[609] Je la damnerai rue de Ponthieu sans concession (2/3)

L’unique règle de plaire est de trouver un appétit que l’on a laissé affamé. S’il le faut provoquer, que ce soit plutôt par l’impatience du désir que par dégoût de la jouissance.
–  Baltasar Gracian Y Morales

Nous sonnons à la porte et les secondes s’égrène. Personne n’ouvre. Petit instant d’inquiétude, le club serait-il fermé, aurions-nous été jaugés et jugés indignes d’entrer ? Deuxième coup de sonnette, fructueux cette fois. J’aperçois à travers la grille un œil qui nous scrute et un instant après la porte s’ouvre. Nous sommes accueillis poliment mais froidement. Autant régler le sujet maintenant et ne plus en parler ensuite : malgré nos efforts de convivialité, pas un des membres du personnel, que ce soit à l’accueil ou au bar, ne nous aura montré un peu de chaleur ou de bienveillance. Quel contraste par rapport au Moon City où, dès l’entrée, on nous propose aimablement de visiter les lieux et où les sourires flottent autour du bar. Les « habitués » ont peut-être droit à un meilleur accueil, je le leur souhaite. Moi, le message que j’ai reçu, c’est un « estimez-vous heureux d’être acceptés dans notre mâgnifique club, et n’oubliez pas de payer vos 75 € plus consos à la sortie ».

Avec A*** et sans escorte, donc, nous faisons le tour du propriétaire. Au rez-de-chaussée, un grand espace qui, certains soirs, doit servir pour le restaurant. Il est vide. Au fond, un grand cabinet de toilettes dont je fais l’usage immédiat. On y trouve l’attirail habituel des clubs, jusqu’à la solution buccale pour les haleines douteuses (à moins que ça ne soit à utiliser en fin de promenade : Chérie ! tu as un spermatozoïde coincé entre les dents !).

Nous descendons au sous-sol dans un escalier paré d’une petite rivière de lumière qui me rappelle l’illumination de Noël des Champs-Élysées, splendide, que j’ai traversé juste quelques heures plus tôt. Je dis « petite rivière » car « cascade » pourrait laisser imaginer que nous étions baignés de lumière. Tout au contraire, l’éclairage est, partout, très tamisé. Lourds rideaux de velours rouge, décoration qui paraîtrait sans doute un peu baroque en pleine lumière, je pensais que ce serait un peu plus sobre (la déco du No Comment m’avait été vantée) mais rien qui n’ait, finalement, heurté mon œil sévère. Le club n’est pas très rempli. Nous jetons quelques coups d’œil rapide aux quelques couples assis sur les banquettes. La piste de danse et vide et les haut-parleurs crachent une mauvaise disco-dance. Nous continuons la visite sans trop savoir où nous diriger. Cette porte ? Ah non, celle-ci ! Nous entrons dans un couloir étroit dont la première pièce qu’il dessert, après les cabinets de toilettes, est une salle couverte de miroirs et baignée d’une douce lumière cuivrée. Intéressant ! J’aime énormément faire l’amour entouré de miroirs, j’aime voir nos sexes en communion sous des angles inédits, voir comment bouge mon propre corps, une main (tiens, c’est la tienne !) qui caresse un dos (tiens, c’est le mien !), une femme qui ondule sur ou sous moi. En prendre plein les yeux, quoi ! Coude dans le couloir, nous passons une salle de douche puis arrivent deux salles « cabines » très élégamment décorées. Une qui évoque une cabine de train, la seconde qui évoque celle d’un paquebot. Pour chacune, une porte (qui ferme à clef), un endroit où l’on tient debout puis un grand matelas qui doit pouvoir accueillir trois couples en se serrant un peu, au-delà on la transformerait en cabine hammam : il y a le Moon pour ça. Sur le côté, un hublot permettant de regarder depuis le lit ce qui se passe dans le couloir (à moins que ça ne soit le contraire ?).
On trouve des kleenex à disposition, mais pas de préservatifs qu’il faut penser à demander au bar à l’avance, faute de quoi on risque, dans l’élan, de se trouver un peu dépourvu. Je trouve dommage que les préservatifs ne soient pas proposés en libre service dans chaque pièce, j’y vois d’un très mauvais œil une incitation, fut-elle passive, au « relapse ».

