[567] Citizen Moon

Jamais deux sans trois

amours aquatiquesJ’avais entendu dire, via une personne bien informée, que le Moon City était notamment fréquenté par une clientèle d’habitués. Je n’en suis pas surpris à double titre. D’abord, parce que dès ma première visite, j’ai eu envie d’y retourner. Ensuite, parce qu’y étant retourné pour la troisième fois cette semaine, sans prétendre encore moi-même à ce titre, j’ai recroisé des personnes déjà rencontrées lors de mes deux précédentes visites.

Ce jour-là, après une réunion de travail qui avait le bon goût de se terminer tôt, je rejoignais ma troisième accompagnatrice en fin d’après-midi dans un bar à deux pas de Pigalle ; nous finissons rapidement nos verres car le temps nous est compté, tant il est vrai que les heures passent dans cet endroit beaucoup trop vite, et que nous n’en avions que quatre devant nous. La première fois, à mes bras, j’avais celle qui me servit de guide. La seconde fois, je reprenais le flambeau de l’initiateur. Cette troisième, nous connaissions le lieu l’un et l’autre, nous nous connaissions l’un et l’autre et, sans avoir été en club ensemble, nous avions déjà eu ensemble deux expériences à plus de deux. Nous étions donc, en quelque sorte, en terrain(s) connu(s), sans trop risquer d’aller à l’encontre des désirs de l’autre même s’il n’est pas possible de deviner quelles pourront être les éventuelles interactions avec les autres.

Avant de passer aux vestiaires, je découvre un panonceau qui indique qu’entre 19h et 20h aura lieu un tournage, sans plus de précision sur sa nature, pendant lequel la clientèle ne serait évidemment pas filmée, mais qui pourra nécessiter qu’elle libère un instant certains lieux.

Nous montons vers les vestiaires et les casiers à l’étage et – il est bon de ne pas avoir trop d’habitudes – cette fois-ci nos casiers sont dans une pièce étroite où nous nous déshabillons tous les deux. Je ne peux résister à l’envie de caresser ses seins dès qu’ils m’apparaissent et je me retrouve déjà à bander avant même d’être nu. Je dois dire qu’autant les deux premières fois, nous y étions allés en douceur, mes partenaires et moi, autant là, ça démarre franco. On serait même tentés d’aller directement dans un coin câlin si je ne choisissais pas de temporiser un peu. Allez hop ! direction le hammam, l’incontournable, pour une première montée en température, si besoin en était. Très vite, nos mains se trouvent sur nos sexes et ailleurs. Elle me prend en bouche mais j’ai envie de lui rendre la pareille, mes doigts plongés dans sa chatte trempée donnent à ma langue l’envie de les rejoindre. Pour plus de commodité, nous nous glissons dans l’alcôve du hammam située à gauche  (les habitués reconnaîtront) où je m’allonge tandis qu’elle s’installe au dessus de moi. Quelques regards se posent sur nous, quelques regards seulement et c’est parfait comme ça. Au bout d’un instant ma compagne ne supporte plus la vapeur et nous sortons nous rafraîchir un peu. Direction le jacuzzi pour quelques jeux aquatiques (après tests approfondis, le verdict est sans appel : je suis le plus fort en apnée).

Dans le secret de l’alcôve

fellationPuis ma demoiselle considère que, question préliminaires, c’en est assez, et d’une main ferme elle m’empoigne (devinez où !) pour m’emmener à l’étage ; pause rapide au sauna pour se réchauffer, dit-elle, puis nous partons à la recherche d’un endroit où nous isoler. Les alcôves du fond, celles richement parées en miroir, sont occupées. Nous nous replions sur une pièce agencée sur deux niveaux qui devrait permettre, supposons-nous à juste titre, quelques acrobaties, et baignée par la lumière bleutée et fluctuante d’un écran qui diffuse une vidéo qui ne nous intéresse pas. Porte et volets clos, nous avons pris notre temps pour profiter de la conformation des lieux. Mais c’est allongés tête bêche sur le flanc que notre séance s’est achevée. J’ai senti le plaisir qui montait, je l’ai avertie de ma jouissance proche mais sa bouche continuait d’aller et venir sur mon chibre quand j’ai déchargé, longue jouissance suivie de spasmes qui me mit K.O. La première fois que je suce jusqu’au bout, me dit-elle. J’étais fier d’être celui qui avait mérité ce cadeau.

Il me fallait une pause, alors nous sommes allés prendre une consommation au bar, et pendant que je sirotais ma flûte de champagne, elle, insatiable, me branlait tandis que ses jambes entrouvertes, que ne dissimulait plus un paréo remonté jusqu’au pubis, dévoilaient son sexe, fleur ouverte au suc mielleux.

