère venait de m’offrir pour mon anniversaire1.

Un jour, j’ai trouvé, tellement bien enroulé autour de mon gland au point qu’il avait échappé à la douche (sans doute rapide) du matin, un long cheveu qui m’a fait sourire – et bander aussi – en me souvenant des douces raisons pour lesquelles il s’était retrouvé là.

Marquise au hotdog
Suggestion de présentation

 

  1. Non, pas cet anniversaire-là. []

[1237] Petit papa Noël (l’anniversaire v2.0)

L’idée avait été émise par quelques commentateurs-trices sans aller jusqu’à une vraie déclaration de candidature.

Mais c’est chose désormais faite puisque mon complice C*** s’est dit prêt à s’occuper de toute la préparation de mon anniversaire n°2. Je m’en remets donc aveuglement à lui, et je vous invite à le contacter au plus vite, par l’intermédiaire du formulaire de contact ci-dessous1 pour lui indiquer comment vous aimeriez contribuer à la fête.

Aucune date n’est pour l’instant définie mais on va essayer de viser janvier ou février (?).

Votre nom ou pseudo (obligatoire)

Votre courriel (obligatoire)

Votre proposition pour l'anniversaire

Pour joindre une illustration, une photo, un document...

Il n'y a pas d'amour, il n'y a que des preuves d'amour (et des jolies chattes)
CUI attend impatiemment toutes vos déclarations d’amour !

 

 

  1. Dont le contenu arrivera directement dans sa boîte aux lettres sans passer par la mienne, pour que ce soit une vraie surprise ! []

[1236] Jour et Nyx

Après de longs préliminaires qui ont duré des mois voire des années, Nyx est entrée dans ma vie en y prenant rapidement une place confortable.

Un couple, de profil, faisant l'amour (dessin stylisé)De retour de vacances, nous avons repris où nous en étions : par un rendez-vous dans un bar pour discuter autour d’un verre. Cette fois, j’avais fait en sorte de n’avoir aucune contrainte horaire (je pouvais même découcher) pour ne pas devoir m’éclipser trop tôt (ce « trop tôt » pouvant être n’importe quand). Mais Nyx était encore farouche et avait besoin d’encore un peu de temps pour être apprivoisée. Le rendez-vous suivant, une poignée de semaines plus tard, trouva l’opportunité de la soirée inaugurale du festival Érosphère pour nous servir de préliminaire – c’était d’ailleurs amusant (et gênant à la fois) d’y croiser de nombreux-ses ami-e-s, amant-e-s, passé-e-s et présent-e-s et de leur présenter Nyx, moi qui connaissais tant de monde là et elle qui n’y connaissait personne, moi fier d’être avec ma « nouvelle conquête », impatient qu’elle le devienne vraiment, honteux et confus de ce décalage entre nous deux, et pourtant ce n’est qu’un papier de cigarette qui sépare nos deux univers. Après quoi nous sommes allés boire un verre dans un de ses repères, pas très loin, d’un coup de scooter. Dans mon ventre vide, le mojito, bien tassé, fait vite son effet et je renonce à prendre un deuxième verre, et pour éviter d’être totalement ivre, et pour hâter le moment où je me retrouverai enfin chez elle, le temps de traverser Paris à scooter ; contre moi dans mon dos, elle était confiante. (suite…)

[1235] Aucun express ne m’emmènera vers la félicité

Heureusement, mon vit ne tient pas qu’à une fille.

à pas de velours

L’anniversaire n°2 se prépare à pas de velours… D’abord, c’est la montée du désir de donner une suite à la première célébration. Il faut dire que la date de mon (vrai) anniversaire se rapproche et autour de moi, on m’interroge pour savoir si je vais récidiver. J’étais plutôt parti pour laisser ce moment unique, ne pas en affadir le souvenir en le diluant dans la répétition. Et puis finalement cette attente que j’ai senti chez certaines – qu’elles soient lectrices ou participantes – ajoutée à la certitude que chaque rencontre a sa grâce propre me donne envie de jouer à nouveau mais en rebattant les cartes.

Cette fois-ci, je vous sollicite pour vos propositions. Puisque vous avez tout su des détails de l’organisation et du déroulé de la première fête, j’attends vos idées pour renouveler l’exercice. N’hésitez donc pas à m’en faire part dans les commentaires, ou pour les plus timides d’entre vous, via le formulaire de contact.

[1234] Je tisse ma toile

Un petit billet pour vous informer d’une riche actualité du petit CUI sur la toile aujourd’hui.

Clarissage comme une image

Votre serviteur s’est accouplé avec Clarissa Rivière dans un duo d’écriture lors d’un épatant apéro érotico-littéraire organisé par Flore Cerise sur le thème « Maîtres & Esclaves ». Vous pourrez trouver un récit circonstancié de cet apéro (pour l’anecdote, « l’homme » dont il est question à la fin du reportage de Clarissa n’est autre que celui qui sévit par intermittence ici-bas sous le coquet diminutif de P***) sur son site : Les goûters de Clarissa.

Vous y trouverez également le texte grandiose que nous y avons produit, qui remporta les suffrages dans la catégorie « Manoir en Allemagne ». J’ai un tout petit peu triché en modifiant les deux dernières tirades pour rendre la chute un peu plus percutante (sans en trahir l’esprit initial pour autant). Sachant que le bidule a été pondu en 15 minutes, fouet en main, je vous invite à être indulgents sur le résultat.

Pour contribuer à votre édification, je vous invite également à aller lire l’attentif récit fait de la même soirée par Julie Derussy.

Les experts Mammamia

Voilà, c’est officiel. Après des années de dilettantisme, je suis officiellement passé dans le cercle très fermé (mais qu’on cherche évidemment à élargir ^^) des s’experts.

Je vous invite donc à aller voir l’interview que j’ai accordée à Comlove, un site qui se fixe l’ambitieux objectif de contribuer à l’harmonie (sexuelle) de votre couple. Il y a un portrait chinois (ça m’intéresse de savoir si vous m’y reconnaissez) suivi d’une plus conventionnelle suite de questions/réponses que, je l’espère, vous ne trouverez pas trop conventionnelles, justement.

C’est là que ça se passe.  J’espère que je n’y suis pas trop pontifiant (c’est un peu l’impression que je me donne en lisant certains extraits mis en exergue) !

Où il sera notamment question du « zapping sexuel » de notre belle société 2.0
Où il sera notamment question du « zapping sexuel » de notre belle société 2.0