Nous poursuivons notre exploration et découvrons le lit aux dimensions impressionnantes qu’a très bien décrit Georges. Une sorte de lit de conte de fées pour adultes, où le Petit Poucet et ses six frères pourraient forniquer joyeusement avec les sept filles de l’ogre. Il était bien vide au moment de notre passage. Sur le côté, une pièce très sombre (lumière noire ?) où nous apercevons deux couples en train de faire je-ne-sais-quoi qui devait rimer en -tion. Nous ne nous approchons pas d’eux. Pour l’instant, l’heure est à la visite. Il y a aussi une pièce qui ferme avec des barreaux. Ah oui, j’oubliais : sous un des porches qui mène au lit géant, un couple de bracelets qui permettent d’y enchaîner une proie. Intéressant, me dis-je. Ce n’est pas l’endroit où je les aurais installés, mais j’aime parfois lancer l’injonction « jouissez avec entraves ! »

Je ne serai pas capable de faire une description plus précise de cette partie-là du club, car nous n’y aurons presque pas passé de temps. Le tour de piste effectué, nous retournons au bar. La musique, toujours aussi médiocre, ne me donne aucune envie d’aller danser. Puisqu’aucun couple ne nous tombe dessus, et que nous-mêmes ne sommes pas enclins à aller ouvrir la conversation, je propose à A*** de me suivre pour faire plus ample connaissance (disons ça comme ça). Cela me paraissait plus raisonnable de prendre contact avec le corps de l’autre, de découvrir la façon dont il bouge, d’entr’apercevoir la musique qu’on pourrait jouer ensemble avant de nous mélanger avec d’autres corps encore, d’autres musiques avec un minimum d’harmonie. Minimum syndical. Je jette mon dévolu sur la cabine maritime (à ce moment, toutes les pièces closes sont libres). Nous commençons à nous déshabiller, à échanger quelques caresses quand je remarque l’absence de préservatif. Je me rhabille sommairement pour aller quémander mes petits bouts de caoutchouc et pouvoir en disposer l’esprit libre, quand le moment serait propice. Je suis rassuré ! À mon retour en cabine, ma place n’a pas été prise par un passager clandestin opportuniste. Larguez les amarres ! Très vite, nous nous débarrassons mutuellement de nos habits (A*** ne portera plus que ses Dim Up noirs). Très très vite, A*** prend mon sexe dans sa bouche. Je dois dire que je n’ai rien fait pour retarder ce moment. Aussi bien A*** m’avait indiqué ses réticences à embrasser, aussi bien elle m’avait fait part de son goût prononcé pour les fellations. Comme elle connaissait l’existence de ce burp, je l’avais invitée à lire mon texte que je voyais comme un encouragement à démarrer une fellation même si je ne manifeste pas « visiblement » mon désir. Connaissant ma malheureuse disposition à ne pas arriver à bander en club, malgré ce sur-érotisme à l’assaut de tous mes sens, je voulais prendre mes précautions. Mais là, sous le charme de ma partenaire et seul avec elle, la réanimation n’est pas nécessaire et c’est ma queue crânement dressée qu’elle prend, sans mot dire, et fait coulisser ses lèvres. Je reste passif un instant, pour goûter vraiment sa caresse, puis mes mains partent à l’assaut de son corps pour un peu de réciprocité. Mes doigts descendent sur son corps, prennent, pressent ses seins, glissent sur son ventre, incapables de se soustraire au tropisme de son sexe. Ils ne le savent pas encore, mais ils font leur première récolte du nectar de chatte qui enchantera mon lendemain brumeux. Par contre, ce qu’ils savent, c’est que le lieu est accueillant et que ma langue s’y plaira ; elle ne tardera pas à descendre y plonger puisque, aux étages supérieurs, elle est persona non grata.