La vestale

Nous discutions légèrement quand entra dans la pièce une vraiment très belle jeune femme, beauté méditerranéenne évoquant Penelope Cruz en plus petite (disons, en plus petite que Penelope Cruz dans mon imagination, parce que je n’ai aucune idée de sa taille), accompagné d’un homme, plutôt bien fait de sa personne, musclé et le crâne rasé. Cette jeune femme rayonnait d’autant plus qu’elle arborait un grand sourire qu’elle adressait généreusement à tous, y compris moi qui la regardais sans doute béatement. Le couple eut la bonne idée de s’asseoir sur le canapé qui jouxtait le nôtre, ainsi j’eus tout loisir de reluquer cette belle plante brune tandis que je voyais, un par un, quelques couples plus audacieux (ou optimistes, ou naïfs) que nous leur glisser à l’oreille je-ne-sais quelle proposition immanquablement repoussée avec le sourire. Il m’a fallu un petit moment pour supposer (ce qui fut confirmé par la suite) que ce couple était celui qui allait se retrouver sous le feu des projecteurs lorsque le tournage aurait lieu. Juste un (publi- ?)documentaire, en fait, pour une chaîne du câble. Ils sont restés tous les deux bien sages, mais le tenancier, sans doute pour appâter les clients, prétendit que la demoiselle reviendrait bientôt car l’endroit lui avait tapé dans l’œil.

Multiplier et croître

Plaisir des yeux n’a qu’un temps ; je retourne avec ma douce goûter les plaisirs de la vapeur du hammam. Assis sur le banc carrelé, je crois apercevoir dans la brume, sur ma gauche, la femme avec qui j’avais partagé quelques agréables moments la semaine précédente. « Alexia ? » m’aventurais-je¹. C’était bien elle, et non loin son compagnon, lequel remarque rapidement ma comparse et s’approche d’elle. Tout s’accélère. Alexia prend ma queue dans sa bouche tandis que son homme est, lui, sucé par ma partenaire. Nous sommes très vite rejoints par un troisième couple plein d’appétit qui n’attendait, visiblement, que ça. La femme est une belle brune au corps ferme et lisse comme son con, peau cuivrée, les seins comme deux oranges, bouche affamée de queue qui prend vite la place de celle d’Alexia. Mais elle, sa chatte est sèche et semble vouloir échapper à mes caresses. Notre sextuor prend la direction d’un petit salon pour poursuivre ses jeux. Comment dire autrement ? Je suis sucé de toutes parts ! Même le compagnon d’Océane – notre troisième larronne – s’y met, et ça ne m’a pas surpris, je l’avais vu venir ! Un peu plus tard mon excitation retombe et avec elle mon sexe. Le troisième couple a filé, je regarde mes trois compagnons s’affairer ensemble tandis que je me mets en retrait, méditant sur l’insaisissabilité du désir (cf. mes réflexions ici ou ).

Samantha WolovPuis me parvient des profondeurs des couloirs la rumeur d’une femme dont on s’occupe apparemment bien ! Je me dis que ça réenclenchera peut-être mon excitation et je les abandonne donc pour aller voir ce qui se passe. Dans la salle tout au fond, fenêtre et porte grandes ouvertes, un couple noir fait l’amour sous le regard complice d’un autre couple. L’homme a la verge très épaisse (voilà qui n’ira donc pas à l’encontre du cliché concernant le sexe des noirs !) et prend sa partenaire dans une levrette en biais. Je me régale du spectacle et, effectivement, inspirée, ma queue reprend de la vigueur. J’en profite pour rejoindre mes petits camarades tout fier de ma virilité à nouveau triomphante… Mais les choses ne s’enchaîneront pas assez vite et faute de chatte à pénétrer, je débande à nouveau. Pas d’acharnement thérapeutique. Nous finissons par nous éclipser, ma Margoton et moi. Bar, sauna, hammam, jacuzzi, peu importe, je ne sais plus très bien. Puis nous irons, tous les deux, dans la petite pièce du fond, enfin libre, où les miroirs nous renvoient à l’infini l’image de nos corps qui s’encastrent. Ah putain ! c’est vrai qu’elles sont pas mal, mes fesses !!! Tandis que je la prends en levrette, j’hasarde mon pouce au creux de ses fesses mais la demoiselle n’est pas d’humeur à se faire enculer ce soir, tant pis !

Ce sera avec mes doigts que je lui offrirai toutefois une dernière jouissance, allongée sur le dos et moi calé entre ses jambes, tandis qu’à la fenêtre que j’avais ouverte, un couple assiste, paisiblement, à notre dernier tendre échange.

