[1205] In the mood for lust

Un homme et une femme s'embrasse. La femme a posé son pied chaussé sur l'épaule de son partenaire.

Parce que je n’ai pas beaucoup de temps, mais parce que je veux vous emporter avec moi dans mon humeur du moment, je partage cette photo de Steve Klein, qui émeut tout autant par ce qu’elle montre que par ce qu’elle ne montre pas.

Et qui fait battre ma pupille à 180 BPM.

[1204] Ménager sa monture

Pour éviter les dégâts causés par un excès de levrette1 pendant ma fête “d’anniversaire2”, j’ai investi.

genouillères
  1. Sur Twitter, il est d’usage de parler de « levrette claquée ». Ça tient presque de la figure de style vidée de sens, mais je n’ai rien contre une conception littérale de la chose. []
  2. Elle approche à grands pas, mais il n’est pas trop tard pour apporter votre contribution, amie lectrice ! []

[1201] Oh ! compte triple

Nous étions au cœur de la soirée. Les présentations (je n’ose pas dire les introductions) étaient faites depuis un bon moment et il était l’heure, selon moi, d’attaquer un morceau de bravoure. Pas que ce soit nécessairement une figure imposée, lors d’un trio avec deux hommes et une femme, mais il y a des circonstances qui s’y prêtent plus que d’autres. Il est arrivé que ce soit à la demande directe de l’intéressée (c’était La DP sans peine, en 2009), là, c’était simplement pour moi une évidence. (suite…)

[1200] Dis-moi huit !

8 years - dean trippe

Une fois par an, au moins, il y a un billet assez simple à écrire, pour marquer le temps qui passe. Je vais faire court parce que je n’ai pas beaucoup de temps ce matin pour écrire. Je vous éviterai donc les bilans à coups de nombre de billets (sont numérotés donc c’est fastoche) ou de commentaires (le total est affiché tout en bas de la page) ou de nombre de visiteurs (ça fait quelques mois que je ne surveille plus mes stats).

N’empêche, c’était important pour moi, il y a huit ans, de créer ce blog. C’est clair que son rôle, au début, était de me servir d’exutoire au chagrin quand J*** me quittait, mais comme je l’ai dit de nombreuses fois, ce n’était absolument pas la raison maîtresse de sa création. Je suis assez fier de dire que, huit ans après, ma ligne éditoriale n’a pas changé d’un iota : des points de vue, une pointe de cul. (Certes, certes, mes histoires de cul n’apparaissent pas tout à fait dans les proportions que laisse imaginer cette tagline). Eh bien, 8 ans après, J*** vient de s’inscrire dans les abonnés pour aller se promener dans mes archives. Elle a trouvé un joli amour (comme je le lui souhaitais sur une vieille note qu’il faudrait que j’aille retrouver dans mes archives 2006) et je lui souhaite la bienvenue ! (Comme les nouveaux adhérents à la section – sous vos applaudissements.)

Et puis hier, j’ai reçu un coup de fil de ma plus jeune amante qui me disait « Voilà, c’est fini ! » alors que ça avait à peine commencé. Je suis triste de ce manque qui est en moi, même si je sais que mon cœur est comme le foie de Prométhée.

Bonne nouvelle, les défibrillateurs sont garantis huit ans.
Bonne nouvelle, les défibrillateurs sont garantis huit ans.