Pendant que nous nous occupons tous les deux, on aperçoit de temps à autre quelques paires d’yeux curieux au hublot, parfois on entend le bruit de la porte verrouillée qu’on aura tenté d’ouvrir.

Maintenant, j’ai envie de pénétrer A***. J’attrape un préservatif posé sur le rebord, je le déroule sur mon sexe tendu. A*** est allongée et m’attend, elle écarte ses cuisses pour m’accueillir et doucement, tout doucement, je m’enfonce en elle.

Vlastimil Kula


Illustration (toujours non contractuelle) de Vlastimil Kula.

[L’intégrale : Épisode 1 – Épisode 2 – Épisode 3Épisode 4]

24 gazouillis sur “Je la damnerai rue de Ponthieu sans concession (2/3)”  

  1. #1
     
    gravatar
    Emeline a gazouillé  :
    Très jolies images qui arrivent à point nommé, quand tu t’enfonces en A***. La journée commence bien :)
  2. #2
     
    gravatar
    Agatha a gazouillé  :
    Je veux aller au Moon City ! ;). En tout cas, ça donne pas envie d’y aller… Un club échangiste “froid”, je ne suis pas chaude (déjà qu’en cas d’accueil chaleureux je mets un temps fou à être à l’aise… Faut dire que je n’ai toujours pas renouvelé ma 1ère fois qui date !). Ravie de savoir que le courant est bien passé avec ta partenaire ;)
  3. #3
     
    gravatar
    Comme une image a gazouillé  :
    Emeline » Vlastimil Kula va nous accompagner tout au long de ce feuilleton. Je trouve que ses images collent bien à l’ambiance (même si elles ne se veulent pas une simple « illustration » mais plutôt un enrichissement).

    Agatha » L’accueil était froid, mais le reste ne l’était pas, comme tu peux le constater dans cet épisode et comme tu le constateras plus encore au prochain !

  4. #4
     
    gravatar
    alexa. a gazouillé  :
    dis tu y es allé quel jour?
    c’était en semaine?

    (pardon pour ce commentaire à visée purement informative !!)

  5. #5
     
    gravatar
    Comme une image a gazouillé  :
    alexa. » C’était en semaine, oui, un jeudi soir. Un mauvais choix ?
    Tu aurais des conseils à nous donner à ce sujet ?
  6. #6
     
    gravatar
    Claire a gazouillé  :
    Eh bien, pas très organisé tout ça, pour en refroidir plus d’un et plus d’une c’est parfait ! Ils cherchent quoi au juste, à éliminer la clientèle ? Des préservatifs, mais il devrait y en avoir partout ! sans compter un accueil chaleureux, c’est un minimum dans un endroit pareil. Je suis d’une naïveté, incroyable.
    Curieuse de lire la suite.
  7. #7
     
    gravatar
    Comme une image a gazouillé  :
    Claire » Je culpabilise légèrement à donner une mauvaise image d’un club où je n’ai mis les pieds qu’une fois. Difficile de faire la part des choses : maîtresse de maison mal lunée ? ma gueule qui ne lui revient pas ? notre couple qui avait l’air d’un faux couple ?? S’il y a des habitués qui passent par là, qu’ils n’hésitent pas à nous éclairer de leur propre expérience.

    Quant aux préservatifs en self service, oui, ça, pour moi, c’est lamentable.

    Je ne sais pas si je l’ai dit, mais au Moon City, chaque personne qui entre est fournie avec un stock de 4 ou 5 capotes (ça fait presque une dizaine par couple, c’est généreux !) dans une petite pochette qui accompagne la clef du vestiaire.

    La suite, je m’y attèle !

    (Personne n’a remarqué encore l’arnaque de ma numérotation du feuilleton, ouf !)