L’heure arrive peu après de nous séparer. Avec regret, je constate que l’horloge indique l’heure limite fixée pour mon alibi. Il va falloir une nouvelle fois quitter ce lieu de douce débauche, sans perspective d’y retourner prochainement. Entre chaque passage, pourtant, les sensations vont crescendo. À quoi ressemblera ma prochaine visite, je ne sais pas encore.

Un doigt de finesse

Ah ! une chose encore, que j’ai passée sous silence mais que je ne peux taire plus longtemps, pour des raisons de salut public. J’ai donc été beaucoup sucé, ce soir-là. Et apparemment, chacune semblait heureuse que j’ouvre en même temps mon cul que chacune visita de ses doigts (et parfois aussi de la langue, quelle sensation délicieuse…). Mais les filles ! Allez-y mollo !!! Un cul de mec aussi, ça se lubrifie, et un doigt, contrairement à une queue, ça a un ongle. Une semaine après, je me rappelai encore douloureusement de votre enthousiasme !


[1] Les prénoms ont été modifiés.

28 gazouillis sur “Citizen Moon”  

  1. #1
     
    gravatar
    Dahlia a gazouillé  :
    Ah j’avoue deux-trois passages de ce texte m’ont rendue fort jalouse. Je suis toute émoustillée. Vais aller mater qq vidéos et heu… bref on se comprend.
  2. #2
     
    gravatar
    Dame a gazouillé  :
    Que du bonheur !

    Nostalgique de mes jeunes années chez Chris et Manu.

  3. #3
     
    gravatar
    Violaine a gazouillé  :
    Je crois que je ne lasserai jamais de lire de si belles proses (même de bon matin :)

    (aille, le mauvais doigté de tes compagnes!… mais tout ne peut pas être parfait quand on a de si douces langues qui s’occupent également ;)

  4. #4
     
    gravatar
    eldiablo a gazouillé  :
    La troisieme fois me parle plus que les deux autres, j’imagine qu’en connaissant mieux les lieux tu t’es plus “concentré ” sur ta partenaire !

    Bon je vais essayer de trouver quel pseudo correspond aux différentes personnes qui t’ont accompagné en fonction des commentaires ;-)

  5. #5
     
    gravatar
    Comme une image a gazouillé  :
    Dahlia » J’espère que tu as passé une bonne fin de soirée ! Je suis très content de susciter un peu de jalousie (en fait : de l’envie) ; ça m’arrive souvent quand je lis d’autres récits ailleurs, c’est un juste retour des choses.

    » Ça n’est pas exactement que du bonheur ; je crois que j’ai dû passer sous silence quelques frustrations des uns ou des autres, passé l’éponge sur quelques comportements pas aussi respectueux que ne l’exigerait l’étiquette des lieux, etc. Mais, globalement, oui, c’est quand même un shoot de plaisir assez formidable.

    Violaine » La perfection n’est pas de ce monde (tiens, aucun rapport, mais on dirait bien que tu as pu commenter en gardant ton pseudonyme, cette fois ! Comme quoi, même dans un monde imparfait, il faut rester exigeant !).
    Flatté de ton compliment, en tout cas.

    eldiablo » Tu veux choper les prénoms pour débaucher mes accompagnatrices ? Non mais tu n’as aucune vergogne !!! (et tu t’exposes à quelques déconvenues mais je n’en dis pas plus ;-)

  6. #6
     
    gravatar
    eldiablo a gazouillé  :
    Plutot mon coté voyeur qui ressort ! (qu’on a tous plus ou moins puique l’on fait des blogs ;-) )
    Déconvenues ? avec des accompagnatrices d’un prédateur comme toi ? may be !
  7. #7
     
    gravatar
    la seconde a gazouillé  :
    Ecroulée de rire sur la conclusion.
    J’y retourne lundi (en couple et avec des amis)… je te croiserais avec un immense plaisir.
  8. #8
     