  8. #8
     
    gravatar
    Emeline a gazouillé  :
    Je me disais aussi, il me semblais bien avoir remarqué un léger changement de programme (ça m’avait fait penser à Int. -23 ans, 1 et 2). Je ne suis pas encore sénile, c’est toujours ça de pris.
  9. #9
     
    gravatar
    Rollmops a gazouillé  :
    Quel récit !! Mon érection est suspendue à tes écrits. La suite vite (pourrais pas tenir trop longuement à moins de souffrir le martyr avec un priapisme à “casser des assiettes” )…

    De mémoire, l’accueil y a été chaleureux, très même puisqu’ils nous ont inscrit sur la VIP list (wwwaaaaah pour une fois que je peux me la péter, sauf que c’était plus pour la Bella Donna qui m’accompagnait que pour mon avenante personne, m’est avis).

    Je me demande s’ils n’ont pas confondu la sulfureuse A*** avec une escort girl….. Ces couples fréquentant aussi les clubs libertins.

    Je ne pourrais dénigrer le club, j’y ai de très beaux et sulfureux souvenirs. A l’époque le dj passait des remix de Gainsbourg, idéal pour de lascifs ballets et d’indécents déhanchés.

    Hâte d’y retourner pour y mettre mes souvenirs à jour. C’est comme pour le Moon City, grâce à ta note j’y suis retournée et j’ai vu l’endroit tout à fait différemment.

  10. #10
     
    gravatar
    Comme une image a gazouillé  :
    Emeline » Ah, tiens ! C’est marrant que ça t’ait fait penser à cette série de notes ;-)
    Enfin, c’était deux notes sur la même thématique mais qui formaient deux récits. Là, c’est différent. C’est juste que c’est long à rédiger et que le temps me manque !

    Rollmops » Même dans l’hypothèse où je serais venu avec une « escort », aurait-ce été une raison pour ne pas être cordial ? J’avais l’impression que c’était plus une attitude permanente que conjoncturelle, mais je veux bien me croire. Et puis s’ils avaient jeté un œil sur nous, ils auraient bien vu que ça n’était pas le cas.

    Si ma note t’aura permis de revoir le Moon City d’un meilleur œil, j’espère que ma note sur le No Comment ne gâchera pas tes prochaines visites ;-)

  11. #11
     
    gravatar
    M a gazouillé  :
    Je ne sais pas pourquoi mais je ne pense pas que A*** a l’air d’une escort girl ;)
  12. #12
     
    gravatar
    Storia Giovanna-(presque plus) Tiny a gazouillé  :
    Oh… Une fellation… Ça doit bien faire 6 mois que je n’ai pas effectué ce genre de délice. La faute à un Tiny plus que vigilant (normal, c’est la signification de son prénom… Alors que la signification du mien est doux et câlin) sur la question du VIH. En même temps, qui pourrait le blâmer de “prendre soin” de sa femme…
    En lisant ton récit, et en pensant que le No Comment en propose pas de préservatifs en libre-service, ce n’est pas de la sorte que je convaincrai Monsieur de s’encanailler… Mais je peux me tromper, bien sûr ^^ Déjà qu'”on a le même goût en matière de femmes…”
  13. #13
     
    gravatar
    Comme une image a gazouillé  :
    M » La prochaine fois, je la maquille comme une voiture volée, pour voir :-p

    Storia G-T » 6 mois ? Il est un peu malade, ton Tiny.
    3 mois suffisent, tu sais ! Un test avant, un après et basta.

  14. #14
     
    gravatar
    Storia Giovanna-Tiny a gazouillé  :
    Je sais… Mais bon, là, il n’est pas motivé pour faire son test… Mais je sens bien de temps en temps m’embrasser de manière intensive le ventre…
  15. #15
     
    gravatar
    Emeline a gazouillé  :
    A tort ou à raison, ça m’a fait penser à ces deux notes pour la question de l’âge, pour le type de rencontre et justement parce que c’était en 2 parties.

    Pour info, 15 jours peuvent suffirent selon les tests HIV.

  16. #16
     
    gravatar
    columbine a gazouillé  :
    si si pour l’arnaque m’avait sauté à la gorge; mais j’ai choisi de prendre cela pour de la licence….artistique
  17. #17
     
    gravatar
    petite française a gazouillé  :
    Tiens, tiens… un rôle d’initiateur dans lequel vous entrez tout en délicatesse. Il vous va bien. De plus, il me semble que la jeune femme est assez avertie pour rendre la chose fort plaisante. Même si l’accueil fut tiède, peut-être valait-il mieux qu’il y ait peu de foule, la meute des fauves peut se révéler assez oppressante.
    B
  18. #18
     
    gravatar
    Comme une image a gazouillé  :
    Storia G-T » Qu’est ce que ça veut dire, ça, « peu motivé » ?! Faut le motiver, allez !, monte au créneau !

    Emeline » Le test au bout de 15 jour fonctionne mais les médecins continuent de parler du délai de trois mois pour être sûr qu’il n’y a pas eu infection.

    columbine » Non, c’est simplement un retour au principe de réalité ! Je pensais que l’articulation de la soirée en deux parties pourrait se retrouver dans les deux notes, mais je me suis aperçu que je ne disposais pas du temps suffisant pour rédiger la totalité du récit en continuant de poster à peu près chaque jour.
    Ouais, c’est pour mes ouailles : donnez-moi mon cui-cui quotidien !

    petite française » Pourtant (à l’occasion de ma série sur ma « vierge »), je disais que je ne me sentais pas vraiment l’âme d’un initiateur. Mais je parlais d’une autre initiation ; en effet, A*** est plutôt « avertie » et même très débrouillarde ;-)
    L’accueil était une chose. Ensuite, la relation avec les autres clients était beaucoup plus plaisante.

  19. #19
     
    gravatar
    Storia Giovanna-Tiny a gazouillé  :
    De toutes façons, il faudra bien que monsieur se motive, pour la simple et unique raison que je continuerai ainsi à ne pas aller le voir quand je serai abstinente, na!
  20. #20
     
    gravatar
    Comme une image a gazouillé  :
    Storia G-T » Oui, mais ça, ça marcherait si c’était lui qui était plus demandeur que toi, or j’ai l’impression que c’est l’inverse…
  21. #21
     
    gravatar
    Storia Giovanna-Tiny a gazouillé  :
    Le divorce est sur le point d’être prononcé…
  22. #22
     
    gravatar
    Comme une image a gazouillé  :
    Storia G-T » De quel divorce parles-tu ?
  23. #23
     
    gravatar
    Vagant a gazouillé  :
    Je me demande si cette froideur à l’accueil n’était pas due à votre différence d’age: n’ont-ils pas pensé que tu étais accompagné d’une accorte escorte ?
    Enfin, c’est de l’histoire ancienne d’autant plus que ce club a fermé ses portes libertines, pour les ouvrir sous d’autres auspices. Y es-tu retourné depuis ?
  24. #24
     
    gravatar
    Comme une image a gazouillé  :
    Vagant » C’est possible qu’ils aient pensé ça, même si (à mon avis), A*** n’a pas du tout l’air d’une travailleuse du sexe ! Je suis retourné au No Comment après la fois narrée dans le présent récit, mais pas depuis sa fermeture (donc, quand tu parles de réouverture, je ne sais pas si tu parles du club – pas libertin – qui a succédé à celui-ci sur son site rue de Ponthieu, ou d’un No Comment v2 qui aurait réouvert ailleurs. C’est dommage qu’il ait fermé, vraiment, je trouve que c’était un des rares clubs secs dont j’aimais le cadre).

Laisser un gazouillis

  • (ne sera pas publié)

Balises XHTML autorisées : Vous pouvez utiliser ces balises : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>