    gravatar
    Comme une image a gazouillé  :
    eldiablo » Il me semble que, quand on tient un burp, on n’est d’abord poussé par un côté exhibitionniste plutôt que voyeur, non ?
    Moi, prédateur ? Ah ! ah ! ah ! ah ! ah !ah ! ah ! ah ! ah ! ah ! ah ! ah ! ah ! ah ! ah ! ah ! ah ! ah ! ah ! ah ! ah !ah ! ah ! ah ! ah ! ah ! ah ! ah ! ah ! ah ! ah ! ah ! ah ! ah ! ah ! ah ! ah !ah ! ah ! ah ! ah ! ah ! ah ! ah ! ah ! ah ! ah ! ah ! ah ! ah ! ah ! ah ! ah !ah ! ah ! ah ! ah ! ah ! ah ! ah ! ah ! ah ! ah ! ah ! ah ! ah ! ah ! ah ! ah !ah ! ah ! ah ! ah ! ah ! ah ! ah ! ah ! ah ! ah ! ah ! ah ! ah ! ah ! ah ! ah !ah ! ah ! ah ! ah ! ah ! ah ! ah ! ah ! ah ! ah ! ah ! ah ! ah ! ah ! ah ! ah !ah ! ah ! ah ! ah ! ah ! ah ! ah ! ah ! ah ! ah ! ah ! ah ! ah ! ah ! ah ! ah !ah ! ah ! ah ! ah ! ah ! ah ! ah ! ah ! ah ! ah ! ah ! ah ! ah ! ah ! ah ! ah !ah ! ah ! ah ! ah ! ah ! ah ! ah ! ah ! ah ! ah ! ah ! ah ! ah ! ah ! ah ! ah !ah ! ah ! ah ! ah ! ah ! ah ! ah ! ah ! ah ! ah ! ah ! ah ! ah ! ah ! ah ! ah !ah ! ah ! ah ! ah ! ah ! ah ! ah ! ah ! ah ! ah ! ah ! ah ! ah ! ah ! ah ! ah !ah ! ah ! ah ! ah ! ah ! ah ! ah ! ah ! ah ! ah ! ah ! ah ! ah ! ah ! ah ! ah !ah ! ah ! ah ! ah ! ah ! ah ! ah ! ah ! ah ! ah ! ah ! ah !

    pas sage en seconde » Je crains ne pas pouvoir être des vôtres à mon grand dam. Amusez-vous bien en tout cas et mes amitiés à Penelope si vous la croisez.

  9. #9
     
    gravatar
    eldiablo a gazouillé  :
    Quand on lit un blog on est voyeur (mon cas) !
    Le rire est le propre de l’homme, heureux de t’avoir provoqué cette réaction !
  10. #10
     
    gravatar
    la seconde a gazouillé  :
    Bon j’espère une prochaine fois… ma plus belle découverte au Moon City, ce fut vous.
  11. #11
     
    gravatar
    Comme une image a gazouillé  :
    eldiablo » Ah oui, pour la partie « consultation » je suis d’accord… Alors, que donnent les premiers résultats de ton enquête ?

    la seconde » On dirait du Barbara !
    (Peut-être aurions-nous d’autres lieux à découvrir ensemble ?)

  12. #12
     
    gravatar
    *in virgo veritas* a gazouillé  :
    Y a rien à faire, je suis jalouse :P
    Oui, je sais ce que tu vas me dire : que j’ai eu l’occasion de venir…
    En même temps, je ne regrette pas d’avoir refusée la dernière fois…
    Un jour mon heure viendra. Peut-être.
  13. #13
     
    gravatar
    Comme une image a gazouillé  :
    *IVV* »
    Je mange toute seule au chinois
    C’est pratique c’est juste en bas
    J’t’ai laissé y aller tout seul
    Et finalement j’assume pas
    Il est bientôt 13h30
    Tu t’empiffres comme un chancre
    Elle te tenait par le ventre
    Moi je rumine et ça fermente
    La bile et le glutamate
    Se chamaillent dans ma rate
    Je me dis ça à chaque fois
    Je ne mangerais plus chinois

    Oh oui je suis jalouse
    Oui c’est ça tout simplement jalouse
    Je suis jalouse

  14. #14
     
    gravatar
    Storia Giovanna-Tiny a gazouillé  :
    Chéri Chéri Chéri… Permets moi de m’inspirer de toi pour mon roman…
  15. #15
     
    gravatar
    Agatha a gazouillé  :
    Je rêve de faire l’amour dans une pièce aux multiples miroir. Une fois de plus, ton récit me donne réellement envie de découvrir ce lieu “unique” (?). Au fait, pour que tu puisses reconnaître certains visages, il ne doit pas faire très noir, non ? Comment est l’éclairage ? En tout cas, mon amoureux est très emballé et voudrait programmer cette “visite” pour fin octobre ! Serai-je prête ? ;). Merci de tester pour nous Cui :)
  16. #16
     
    gravatar
    *in virgo veritas* a gazouillé  :
    ^^

    Je disais jalouse surtout par rapport au fait que je ne serais pas à la hauteur de toutes ces demoiselles qui t’accompagnent… :)
    Mais bon… jalouse tout de même ;)

    Merci pour l’interlude musical
    (au fait, toujours pas possible d’intégrer un lecteur mp3 ??)

  17. #17
     
    gravatar
    Comme une image a gazouillé  :
    Storia G-T » Hum ! Ça dépend ! Tu veux t’inspirer de moi de quelle façon ? Faire de moi un de tes personnages ? Imiter mon style ? Reprendre mes scénarios ?…

    Agatha » Il existe quelques endroits où il n’est pas nécessaire de se retrouver à plus de deux pour avoir moult miroirs où se mirer dans l’intimité (je te donnerai une adresse, si tu veux !). Quant à l’éclairage, oui, il y en a un peu partout au Moon City. Disons qu’il est tamisé. S’il faisait noir dans le hammam, ça serait un peu casse-gueule !!!

    *IVV* » Ce n’est pas de la jalousie, c’est de l’envie !
    (Et sinon, qu’est-ce que j’en ferais, d’un lecteur MP3 ici ? Un morceau de temps à autre, c’est amplement suffisant.)

  18. #18
     
    gravatar
    Emeline a gazouillé  :
    Très jolies photos, joli texte, beau moment… que demander de plus ?
  19. #19
     
    gravatar
    Comme une image a gazouillé  :
    Emeline » Un bis, peut-être ?! ;-)
  20. #20
     
    gravatar
    Emeline a gazouillé  :
    Qui refuserait cela ? :)
  21. #21
     
    gravatar
    Ibid Norio a gazouillé  :
    et ben dis donc, pour une première visite, je suis épaté par ton site !!
    A bientôt
  22. #22
     
    gravatar
    Comme une image a gazouillé  :
    Emeline » Je cherche… je ne vois pas !

    Ibid Norio » Bienvenu ici !
    Voui je suis drôlement épatant comme garçon ; reviens quand tu veux !

  23. #23
     
    gravatar
    Athena a gazouillé  :
    Coucou! Où êtes-vous?

    Auriez-vous fait une overdose à la “mooncity”??

    Une bien belle mort..;-)

    Tout ceci pour vous dire que vous me devez quelque chose…^ ^

  24. #24
     
    gravatar
    Comme une image a gazouillé  :
    Athena » Je ne vous oublie certainement pas, et comme vous pouvez le constater en colonne de droite, j’ai un petit contretemps qui m’empêche d’exaucer mes 3 gagnantes.

    Sinon, bien que j’en crève d’envie, je n’ai pas encore eu l’occasion de retourner au Moon City et j’en suis très frustré. (Pour ma mort, j’attends encore un peu…)

  25. #25
     
    gravatar
    palaume.blogspot.com/ a gazouillé  :
    Un lieu hors du temps, une ambiance magique.

    Nous y allons régulièrement. C’est l’endroit idéal pour découvrir le libertinage. Mais c’est aussi un endroit parfait pour les confirmés.
    La sélection à l’entrée est bonne. Les soirées couple sont de vraies soirées couple (les hommes seuls sont refusés)

    Nous y avons fait des rencontres extraordinaires.
    au plaisir de vous y voir …

  26. #26
     
    gravatar
    Comme une image a gazouillé  :
    Pa & Laume » Bienvenus ici !
    Je ne crois pas qu’on puisse dire que j’y vais régulièrement (à peu de chose près : une fois par moi depuis ma découverte du lieu l’été dernier), mais réellement, oui, une ambiance magique où je me sens toujours bien. On s’y est peut-être déjà croisés, qui sait ?
    Et même les jours où les hommes seuls sont acceptés, l’ambiance reste vraiment très agréable et (vraiment) respectueuse.

    Au plaisir !

  27. #27
     
    gravatar
    Fay Grim a gazouillé  :
    Ma seule expérience d’un hammam banal m’avait mise dans une humeur très sensuelle…
    En lisant ce billet, je surprends les contractions affamées de mon sexe et mon bassin qui ondule légèrement sur mon fauteuil.
    Dommage, je suis au bureau et ma collègue piaille au téléphone et me déconcentre.
  28. #28
     
    gravatar
    Comme une image a gazouillé  :
    Fay Grim » Ah, ben dites-moi, vous écumez toutes les archives de mon burp, ça me fait plaisir.
    J’aime assez vous imaginer onduler sous l’effet de mes mots ! (orgueil, orgueil !)
    En tout cas, effectivement, ces saunas libertins sont des endroits vraiment propices à l’expression sensuelle de nos corps. J’ai, depuis, délaissé le Moon City pour son petit frère, l’Éclipse.

Laisser un gazouillis

  • (ne sera pas publié)

Balises XHTML autorisées : Vous pouvez utiliser ces balises : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>